JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4 - PS5 - XBOX Series X

Test Watch Dogs Legion : le meilleur ou le pire épisode de la série ?

Test Watch Dogs Legion : le meilleur ou le pire épisode de la série ?
La Note
15 20
Si Watch Dogs 2 avait réussi à alléger la formule et à la rendre plus chatoyante et populaire, cet opus Legion retourne à des tons plus sombres, plus originaux mais néanmoins savoureux grâce à une direction artistique léchée et une ville de Londres franchement réussie. L’ambiance de ce nouvel épisode est l’un de ses principaux arguments, à n’en pas douter, et son système de piratage largement repris de l’opus précédent permet un gameplay et un level design plutôt intelligents et permissifs. Et si l’on se doit de saluer ce parti pris risqué d’incarner toute une Résistance plutôt qu’un personnage principal unique, force est de constater que cette initiative dessert le scénario et, globalement, un petit peu l’expérience de jeu. Watch Dogs Legion est un titre qui ose faire évoluer la formule par cette multitude de héros, oui, mais non pas sans certaines maladresses agaçantes qui l’empêchent de tutoyer les sommets. De son IA toujours aussi datée à une structure d’open world enfermée dans les infatigables cadrans d’Ubisoft, sans oublier cette certaine rigidité technique qui ne nous surprend même plus, peut-être aurions-nous souhaité que l’aventure s’adapte un peu plus aux standards de 2020, d’autant plus après le passage de AAA concurrents ayant réussi à imposer de nouvelles règles. En résulte un jeu rafraîchissant malgré tout, fort d’un monde agréable à parcourir mais qui a sans doute besoin de peaufiner encore un peu son épopée.

Les plus
  • Une direction artistique vraiment chouette, merci Londres
  • Une ambiance sombre plutôt léchée
  • Un level design complet, merci le piratage
  • Une infiltration permissive
  • Un concept d'une multitude de personnages louable
  • Quelques bonnes idées scénaristiques
  • Graphiquement très joli...
Les moins
  • ... mais pas très bien optimisé sur consoles
  • Un open-world et une écriture très classiques
  • Des bugs en pagaille
  • Le manque d'identification à un héros principal
  • Des personnages assez clichés, pas si forts
  • Des combats qui tournent vite en rond, que ce soit en termes en fusillade ou de corps à corps


Le Test
Initiée en 2014 au début de la génération actuelle, Watch Dogs est désormais l’une des franchises fortes du géant Ubisoft. Pourtant, ce n’était pas vraiment ce que l’on appelle un départ sur les chapeaux de roue : sortant du bad-buzz de l’E3 et de la fameuse démo pimpée, les développeurs proposaient en plus une aventure terne et perfectible s’appuyant malgré tout d’un concept de piratage unique. Deux ans plus tard, la recette s’avérait terriblement édulcorée avec Watch Dogs 2, une expérience allégée, fun et à la formule bien mieux maîtrisée. Comme l’on dit, jamais deux sans trois et nous voici donc, en 2020, avec Watch Dogs Legion, un titre définitivement courageux et s’annonçant comme l’aboutissement d’une trilogie aux propos bien affirmés. Du moins, sur le papier.

Watch Dogs Legion

On peut se le dire d’avance : Watch Dogs Legion est un titre qui en a. Alors que ses deux prédécesseurs prenaient comme figures centrales Aiden Pearce et Marcus Holloway, ce nouvel épisode ne dispose d’aucun héros principal à présenter puisque l’on peut contrôler… presque tout le monde. Quèsaco ? Laissez nous éclaircir ce concept en commençant par le commencement : DedSec, l’organisation secrète qui s’aide du piratage pour faire valoir les Droits de l’Homme et dénoncer les grands méchants, s’est faite berner comme il se doit en pleine capitale anglaise. Accusé à tort d’avoir fait sauter la moitié de la ville, alors dominée par une milice impitoyable du nom d’Albion, le groupe se voit réduit au néant sur les terres britanniques. Mais tel le Phénix renaissant de ses cendres, le crew reprend des forces et c’est à vous, joueur, qu’il advient de le remettre entièrement sur pied et de découvrir la vérité tout en blanchissant votre nom. Pour ce faire, après avoir choisi un personnage parmi la dizaine proposée, vous devrez recruter de nouveaux membres directement dans la rue. Ouvrier, avocat, investisseur, SDF, chauffeur de bus, retraité : peu importe la profession, peu importe le profil, tous les PNJ deviennent alors jouables pour prendre part à la campagne. Un programme unique en son genre dans un jeu solo, très loin des standards narratifs actuels, qui intrigue aussi bien qu’il effraye. 



FAIRE LA MANCHE

Et c’est bien en cela que Watch Dogs Legion en impose : il possède ce parti pris réellement risqué, celui de diluer l’identification du joueur à travers tout un panel de personnages créés aléatoirement. Plutôt que de miser sur une seule tête, Ubisoft préfère ainsi l’idée d’incarner un groupe entier, constituant la Résistance au sein d’une cité gangrénée et criminelle. Nous ne sommes donc pas une personne en particulier mais un microcosme de pirates aux compétences diverses, prêts à se battre pour la liberté et rétablir l’ordre dans des rues où la violence règne. Cette fourmilière dans laquelle il faudra plonger pour piocher de nouveaux coéquipiers relève d’une originalité évidente que l’on se doit de saluer dignement ; pour autant, et c’est bien ce que l’on craignait, c’est le manque d’attachement à la plupart de ces bonhommes qui se fait vite sentir.

Véritable extension de votre main, le smartphone permet d’hacker tout et n’importe quoi et d’influer considérablement sur votre jeu.


Watch Dogs Legion
Très rapidement, on se retrouve à préférer une tête en particulier, quelques-unes tout au mieux, et à délaisser malheureusement nos autres recrues… si l’on en vient toutefois à en dénicher par nous-mêmes. Cette prise de risque ne s’avère donc pas maîtrisée totalement, et ce n’était pourtant pas faute d’impliquer nos différents héros à travers des cinématiques, des dialogues et des scènes d’action tout à fait scénarisées. En misant ainsi sur cette fournée de PNJ (qui n’ont plus de PNJ que le nom), l’histoire de Watch Dogs Legion s’avère moins ponctuée de personnages forts ou excentriques comme cela pouvait être le cas dans le jeu précédent. Seuls les vilains, représentant chacun une section que l’on devra défaire, proposent une personnalité un peu plus tape-à-l’œil, bien que véritablement clichés pour la plupart. On retiendra tout de même quelques bons retournements de situation et quelques idées surprenantes même si, globalement, force est de constater que l’écriture souffre d’un classicisme et d’une structure évidents. On ne ressort pas du récit spécialement convaincu par sa manière d’amener les choses bien que les propos, traitant toujours de la dépendance au digital non pas un certain manichéisme post-Brexit, soient légitimes de nos jours. 

Watch Dogs Legion


TAMISE SUR LE BON CHEVAL 

Mais si cette diversité de bonhommes existe, c’est aussi et avant tout pour consolider le gameplay. Chacun des PNJ recruté disposera de sa propre arme de prédilection - une clé à molette pour un ouvrier BTP, un bombe de peinture pour un graffeur, un pistolet à silencieux pour un tueur à gages et l’on en passe - qu’il faudra user intelligemment une fois sur le terrain. D’ailleurs, il faut bien avouer qu’après quelques heures, les fusillades manquent encore un peu de panache, de précision et de réalisme ; elles tournent même vite en rond pour peu que vous utilisiez souvent vos personnages fétiches puisque l’arsenal s’avère assez limité. Mais ceux qui ont déjà posé les mains sur la saga devraient le savoir : la force du gameplay réside essentiellement dans sa manière d’aborder le piratage. Véritable extension de votre main, le smartphone permet d’hacker tout et n’importe quoi et d’influer considérablement sur votre jeu. Cela vaut en affrontements en retournant des tourelles contre les ennemis, en prenant le contrôle de drones de combat ou en désactivant les armes de nos adversaires mais aussi et surtout en infiltration où il sera possible de s’immiscer dans tout un bâtiment grâce aux caméras de sécurité, de télécharger des données sensibles à distance, de simuler un accident, d’éteindre des scanners, de se rendre carrément invisible, de détourner l’attention d’une personne en faisant sonner son téléphone… et l’on en passe et des meilleures.

Cette ambiance réussie va de pair avec une réalisation graphique de haute volée qui, toutefois, s’avère assez contrastée selon les plateformes.


Watch Dogs Legion


Grâce aux capacités de certains personnages, il est même possible de s’infiltrer plus facilement sur le terrain en revêtant la tenue de leur métier ou d’utiliser certains outils de leur profession : alors bien sûr, il est toujours possible d’y aller comme un énorme sagouin et, à vrai dire, on s’en sort plutôt bien en tirant des balles dans les crânes de tous les récalcitrants. De 1), parce que l’IA s’avère particulièrement mauvaise et pleine d’incompréhension puis, de 2), car le titre manque réellement de force morale de côté-là Que l’on tue tout un bâtiment (ou même des innocents), que l’on esquive, que l’on neutralise : jamais le scénario n’évoluera, même un tantinet, selon vos actions ou votre manière générale de jouer. En d’autres termes, vider un bâtiment ennemi à l’aide d’un fusil mitrailleur s’avèrera plus simple, plus rapide et, donc, pas punitif le moins du monde dans l’écriture… ce qui vient contredire un poil l’idée d’incarner le gentil peuple contre les méchants tueurs qui dominent la ville. Ceci étant, Watch Dogs Legion propose néanmoins un level design intelligent, permissif et qui a le mérite de donner aux joueurs la possibilité de l’aborder comme ils l’entendent. Et ça, c’est déjà pas mal.

Watch Dogs Legion


VINCENT LONDON

L’autre point fort indéniable du jeu d’Ubisoft réside clairement dans l’univers proposé : ce Londres de 2040 est réussi et propose une direction artistique de haut calibre que l’on prend plaisir à contempler, un peu partout. Les différents boroughs de la capitale disposent tous d’une ambiance différente et la reconstitution de la cité représente, une nouvelle fois, tout le talent de la firme à recréer des mondes historiques crédibles. Le mélange de l’architecture classique des rues - ces monuments, nomdidiou ! - et des enseignes futuristes, néons à l’appui, débouchent sur un résultat savoureux dans lequel on prend plaisir à s’immerger. Plus sombre que l’opus précédent, le soft s’avère néanmoins coloré (en tout cas, bien plus que l’épisode fondateur) et de là à dire que Londres fait partie des personnages principaux, il n’y a qu’un pas. L’esprit british y est particulièrement présenté, que ce soit les bars qui sentent bon la Guiness, ces accents si particuliers (c’est une aventure à faire idéalement en VOSTFR) ou ces radios qui font l’éloge de nombreux artistes du Royaume-Uni, du rock grunge à la drum & bass en passant par le grime.

Watch Dogs Legion
Cette ambiance réussie va de pair avec une réalisation graphique de haute volée qui, toutefois, s’avère assez contrastée selon les plateformes. Autant l’expérience s’affirme totalement sur PC que sur consoles, et plus particulièrement sur PS4 Pro (console depuis laquelle nous avons réalisé ce test), le résultat est inégal avec un clipping présent et, surtout, de nombreux problèmes techniques. Moult crashs, des ennemis invisibles, des personnages qui courent sur place, un ragdoll cassé, certains effets de lumière ou d’eau dépassés… le moteur d’Ubisoft continue de faire des siennes et se voit clairement moins bien optimisé sur les machines de salon, sans parler de temps de chargement qui n’incitent pas vraiment à changer de personnages à la volée. On attendra donc de voir ce qu’ont dans le ventre les versions next-gen, qui devraient certainement proposer une formule à la hauteur de l’univers et de sa direction artistique, et ce que pourront corriger les prochaines mises à jour pour stabiliser ce périple londonien. 

Watch Dogs Legion



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux


À découvrir également
Autres articles

Watch Dogs Legion : notre unboxing en 4K du collector avec le masque-couronne DedSec Disponible à la vente depuis le 29 octobre dernier sur PC, PS4 et Xbox One, Watch Dogs Legion a bénéficié d'une sortie remarquée avec notamment une édition collector proposée sur la boutique en ligne d'Ubisoft. On vous l'unboxe. 2 | 05/11/2020, 06:59
Watch Dogs Legion : la version Xbox Series X se dévoile en trailer, c'est alléchant Le dernier jeu d'Ubisoft doit encore profiter des consoles next-gen pour afficher sa plastique, notamment de celles de Microsoft : voici un trailer entièrement consacré à la version Xbox Series X. 4 | 02/11/2020, 10:03


Derniers commentaires
Par Rex 63 le Jeudi 29 Octobre 2020, 19:10
Deodoo a écrit:
Rex 63 a écrit:74/100 sur MetacriticEt sur JeuxActu... ah bein oui 15/20 comme Metacritic comme d'hab. Aucun risque sur ce site putaclique
Je crois vraiment que t'as pas la lumière à tous les étages, la note Metacritic est la moyenne de toutes les notes de la presse monde, jeuxactu n'a pas fait son test en fonction de la note Metacritic puisqu'ils sont agrégés dans cette moyenne.


J'ai jamais dit le contraire...
Je t'explique le génie.
Les grands médias américains, les youtubeurs donnent leur avis et leur note PUIS Metacritic donne la moyenne... ET ENSUITE DaubeActu vient calqier sa note (voire aussi son avis parfois) sur la note de Metacritic, c'est à dire sur l'ensemble des notes de la presse.

C'est le meilleur moyen de ne pas prendre de risque.

Depuis des années que je l'ai compris et toi t'es l'un des rares crédules à pas avoir compris cela et en + t'oses penser que j'ai cru que Metacritic était un testeur :lol: t'as du te sentir fière de toi un court instant lol


Répondre
-
voter voter
1

Par Gnafron le Jeudi 29 Octobre 2020, 12:18
Rex 63 a écrit:74/100 sur MetacriticEt sur JeuxActu... ah bein oui 15/20 comme Metacritic comme d'hab. Aucun risque sur ce site putaclique
Effectivement. Aucun risque de voir cette ligne éditoriale s'améliorer. Ni de ne pas lire tes jérémiades quotidienne. Encore moins de ne pas te voir me répondre aux travers de tes multiples pseudonymes. Chiche?


Répondre
-
voter voter
1

Par pa347 le Jeudi 29 Octobre 2020, 8:24
Rex 63 a écrit:74/100 sur MetacriticEt sur JeuxActu... ah bein oui 15/20 comme Metacritic comme d'hab. Aucun risque sur ce site putaclique


pourquoi tu viens sur ce site putaclick alors...


Répondre
-
voter voter

Par Deodoo le Jeudi 29 Octobre 2020, 8:23

likeSmall 90
Rex 63 a écrit:74/100 sur MetacriticEt sur JeuxActu... ah bein oui 15/20 comme Metacritic comme d'hab. Aucun risque sur ce site putaclique


Je crois vraiment que t'as pas la lumière à tous les étages, la note Metacritic est la moyenne de toutes les notes de la presse monde, jeuxactu n'a pas fait son test en fonction de la note Metacritic puisqu'ils sont agrégés dans cette moyenne.


Répondre
-
voter voter

Par Rex 63 le Jeudi 29 Octobre 2020, 6:38
74/100 sur Metacritic

Et sur JeuxActu... ah bein oui 15/20 comme Metacritic comme d'hab. Aucun risque sur ce site putaclique


Répondre
-
voter voter
2

Par Actou le Mercredi 28 Octobre 2020, 20:37
"Graphiquement très joli..." Soit le journaliste est un casu, soit il n'a que la switch.

Répondre
-
voter voter
1

Par Zorrro le Mercredi 28 Octobre 2020, 12:41
Merci mais non merci

Répondre
-
voter voter
1

Par batmanmania le Mercredi 28 Octobre 2020, 12:33

likeSmall 2216
On dit qu'il est bien le dernier Watch dogs, raison de plus pour le faire avec le 2.

Répondre
-
voter voter
1

>> Voir les 8 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Watch Dogs Legion

Jeu : Action
Editeur : Ubisoft
29 Oct 2020

29 Oct 2020

29 Oct 2020

29 Oct 2020

10 Nov 2020

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.