JeuxActuJeuxActu.com

Watch Dogs Legion : on y a rejoué, plus convaincant que la dernière fois ?

Watch Dogs Legion : on y a rejoué, plus convaincant que la dernière fois ?
Après deux premiers volets assez inégaux en termes de gameplay et d’immersion, Watch Dogs revient avec un troisième opus, Legion, épisode que nous avons pu prendre en main. A la manière de la démo d'Assassin's Creed Valhalla, Ubisoft avait organisé des sessions de streaming qui nous onbt permis d'y rejouer plusieurs heures, tranquille à la maison. Assez pour se faire un avis définitif ? Non. Mais suffisamment pour déterminer le potentiel de ce nouveau jeu d’action.

Watch Dogs Legion

Victime du COVID-19, puisqu’il a lui aussi intégré le contingent des jeux à la sortie repoussée, Watch Dogs Legion s’est présenté à nous pendant quelques heures, histoire de faire coucou ? Non, évidemment. Histoire de présenter ce qu’il avait dans le ventre. Et d’un point de vue personnel, ce nouveau volet était attendu à plus d’un titre. D’abord parce qu’il a la lourde tâche de succéder à un deuxième volet bien plus immersif et attrayant que le premier. Ensuite, parce qu’il n’avait pas forcément convaincu tous les membres de la rédaction lors de sa première sortie de gala, la faute finalement à ce qui en devait faire la force : à savoir la possibilité d'incarner n’importe quel personnage présent dans la ville de Londres, théâtre de ces nouvelles aventures.


UNE MODÉLISATION AU POIL…


Aventures qui ont été beaucoup plus approfondies que lors du précédent été. Watch Dogs Legion fait donc honneur à Big Ben et aux autres bâtisses (ainsi que les ponts) célèbres de la capitale anglaise, dans un univers toujours régi par les nouvelles technologies, la connectivité entre les personnes, ainsi que le hacking, fer de lance et élément central de la série. Cette fois, le groupuscule Dedsec, habitué du hack en tout genre et toujours prompt à faire tomber toute forme d’injustice, se retrouve dans de sales draps. Suite à une série d’explosions à la bombe dans tout Londres, ces attentats ont été mis sur le dos de Dedsec, qui va donc devoir tâcher de trouver qui fut le commanditaire de ces atrocités et son but. Et, par la même occasion, de sauver son image.

 

Outre les terroristes, Legion vous opposera à deux camps ennemis bien distincts. Et il ne faudra pas moins d’une…légion de joueurs pour les faire tomber.


La tâche ne sera pas simple. Londres est désormais sous le joug d’Albion, une milice spéciale sommée d’agir, à la demande du Premier Ministre, en cas de rébellion de la population et d’annihiler toute trace encore restante ou vivante de Dedsec, avec à sa tête Nigel Cass, un homme bien déterminé à faire payer Dedsec pour les trois attentats meurtriers ayant mis Londres à genoux. Et dans les ruelles, la vie londonienne n’est pas forcément meilleure. C’est le chaos dans les bas-fonds et certains clans mafieux, comme celui du clan Kelly, est bien déterminé à en tirer profit. Outre les terroristes, vous l’aurez compris, Legion vous opposera à deux camps ennemis bien distincts. Et vu sous cet angle, il ne faudra pas moins d’une…légion de joueurs à votre disposition pour les faire tomber.

 

Ok, tout cela a l’air très alléchant sur le papier. Mais dans les faits ? Dans les faits, on a passé un bon moment sur Legion. D’abord au niveau de la rétine. L’introduction du jeu, qui nous place au coeur de cette triste soirée d’attentat, nous envoie dans un dédale de tunnels souterrains du Parlement Britannique. Outre les effets de lumière réussis dans ces tunnels, c’est aussi le sens du détail qui nous a frappé. Et que dire, d’un point de vue plus global, de la modélisation au poil de la ville. Certes, celle-ci, frappée du sceau d’Albion et de l’univers un peu cyberpunk du jeu, a changé un peu d’aspect. Mais ses monuments, ses places, sont restées les mêmes. Le plaisir a également été partagé au niveau du jeu. Et force est de constater qu’un an après le ressenti de Maxime, le mien est similaire. Ubisoft a travaillé son approche du close-combat mais aussi du gunfight, deux sacrés bémols dans les anciens Watch Dogs. Le décor sert désormais véritablement de champ de bataille, avec des éléments à user pour progresser et se mettre à couvert.

 

UN GAMEPLAY RENOUVELÉ MAIS PERFECTIBLE


Une bonne idée, autant pour compenser toute erreur de jugement en voulant jouer les silencieux, que pour offrir plus de possibilités, justement, pour aller surprendre un ennemi en toute discrétion. Les attaques éclairs sont cohérentes et appréciables à exécuter. En revanche, si le combat au corps-à-corps est plus agréable que dans les opus précédents, on n’est pas sorti convaincu des différents gunfights que l’on a eu à disputer. Les armes ne nous ont pas donné énormément de sensations, l’ensemble nous a paru assez mou, sans compter le manque de jugeote de l’IA, capable de vous surclasser par le nombre, mais de choisir des angles de tir fatals pour elle. De là à nous gâcher l’expérience ? Non, pas vraiment mais on l’a noté. Et on espère qu’un petit effort sera fait dans ce sens d’ici la sortie définitive de Legion. Dans ce secteur et aussi dans celui de la conduite des véhicules, assez laborieuse par moments.

Watch Dogs Legion


Certes, cela brise une certaine identification à un seul personnage (c’est vrai que du coup, on a du mal à capter qui est le véritable héros de l’histoire), chose à laquelle nous avaient habitués les précédents Watch Dogs.


Quid de la nouveauté principale de ce nouvel épisode, à savoir pouvoir recruter et jouer des PNJ rencontrés ici et là à Londres ? Déjà, il faut savoir que votre champ d’action dans Legion se résume à la trame principale, à savoir réussir les missions qui vous permettront de retrouver les auteurs des attentats, de combattre Albion et de faire tomber le clan Kelly. Mais pas que. Il y aura des missions secondaires et ces missions, en dehors de ceux imposés par la trame, serviront notamment de recrutement.  Durant notre preview, nous avons évolué avec un ouvrier, puis un hacker (simple, basique). Ensuite nous avons troqué l’ensemble pour un policier et enfin, après l’avoir au préalable recruté, nous avons fini en membre de la milice d’Albion. Pour se faire, il a fallu convaincre la cible du bien-fondé de l’action de Dedsec, dont l’action a chuté plus vite que le CAC 40 un mauvais jour de la semaine suite aux bombardements de Londres.

Watch Dogs Legion

 

Ce recrutement n’était pas anodin, puisqu’il nous a fallu ensuite infiltrer une des bases d’Albion. Et le costume porté dans ce type de missions compte, sous peine de s’attirer les foudres de la milice, à la force de frappe (en nombre surtout) sacrément sévère. Il faudra donc manier les styles et les personnalités dans Legion, d’autant que chaque personnage recruté a ses propres capacités, forcément utiles à un moment ou à un autre de la mission. En cas d’échec d’un de vos personnages, ce dernier sera jeté en prison et n’en sortira qu’après un temps défini. Il faudra faire le bon choix et même en l’ayant fait, ne rien laisser au hasard. Dans notre partie, le membre de Legion que nous avons recruté s’est fait griller en quelques secondes, sans avoir eu le moindre comportement étrange. Preuve que la difficulté sera au rendez-vous de ce nouveau Watch Dogs, riche en bonnes idées (comme le déplacement en métro pour pouvoir accéder plus vite à certaines zones de la map, immense vous vous en doutez) qui devrait encore se faire connaitre d’ici au 29 octobre, date de sortie sur Xbox One, PS4, PC, en attendant un peu plus tard les versions Stadia, PS5 et Xbox Series X.


Notre degré d’attente
A-t-on aimé cette nouvelle démo de Watch Dogs Legion ? Plutôt oui. Parce que c’est beau comme un sou neuf et que l’histoire dépeinte par ce troisième opus a réellement du potentiel, suffisamment en tout cas pour qu’à ce stade, on ait envie de s’y plonger. Parce que l’interaction possible avec une multitude de personnes (20 maximum) offre énormément de possibilités au joueur. Certes, cela brise une certaine identification à un seul personnage (c’est vrai que du coup, on a du mal à capter qui est le véritable héros de l’histoire), chose à laquelle nous avaient habitués les précédents Watch Dogs. Mais peut-être conscient du manque de charisme sur la durée de ces deux derniers (en réalité, qui s’en souvient bien ?) Ubisoft a joué la carte du collectif. Après tout, l’union fait la force. Mais saura-t-elle masquer quelques scories de gameplay et une IA assez inégale ? Sera-t-elle surtout assez forte pour convaincre son auditoire ? Wait and see… mais la promesse est là en tout cas.


 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
50% Osef


À découvrir également
Autres articles

Watch Dogs Legion : un trailer qui fait de la Résistance juste avant le Xbox Games Showcase C'est dans le cadre du pré-show du Xbox Games Showcase qu'Ubisoft a dégainé un nouveau trailer de Watch Dogs Legion. 23/07/2020, 17:58
Watch Dogs Legion : un trailer cinématique et du gameplay rempli de drones Watch Dogs Legion a fait l'ouverture de la conférence Ubisoft Forward, et les choses ont d'ailleurs commencé par un long trailer cinématique réalisé par Alberto Mielgo, un Espagnol plus connu pour son travail avec Gorillaz. 3 | 12/07/2020, 21:14


Derniers commentaires
Par sdf le Mercredi 15 Juillet 2020, 12:41
@Repenty : pourquoi tu ban pas tout le monde ?
Même si les IP changent elles ne sont pas illimités, arrivera très vite un moment où ils auront fait le tour de tous leurs serveurs VPN.


Répondre
-
voter voter

Par Corel le Lundi 13 Juillet 2020, 16:55

likeSmall 3
Ce que je trouve dommage c'est qu'une fois encore le jeu n'est pas en coop pour le mode histoire... A moins que je me trompe.

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 2 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Watch Dogs Legion

Jeu : Action
Editeur : Ubisoft
29 Oct 2020

29 Oct 2020

29 Oct 2020

29 Oct 2020

Zone Membres

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.