JeuxActuJeuxActu.com

Call of Duty Modern Warfare : on a vu le reboot, hyper réaliste, limite dérangeant, nos infos

Call of Duty Modern Warfare : on a joué au reboot, hyper réaliste, limite dérang

Quoique l’on dise des Call of Duty, difficile de nier l’efficacité hors-norme de chacun des seize opus publiés jusqu’à présent. Pourtant, si l’on ne devait en retenir qu’un, sans doute le quatrième chapitre Modern Warfare est celui qui reviendrait le plus souvent en tête de liste : c’est bien simple, sans lui, la saga n’aurait jamais connu un tel essor, et Activision non plus. En posant un cadre moderne dans une période où la Seconde Guerre Mondiale prédominait, le jeu d’Infinity Ward n’a pas juste séduit son audience, il a littéralement bousculé les codes du FPS grand public. Trois Modern Warfare et presque 76 millions de ventes plus tard, le studio californien s’est alors attelé à deux autres sous-franchises, Ghosts et Infinite Warfare, clairement les petits vilains canards de la série malgré des scores époustouflants. Pour 2019, la firme revient enfin aux sources, à ses amours, et compte bien repartir en pole position devant Treyarch et Sledghammer : Call of Duty Modern Warfare est un reboot ultra-prometteur, et il nous a été présenté en toute intimité à Los Angeles. Premier verdict.


Call of Duty : Modern WarfareD’innombrables rumeurs fleurissaient, cette dernière année, sur le prochain volet de Call of Duty. De façon plus que probable, on savait que la marque Modern Warfare allait enfin faire son grand retour après pas moins de huit ans d’absence : en revanche, nous étions loin de nous douter qu’Infinity Ward allait opter pour un reboot audacieux, et non pas pour le très présumé MW4. La surprise fut ainsi totale quand les développeurs nous présentèrent le projet, directement dans leurs locaux, dans un cinéma privé parmi quelques élus journalistes. D’ailleurs, pour ces créateurs historiques de Call of Duty, il s’agit plus d’une sorte de "ré-imagination" : plusieurs termes se bousculent au portillon mais, si l’on peut bien vous confirmer quelque chose, c’est que ce nouveau Modern Warfare n’est pas un remake. De la même façon que Call of Duty 4 avait pu surprendre le marché, les Américains comptent bien, ici, réitérer l’exploit. Et pour ce faire, le jeu s’oriente de façon surprenante dans un réalisme et une authenticité encore jamais produite dans la saga. C’est assez couillu… et exactement ce dont avait besoin la franchise.


 

ON EFFACE (PRESQUE) TOUT ET ON RECOMMENCE

 

Call of Duty : Modern WarfareDe façon assez remarquable, les Modern Warfare avait codifié (sans mauvais jeux de mots) beaucoup des mécaniques FPS de la génération précédente. On se souvient des campagnes complètement abracadabrantes, alimentées de scènes hollywoodiennes, de musiques épiques – Hans Zimmer avait même réalisé l’OST de Modern Warfare 2 – et d’une intensité ébouriffante. Pour ce nouvel opus, ne vous attendez pas nécessairement à de telles directives. Tout d’abord, et il semble important de le préciser après l’absence de solo dans Black Ops 4, oui, Modern Warfare disposera bel et bien d’un mode carrière en bonne et due forme. À vrai dire, durant la présentation privée de plusieurs heures à laquelle nous avons eu droit, l’accent était même majoritairement mis sur cette campagne intrépide. Dave Stohl et Pat Kelly, les deux dirigeants de la société ; Joel Emsli, le directeur artistique ; Stephen Miller, l’Audio Director ou encore Taylor Kurosaki, le Directeur Narratif avec lequel nous avons pu nous entretenir longuement seul à seul : tous se sont succédés pour nous présenter le jeu dans les moindres détails.

RÉINVENTER LES COD

 

Call of Duty : Modern WarfareAinsi, n’espérez pas à une suite mais bel bien à une histoire totalement originale, plantée dans un contexte moderne avec toutefois certains des mêmes protagonistes (coucou Casino Royale), comme ce bon vieux Captain Price. Ce choix de redémarrer la série est en réalité tout à fait légitime : le monde d’aujourd’hui, le vrai, s’est particulièrement complexifié depuis la sortie du premier titre MW, en 2007. De nouvelles tensions géopolitiques sont apparues, la technologie a évolué, les nations ont bougé. Difficile alors de tenir le terme « Modern Warfare » dans une suite aux trois premiers jeux, d’autant plus qu’après les événements scénaristiques qui s’y sont produits, l’univers est particulièrement dévasté. En rebootant Modern Warfare, Infinity Ward peut alors donner son interprétation du monde militaire de 2019 (tout en gardant l’apport marketing de la marque) et, selon les développeurs, ce nouveau jeu se devait d’être plus sérieux, plus mature, plus impactant. Lors des deux missions qui nous furent présentées, nous avons alors assisté à un Call of Duty revu à la hausse, endossant l’étonnant parti-pris du réalisme. Comme ils nous l’ont souvent répété, la guerre n’est jamais blanche ou noire : elle est toujours grise. En cela, la campagne nous fera voir le meilleur et (souvent) le pire des conflits, en retranscrivant des scènes parfois borderlines mais jamais gratuites, le but étant de dénoncer certains faits de la vraie vie, et surtout en respectant les malheureux qui en ont fait les frais.

CALL OF CHARLIE

 

Call of Duty : Modern WarfareLa première séquence dévoilée mettait directement dans le bain. Direction la capitale anglaise, au sein des forces spéciales londoniennes. Après un attentat dévastateur à la bombe ultra-sauvage, dont la déflagration et les cris désespérés qui s’en suivirent n’ont pas manqué d’instaurer quelques frissons tristement nostalgiques, le but donné était simple : démanteler le réseau terroriste responsable, caché dans un immeuble. Pour ce faire, on incarne alors un membre d’une squad surentraînée, investissant les lieux de force et stratégiquement. Après avoir coupé l’électricité en pleine nuit, l’opération commence dans le noir et surprend : nous ne sommes plus dans la surenchère habituelle des Call of Duty, mais bel et bien au sein d’une attaque organisée minutieusement, où chaque geste est décisif et chaque tir son importance. À l’aide de lunettes à vision nocturne et du pointeur laser, l’assaut, mené à travers des couloirs sinueux et contre des hommes retranchés dans les différentes pièces du bâtiment, s’est avéré étonnamment brute de décoffrage… et de pragmatisme. La sècheresse et l’impact des kills révèlent alors la dimension réaliste de ce nouveau Call of Duty, faisant directement échos aux divers événements tragiques vécus en Europe, ou pour faire un parallèle cinématographique, à la scène phare de Zero Dark Thirty. L’impact précis des balles sur les corps, leur chute lourde sur le sol, les visages tétanisés, saisis par la mort, affichent un véritable travail technique et de mise en scène.

Après un attentat dévastateur à la bombe ultra-sauvage, dont la déflagration et les cris désespérés qui s’en suivirent n’ont pas manqué d’instaurer quelques frissons tristement nostalgiques, le but donné était simple : démanteler le réseau terroriste responsable, caché dans un immeuble.

 

Call of Duty : Modern WarfareDans la salle de projection, certains journalistes n’étaient d’ailleurs pas à leurs aises devant cette action si terre à terre. L’assaut ne demandait pas de tirer non plus sur tout ce qui bouge : une femme était par exemple inoffensive, prenant son bébé dans les bras pour se protéger ; une autre non, feintant les soldats en se jetant désespérément sur une arme à la volée… pour finir, elle aussi, avec du plomb dans la tête. Très clairement, on sent la volonté des développeurs d’apporter un facteur humain aux différentes situations, de faire en sorte que le joueur se sente impliqué au travers des personnages qu’il incarnera. Cette séance de jeu permettait également de mettre en lumière de nouvelles mécaniques de jeu : désormais, il est possible d’ouvrir les portes à plus ou moins fort degré, voire de les enfoncer, pour gérer la situation à sa guise, de tirer de côté au coin d’un couloir ou bien de se mettre à couvert. Le système de pénétration balistique des surfaces est lui toujours d’actualité, permettant d’atteindre un ennemi planqué derrière un mur : qu’on se le dise, il y avait un peu de Rainbow Six Siege dans cette démo… et ce n’était pas pour nous déplaire, loin de là.

 

DE L’AUTRE CÔTÉ DE LA GUERRE

 

Call of Duty : Modern WarfareLa seconde mission présentée, pour le coup, n’avait rien à voir avec la précédente mais continuait de contraster avec ce que l’on connaissait de Call of Duty. Cette fois-ci, l’action prenait place dans les yeux d’une rebelle dans un pays fictif du Moyen-Orient, ayant choisi de prendre les armes pour combattre le fléau terroriste… mais dans un flash-back remontant à une vingtaine d’années. Ainsi, on se retrouve dans la peau d’une fillette, haute comme trois pommes avec peut-être six ou sept ans à son actif, en pleine invasion russe de son village natal. Les premières minutes donnent le ton : ensevelie sous les décombres, le cadavre de notre présumée mère à nos côtés, nous recevons la douce lumière de la surface sur notre visage, gagnant du terrain au fil des pierres enlevées à la sueur des hommes qui tentent, activement, de nous sauver. Finalement dans les bras de notre père, on assiste alors, impuissante, au débarquement d’une escouade soviétique, exterminant la population locale. Très vite, on se retrouve confrontée à la mort de notre père, puis à son meurtrier dans une partie de chat et de la souris où l’on se doit de ramper, de se cacher et d’assaillir notre ennemi prudemment à l’aide d’objets de fortune. La phase qui s’en suit n’est pas non plus très joviale puisque l’on doit faire face dans une phase d’infiltration aux retombées dramatiques d’une attaque au gaz, à l’exécution des civils ou des animaux encore vivants, convulsant au sol, à la totale merci des forces militaires ennemies.

Cette fois-ci, l’action prenait place dans les yeux d’une rebelle dans un pays fictif du Moyen-Orient, ayant choisi de prendre les armes pour combattre le fléau terroriste…

 

Call of Duty : Modern WarfareSi l’on se souvient évidemment de la scène polémique « Pas de russe » de Modern Warfare 2, force est de constater que cet opus là aura, lui aussi, ses propres phases choc. Mais au contraire des anciens jeux, le souhait d’Infinity Ward est ici davantage dénonciateur, moral. Taylor Kurosaki, le Directeur Narratif du studio, nous a avoué en privé qu’il était très important, pour lui et son équipe, de faire ressentir toute la difficulté des choix (ainsi que leurs conséquences) commis par tous les acteurs de la guerre. Et parce que « chaque combattant de la liberté est le terroriste de quelqu’un d’autre », Modern Warfare devrait alors aussi s’aventurer du côté des méchants, en essayant de nous faire comprendre les motivations des grands vilains qui, même s’ils essaient de parvenir à leurs fins par des moyens terribles, sont convaincus par leurs idéaux. Cette prise de maturité dans la narration et dans les propos, totalement inhabituelle dans la saga, s’explique peut-être aussi par la venue de plusieurs développeurs talentueux ces derniers temps. Effectivement, Infinity Ward a récemment accueilli en son sein  quelques ex-effectifs de Naughty Dog, et ceux-ci auraient apporté tout leur savoir faire de mise en scène et d’écriture pour ce mode solo. De ce qui nous a été montré, l’influence est réelle. Le HUD, alors épuré et affichant des icones d’interaction, fait alors directement écho à Uncharted 4 ; le duel de la fillette et du militaire, quant à lui, suivait le même schéma que le cruel affrontement d’Ellie et David dans The Last of Us. D’un point de vue artistique, les inspirations voguent aussi du côté de films comme Sicario, Du Sang et des Larmes, American Sniper. Les thématiques de l’adversité, de la détermination, de la cruauté semblent de mise et s’appuient sur des tons sableux, secs, bruts. Ces deux missions sont tout ce que nous ont montré les concepteurs californiens, et autant dire qu’il y a un fossé avec ce que l’on s’attendait à voir. Pour autant, on nous a confirmé que le titre garderait de grands pans de Call of Duty : on ira visiter de nombreux endroits du monde et des batailles plus larges (entendez par-là, « plus mainstream ») seront heureusement toujours de la partie. Mais Modern Warfare compte bien faire avancer la série et l’on croise tous les doigts possibles pour que les promesses soient tenues.

ON REFAIT LA VITRINE

 

Call of Duty : Modern WarfareSi ce reboot étonnant parait aussi percutant, c’est bel et bien aussi parce qu’Infinity Ward a mis un véritable coup de coller sur la technique. Pour ainsi dire, la firme a carrément ouvert un autre studio, en Pologne, afin de prêter main forte sur cet aspect-là et ce tout au long des trois ans de développement. Le moteur du jeu se voit alors drastiquement amélioré, notamment sur la physique des objets – un gros travail a  par exemple été fait pour que les sacoches ou les vêtements bougent en temps réel sur les personnages ; les balles, elles, ricochent désormais sur les armes ou les parties métalliques mineures – et des corps humains, qui bénéficient enfin d’un véritable ragdoll. De même, la photogrammétrie fut un des éléments essentiels à la réalisation du titre, permettant alors un rendu ultraréaliste des environnements et des modèles 3D humains comme matériels. Rajoutez à cela une lumière entièrement volumétrique et même du Ray Tracing pour sa gestion et vous avez clairement le plus joli Call of Duty jamais réalisé. Cerise sur le gâteau, plus de 90 micros ont été nécessaires à l’enregistrement des différents bruits d’armes à feu pour un verdict sans appel : entièrement dynamique et évolutif, le sound design de ce Modern Warfare un réel délice et permet, ENFIN, d’apporter une véritable profondeur dans les fusillades. Call of Duty semble avoir appris de beaucoup de ses erreurs et le meilleur, dans tout cela, c’est que les sensations de jeu n’en sont que plus abouties.

Le recul des armes, plus impactant, s’est aussi rendu plus maniable pour ne pas en subir les frais ; il est désormais possible de lever son arme en l’air pour courir encore plus vite et, mieux encore, on peut maintenant recharger en tirant presque sans temps mort.

 

Call of Duty : Modern WarfareSi nous n’avons malheureusement pas pu poser nos mains sur la campagne solo, il était en revanche possible de voir plusieurs développeurs s'atteler à certaines démonstrations, juste devant nous et nous nous en tiendrons « simplement » à nous attarder sur un gameplay particulièrement jouissif : avec tout cette authenticité, le risque aurait été clairement de s’enfoncer dans une jouabilité plus terre à terre et finalement moins porteuse de l’ADN Call of Duty. Heureusement, les bases sont bien là et grâce des animations plus nombreuses, à des déplacements moins robotiques et surtout grâce à l’énorme renfort technique, rarement le feeling n’aura été aussi bon dans la franchise. Chaque frag est un plaisir de volupté, de fluidité mais aussi de nervosité. Pour ceux que cette nouvelle orientation globale inquiéterait, sachez que le dynamisme traditionnel de la saga n’est en rien affecté et qu’il s’agit plutôt d’un retour aux sources largement rénové, abandonnant définitivement les possibilités fantaisistes abordées dans les précédents softs (doubles sauts, courses murales, capacités des Spécialistes, et l’on en passe). Le recul des armes, plus impactant, s’est aussi rendu plus maniable pour ne pas en subir les frais ; il est désormais possible de lever son arme en l’air pour courir encore plus vite et, mieux encore, on peut maintenant recharger en tirant presque sans temps mort. En soi, du tout bon et nous voilà parfaitement réconciliés, du moins pour le moment, avec une saga dont le dernier jeu en date manquait un peu de panache pour nous surprendre. A priori, Call of Duty Modern Warfare devrait sortir sur PC, PlayStation 4 et Xbox One pour le mois d’octobre ou novembre – la date reste encore à confirmer – mais il semble bien parti pour remettre les anciens au pied de guerre tout en touchant un nouveau public, n’ayant pas eu la chance de faire ses armes sur les premiers Modern Warfare.


Notre degré d’attente

On ne s’y attendait franchement pas, mais ce reboot de la franchise Modern Warfare semble bien disposer de suffisamment d’audace pour marquer les esprits au fer rouge. C’est bien simple, de ce qui nous a été montré, il s’agit assurément du Call of Duty le plus réaliste, le plus mature et le plus authentique jamais réalisé à ce jour. Grâce à une nouvelle branche ouverte en Pologne il y a trois ans et en s’appuyant sur l’expertise d’ex-développeurs de Naughty Dog recrutés pour l’occasion, une véritable marche technique a enfin été franchie, permettant alors à la mise en scène, à l’écriture et à certains pans du level design de relever d’une intensité plus qu’appréciable. On espère juste que son parti pris décidément pertinent, souhaitant nous confronter à toutes les horreurs morales des conflits modernes, ne versera pas trop dans le patriotisme américain et dans une écriture aux grosses ficelles.  Difficile de prédire si le titre saura impacter tout autant que Call of Duty 4 à son époque – a priori, il est tout de même peu probable qu’il refaçonne les codes du FPS comme le premier Modern Warfare avait su le faire – mais son histoire toute neuve, son gameplay au feeling étincelant et sa réalisation solide, sound design acéré à l’appui, promettent finalement une petite révolution dans la saga.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
75% Excité


À découvrir également
Autres articles

Call of Duty Modern Warfare : 2 nouvelles images venues tout droit de l'E3 2019 Activision poursuit la campagne promotionnelle de Call of Duty : Modern Warfare à l'E3 2019, en dévoilant deux nouvelles images que l'on vous invite à découvrir sans plus attendre. 13/06/2019, 09:47
Call of Duty Modern Warfare : Sarah Schachner (Assassin's Creed, Anthem) en charge de l'OST Part toujours très importante des Call of Duty, l'OST du prochain opus, Modern Warfare, vient enfin de préciser son compositeur : pour le coup, c'est une compositrice et il s'agit de Sarah Schachner. 04/06/2019, 15:21


Derniers commentaires
Par ashton_x le Lundi 3 Juin 2019, 17:20
Dominus Ghaul a écrit:
Narutovore a écrit:Non, le truc c'est que, comme je le disais, les Call Of Duty ont tendance à surfer sur une imagerie, une représentation de la guerre limite propagandiste, du genre de celle véhiculée par l'administration Trump, où la glorieuse nation américaine se défend vaillamment contre des méchants venus des 4 coins du monde (bref, les étrangers).
Bref, les nords coréens aussi dans un sens. La Corée du Nord a été défini comme Le Grand Méchant étranger par l'amérique, et donc par son allié la France. L'ennemi d'une nation dans une guerre est par définition étrangère. Et l'administration Trump n'a pas fait d'avantages de guerre que celle de Obama ou celle prônée par Hilary Clinton lors de sa campagne. Alors oui c'est vrai que dans les films et jeux de guerres, il y a une propagande comme dans Call of Duty t'as raison, mais pas plus que dans les comics Marvel ou DC Comics, montrant systématiquement comme héros un homme blanc américain sauvant le monde. On sait tous que les super héros se sont developpés durant la guerre froide contre la Russie et se sont popularisés dans ce processus de guerre d'image. Si j'avais incarné un soldat non américain dans une guerre moderne dans Call of Duty, il aurait été soit russse donc on aurait dit que Vladimir Poutine fait sa propagande, soit anglais donc on aurait dit que c'est la promotion du Brexit, soit français et on aurait entendu gueulé que En Marche fait sa propagande habituelle (d'ailleurs ils ont fait un jeu eux pour leur campagne :lol: ). Dans tous le cas, dans un jeux vidéo ou dans un film, il y a une idéologie qui est soutenue et véhiculée, même sournoise, et donc dans tous les cas, il y a une forme de propagande dans le pire des cas, ou bataille d'idées au mieux.


Non pas dans tous les cas, tu abuses. Mais toi tu vois ça en mal alors que je trouve au contraire que ça fait parti d'une oeuvre d'art de transmettre un message. Et c'est même ce qui distingue un bon film d'action comme Matrix d'un vulgaire nanar sauce Jason Statham.
Pour le lien entre les super héros americains et la guerre froide entre les USA et l'URSS, tu n'as pas tout à fait tord. Je ne l'avais jamais vu sous cet angle mais maintenant que oui, ça me paraît presque évident qu'il y avait une image des usa à véhiculer. D'ailleurs c'est à cause des films hollywoodiens que les USA fait rêver les jeunes comme si c'était un pays de fou. Mais au moins c'est une propagande positive et pas une propagande négative comme on a vue lors des elections européennes où la seule réponse pour défendre l'idée européenne consister à jouer sur les peurs à dire que la Chine, la Russie et les États-Unis en face c'est des méchants. Propagande ou non, tant qu'il n'y a pas le dénigrement de l'autre ou un jeu sur les peurs c'est ce qui compte.


Répondre
-
voter voter
1

Par Arf le Dimanche 2 Juin 2019, 14:47

likeSmall 728
Certaines œuvres essayent tout de même de proposer un point de vue moins manichéen, voire évitent la propagande(même sournoise) dans leurs représentations de la guerre et ses contrariétés. Je pense à Platoon ou Démineur pour le cinéma, ou encore à Specs Ops: The Line pour le jeu vidéo. Spéciale dédicace à votre président gérontophile qui pour les cérémonies des 75 ans du débarquement décide de ne pas inviter Poutine "l'ignoble, l'affreux, le monstre, puisque je vous dis que c'est vrai, j'ai pointé mon doigt dans la direction que les Américains m'ont gentiment montré"...

Répondre
-
voter voter
2

Par Dominus Ghaul le Dimanche 2 Juin 2019, 13:50
Narutovore a écrit:Non, le truc c'est que, comme je le disais, les Call Of Duty ont tendance à surfer sur une imagerie, une représentation de la guerre limite propagandiste, du genre de celle véhiculée par l'administration Trump, où la glorieuse nation américaine se défend vaillamment contre des méchants venus des 4 coins du monde (bref, les étrangers).

Bref, les nords coréens aussi dans un sens. La Corée du Nord a été défini comme Le Grand Méchant étranger par l'amérique, et donc par son allié la France. L'ennemi d'une nation dans une guerre est par définition étrangère. Et l'administration Trump n'a pas fait d'avantages de guerre que celle de Obama ou celle prônée par Hilary Clinton lors de sa campagne. Alors oui c'est vrai que dans les films et jeux de guerres, il y a une propagande comme dans Call of Duty t'as raison, mais pas plus que dans les comics Marvel ou DC Comics, montrant systématiquement comme héros un homme blanc américain sauvant le monde. On sait tous que les super héros se sont developpés durant la guerre froide contre la Russie et se sont popularisés dans ce processus de guerre d'image. Si j'avais incarné un soldat non américain dans une guerre moderne dans Call of Duty, il aurait été soit russse donc on aurait dit que Vladimir Poutine fait sa propagande, soit anglais donc on aurait dit que c'est la promotion du Brexit, soit français et on aurait entendu gueulé que En Marche fait sa propagande habituelle (d'ailleurs ils ont fait un jeu eux pour leur campagne :lol: ). Dans tous le cas, dans un jeux vidéo ou dans un film, il y a une idéologie qui est soutenue et véhiculée, même sournoise, et donc dans tous les cas, il y a une forme de propagande dans le pire des cas, ou bataille d'idées au mieux. Ce que je dis réellement c'est que ce n'est pas parce qu'une idéologie est soutenue qu'il y a propagande. Sinon tout est propagande tu sais. Et je suis contre la manipulation de masse sous quelque parti que ce soit et dans un sens on ne vaut pas mieux que la Russie qu'on dénonce en faisant la propagande européenne et en désignant Poutine comme le grand méchant. Personne ne vaut mieux que personne en fait.


Répondre
-
voter voter
1

Par Narutovore le Samedi 1er Juin 2019, 17:59 Modérateur

likeSmall 4117
@ Dominus Ghaul

Loin de moi l'idée de soutenir ce cliché nauséabond comme quoi le jeu vidéo rend violent et tu as bien raison quand tu dis que les guerres naissent avant tout d'intérêts nationalistes !

Non, le truc c'est que, comme je le disais, les Call Of Duty ont tendance à surfer sur une imagerie, une représentation de la guerre limite propagandiste, du genre de celle véhiculée par l'administration Trump (dont de nombreux adeptes pointent justement la "responsabilité des jeux vidéo" à chaque tuerie par arme à feu au pays de l'oncle Sam), où la glorieuse nation américaine se défend vaillamment contre des méchants venus des 4 coins du monde (bref, les étrangers).
Toi qui connais visiblement bien la saga, dis-moi : y a-t-il un épisode où l'on incarne des soldats autres qu'américains, notamment parmi ceux ayant pour contexte la guerre moderne ?


Répondre
-
voter voter
1

Par Dominus Ghaul le Samedi 1er Juin 2019, 14:13
Narutovore a écrit:@ Dominus GhaulJe te rassure, des jeux où on tue des gens à coup de pétoires (ou de lames, de poings et autres) j'en fais un paquet ; ça représente même l'essentiel de mon activité vidéo-ludique vu que je suis avant tout un gros fan de jeux d'action.Ce qui me gêne plus particulièrement avec Call Of Duty c'est que ça représente une pensée (ou plutôt une idéologie) bien américaine à base de nationalisme guerrier primaire. Je repense encore avec un mélange d'amusement et de consternation à cette pub où on voyait des quidams armés jusqu'aux dents se balader en plein champ de bataille avec le slogan "Réveillez le soldat qui est en vous"...Et justement ce reboot de la saga pourrait bien m'intéresser car, d'après les divers aperçus, il ne glorifie plus la guerre mais la dénonce au contraire.

Oui mais tu participes un peu discours comme quoi le jeu vidéo rendrait violent. Et je ne vois pas en quoi une guerre moderne représenterait une idéologie nationaliste d'avantage qu'une guerre ancienne où on se battait avec des lames. Je ne culpabilise pas moins en tuant des romains dans Assassin's Creed que dans Call of Duty. Toutes les guerres sont plus ou loins nationalistes dans le monde, l'interêt d'une ou plusieurs nation c'est même le principe d'une guerre/intervention militaire. Dans toutes les guerres du monde il y a un intérêt nationaliste chez tous les intervenants, que ce soit avant ou après. Et entre nous, les guerres n'ont pas attendu Call od Duty pour se faire. Ce n'est pas Call of Duty qui a encouragé le bombardement de la Lybie.


Répondre
-
voter voter
1

Par Narutovore le Samedi 1er Juin 2019, 12:32 Modérateur

likeSmall 4117
@ Dominus Ghaul
Je te rassure, des jeux où on tue des gens à coup de pétoires (ou de lames, de poings et autres) j'en fais un paquet ; ça représente même l'essentiel de mon activité vidéo-ludique vu que je suis avant tout un gros fan de jeux d'action.

Ce qui me gêne plus particulièrement avec Call Of Duty c'est que ça représente une pensée (ou plutôt une idéologie) bien américaine à base de nationalisme guerrier primaire. Je repense encore avec un mélange d'amusement et de consternation à cette pub où on voyait des quidams armés jusqu'aux dents se balader en plein champ de bataille avec le slogan "Réveillez le soldat qui est en vous"...

Et justement ce reboot de la saga pourrait bien m'intéresser car, d'après les divers aperçus, il ne glorifie plus la guerre mais la dénonce au contraire.


Répondre
-
voter voter
2

Par Dominus Ghaul le Samedi 1er Juin 2019, 10:28
Narutovore a écrit:@ Dominus GhaulJe n'aime pas le gameplay mais ça c'est juste une question d'affinité. Ce qui m'horripile avec cette licence c'est son aspect "youpi on fait la guerre" (relayé notamment par ses pubs) que je trouve vraiment beauf, primaire même.Et j'avoue aussi que voir chaque nouvel épisode pulvériser les charts quelles que soient les critiques, au détriment de nombreux jeux (notamment solo) largement mieux notés, a tendance à m'énerver...

Mais c'est un jeu !! C'est pas la guerre. Vous ne jouez pas qu'à Mario, des jeux de Tennis, de foot ou de velo quand même ? Si ça vous choque que que l'on tue des gens dans un jeu, la liste de vos choix vidéoludique doivent être bien restreinte. Je trouve qu'il ne faut pas être fermé sur ça. Ça me fait réagir parce que tu n'es pas le premier à me dire ça mais je trouve l'excuse un peu bateau, désolé de te le dire comme ça. C'est dommage de se priver de 75 % du catalogue juste pour des idées reçues. Vous devriez essayer au moins. À part pour de la pédophilie, de la torture ou autres abominations, ou même des discours politiques ou religieux, tous les thèmes ont le droit d'être abordés pour moi.
@Arf, pour les maps tu as raison, mais pas pour le gameplay. Et je viens de voir les notes de certains CoD sur jeuxactu.fr, il est plutôt bien noté en général donc la qualité justifie bien les ventes, on ne peut pas dire le contraire.


Répondre
-
voter voter
1

Par fab3000 le Samedi 1er Juin 2019, 7:51

likeSmall 64
Il était temps que COD se reprenne en main, en plus vu que BF c'est devenu aussi naze aujourd'hui il faut bien quelqu'un pour montrer l'exemple.

Répondre
-
voter voter
1

Par Scuzynatani le Vendredi 31 Mai 2019, 21:02
Hype de folie, vivement la sortie !!

Répondre
-
voter voter
1

Par Syphonwaz le Vendredi 31 Mai 2019, 20:05
C’est bien, ça se remet en cause, content de l’evolution Des choses

Répondre
-
voter voter
1

>> Voir les 18 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Call of Duty : Modern Warfare

Jeu : FPS
Editeur : Activision
Développeur : Infinity Ward
25 Oct 2019

25 Oct 2019

25 Oct 2019

Zone Membres

Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.