JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test DOOM Eternal : la virée en enfer la plus jouissive de cette génération !

Test DOOM Eternal : la virée en enfer la plus jouissive de cette génération ! Hit JeuxActu
La Note
18 20
Après avoir remis la saga d’aplomb en 2016, id Software persévère et signe ici sans doute l’une de ses productions les plus jouissives. DOOM Eternal n’est pas qu’une merveilleuse combinaison entre l’ancienne et la nouvelle école, c’est aussi l’art du combat à son paroxysme, une maîtrise de la nervosité finement polie grâce à de nombreuses idées de gameplay pertinentes qui viennent aérer l’expérience. Encore plus fiévreux, plus aérien, plus tactique et s’appuyant sur une technique impeccable et une ambiance hurlante, la fureur qui émane de cette nouvelle plongée ténébreuse est plus que savoureuse : elle est probablement unique et à découvrir impérativement.

Les plus
  • Des mécaniques de jeu renouvelées et pertinentes
  • Les combats sont tout simplement FURIEUX
  • Plus de plateforme pour plus de dynamisme
  • L'évolution jouissive du personnage est extrêmement bien maîtrisée
  • Une direction artistique plus variée et parfois sublime
  • Techniquement ultra-fluide, optimisé et solide
  • Des sensations de jeu uniques
  • Un merveilleux hommage aux jeux des années 90
  • Une jolie durée de vie
  • Cet OST, cette ambiance, nondidiou
  • Un univers fichtrement intéressant...
Les moins
  • ... mais mal mis en avant dans la narration
  • La fin de l'aventure peut tirer un peu en longueur
  • Le Battlemode encore un peu léger pour l'instant


Le Test
Si le jeu vidéo est-ce qu’il est aujourd’hui, une grande part de responsabilité revient à DOOM qui, en 1993, en a clairement chamboulé les codes. Sans se rendre compte de la portée de leurs actes, forts de leur succès avec l’iconique Wolfenstein 3D, John Carmack, John Romeo et autres têtes pensantes d’id Software ont tous posé de grandes pièces à l’édifice du FPS : encore aujourd’hui, ce premier opus culte reste d’actualité et le sera probablement à tout jamais grâce à l’extraordinaire communauté qui continue de l’entretenir. C’est donc en toute logique que notre attention se porte sur cette saga fabuleuse dont chaque nouvel opus est, en soi, un événement vidéoludique conséquent ; un flash-back vers les années 90 teintées des nouvelles idées géniales du studio texan. Presque trente après son père originel, DOOM Eternal, cinquième volet de la franchise, se laisse enfin approcher et Dieu sait que l’on en tremblait d’envie. Cette nouvelle plongée en Enfer fait-elle honneur au passif historique de la franchise et de nos innombrables heures de jeu ?

DOOM EternalEn 2016, id Software jouait la carte du reboot avec le sobrement intitulé DOOM. Petite merveille de fluidité et d’action nerveuse, les concepteurs avaient réussi le pari de renouveler sa saga tout en étant surprenamment conservateurs : il aura finalement fallu quatre ans pour accoucher de sa suite directe, fabriquée avec attention en parallèle des projets Wolfenstein et Rage 2. Là où le précédent chapitre se calquait grandement sur la trame du jeu de 1993, DOOM Eternal s’inscrit dans la même logique en contant avec liberté les événements de DOOM II Hell on Earth : on se plaît alors à incarner une nouvelle fois le doomslayer qui, après avoir donc terrassé les forces de l’enfer sur Mars, viendra purifier notre pauvre Terre assaillie. Chargez votre fusil à canon scié, enfilez votre armure et serrez les dents : c’est l’heure de la boucherie. 


QUAND C’EST L’HEURE, SLAYER

DOOM EternalL’heure est grave. Après les événements sanglants de la Planète Rouge, c’est désormais notre pauvre globe terrestre qui se voit persécuté par les armées du mal et à nous, le terrible Doomslayer, de s’en charger. Le Doomslayer n’est pas n’importe qui : il s’agit en quelque sorte de l’Élu, la force brute idéale envoyée par l’ordre divin des Sentinelles, peuple de guerriers anciens, qui l’ont conçu et façonné il y a fort longtemps. Ce n’est pas un vulgaire soldat et, d’ailleurs, toute l’aventure et le background de DOOM Eternal insiste drôlement sur ce fait, accentuant le caractère mystique, massif et redoutable de notre personnage jouable aux premiers abords générique : baignant pourtant dans la terreur la plus oppressive et faisant face à des créatures ignobles, on se plaît alors à foncer dans le tas pour la simple et bonne raison que l’on se sent titanesque, furieusement redouté, encore plus badass que l’enfer lui-même. De prime abord, DOOM Eternal brille par cette mise en situation saisissante, celle de nous faire sentir de taille à affronter des tonnes de monstres ultra-intimidants, lore solide et gameplay fabuleux à l’appui.



DOOM EternalQu’on se le dise d’emblée, le scénario de DOOM Eternal n’est pas nécessairement son point fort. Pour autant, il ne délaisse pas les efforts entamés par l’opus de 2016 et en reprend la trame et certains personnages tout en y ajoutant un gros grain de sel : il s’agit principalement d’explorer, à l’aide de dizaines de documents écrits à récupérer partout dans les niveaux, l’histoire des enfers, leur fonctionnement ainsi que celui des Sentinelles, organisation mystique dont vous faites partie, et la civilisation intrigante des Maykr. Si l’objectif est on ne peut plus simple - stopper l’invasion maléfique de la Terre en démantelant (comprenez par là décapiter les dirigeants) les forces ennemies - l’intérêt de l’univers réside surtout dans ses multiples notes optionnelles qu’il faudra lire soi-même. Le background est ainsi dense, presque religieux et abrite un potentiel certain pour y concevoir des récits palpitants. Impossible, donc, de nier l’effort par les scénaristes de ce côté là même si, dans l’action pure et dure, l’écriture s’avère assez légère avec peu de cinématiques et de dialogues. Cela laisse donc le choix aux pragmatiques de se concentrer sur les affrontements et aux littéraires d’explorer tranquillement la mythologie dans le menu dédié. 


VINCENT MCDOOM

DOOM EternalPuis, bien sûr, il y a tout le reste. Pionnier en la matière de shooter, DOOM est une référence incontestable que le reboot de 2016 avait honoré avec brio : figurez-vous que ces petits malins d’id Software fourmillaient de nouvelles idées, idées appliquées finement dans cet Eternal savoureux. En l’état, le jeu garde les bases de son prédécesseur avec les mêmes pétoires ou presque et ce feeling d’une violence indescriptible doublée d’une fluidité vieille-école incontestable. Jouer à DOOM Eternal, c’est un peu comme si Kratos s’octroyait des armes à feu pour (re)déchirer la Grèce Antique : chaque frag déchiquète en temps réel (!) le corps de nos ennemis, chaque kill repeint les murs d’hémoglobine, chaque exécution revêt d’une fureur impitoyable doublée d’une jouissance inquiétante. Plus que jamais, une fois en jeu, vous êtes le Doomslayer : le chevalier craint des rangs maléfiques, le seul rempart de l’humanité, la Mort personnifiée... un Dieu confirmé.


DOOM EternalParce que le combat est une science, id Software s’est appliqué, ici, à l’approfondir de son mieux. Dans DOOM Eternal, il y a de multiples façons de creuser allègrement les compétences de son fameux guerrier légendaire et, une nouvelle fois, la progression et la montée en puissance restent l’un des points les mieux maîtrisés de son aventure. En s’appuyant sur un bestiaire conséquent, comptant d’ailleurs sur quelques nouveaux particulièrement redoutables, la difficulté monte crescendo au fil des treize longs niveaux proposés : cela va de pair avec les nouvelles armes ou outils que l’on récupère progressivement et que l’on pourra considérablement améliorer en remportant des combats, en trouvant des collectibles ou en relevant les multiples challenges optionnels.

DOOM Eternal réussit cette union improbable entre la peur innée des ténèbres et l’envie irréductible de les affronter avec, même, cet objectif ironique d’en devenir leur plus grand cauchemar.


DOOM EternalL’arsenal, par exemple, compte neuf armes différentes - le fusil à pompe, le canon lourd, le lance-roquette, le célèbre fusil à canon scié (qui intègre désormais un grappin !), l’arbalète, ou la gatling - auxquelles nous pourrons toutes attribuer deux tirs secondaires, chacun pouvant être développé sur plusieurs stades grâces à une monnaie dédiée. Hormis la tronçonneuse, une épée légendaire, le BFG-9000 et une autre surprise inédite qui restent ultimes et, de facto, non modifiables, le reste relève d’une profondeur conséquente qu’il faudra utiliser à bon escient une fois sur le terrain. Beaucoup d’ennemis disposent de points faibles particuliers réagissant plus ou moins à telles armes et tels tirs secondaires ; de plus, DOOM Eternal permet maintenant d’user de grenades explosives ou glaçantes pour des effets précis, également customisables - sans parler des runes à trouver dans les niveaux dont il faudra choisir de n’en porter que trois, permettant d’améliorer de multiples capacités diverses et variées (portant sur les finish moves, la mobilité, les bonus de santé, etc.). Le développement de notre personnage est particulièrement pertinent car nécessaire à ce périple indéniablement corsé… qui relève encore de nombreuses autres subtilités. 


VOUS, QUI ENTREZ ICI, ABANDONNEZ TOUT ESPOIR

DOOM EternalLà ou DOOM Eternal change vraiment la donne par rapport à son grand frère, c’est dans le fonctionnement pur et dur de ses différentes ressources et de leur assimilation : désormais, celles-ci sont bien moins dispersées dans les niveaux et demandent d’user de techniques spécifiques pour les récupérer. Tronçonner un ennemi permettra ainsi de gagner des munitions (le carburant servant à celle-ci s’autoregénérant ou pouvant être récupéré sur le terrain), notre nouveau lance-flamme posé sur l’épaule des pièces d’armure en carbonisant les démons tandis que nos exécutions engrangeront de la vie. Ces mécaniques inédites peuvent paraître drôlement stratégiques pour un DOOM : la vérité, c’est qu’elles le sont mais certainement pas au point de dénaturer l’instinctivité brutale des combats. Il faut y jouer pour le croire mais une fois le système assimilé, tout son fonctionnement parait limpide et pertinent : mieux encore, celui-ci permet de dynamiser les combats (on ne pensait pas ça possible) en exigeant une réactivité et une attention de tous les instants. Ultra-intenses, les bastons s’appuient alors sur un gameplay aux petits oignons, très intelligemment ficelé et sans doute l’un des mieux peaufinés de cette génération. Qui plus est, celui-ci s’appuie sur un level design qui, de même, mérite toute notre attention. 


DOOM EternalCar pour pimenter encore et toujours l’action, les développeurs ont ici opté pour une structure des niveaux plus verticale. Pour ce faire, le double-saut est de mise ainsi que les esquives ou le grappin du super-shotgun qui permettent non seulement d’échapper aux attaques (ou de mieux attaquer) mais aussi de mieux se mouvoir dans l’environnement ou d’accéder à des objets en hauteur. Rajoutez à cela des tremplins, des barres de balancement et des portails et vous obtenez des arènes aux structures complexes, prônant la rapidité de déplacement pour des enchaînements extrêmement hystériques. Cerise sur le gâteau, il est même possible d’user du lance-grenades, du lance-flamme ou du dash pendant le fait même de tirer, musclant encore et toujours l’action au détriment de vos petits doigts tentant des combinaisons improbables sur le clavier/manette. Vous l’aurez compris, la justesse de ces mécaniques fait mouche et toutes reposent finalement les unes sur les autres pour créer des échauffourées vraiment remarquables.

Plus que jamais, une fois en jeu, vous êtes le Doomslayer : le chevalier craint des rangs maléfiques, le seul rempart de l’humanité, la Mort personnifiée... un Dieu confirmé.


DOOM EternalHistoire d’aérer un peu expérience, DOOM Eternal s’épaule également de nombreuses phases de plateforme bien huilées qui découlent directement du level-design précédemment décrit : avec le double saut et les esquives, il est alors demander de traverser d’entiers niveaux hostiles en s’accrochant à des parois, rebondissant sur des tremplins ou récupérant des recharges de dash pour continuer ses acrobaties : pas de doute, ce nouveau chapitre est bien plus aérien qu’à l’accoutumée mais, fort heureusement, le tout est agréable et il ne s’agit donc certainement pas d’un regret. Cela permet également aux niveaux d’abriter plus de secrets dans des endroits cachés - le jeu est parsemé d’objets à récupérer, dont des cheat codes ou des vinyles qu’il sera possible d’écouter… dans sa Forteresse. Car oui, sans replonger totalement dans les couloirs labyrinthiques et leurs innombrables clés d’accès des DOOM originels, Eternal souhaite tout de même casser la linéarité et propose carrément un HUB, par lequel on repassera entre quasiment chaque niveau. Particulièrement grand, ce château de métal impressionnant abrite plusieurs secrets, upgrades, tenues à débloquer ainsi qu’une borne pour jouer au premier jeu de la saga (dans son intégralité !), une collection de figurines et carrément une arène pour s’entraîner. Un ajout appréciable, pas indispensable, mais qui vient apporter un véritable charme à l’univers. 


BG-9000

DOOM EternalEt pour apporter du charme, il va de soi qu’il faut s’armer d’artistes talentueux qu’id Software compte décidément dans ses rangs. Si la Terre et ses immeubles futuristes (et ravagés) restent une composante essentielle de la campagne, notre doux slayer s’en ira également dans les Enfers, sur Mars et d’autres joyeusetés interplanétaires qui occasionnent un certain renouvellement atmosphérique, tantôt de l’apocalyptique, tantôt du gothique satanique pur et dur mais aussi de la science-fiction avancée, du gore sale et même des environnements célestes quasi-divins. Très souvent, la direction artistique s’avère franchement travaillée, moins répétitive qu’avant et propose même plusieurs panoramas à couper le souffle. C’est donc réussi de ce côté-là d’autant plus que le chara-design emprunte le même chemin : d’un point de vue plus surprenant, la surbrillance des items à récupérer, dont l’apparence est un merveilleux hommage aux premiers titres, se marie finalement très bien au cadre actuel et permet évidemment une lecture instinctive de l’action. Notons que le jeu est, aussi, techniquement impeccable. On peut confirmer sans mal que l’id Tech 7 est diablement bien maîtrisé de ses créateurs et permet un rendu parfaitement fluide à 60FPS, sans chute de framerate et quelle que soit la situation (nous avons testé le jeu sur PS4 Pro et PC). Le moteur technique est même suffisamment solide pour gérer avec brio les effets de particules, dont les bouts de chair se décollant de nos ennemis en temps réel, gravité à l’appui. Bon appétit.



DOOM EternalL’autre formidable boulot effectué réside en le sound design, solidement bâti, et l’ambiance sonore à laquelle il est difficile de reprocher quoique ce soit. Sombre, oppressante, démoniaque au plus profond de son âme, celle-ci ne met pas nécessairement à l’aise et, pourtant, s’allie merveilleusement bien aux musiques hurlantes de Mick Gordon à qui l’on doit le Metal sauvage et parfois électronique du DOOM précédent. Toujours dans cette même veine, la musique d’Eternal met une pression incroyable et motive plus que jamais à rentrer dans le tas, les poings serrés, prêt à en découdre coûte que coûte. Encore une fois, le soft réussit cette union improbable entre la peur innée des ténèbres et l’envie irréductible de les affronter avec, même, cet objectif ironique d’en devenir leur plus grand cauchemar. Un climat colérique qui dure tout de même une bonne quinzaine d’heure en difficulté Normal : c’est généreux, cela a même peut-être tendance à tirer un peu en longueur sur le dernier quart, mais c’est surtout délectable quand on connait la grande qualité de son gameplay et qu’il y encore une tonne de choses à faire pour compéter totalement son slayer. Soulignons également la présence de modes de difficulté bien piquants - l’Ultra Cauchemar ou l’Extra Life Mode - pour le plaisir des plus chevronnés… et Dieu sait qu’il y en a. 


GORE-DERLANDS


DOOM EternalEnfin, id Software a également bâti un multijoueur à part, le Battlemode. Basé sur un concept asymétrique, celui-ci oppose un joueur dans la peau du doomguy à deux autres personnes, qui elles devront chacun choisir un démon parmi les cinq espèces proposées. Pour celui qui incarnera le slayer, le gameplay reste identique à celui de la campagne ; toutefois, c’est une autre paire de manche pour l’équipe adverse qui devra apprendre les spécificités des monstres. Ainsi, l’arch-ville pourra créer des murs de flamme pour se protéger, le mancubus sera lui très résistant, le redoutable Marauder invoquera un loup affamé ou le Doloris volera et crachera des âmes.

DOOM EternalSi le slayer fait bande à part, les autres devront en revanche coopérer pour mettre à mal leur terrible adversaire et pourront, en plus de leurs différents attaques personnelles, invoquer des démons sur le terrain, poser des pièges et voler les ressources présentes. Un jeu d’équilibre se met ainsi en place où, à chaque manche, chacun opte pour un bonus et permettra à la tension de grimper drastiquement. Bref, c’est plutôt malin et plaisant mais l’on espère tout de même que le studio américain ajoutera d’autres modes par la suite car en l’état, le tour du propriétaire est fait assez rapidement. Qu’importe, me direz-vous : il reste encore et surtout ce merveilleux solo immanquable pour tous les fans de fast-FPS en recherche de sensations fortes. Et autant dire que DOOM Eternal remplit bien ces fonctions.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
40% Furieux


À découvrir également
Autres articles

DOOM Eternal : une nouvelle map pour le multi et des ajouts en pagaille dans la mise à jour 2 id Software nous avait prévenu : un véritable suivi est prévu pour DOOM Eternal et celui-ci passera par des mises à jour conséquentes. En voici la deuxième et tout ce qu'elle prévoit d'apporter. 23/06/2020, 12:37
DOOM Eternal : notre unboxing du collector avec le casque du Doom Slayer Alors que Bethesda Softworks s'apprête à déployer la première extension, nous avons décidé de profiter de ce premier week-end déconfiné pour vous proposer notre unboxing de l'édition collector, vendu à l'époque 230€. 1 | 17/05/2020, 16:49


Derniers commentaires
Par GOTY alors le Jeudi 19 Mars 2020, 7:32
18/20 sans le candidater GOTY 2020.

Répondre
-
voter voter

Par forzakorea le Mardi 17 Mars 2020, 20:05

likeSmall 104
Quels sont tous les modes en multijoueurs

Répondre
-
voter voter

Par fab3000 le Mardi 17 Mars 2020, 18:53

likeSmall 100
J'attends mon collector

Répondre
-
voter voter

Par Skvanger1 le Mardi 17 Mars 2020, 17:07
le multi il est bien aussi?

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 4 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







DOOM Eternal

Jeu : FPS
Editeur : Bethesda Softworks
Développeur : id Software
20 Mar 2020

20 Mar 2020

20 Mar 2020

2020

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.