JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test Project CARS 3 : première sortie de route pour la licence

Test Project CARS 3 : première sortie de route pour la licence
La Note
12 20

Même en tenant compte de la volonté des développeurs de faire de Project CARS 3 un titre orienté arcade, on a du mal à s’enthousiasmer pour le dernier né de Slightly Mad. Sous ses dehors de jeu simplifié, on découvre en fait un titre clairement développé sur les fondations de Project CARS 2, mais amputé d’une bonne partie de son contenu, et de certaines parties de la physique (dont la gestion dégâts et pneumatiques), ce qui rend le résultat assez bancal. De même, la plupart des features autour de la campagne rendent la progression frustrante et hyper répétitive. Finalement, on se lasse rapidement, et on favorise les épreuves libres ainsi que le multijoueur. Mais quel que soit l’option retenue, les grains monétaires restent bien trop faibles, et on va devoir grinder avec assiduité pour pouvoir se payer les bolides les plus chers du jeu. L’aspect technique cloue vraiment le couvercle du cercueil avec un rendu qui n’a pas évolué, et de très (trop !) nombreux bugs qui ternissent l’expérience globale, sachant que le constat est encore pire sur consoles. Finalement la question ultime est de savoir si Project CARS 3 vaut ses 60€. Malheureusement, on vous conseillera ici d’opter pour Project CARS 2 qui reste à nos yeux un bien meilleur investissement.


Les plus
  • Un max de voitures
  • Un max de circuits
  • Bonne durée de vie pour la campagne
  • Le cycle jour/nuit et la météo dynamique
Les moins
  • Trop de bugs
  • Artefacts graphiques
  • Exit le rallycross et le kart
  • Carrière pas très motivante
  • Très répétitif
  • Plus de gestion des pneus ni de dégâts réalistes
  • Système de pénalités hyper frustrant
  • Problèmes de fluidité sur PC et consoles
  • Aucune amélioration graphique depuis PCARS 2
  • Système d'objectifs frustrant
  • Cashprizes trop faibles


Le Test

Après avoir cimenté sa réputation comme membre du club assez fermé des simulations de pilotage automobile de qualité, la série Project CARS revient avec un troisième épisode, assez attendu par les fans. Pourtant, dès le début, ces derniers ont haussé les sourcils en apprenant que la série allait radicalement changer de direction. En effet, en  parfaite cohérence avec son nom, le studio Slightly Mad a follement décidé de changer l’orientation du titre. C’est dit : Project CARS vise désormais l’arcade, la prise en main immédiate, et le fun sans prise de tête. Après tout, pourquoi pas. Si la simulation est actuellement à la mode, on ne rechignerait pas à retrouver les sensations de Racedriver : GRID ou de NFS : Shift 2 par exemple. Face à un tel programme, on avouait avoir confiance dans les capacités du studio britannique à offrir un digne héritier à ces jeux, mais malheureusement, le résultat s’avère assez loin de ce que l’on imaginait malgré les trois ans de développement. Voici pourquoi.


Project CARS 3

Quand on arrive dans Project CARS 3, on n’a pas vraiment l’impression d’avoir affaire à un jeu hyper simple d’approche. En effet, après avoir créé un avatar (mec ou fille, un choix de combinaison, le nom, la nationalité et roulez jeunesse), le jeu vous demande quel est votre niveau de pilotage, et vous met directement au volant d’une Corvette C7R afin de vous faire un peu baver. Heureusement, il est possible de modifier après coup le choix des assistances, ainsi que la difficulté (selon 4 niveaux) et l’agressivité de l’IA. Sur ce point on note d’ailleurs un mieux par rapport à l’opus précédents où les bots avaient une certaine tendance aux dépassements façon Verstappen. Le jeu propose l’arsenal classique d’aides au pilotage des ABS, TC, et ESP, aux options nettement plus intrusives comme le freinage automatique. Quel que soit votre niveau, il sera possible de faire des tours de piste sereinement, ou presque. Sur le menu principal, on découvre divers modes dont une campagne, un mode libre, des défis hebdomadaires, et le traditionnel mode multijoueur. On s’est donc plongé dans la campagne, afin de voir les nouveautés. Ici, plus question d’incarner un jeune pilote prêt à faire son trou dans une discipline comme avant. C’est d’ailleurs dommage, car ce système était assez impliquant. Désormais, il n’y a rien de clairement défini, et on doit se contenter d’aligner les courses dans différentes séries, sachant que les voitures seront de plus en plus puissantes.

 

Project CARS 3

 

UN GARAGE QUI EN FAIT DES CAISSES

 

Au travers des 20-25h de jeu permises par la campagne, on passera à travers diverses séries, consacrées aux voitures de série dans la première moitié, puis aux bolides de course ensuite. Sachez qu’on pourra passer aux voitures de compétition plus rapidement, des fois que vous soyez plus branché Aston Martin Vantage GTE que Koenigsegg Agera.  La bonne nouvelle, c’est que les amateurs de belles carrosseries vont en avoir pour leur argent. Le jeu compile plus de 200 voitures routières comme de course, avec un large choix de marques et d’époques. On pourra ainsi remonter dans le temps et piloter une Ford Escort Mk1, une Aston Martin DBR ou encore une Jaguar XJ220. La sélection impressionne, et a été faite avec goût, tandis que chaque voiture est très bien modélisée, intérieur comme extérieur. De même, le déluge de contenu continue avec les circuits, dont on retrouve une impressionnante sélection composée de destinations réelles et de quelques pistes fictives. D’ailleurs, chaque circuit propose en général plusieurs tracés, ce qui permet de multiplier encore un peu plus les possibilités. À titre d’exemple, le Nürburgring dispose de sa boucle nord (Nordschleife) disponible en plusieurs tronçons, de son circuit GP (GP-Strecke), lui aussi disponible en plusieurs tracés, et enfin du célèbre Gesamtstrecke de 26 kilomètres.  Mieux, chaque voiture pourra être personnalisée via un éditeur de livrée relativement simple qui permet de choisir peintures, vinyles et autocollants de nombreuses marques liées au sport auto (Motul, Michelin, Öhlins, OZ Racing, Sabelt, Recaro, etc…). On pourra également modifier les jantes et leurs dimensions, ainsi que les pneus, sachant que tout ceci reste purement cosmétique. Pour les modifications mécaniques, il faudra prendre la direction du garage et de la rubrique améliorations. Ici, on boostera notre voiture, avec un système à points très facile à comprendre pour un novice. Chaque pièce fera augmenter la note de performance de notre voiture, et aura un effet sur diverses statistiques dont la puissance, l’adhérence ou la maniabilité.

 

Project CARS 3

 

PIMP MY RIDE

 

Bref, pas besoin d’être un mécano dans l’âme pour trafiquer notre bolide et le rendre plus rapide. Attention, sur la plupart des voitures de série, il conviendra d’acheter certaines pièces haut de gamme pour pouvoir ensuite bénéficier des réglages mécaniques. Très peu nombreux initialement (pression des pneus, répartition du freinage), les settings se diversifieront au fur et à mesure de nos achats. Pour régler la suspension ou la boîte de vitesse, il faudra ainsi aller investir dans un système entièrement paramétrable, en priant pour que ce dernier ne rende pas votre voiture trop puissante pour sa catégorie. Chaque catégorie est en effet assujettie au score de performance, ce qui veut dire qu’il est techniquement possible de faire toute la campagne avec notre Honda Civic initiale, du moment qu’on la met à niveau à chaque fois. Ceci dit, certaines épreuves étant réservées à des modèles particuliers, il sera impossible de finir le jeu sans passer chez le concessionnaire. En ce qui concerne les activités, le jeu se complaît dans du très classique, avec des courses, des épreuves contre-la-montre, des épreuves de régularité sur trois tours, et quelques trucs loufoques comme lorsqu’on doit foncer sur des ballots de paille pour engranger des points. Si l’ensemble est cohérent, le jeu montre rapidement de grosses faiblesses. Tout d’abord, les anciens remarqueront la disparition du karting, ou encore celle du rallycross qui apportaient pas mal de fraîcheur au gameplay. De même, pour rendre le titre plus arcade, la gestion des pneus a complètement disparue (pas d’usure, de température, de type de gommes), tout comme le système de dégâts devenu hyper permissif et purement cosmétique. C’est dommage, mais on nous avait prévenu : le jeu est désormais arcade.

 

Project CARS 3

 

En fait, plus on joue, plus on a la sensation d’avoir affaire à une version de Project CARS 2 dont certains éléments manquent à l’appel

 

Lors des premiers instants en piste on a d’ailleurs l’impression de retrouver le gameplay de GRID 2, avec un équilibre subtil entre arcade et simulation, tout en permettant beaucoup de glisse, sans perdre de vitesse. Mais cette sensation s’estompe très rapidement au fur et à mesure que l’on monte en catégorie. Les adversaires hyper faciles du début (même en mode difficile) deviennent de plus en plus rapides, et il devient impossible de prendre un virage en glisse sans perdre trop de temps, ce qui nous ramène du côté de la simulation. En fait, plus on joue, plus on a la sensation d’avoir affaire à une version de Project CARS 2 dont certains éléments manquent à l’appel, forçant le jeu à se débrouiller avec ce qu’il reste. Forcément le résultat est asse bancal, et le comportement des voitures varie grandement selon les modèles, en passant du bon au très bizarre sans qu’on puisse se l’expliquer. On a ainsi vu notre Porsche GT3 RS sautiller de l’arrière en virage, comme si le différentiel avait été soudé par un adepte du drift. Ces problèmes ne sont que la partie immergée de l’iceberg de défauts qui mine Project CARS 3. Par exemple, la campagne n’offre aucune motivation, et on s’y sent assez seul. Pire, le système de progression est particulièrement désagréable, puisque chaque course va nous mettre face à trois objectifs, dont la victoire ne fait pas forcément partie. Prendre l’aspirations puis faire un dépassement « Loyal », passer plusieurs concurrents en un temps limité, effectuer un certains nombre de tours sans sortir de la route,  ou encore obtenir l’appréciation « parfait » sur plusieurs virages. Bien qu’on ait cru initialement à un moyen intelligent pour faire avancer le joueur sans l’obliger à la victoire la réalité est tout autre. La victoire reste indispensable puisque le prize money versé à l’issue de chaque épreuve dépend de notre classement. Or le cash sera indispensable pour acheter et modifier les voitures (dont certaines sont incroyablement chères), et même pour débloquer de nouvelles épreuves.

 

 

CASSE MOTEUR

 

Le pire, c’est que même en tentant de réussir les objectifs, le jeu va continuer à se montrer frustrant. En effet, le système qui juge si nos dépassement sont « loyaux » ou pas est aléatoire au mieux, puisqu’on s’est vu juger en « déloyal » après avoir grillé un concurrent à l’aspiration en ligne droite, tandis qu’en jouant des portières et en faisant obstruction, le jeu a trouvé la manœuvre honnête. De même sur les épreuves contre-la-montre, la moindre sortie de route est éliminatoire, sans pour autant que l’épreuve s’arrête d’emblée. On finit donc notre épreuve pour rien, avant de comprendre que lorsqu’un tour est invalide, il ne nous reste plus qu’à recommencer. D’ailleurs le système de pénalité est lui aussi assez aléatoire, sanctionnant des virages où l’on passe sur le vibreur sans dépasser les limites de la piste, tandis que certains élargissements de trajectoire bien plus généreux restent impunis. Finalement, les épreuves chronométrées finissent rapidement par devenir un jeu du chat et de la souris avec ce système de pénalité, qu’un réel essai de pilotage où on tente de passer à fond partout en évitant la faute. En clair, on ne remplira que rarement tous les objectifs, ce qui va nous forcer à utiliser notre compte en banque virtuel pour débloquer de nouvelles épreuves. On aurait au moins espéré pouvoir se consoler avec l’aspect technique du jeu, mais là aussi, la désillusion est palpable. Project CARS 2 était beau, mais malheureusement le nouvel opus ne semble pas avoir progressé d’un iota. Pire, ce dernier souffre de nombreux bugs d’affichage, avec des artefacts qui apparaissent (surtout sous la pluie et la neige) à l’écran, et des textures qui rament pour charger. On observe également des baisses de framerate assez inexplicables, puisque l’utilisation de la carte graphique baisse lors de ces soubresauts, ce qui nous fait penser à un problème lié au jeu. Enfin, de très nombreux autres bugs sont apparus, comme la livrée de notre voiture qui devient inexplicablement rouge uni lors d’un championnat, ou encore des I.A. qui sortent collectivement de la route dans le même virage.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Furieux


Autres articles

Gamescom Awards 2020 : découvrez ici tous les nominés, catégorie par catégorie La gamescom 2020 ne comportera pas qu'un salon truffé d'annonces : il y a aussi une véritable compétition dans laquelle de nombreux jeux sont nominés. En voici la liste complète ! 1 | 26/08/2020, 17:08
Project CARS 3 : votre PC peut-il faire tourner le jeu ? Les configurations dévoilées Slightly Mad a dévoilé les configurations PC pour pouvoir faire tourner Project CARS 3, et on se rend compte que le jeu va disposer d'un vaste spectre de réglages graphiques vu les différences entre minimum et recommandé. 1 | 04/08/2020, 12:46


Derniers commentaires
Par batmanmania le Mardi 1er Septembre 2020, 15:34

likeSmall 1901
ils peuvent faire tous les jeux de courses qu'ils souhaitent ça sera toujours pareil.

Répondre
-
voter voter
2

>> Voir la réponse dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Project CARS 3

Jeu : Course
Editeur : Bandai Namco Entertainment
Développeur : Slightly Mad Studios
28 Août 2020

28 Août 2020

28 Août 2020

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.