JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PS4

Test Nioh 2 : une suite plus exigeante et intransigeante, mais ô combien satisfaisante

Test Nioh 2 : une suite plus exigeante et intransigeante !
La Note
17 20
Sûr de sa force, Nioh 2 continue d’imposer son style avec une rigueur implacable, au point d’en reprendre certaines faiblesses. Les pics de difficulté demeurent incompréhensibles, l’interface crache toujours au visage de la clarté, le loot donne encore des maux de tête, et la réalisation peine à se hisser au niveau de la direction artistique. Pourtant, ces imperfections ne gâchent en rien le gameplay réglé comme du papier à musique ; on n’en attendait pas moins des créateurs de Ninja Gaiden pour lequel l’exigence était une seconde nature bien avant l’émergence des Souls. Ce sentiment de plénitude après chaque Yôkai abattu ne serait rien sans un bestiaire riche et une nervosité de tous les instants. C’est dur, ça rend fou, ça fait suer, mais c’est terriblement jouissif.

Les plus
  • L'intransigeance incarnée
  • Une direction artistique qui défonce
  • La richesse du bestiaire
  • Le 1080p 60fps hyper stable
  • Rien à redire sur la durée de vie
  • La qualité de la B.O.
  • Le système de combat nerveux et carré
  • Les attaques Yôkai, un vrai plus
Les moins
  • Bof le scénario
  • Graphiquement pas exceptionnel
  • Des pics de difficulté incompréhensibles
  • L'interface qui a toujours du mal
  • Pourquoi autant de loot ?
  • L'I.A. alliée qui se fait dessus face aux boss


Le Test
Parmi tous les Souls-like, Nioh est sans doute celui qui s’est le mieux approprié les principes de From Software. Trois millions d’exemplaires vendus dans le monde, c’est assez pour annoncer un second épisode à l’E3 2018 et promettre aux fans une souffrance plus extrême. Après l’avoir jaugé à deux reprises chez Sony, on s’est signé avant de plonger dans Nioh 2 où certains boss nous ont fait mal, clairement. Assimiler les patterns, y croire, se faire ridiculiser, ajuster notre build, repartir au combat, ingurgiter les défaites sans broncher jusqu’à la victoire salvatrice ; une drogue dure dont on refuse d’être sevré. Et encore moins quand les attaques Yôkai font désormais partie de notre palette de coups.

Nioh 2Contrairement à son prédécesseur où William Adams était l’unique héros, Nioh 2 demande cette fois-ci de créer son propre personnage. Rien de bien révolutionnaire, puisque l’on retrouve les options habituelles – sexe, coupe de cheveux, morphologie, couleurs des yeux, forme du visage, timbre de la voix, tatouages, cicatrices, etc. Même si ça semble évident, précisons que les retouches opérées sont essentiellement cosmétiques. Une fois les formalités administratives remplies, les développeurs prennent le temps d’expliquer les règles de base histoire de ne pas démarrer l’aventure à poil. Deux-trois conseils qui ne pèsent rien face à la foultitude de subtilités dont regorge le jeu, mais c’est justement là que réside toute l’intelligence de Team Ninja. Au lieu de nous noyer dans un flot de mécaniques – comme peut le faire maladroitement Code Vein – on nous laisse apprendre dans la douleur et chercher soi-même des solutions face à des obstacles a priori insurmontables. La meilleure école. Et pour s’assurer que l’on est suffisamment armé psychologiquement pour aller au bout, le troisième boss fait une nouvelle fois office de ticket d’entrée. Dans Nioh, c’était Hino-Enma ; dans Nioh 2, Yatsu-no-Kami se charge de nous faire passer le crash test. Sur YouTube, certains s’amusent à le terrasser en à peine quatre minutes. Lors de notre premier run, ça nous a pris quatre heures, au cœur de la nuit. Une lutte qui nous a marqués au fer rouge et qui nous a également permis d’intégrer sans le savoir tout un tas de réflexes précieux par la suite. Résultat, les trois boss suivants ont été balayés en une dizaine de tentatives chacun, grand max.


Sûr de sa force, Nioh 2 continue d’imposer son style avec une rigueur implacable, au point d’en reprendre certaines faiblesses.


Nioh 2A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous n’avons pas encore terminé Nioh 2 (inutile de vous mentir), mais uniquement pour des raisons de temps. Cette peur du blocage – un sentiment qui vous broie l’estomac alors que vous devez tester un Souls-like – a été repoussée à plus tard. Ceux qui ont retourné le premier Nioh n’auront aucun mal à reprendre leurs bonnes vieilles habitudes, comme jongler entre les postures haute, moyenne et basse en fonction de l’adversaire. L’occasion de rappeler que le jeu bénéficie toujours de ce travail incroyable sur les animations : rien qu’en regardant la manière dont les ennemis (et notre personnage du coup) tiennent leur arme, on est capable de deviner leur stance. A force de prendre cher, ça devient même instinctif. Nioh 2 prend alors des allures de ballet où les lames s’entrechoquent, où l’impulsion et la purification annulent le miasme des Yôkai pour mieux porter le coup de grâce à un ennemi exténué. Quand on a entre les mains une hache ou un marteau que ne renierait pas Thor, c’est d’une brutalité sans nom, viscéral aussi. Dynamique au possible, le jeu ne transige pas pour autant avec les lois de la physique ; comprenez par là qu’il faut tenir compte du poids de son armure, sous peine de perdre en vivacité. Après, c’est aussi une question de style de jeu : on peut très bien s’accommoder d’un semi-remorque si l’on connaît les patterns par cœur. En revanche, d’autres préféreront sacrifier un peu de défense pour conserver une certaine mobilité. D’autres, encore, scruteront avec attention chaque bonus/malus associé à tel ou tel élément ; ça peut être nettement plus efficace que les stats défensives brutes. Par exemple, si un boss fight se déroule dans un cadre toxique, il serait sans doute plus judicieux d’opter pour une armure avec une résistance au poison élevée.


GARE AU LOOT


Nioh 2En résumé, il existe mille et une façons de trucider et de se faire trucider. Quand les monstres arrivent en nombre, bien gérer l’espace est vital pour ne pas se faire prendre en traître. Attention toutefois à la caméra qui se montre capricieuse par moments, surtout dans des endroits exigus. Quand on finit par maîtriser les lieux et à mieux gérer la distance, on s’autorise des esquives sans presser Croix, ce qui permet de garder la jauge de Ki intacte en vue d’une prochaine attaque lourde. Gare aussi à ne pas prendre la confiance en plaçant le coup de trop, celui qui va nous exposer à un contre meurtrier. Il nous est déjà arrivé de perdre 40 000 d’Amrita parce que l’on a sous-estimé un mob de base. Pourtant, Nioh 2 nous rappelle toutes les minutes que coup dans le vide + jauge de Ki épuisée = plus d’un tier de la barre de vie qui saute ; et ça peut être la quasi-totalité si l’on se fait choper par une créature en pleine rage. L’exigence qui a toujours caractérisé Team Ninja depuis les grandes heures de Ninja Gaiden ne s’est pas évaporée, et le fait de bénéficier dorénavant des attaques Yôkai explique pourquoi, de temps en temps, une seconde chance n’est pas accordée au moindre égarement. Comme on vous l’a précisé le mois dernier, il y a moyen de récupérer des noyaux d’âme sur certaines dépouilles. Après les avoir purifiés au sanctuaire, les assigner à un esprit protecteur donne accès à des compétences spéciales, sachant qu’il existe trois types d’esprits protecteurs : Bestial, Féroce et Fantôme. Le contre explosif est le premier avantage que l’on tire de la nature hybride de notre personnage. En pressant simultanément R2 + Rond, on a la possibilité de parer la grosse attaque du Yôkai qui, généralement, est précédée d’une lueur rouge. Un excellent moyen d’infliger de gros dégâts de Ki, en échange bien évidemment d’une portion d’Anima. A noter que le timing d’un contre à l’autre varie : en Bestial, il faudra frapper l’ennemi avant qu’il ne porte son coup, tandis qu’en Féroce et en Fantôme, on devra attendre qu’il lance son attaque.

 


Nioh 2En plus du contre explosif, on profite également des capacités Yôkai qui apportent une bonne dose de profondeur au système de combat. C’est simple, il y a autant de capacités que de créatures. Grâce au noyau du Villageois, un mineur ira mettre des coups de pioche sur l’adversaire, alors que l’âme de l’Oni cyclope permettra de déclencher une tornade de droites. Avec le ver Waira, notre personnage pourra se faufiler sous terre pour mieux engloutir l’ennemi, tandis que Mitsume Yazura sera pratique pour lâcher un souffle brûlant sur les monstres imprudents. Loin de nous l’idée de lister toutes les capacités ici, mais vous aurez compris leur utilité. Naturellement, tout ça n’est pas gratuit, et on doit donc guetter constamment la jauge d’Amina pour savoir si l’on a suffisamment de jus pour invoquer une capacité. Précisons aussi que les esprits protecteurs sont soumis à une limite d’accord, chaque noyau d’âme ayant une certaine valeur. En gros, si le plafond est fixé à 15 points, il sera impossible d’aller au-delà. Une sorte de garde-fou pour éviter les abus. Lorsque la jauge d’Amrita est pleine, se transformer en Yôkai (Triangle + Rond) décuple immédiatement la puissance de notre héros avec, à la clé, encore d’autres attaques, toujours en fonction du type de l’esprit protecteur. Perso, la mutation Féroce est la plus pratique pour débuter avec ses attaques rapides et ses esquives efficaces. Les métamorphoses Bestial et Fantôme nécessitent plus de skill, notamment en matière timing ; une fois que l’on a capté le truc, c’est régalade sur régalade. Enfin, n’oublions pas la fusion d’âme avec laquelle on peut obtenir des noyaux aux effets renforcés. Encore une option qui nous pousse à réfléchir à deux fois avant de se débarrasser d’un objet.

Ce sentiment de plénitude après chaque Yôkai abattu ne serait rien sans un bestiaire riche et une nervosité de tous les instants.


Nioh 2Team Ninja a fait en sorte que les deux facettes de notre avatar soient complémentaires, et ça marche plutôt bien. Si les Yôkai sont à l’aise dans leur royaume obscur, c’est également vrai pour nous lorsque l’on se transforme. On n’y pense pas forcément : dans une manœuvre désespérée, c’est de cette façon que l’on a arraché une bonne partie de la jauge vitale de Kamaitachi, avant de l’achever salement. Combattre les adversaires à l’ancienne (uniquement avec les armes blanches) est parfaitement envisageable, mais c’est se compliquer la tâche pour rien. De toute façon, bien qu’ils ne le diront jamais ouvertement, on sent que les développeurs nous poussent gentiment à exploiter le côté sombre de notre personnage, quitte à rehausser le degré de difficulté à certaines zones bien précises. Et ne comptez pas sur les failles de la magie Onmyo pour vous en sortir indemnes. Sans doute mis au courant que certains boss étaient des sacs de frappe avec le sortilège « Paresseux » dans Nioh, le studio s’est efforcé d’équilibrer le truc même si des failles subsistent. A l’instar du premier épisode, Nioh 2 est une lettre d’amour au loot : on empile sans calculer, jusqu’à ce qu’un message nous prévienne que l’inventaire est full. Etant donné qu’un set complet octroie des bonus souvent cruciaux dans les moments de galère, on prend le temps de scruter tous les recoins en regardant la mort droit dans les yeux. Tant pis si l’on doit utiliser six fioles et piocher dans la jauge d’Amina pour éliminer le golgoth du coin, la diminution du poids promise par le casque qui se trouve juste derrière en vaut la peine ; et alléger son stuff, c’est soulager la jauge d’endurance, et donc bénéficier d’un ou deux coups en plus susceptibles de faire la différence. Le diable est dans les détails.


AVOIR LE DÉMON


Nioh 2Justement, côté interface, pas grand-chose n’a été fait afin d’améliorer la lisibilité déjà très limite du premier opus. Même pour les initiés, ce n’est pas évident de s’y retrouver tant les menus s’entassent sans la moindre cohérence. Avec un tel fouillis, comment voulez-vous que les profanes ne soient pas découragés ? Allez, on veut bien reconnaître que des efforts ont été faits au niveau des compétences : en lieu et place des fichus parchemins, on a droit à un arbre classique où l’évolution du personnage est plus simple à suivre. Et bien que l’on apprécie également cet effet de transparence qui empêche d’être totalement coupé de l’action qui se poursuit (le pause est active), ça reste insuffisant en termes d’ergonomie. Heureusement, ces désagréments n’entachent en rien la qualité du level design. On connaît la chanson : la possibilité d’emprunter différents chemins jusqu’au prochain sanctuaire, en priant pour ne pas tomber sur des Yôkai énervés au fur et à mesure que la quantité d’Amrita augmente. Après avoir goûté à la verticalité de Sekiro, revenir à une exploration plus horizontale peut sembler un poil fade. Cela dit, la maison maîtrise tellement son sujet qu’elle est capable de nous faire faire (sans que l’on s’en rende compte) le tour d’une zone pour arriver à un checkpoint qui, en réalité, est le même que l’on a quitté il y a quelques minutes ; sauf qu’entre-temps, on a débloqué un raccourci qui permet de ne pas se taper le détour une seconde fois, sauf pour grinder. En fait, Nioh 2 est surtout dépaysant, l’un des avantages qu’offre le chapitrage dont on n’est pas très fan pour être honnête. C’était déjà le cas dans Nioh, et on espérait naïvement que la formule allait évoluer pour que l’on n’ait pas à repasser systématiquement par la carte entre chaque mission. Que dalle.

 


Nioh 2Malgré tout, le Japon féodal tel que le conçoit Team Ninja a de la gueule sur le plan de la direction artistique. Ne rien connaître à l’ère Sengoku n’empêche pas d’apprécier les édifices typiques de l’époque et les ornements qu’ils pouvaient contenir ; et si vous êtes insensible à la beauté des temples, peut-être que les extérieurs capteront votre attention, sans oublier les cavernes et leurs dédales infernaux. Bref, Nioh 2 s’inscrit dans la droite lignée de son aîné en proposant une variété de tons, d’ambiances et de couleurs assez folle. Par ailleurs, les développeurs ont plongé leurs mains dans le folklore nippon pour en ressortir un bestiaire d’une richesse grisante, ce qui permet de corriger l’un des principaux défauts de Nioh. L’effet doublon – surtout lorsque l’on décide de se farcir les quêtes annexes – se fait moins sentir du coup, et ça a aussi le mérite de nous sortir de notre zone de confort, puisque les attitudes changent d’un ennemi à l’autre. Au cas où, on rappelle que l’on a le choix entre de la 4K 30fps, du 1080p 60fps, ou alors de la 4K avec un framerate variable. Un mot, aussi, sur le multi que nous n’avons pas pu essayer au moment du test, mais qu’il convient d’évoquer brièvement. En clair, les nouvelles tombes bleues font apparaître un allié (incarné par l’I.A.) qui n’hésitera pas à mourir au combat. Utile contre les mobs, moins face à un boss déter auquel il enlèvera une portion de vie anecdotique. Voilà pourquoi il est plus intéressant de solliciter deux potes avec qui on pourra monter une escouade de trois guerriers. On ignore si les développeurs en ont profité pour ajuster le niveau de difficulté, beaucoup de fans de Nioh s’étant plaint que jouer à deux rendait la progression beaucoup trop facile.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
67% Furieux


Autres articles

Nioh 2 : le 2e DLC majeur s'appelle "Ténèbres dans la capitale", infos et date de sortie Team Ninja a profité du Tokyo Game Show 2020 pour dévoiler "Ténèbres dans la capitale", le second DLC majeur de Nioh 2. 1 | 24/09/2020, 15:26
Nioh 2 : des vidéos de gameplay pour le DLC "Le disciple du Tengu", un boss fight en prime Comme promis, Koei Tecmo a organisé un livestream dédié à Nioh 2, et plus précisément à son premier DLC majeur baptisé "Le disciple du Tengu". 30/07/2020, 06:58


Derniers commentaires
Par Junkhead67 le Dimanche 14 Juin 2020, 3:02
Y a pas de pic de difficulté. Faut juste gerer son inventaire et utiliser toutes les ressources intelligement

Répondre
-
voter voter

Par pasbonx2 le Mercredi 25 Mars 2020, 10:12
Plus facile, moins exigeant et plus facilement palatinable.
Les quêtes crépuscules ne sont pas nécessaires pour le platine, dommage.
Comme dit avant, un gros DLC pour premier Nioh.


Répondre
-
voter voter

Par pasbon le Mercredi 18 Mars 2020, 11:37
putaain, c'est un gros DLC du 1er. memes graphismes, meme charadesig, meme besiaire, tou touttout... et j"ai horror des coupures en fforme de missions, les jeux from software se joue en continue non stop, ici comme le 1, decoupé en menus, maps et mission... regrete l'achat day one

Répondre
-
voter voter

Par Corienga le Jeudi 12 Mars 2020, 22:23
safedreams a écrit:J ai fini le 1 mais la demo m a refroidi. Trop dur et trop ressemblant au 1


C'est normal si tu l'as trouvé difficile car la demo est au milieu du jeu, non au début. Nioh 1 c'était pareil, la demo était très difficile
Après certains comme en dessous se prennent pour des elites gamers dés qu'ils touchent à un jeu à skil mais laissons les dans leur délire.


Répondre
-
voter voter

Par Corienga le Jeudi 12 Mars 2020, 22:20
orichimaru69120 a écrit:j'entend les rigolos dire overdose& cie mais en vérité ils y connaissent rien et osent jouer chaque année à fifa ou call of même pire les exclus à **** de la xbox.Quelques répulsions en ont les rageux , nioh 2 est une tuerie bienn pus intéressante que la majorité des jeux auxquels le grand public s'intéresse.dites plutôt que vous êtes de gros noob et les jeux à skill ça vous fait ****


Euh j'ai joué intégralement a nioh 1 et je peux t'assurer qu'ayant fait la démo entiere de nioh 2, OUI c'est une overdose si tu le fais pas longtemps aprés le 1, même quelques mois. Arrête de te prendre pour l'élite


Répondre
-
voter voter
1

Par orichimaru69120 le Jeudi 12 Mars 2020, 12:11
j'entend les rigolos dire overdose& cie mais en vérité ils y connaissent rien et osent jouer chaque année à fifa ou call of même pire les exclus à **** de la xbox.
Quelques répulsions en ont les rageux , nioh 2 est une tuerie bienn pus intéressante que la majorité des jeux auxquels le grand public s'intéresse.
dites plutôt que vous êtes de gros noob et les jeux à skill ça vous fait ****


Répondre
-
voter voter

Par safedreams le Mercredi 11 Mars 2020, 20:34

likeSmall 332
J ai fini le 1 mais la demo m a refroidi. Trop dur et trop ressemblant au 1

Répondre
-
voter voter

Par Shiva le Mercredi 11 Mars 2020, 8:13
"A noter que le timing d’un contre à l’autre varie : en Bestial, il faudra frapper l’ennemi avant qu’il ne porte son coup, tandis qu’en Féroce et en Fantôme, on devra attendre qu’il lance son attaque."

Ok je prendrai Bestial alors, ça à l'air plus facile pour les contre.


Répondre
-
voter voter
1

Par Bonverra le Mercredi 11 Mars 2020, 8:11
Overdose également, ça en devient le "repère culturel du nouveau genre Snob", même si le snobisme est affaire de manière et non de matière.

Répondre
-
voter voter

Par Shiva le Mercredi 11 Mars 2020, 8:08
Skvanger1 a écrit:Overdose des souls-like perso


Faut arrêter de tout ramener aux Dark souls avec les el famoso "souls like" comme s'ils avaient inventés les RPG difficiles.
Pourquoi Sekiro ne serait pas un Nioh-like dans ce cas ?

En tout cas vu la difficulté de la délo, il se'peut que ce soit le premier Hardcore Rpg que je ne réussirai pas a terminer. Pourtant j'ai fait tout les jeux From Software et leurs dlc + Nioh 1 et ses dlc à 100%

Day one aussi comme vdd mais par contre gros coup de g****e car Koei Tecmo n'a visiblement fait aucun effort sur la simplicité de l'interface, et aucun effort sur ce système de loot, selon mon experience de la demo. Et le test semble le confirmer.

Aussi, je suis déçu que le scenario soit "bof" comme dit le test mais en même temps, c'est le prix à payer quand on fait un jeu avec un avatar au lieu d'un héros principal comme William du 1, qui avait un certain charisme.


Répondre
-
voter voter
2

>> Voir les 12 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Nioh 2

Jeu : Action/RPG
Editeur : Tecmo Koei Europe Ltd.
Développeur : Team Ninja
13 Mar 2020

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.