JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test MotoGP 20 : malgré une sortie avancée, un épisode qui signe la pôle position ?

Test MotoGP 20 : enfin un épisode qui signe la pôle position ?
La Note
16 20

Capitalisant sur les forces de MotoGP 19, les développeurs de Milestone ont effectué un travail conséquent sur cette cuvée 2020 compte-tenu du temps de développément alloué. En moins de 10 mois, le jeu a été grandement enrichi avec pléthore de contenu historique, mais également une large amélioration de la physique, en particulier au niveau des pneumatiques qui disposent désormais de trois zones d'usure distinctes. L'aspect gestion largement repompé de la série F1 de Codemasters est efficace à défaut d'être original, tandis que la possibilité de jongler entre plusieurs modes moteur donne enfin une plus large dimension stratégique aux choix pneumatiques, et à la charge de carburant embarquée. Néanmoins, la perte de ma catégorie MotoE et les très nombreux bugs présents viennent clairement gâcher la fête. En clair, MotoGP 20 est comme une belle Ducati rouge, à savoir très attirant, mais très prompt à tomber en panne. Reste que pour les fans absolus de la discipline, le jeu représente, pour la durée de l'épidémie de COVID-19, le seul et unique moyen de se plonger dans l'ambiance du MotoGP.  


Les plus
  • Contenu pléthorique
  • Sorti plus tôt dans l'année
  • Les différentes cartographies moteur
  • 3 zones d'usure pour les pneus
  • L'IA ANNA toujours capable du meilleur...
Les moins
  • ...comme du pire
  • Toute la gestion largement pompée sur la série F1 de Codemasters
  • Les visages pas vraiment réussis
  • Des bugs, plein de bugs...


Le Test

Après un MotoGP 19 plutôt bien accueilli par la presse et les joueurs grâce à ses nombreuses nouveautés, le studio Milestone a décidé de continuer à pousser encore plus loin sa simulation de moto. Pour ce neuvième opus (tout de même !), plusieurs décisions clef ont été prises afin d'aller dans le sens des fans. Le réalisme et la fidélité à la discipline reine ont été revus à la hausse, sachant que les développeurs ont tenu à sortir le jeu plus tôt dans l'année, histoire de ne pas débarquer au beau milieu de la saison comme c'est souvent le cas. Mais avec un temps de développement aussi court cette fois-ci (10 mois seulement), peut-on s'attendre à une cuvée riche en nouveautés et en émotions ? C'est bien la question légitime qu'on peut se poser et grâce à ce test complet, vous saurez tout de cette édition 2020 COVIDée !


MotoGP 20Le but de cette année était donc de livrer aux joueurs un jeu sur leur discipline préférée avant que la mi-saison soit atteinte et sur ce point, on peut dire que l'objectif est réussi haut la main. En théorie, le jeu aurait du sortir pile poil après le GP d'Argentine, soit la quatrième épreuve d'une saison qui compte pas moins de 20 rendez-vous. En pratique, avec la pandémie de COVID-19, la saison n'a toujours pas commencé, et plus le temps passe, plus les incertitudes sont grandes concernant la date de son coup d'envoi. Pour l'instant, la première épreuve qui n'a pas été officiellement reportée est le Grand Prix d'Allemagne, prévu pour se courir sur le Sachsenring le 21 juin prochain, et qui était initialement la neuvième épreuve de la saison. Vous l'avez compris, MotoGP 20 va probablement être la seule solution pour profiter de la compétition moto avant un bon moment. Heureusement pour les fans, Milestone est toujours le fier détenteur des droits acquis auprès de la DORNA, ce qui signifie que tout le contenu du jeu est intégralement sous licence, et que tout sera identique à la réalité : des motos aux circuits, en passant par le plus petit sticker sur la combinaison de Valentino Rossi.

 

MotoGP 20Bonne nouvelle d'ailleurs : le mercato a été parfaitement retranscrit dans le jeu, et on a ainsi droit à tous les changements de crèmerie qui ont fait l'actu de l'année dernière. Alex Marquez a rejoint son grand frère chez Honda Repsol, Jorge Lorenzo est devenu pilote d'essai, et du côté français, Fabio Quartararo est toujours chez Petronas SRT (mais avec une bécane d'usine paraît-il), tandis que Johann Zarco est parti brutalement de chez KTM pour finir chez Avintia, une team satellite de Ducati. Mieux, ce respect des pilotes et de leurs montures se retrouve également dans les plus petites catégories comme le Moto2 et le Moto3. Attention néanmoins, ces formules de promotion n'ont pas droit à la même dévotion que la catégorie reine, qui verra le visage de ses pilotes (et directeurs d'écurie) modélisé. La conséquence de ce traitement de faveur, c'est qu'on n'aura droit au podium que lors des courses disputées en MotoGP, les pilotes des autres catégories devant se contenter de manifester leur joie dans la zone d'arrivée, le casque vissé sur la tête. Ce n'est pas forcément un mal, puisque la modélisation des visages des champions n'est pas franchement une réussite. Comme l'an dernier, la palme du cringe revient aux grid girls dont le faciès et le sourire font franchement flipper.  

 

QUI PNEU LE PLUS PNEU LE MOINS

 

MotoGP 20Heureusement, en termes de pilotage, MotoGP 20 a évolué dans le bon sens avec quelques nouveautés capitales pour le gameplay. Toujours aussi exigeant (surtout lorsqu'on désactive les aides au pilotage), l'art de manier une MotoGP va demander un sacré talent et pas mal de concentration. Si le comportement des pneus avait été amélioré l'an dernier, cette année un nouveau palier a été franchi. Désormais, chaque enveloppe va proposer trois zones d'usure différentes, avec les flancs (droit et gauche) et la bande de roulement centrale. Comme dans la vraie vie, en roulant sur un circuit, on ne va jamais user les pneumatiques de manière symétrique, et donc leurs performances seront différentes en fonction du circuit, des conditions météo, et de notre style de pilotage. Par exemple, sur le circuit Bugatti du Mans, qui compte de nombreux virages à droite, on va limer le flanc droit de notre pneu bien plus rapidement que le gauche. Le résultat : c'est qu'en roulant comme un bourrin, on se retrouvera rapidement à marcher sur des oeufs dès qu'on couchera la moto à droite. Dès lors, la seule solution pour tenter un dépassement sera sur les virages à gauche, lorsqu'on utilise la partie la moins usée du pneu.

 

MotoGP 20Ce nouveau système modifie totalement l'approche stratégique de chaque course, mais aussi le fait qu'on tente d'économiser nos pneus (ou pas d'ailleurs), toujours selon un profil bien défini. Au Mans, il est ainsi possible de se traîner dans les virages à droite, afin d'attaquer en fin de course lorsque les autres concurrents auront tué leurs gommes. L'autre grande nouveauté concerne la gestion du carburant. Introduite l'an dernier, cette feature simulait simplement le poids et la consommation de la moto, mais sans vraiment d'impact dans le gameplay. Désormais, on dispose de plusieurs cartographies moteur qu'on va pouvoir changer à la volée, comme dans la vraie vie. Chaque bécane dispose de trois modes en fonction de nos besoins. Le mode 0 transforme notre missile sur roues en une 103 SP kittée Airsal, mais nous confère la même consommation de carburant qu'une mobylette. Le mode 1 est la cartographie course classique, tandis que le mode 2 met le moteur à fond, tout en le faisant boire plus que le chanteur Renaud. La quantité de carburant à embarquer est donc bien plus stratégique, car on peut choisir d'alléger au maximum la moto au prix de performances moteur minables, ou faire le plein, et profiter de chevaux en plus pour gratter les adversaires en ligne droite.

 

Avec l'arrivée massive des dispositifs d'appui aérodynamique sur les machines, Milestone a poussé encore d'avantage son système de dégâts afin que ces fines ailettes de carbone aient un impact très sérieux sur la stabilité de notre machine.

 

MotoGP 20La possibilité de faire varier la puissance moteur rend également bien plus importante la gestion des autres aides au pilotage dont on dispose au guidon. Le contrôle de traction et l'anti-wheeling seront indispensables en mode 2 (du moins si on veut conserver ses pneus), surtout par temps de pluie. De même, on pourra faire varier la résistance du frein moteur à la volée afin de ménager (ou pas) la gomme de la roue arrière. Autant vous dire qu'en combinant tous ces facteurs, le pilotage d'une MotoGP devrait rappeler pas mal de souvenirs aux vétérans de la série F1 de Codemasters, tant la gestion électronique devient primordiale dans les performances. Avec l'arrivée massive des dispositifs d'appui aérodynamique sur les machines, Milestone a poussé davantage son système de dégâts afin que les fines ailettes de carbone aient un impact très prononcé sur la stabilité de notre machine. Privée de ces appendices, la moto se cabre violemment et va guidonner sérieusement lorsqu'on passe les 300 Km/h. Le moindre contact sera donc fatal à un bon résultat, le MotoGP n'ayant pas d'arrêt au stand ; pas question de changer de pneus, de refaire le plein, ou de mettre un nouveau carénage.

 

MotoGP 20Au niveau du contenu non plus, on n'a pas à se plaindre, même si la MotoE est passée à la trappe. On ne sait pas si les fans n'étaient pas réceptifs à la beauté des moteurs électriques, ou si le peu de succès de la première saison a conduit la DORNA à des choix stratégiques, mais cette catégorie n'aura pas tenu plus d'un an dans le jeu. Pour consoler les joueurs, Milestone a mis le paquet au niveau de la carrière avec un système de gestion bien plus poussé qu'avant, et qui est furieusement inspiré par ce que propose Codemasters dans la série F1. Il va donc falloir recruter un agent, des ingénieurs, et mener à bien tout un volet R&D qui va permettre de booster les performances de notre moto. Quatre grands axes sont proposés avec l'électronique (pour un anti-wheeling qui ampute moins de puissance par exemple), le moteur (plus de chevaux, moins de conso), le châssis (usure des pneus limitée, meilleure rigidité) et enfin l'aérodynamique (réservée à la catégorie MotoGP). Nos ingénieurs auront besoin de temps pour développer ces nouveautés, ainsi que de points de recherche qu'on obtient en réalisant des programmes de test lors des séances d'essais de chaque GP.

 

UN AIR DE DÉJÀ-VU ?

 

MotoGP 20La formule n'est pas nouvelle, et semble clairement pompée directement de ce que nous offre F1 2019, mais elle a au moins le mérite de fonctionner. Dommage pour l'inspiration cela dit. La seule nouveauté un peu originale est la possibilité de créer sa propre écurie, en profitant des offres de généreux groupes industriels. Le problème, c'est que le système reste limité à l'adoption d'un package tout fait (sponsors + monture), ce qui nous oblige souvent à nous taper une livrée moche aux couleurs de DHL, ou à galérer avec une bécane peu performante (genre une Speed-up ou une NTS en Moto2, alors que la première moitié du classement est exclusivement composée de Kalex). Dommage, on aurait adoré profiter d'un système qui nous laisse acheter une moto, puis négocier avec les sponsors pour compléter notre budget. Pour se consoler, on pourra modifier (un peu) la livrée de notre meule, en passant par un éditeur très complet. Pour plus de liberté, on se dirigera vers la création du butt patch (l'écusson avec le surnom des pilotes), ou de la déco de notre casque, qui sont les seuls accessoires où le studio nous laisse carte blanche. En ce qui concerne notre avatar, on sera toujours limité à une vingtaine de faciès au choix, sans possibilité de faire une fille.

 

MotoGP 20On se consolera avec la pléthore de contenu historique dont on peut profiter, avec de nombreux pilotes de légende, et des motos d'époque, dont des 500cc 2 temps. En participant à des courses dans le mode dédié, on gagnera une monnaie spécifique qui nous permettra de débloquer toutes ces légendes dont Michael Doohan, Casey Stoner, Marco Simoncelli, Iloris Capirossi, Nicky Hayden, ou encore Valentino Rossi dans ses jeunes années. Le jeu est également un poil plus joli graphiquement, surtout lorsqu'on profite du mode photo qui permet de voir les flancs des pneus se dégrader, et de contempler des montures modélisées à la perfection. Pourtant, comme souvent avec les productions Milestone, on regrette un large manque de finition dans le jeu. l'IA est capable du meilleur (des dépassements surprenants) comme du pire (chuter à chaque tour dans le même virage), tandis que la technique est très inégale. Ainsi, on a commencé le test sans pouvoir profiter du circuit allemand du Sachsenring, toutes les motos passant à travers le sol (nous avons fait remonter le problème, et un patch est venu corriger cela). On a aussi à certains moments la furieuse impression que les bécanes ne touchent pas le sol, et ne vous inquiétez pas si les animations de votre pilote cessent subitement de fonctionner (il ne déhanche plus, ne se cache plus derrière la bulle).



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Osef


À découvrir également
Autres articles

MotoGP 20 : la MotoE et l'Équipe Junior arrivent dans le jeu Milestone n'a pas oublié MotoGP 20 depuis sa sortie, et continue d'enrichir le contenu de son jeu avec l'arrivée de la catégorie MotoE et de l'Équipe Junior. 09/07/2020, 11:20
MotoGP 20 : le trailer de lancement est là et trace sa route à toute vitesse Alors que notre test vient tout juste de sortir, MotoGP 20 se lance dans le commerce avec une nouvelle et dernière bande-annonce énergique. 23/04/2020, 10:36


Derniers commentaires


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







MotoGP 20

Jeu : Course
Editeur : Milestone
Développeur : Milestone Inc.
23 Avr 2020

23 Avr 2020

23 Avr 2020

23 Avr 2020

23 Avr 2020

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.