JeuxActuJeuxActu.com

Devil May Cry 5 : on a joué avec Nero, Dante et V, l'épisode de la consécration ?

Devil May Cry 5 : on a joué avec Nero, Dante et V, le meilleur épisode ?

Difficile de renier la qualité certaine du dernier opus de la série Devil May Cry, DmC, conçu par les Anglais de Ninja Theory en 2013. Reboot inventif et ambitieux, plein de bonnes idées, le jeu a pourtant souffert d’un bashing incessant de la part des fans : après tout, Capcom n’y est pas allé de main morte en abandonnant son illustre saga, débutée en 2001 et scénaristiquement inachevée, au profit de nouvelles bases occidentales radicalement différentes. Mais le géant japonais est, depuis quelques années, sur une lancée des plus intéressantes : dans sa nouvelle politique, l’avis de sa communauté prend une part considérable dans l’établissement des nouveaux projets. Et cela paie. Après le retour aux sources de Resident Evil 7 et 2, un pari gagnant avec des ventes qui avoisinent déjà la dizaine de millions, l’éditeur s’est aussi retranché sur son fameux beat'em all en reprenant la franchise où elle s’était arrêtée, en 2008. Onze ans plus tard, l’heure est bientôt venue pour Devil May Cry 5 de trancher la huitième génération de consoles et nous avons eu l’occasion, quatre heures durant, de nous y atteler à Londres en compagnie des développeurs. Une attente loin, très loin d’être vaine.


Devil May Cry 5Dire que des millions d’espoirs reposent sur les épaules de Hideaki Itsuno n’est qu’un doux euphémisme. À l’origine du deuxième, troisième et quatrième opus, le japonais a su brillamment reprendre le flambeau d’Hideki Kamiya, pas toujours sans difficulté – Devil May Cry 2, c’est bien de toi que l’on parle – pour finalement amener la série à des monts rarement explorés dans le domaine du beat'em all. Souvent considéré comme l’un des plus profonds du milieu, Devil May Cry 4 dispose de défauts évidents mais s’appuie sur un gameplay si dense et parfois si complexe qu’il demeure, encore aujourd’hui, une œuvre qui fourmille de spécificités. Son sens de la mise en scène n’est pas en reste : au final, seuls les deux Bayonetta, licence également créée par Kamiya, parviennent à lui tenir tête dignement. Devil May Cry 5 doit donc réussir un pari risqué : creuser et diversifier encore sa jouabilité, satisfaire les fans comme le grand public, parvenir à dompter l’étape d’un nouveau moteur de jeu et, surtout, devancer Bayonetta 3 qui devrait arriver cette année. Un challenge qui risque bien d’être relevé.

 

LE MONDE DE NERO

 

Devil May Cry 5Si Dante a toujours été le véritable protagoniste de la saga, devenu par ailleurs un personnage iconique du Dixième Art, les différents jeux se sont presque toujours plu à proposer plusieurs combattants pour des gameplays divers et variés. En suivant cette tradition, Nero fut ainsi introduit dans Devil May Cry 4 à des fins de casualisation évidentes. Son panel d’armes et de coups moins fournis, dont son bras démoniaque, le Devil Bringer, en était le principal argument, était une manière pour Capcom d’accéder à un plus large public qui avait trouvé le troisième opus beaucoup trop difficile. Et à juste titre, ce qui n’enlève en rien le génie global de cet excellent prequel que l’on vous conseille vivement encore aujourd’hui. Avec Devil May Cry 5, ce ne sont pas deux mais trois personnages jouables qui sont proposés durant ce nouveau périple : Nero, Dante et V, un petit nouveau sacrément énigmatique sur lequel nous reviendront plus tard. Un casting fourni dont les chemins de chacun s’entrecroiseront au fur et à mesure. De la majeure partie de notre session de jeu, Nero en était le principal acteur et, clairement, celui que l’on jouait le plus souvent. Depuis sa dernière aventure, le bonhomme a bien muri : il semble avoir mis de côté son histoire d’amour horripilante au profit d’enjeux beaucoup plus véritables, à commencer par le vol de son fameux bras par un vilain « inconnu ». Du coup, Nico, un nouveau personnage féminin que l’on approuve totalement pour un charisme tout simplement génial, lui a fabriqué un membre robotique de substitution.


Devil May Cry 5Le Devil Breaker, c’est son petit nom, vient ici épaissir considérablement les possibilités de notre chasseur de démons pour un résultat faramineux : non seulement les développeurs lui ont attribué de nombreux coups inédits pour sa classique épée Red Queen, mais les huit formes différentes du Devil Breaker viennent varier considérablement son jeu. Avec, toujours, un rythme d’obtention des capacités et items bien progressif et bien pensé, Nero devient enfin un personnage dont les possibilités s’annoncent ultra-excitantes. Bien sûr, tout cela demandera de l’investissement et de la concentration, la bête ne se maitrisant pas au premier coup de main, mais les combos ouvrent des voies définitivement salvatrices.

 

Devil May Cry 5 doit donc réussir un pari risqué : creuser et diversifier encore sa jouabilité, satisfaire les fans comme le grand public, parvenir à dompter l’étape d’un nouveau moteur de jeu et, surtout, devancer Bayonetta 3 qui devrait arriver cette année. Un challenge qui risque bien d’être relevé.


Devil May Cry 5Au passage, les Devil Breakers aux multiples capacités – pouvant émettre des rayons d’énergie, ralentir le temps, se transformer en missile ou même en foreuse selon le modèle – deviennent les premiers éléments de combat consommables de la série, demandant alors une organisation toute particulière. Désormais, Nero pourra appeler Nico depuis des cabines téléphoniques définies, laquelle amènera son van, le Devil May Cry, qui servira d’établi pour upgrader son arsenal. Au final, la seule vraie difficulté – pas forcément un défaut – réside dans l’inertie du personnage, instaurée pour concorder avec le photoréalisme du moteur RE Engine, qui peut être compliquée à appréhender. Impossible maintenant d’interrompre certains coups pour esquiver, ce qui « brusquerait les animations » : il faut donc anticiper l’ennemi afin d’interrompre son combo et échapper aux attaques. Une mécanique qui change la donne et qui a des chances de surprendre les amateurs de la marque. Pour autant, Devil May Cry 5 se veut plus accessible sur d’autres points, notamment dans les Game Over puisqu’il est désormais possible de dépenser des orbes rouges (la monnaie du jeu) pour ressusciter, en plus des traditionnelles orbes jaunes.

CONNAISSEZ-VOUS LA LÉGENDE DE SPARDA ?

 

Devil May Cry 5Dante, lui, s’avère fidèle à lui-même. Le fils de Sparda est un peu comme la classe personnifiée et, définitivement, le nouveau moteur de jeu le lui rend incroyablement bien. Jamais son contrôle n’aura été aussi jouissif : plus brutal, plus impactant, plus stylé et plus beau, l’épéiste aux cheveux blancs est une nouvelle merveille de jouabilité comme il manque trop rarement. Alors certes, peut-être est-ce la nostalgie de retrouver ce bon vieux Dante, le vrai, qui parle mais son ressenti est sincèrement grisant. Avec de nouvelles armes comme les gantelets de feu Balrog ou les épées-tronçonneuses Cavaliere, les enchaînements, une fois maîtrisés un minimum grâce aux styles (favorisant les armes blanches, les armes à feu, l’esquive ou le contre) interchangeables en temps réel relèvent de la toute jouissance. Dante est la parfaite démonstration de la puissance et de la dérision, un adversaire sans nom pour les tonnes de pauvres démons qui se trouvent sur son chemin. 


Devil May Cry 5D’ailleurs, il est important de préciser que Capcom a effectué pas mal d’optimisations sur son gameplay afin de le rendre un poil moins rude et plus accessible. De cette façon, le style Royalguard est bien plus maniable et les combos aériens s’avèrent plus abordables, ce qui permet de prendre du plaisir plus facilement et rapidement. De plus, impossible de passer sur Rebellion et Sparda, deux épées absolument cultes dont la dernière fait son grand retour après 18 ans d’absence, qui s’avèrent toujours aussi merveilleuses. Rajoutez à ça une finition des armes à feu au poil et vous avez un personnage qui vaut largement le détour. À noter qu’il est désormais possible de créer ses propres slots d’armes, à ressortir en fonction des situations (chose également faisable avec les Devil Breakers de Nero), ce qui annonce un nombre conséquents d’items. On en salive d’avance.

 

Devil May Cry 5Enfin, V vient ponctuer le roster d’un style véritablement surprenant. La grande performance d’Itsuno et de ses équipes est assurément d’offrir des mécaniques qui savent se renouveler, précises et intelligentes en fonction des personnages. Le meilleur exemple réside en la Special Edition de Devil May Cry 4, sortie en 2015, qui offrait des jouabilités totalement différentes (et audacieuses) avec Vergil, Lady et Trish. Ici, rebelote avec des idées originales sorties d’on ne sait quel cerveau imaginatif : alors que la saga s’est toujours basée sur le mélange d’armes blanches et d’armes à feu, ici, V prend un chemin totalement différent puisqu’il s’agit d’une sorte de mage invocateur. Ainsi, cet homme mystérieux, faible, marchant à l’aide d’une canne et ne se frottant quasiment pas aux ennemis, dispose en revanche d’une étrange connaissance approfondie du Monde Inférieur et de ses démons. De cette manière, V peut faire apparaître plusieurs créatures qui remplaceront respectivement les attaques au corps à corps et à distance : Shadow et Griffon. De plus, il pourra invoquer Nightmare, quand la jauge dédiée sera pleine, un énorme golem surpuissant. Les plus passionnés auront remarqué qu’il s’agit de trois ennemis issus de Devil May Cry premier du nom, ce qui pourrait bien tisser des liens avec Mundus, le grand méchant original.

Devil May Cry 5Assurément, il s’agit là d’une très belle innovation dans le domaine du beath them all et qui, pour le coup, change complètement la donne par rapport à Dante et Nero. Comme il est possible de faire attaquer ses trois compagnons en même temps, l’action devient alors beaucoup plus dense, dynamique, voire bordélique : on se met à matraquer les boutons pour un résultat graphique très explosif et surchargé, tout en gardant le contrôle des différents mouvements. Ce n’est pas très visuel, surtout pour un spectateur externe (d'ailleurs, des problèmes de caméras subsistent toujours), mais tout l’intérêt de ce protagoniste se révèle une fois manette en main. Il fait d’ailleurs preuve d’une nonchalance extravagante qui se prête particulièrement bien au contexte ! Un contraste saisissant avec ce que nous a habitué Capcom jusqu’à présent, et qui demandera certainement un temps d’adaptation. Mais, l’initiative est plus que louable et, a priori, vraiment réussie.

SSSENSATIONAL

 

Devil May Cry 5Globalement, sur l’entièreté de notre session de jeu, nous avons senti la volonté d’Hideaki Itsuno de faire un Devil May Cry beaucoup plus ambitieux. Le réalisateur et le producteur Matt Walker, également sur place, avaient annoncé être à l’écoute totale des fans et d’avoir conçu un opus sur mesure : de ce que l’on a pu voir, les deux développeurs n’ont pas menti. Mieux narré, moins caricaturale, peut-être un peu plus dramatique tout en gardant cette touche de style propre à l’univers, l’histoire s’annonce prenante, surtout si l’on connait le background établi pièce par pièce depuis le premier jeu. Les scénaristes n’y sont pas allés de main morte en multipliant les références, même minimes, à de nombreux événements des précédentes aventures, justifiant chaque utilisation d’un démon, d’une arme ou d’un objet dans l’univers. Une fibre nostalgique indescriptible et même audacieuse puisque Devil May Cry 5 ira explorer des pans encore jamais vu dans la saga qui, sans spoiler, feront frémir à coup sûr les fans les plus téméraires… et l’on sait de quoi l’on parle. Vraiment. À noter que des notes écrites viendront également approfondir le passé de Dante et ça, c'est sacrément intriguant.

Devil May Cry 5Pour autant, l’écriture s’avère certes plus mature mais ne nous empêche pas d’émettre quelques doutes sur son architecture. Toujours sectorisé par missions, ce Devil May Cry prendra cette fois-ci une structure narrative sur plusieurs timelines, multipliant les allers-retours temporels pour mieux expliquer certaines scènes et leur aboutissement. On se retrouve alors à jouer Nero, puis V, puis Nero, puis Dante carrément un mois plus tôt, et ainsi de suite : pourquoi pas, même étant donné que les différents titres précédents ont toujours eu quelques faiblesses à ce niveau-là, on espère qu’il ne s’agit pas d’un parti pris prétentieux pour se donner une fausse profondeur. Dans tous les cas, il nous tarde cependant d’en voir la suite, car Devil May Cry 5 va à coup sûr répondre à de nombreuses problématiques mises en place depuis bien plus d’une décennie et laissées en suspens. Et le retour prévisible de certains personnages iconiques devrait en allécher quelques-uns…

 

Devil May Cry 5Et pour appuyer l’histoire ainsi que ses nombreuses scènes d’action, quoi de mieux qu’un moteur de jeu sacrément performant ? Le RE Engine, qui a largement fait ses preuves sur Resident Evil 7 et 2, s’avère une nouvelle fois l’un des rouages les plus efficaces de sa génération. En plus de son 60 FPS (presque) infaillible et une résolution 4K en HDR, le jeu se permet d’être diablement joli sur de nombreux points. Tout d’abord, ses modèles 3D somptueux : il n’y a qu’à voir les différents protagonistes et leurs animations, faciales ou comportementales, même in-game, pour comprendre que Capcom n’a pas failli à la tâche. En revanche, certains environnements, notamment lointains, pêchent un peu par leur manque de finition. Il faut dire que la direction artistique est, pour de ce qui nous a été montré, en dent de scie. La ville de Red Grave City ainsi dévastée a des airs de chantier géant, tous comme les égouts dans lesquels on est amené à se balader quelques fois. Pas forcément très sexy pour un Devil May Cry qui nous a tant habitué au gothisme sombre : pour cela, il faudra attendre de pénétrer dans le Glypoth – l’arbre démoniaque qui a pris possession des lieux – pour accéder à des décors beaucoup plus charnels et glauques.

Devil May Cry 5De même, certaines pièces de bâtiments s’avèrent franchement réussies, à l’instar de cette bibliothèque qui signe le retour des Death Scissors (un délicieux clin d’œil au premier opus !) ou quelques arènes de boss somptueuses. Plutôt nombreux, ces derniers font d’ailleurs toujours dans la démesure et l’intimidation totale, avec des patterns précis à comprendre pour en venir à bout avec aisance. Une science toujours aussi bien maîtrisée par Capcom que l’on applaudit une nouvelle fois des deux mains. Au final, notre seule crainte est de ne pas avoir assez de missions étant donné les trois personnages proposés. En quatre heures de jeu, nous avons effectivement accompli presque une dizaine de missions en mode normal, sur la vingtaine annoncée dans la liste de trophées récemment dévoilée… À noter tout de même que certaines séquences pourront être refaites avec des personnages différents et que le Bloody Palace sera rajouté dans une mise à jour gratuite en avril. On sera fixé le 8 mars prochain mais, en tout cas, c’est un grand oui de notre côté pour ce Devil May Cry 5, quoi qu’il en soit. Ce dernier doit donc réussir un pari risqué : creuser et diversifier encore sa jouabilité, satisfaire les fans comme le grand public, parvenir à dompter l’étape d’un nouveau moteur de jeu et, surtout, devancer Bayonetta 3 qui devrait arriver cette année. Un challenge qui risque bien d’être relevé.


Notre degré d’attente
C’est clair et net : Devil May Cry 5 a toutes les armes nécessaires pour s’imposer comme l’un des meilleurs beat'em all de cette génération, et prolonger ainsi l’excellente dynamique de Capcom en 2019 après le fantastique Resident Evil 2. Ce nouvel opus voit plus grand, plus haut pour un résultat qui s’annonce franchement ambitieux : il parvient à densifier un gameplay déjà considéré comme salvateur et, surtout, sait le renouveler intelligemment au fil de ses personnages. Beau comme un diable et multipliant les connexions avec les anciens épisodes pour un scénario qui s’annonce épique d’emblée, cette grosse décennie d’attente a permis aux développeurs de faire murir leur projet avec ferveur. Et n'en déplaise aux détracteurs du reboot DmC, Devil May Cry 5 en reprend de nombreuses mécaniques pour un rendu, au final, ultra-pertinent dans sa jouabilité comme dans sa mise en scène, malgré quelques problèmes de caméra évidents. Le rendez-vous du 8 mars est définitivement fixé.


 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Excité


À découvrir également
Autres articles

Xbox Game Pass : Devil May Cry 5 et Blair Witch rejoignent le catalogue, découvrez tous les prochains ajouts Bonne nouvelle pour tous les abonnés du Xbox Game Pass : Microsoft vient d'annoncer que Devil May Cry 5 et Age of Empires Definitive Edition rejoindront le fameux catalogue... et c'est plutôt appréciable. 1 | 19/08/2019, 17:13
Devil May Cry : il n'y aura (peut-être) pas d'annonce prochaine par Capcom, les espoirs s'envolent Depuis quelques jours, l'excitation autour d'une possible annonce de Capcom à propos de la saga Devil May Cry se ressent particulièrement. Seulement voilà, plusieurs internautes viennent d'apporter la vérité... et ça fait mal. 1 | 13/08/2019, 11:15


Derniers commentaires
Par batmanmania le Vendredi 8 Février 2019, 4:05

likeSmall 1363
Pour Bayonetta 3 on verra bien, c'est juste la console que j'ai pas pour jouer au 2.

Répondre
-
voter voter

Par Narutovore le Jeudi 7 Février 2019, 16:13 Modérateur

likeSmall 4534
lHyldenl a écrit:Non, ce sera sûrement le prochain Bayo.

C'est aussi mon avis. Que ne donnerais-je l'avoir dans ma liste avec le platine... :(


Répondre
-
voter voter

Par lHyldenl le Jeudi 7 Février 2019, 15:01

likeSmall 455
batmanmania a écrit:Non le jeu sera le meilleur beat'em all de cette génération.

Non, ce sera sûrement le prochain Bayo.


Répondre
-
voter voter
3

Par Jon-Snow le Jeudi 7 Février 2019, 14:39

likeSmall 1433
Ça promet cool....

Répondre
-
voter voter
1

Par batmanmania le Jeudi 7 Février 2019, 14:28

likeSmall 1363
Non le jeu sera le meilleur beat'em all de cette génération.

Répondre
-
voter voter
1

>> Voir les 5 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Devil May Cry 5

Jeu : Action
Editeur : Capcom
Développeur : Capcom
8 Mar 2019

8 Mar 2019

8 Mar 2019

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.