JeuxActuJeuxActu.com

Captain Tsubasa Rise of New Champions : on y a joué sur PS4, digne d'Olive & Tom ?

Captain Tsubasa Rise of New Champions : le jeu digne d'Olive et Tom ?
Aujourd’hui, sortir un jeu de football autre que PES ou FIFA paraît suicidaire, tant les deux licences vampirisent les ventes. Il y a bien Football Manager qui parvient à exister, mais il faut alors enfiler le costume de coach, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Cela dit, on observe une forme de lassitude chez les amoureux du ballon rond, comme s’ils désiraient voir autre chose que les éternels Neymar, Messi, CR7 et Mbappé. Bandai Namco Entertainment l’a bien compris, d’où l’annonce de Captain Tsubasa : Rise of New Champions qui a immédiatement fait ressurgir les journées passées devant le Club Dorothée. Avec 37 volumes (pour les deux premières saisons), plus de 80 millions d’exemplaires vendus dans le monde et des personnages ultra charismatiques, le manga de Yôichi Takahashi possède toutes les armes pour renverser l’ordre établi. Les fans ont-ils raison d’y croire ? Premiers éléments de réponse.

Captain Tsubasa : Rise of New ChampionsMême si les quarantenaires restent attachés à « Olive et Tom », Bandai Namco Entertainment tient désormais à ce que tout le monde appelle la série « Captain Tsubasa », comme c’est le cas au Japon depuis le début. Une uniformisation opérée dans le cadre du remake de l’anime en 2018, et qui s’étend donc au jeu vidéo. Perso, on a encore du mal avec Tsubasa Ôzora (Olivier Atton), Ken Wakashimazu (Ed Warner), Kojirô Hyûga (Mark Landers), Hajime Taki (Ted Carter), Genzô Wakabayashi (Thomas Price), Takeshi Sawada (Danny Melo), Ryô Ishizaki (Bruce Harper), ou encore Mamoru Izawa (Paul Diamond). Pour une fois que les noms occidentaux n’étaient pas ridicules, y renoncer est un crève-cœur quand on est un puriste. Quoi qu’il en soit, et vous devez certainement vous en douter, il ne faut surtout pas s’attendre à une simulation pure et dure avec Captain Tsubasa : Rise of New Champions dans lequel les matchs se jouent toutefois à 11 contre 11. Les gros tacles par derrière sont autorisés, l’arbitre ne sort jamais de carton, l’inertie des joueurs est inexistante, et les remises en jeu se comptent sur les doigts d’une main. Bref, tout ce qui fait le sel d’Olive et Tom a été conservé, avec quelques finesses en plus pour apporter un brin de subtilité. Il y a tout d’abord la jauge d’endurance qui oblige à gérer ses efforts pour ne pas se mettre dans le rouge et être dans l’incapacité de frapper. Les tacles et les coups d’épaule fatiguent pas mal, tout comme le dash (quand on tente de récupérer le cuir avec R1) et les dribbles (R2).


On a quand même souri en voyant les animations des joueurs : on a l’impression qu’ils mettent dix plombes pour aller d’un camp à l’autre. Comme dans l’anime !


Captain Tsubasa : Rise of New ChampionsAu sujet de ces derniers, ils sont précieux pour ne pas se faire chiper le ballon, sachant que l’on doit respecter un certain timing. Pareil pour le joueur d’en face, et c’est donc celui qui se montrera le plus juste dans la manœuvre qui sortira vainqueur du duel. Bien sûr, il n’est pas impossible que le timing soit parfait des deux côtés, auquel cas on doit matraquer les touches comme un dingue pour remporter le combat. Pour ce qui est des tirs, leur exécution est on ne peut plus simple : il suffit de maintenir Carré et de relâcher le bouton une fois la barre pleine. On remarque assez vite que Mark, Olivier, Ted, ou encore Danny disposent d’un « cran » supplémentaire grâce auquel ils peuvent décocher une frappe surpuissante. L’utilité ? Mettre au supplice le gardien en faisant chuter sa jauge d’endurance, celle-ci se régénérant après un but encaissé. De ce que l’on a constaté, le portier finit par craquer au bout de trois-quatre gros tirs, le jeu tenant également compte de la distance. En clair, si notre première tentative est à bout portant, le dernier rempart aura beau lutter de toutes ses forces, il se fera pulvériser. Après, vu que la jauge de frappe met du temps à se remplir, tenter le tir du Tigre ou celui de la Feuille Morte revient à s’exposer aux tacles adverses, d’autant que l’on ne peut pas cancel. Voilà pourquoi il est préférable de multiplier les passes jusqu’à ce que les attaquants soient en situation de frappe dans la surface de réparation, un tir classique pouvant très bien tromper un gardien affaibli. Afin d’éviter les abus et imposer régulièrement des dilemmes, il n’y a pas moyen de charger une frappe tout en dribblant un opposant avec R2. Le jeu s’affranchissant déjà d’une bonne partie des règles du football, ce n’est pas plus mal, hein ?

VOICI L'HISTOIRE D'OLIVIER ET DE THOMAS


Captain Tsubasa : Rise of New ChampionsCaptain Tsubasa : Rise of New Champions n’hésite pas à récompenser les joueurs qui prennent des risques. Par exemple, lorsque l’on réussit à crocheter un ou deux adversaires d’affilée, on se retrouve avec une jauge de frappe quasi pleine derrière, ce qui réduit considérablement le temps de charge. Même chose avec un geste défensif qui fait mouche : la barre d’endurance reprend des couleurs. Se familiariser avec les particularités de chaque joueur (elles s’affichent au-dessus de leur tête) est le premier objectif que l’on se fixe quand on découvre le jeu. En effet, ils présentent tous un profil qui leur est propre : Ed est particulièrement doué pour stopper les frappes en lucarne, les tirs de Mark sont encore plus puissants quand la Toho est menée au score, Olivier met nettement moins de temps à armer sa frappe lorsqu’il reçoit le ballon dans la surface de réparation, Ted a plus de facilité à éliminer ses adversaire quand il évolue le long de la touche, ou alors Allan est en mesure de bloquer un ballon même avec une jauge d’endurance en-dessous de 20%. Ce n’est pas tout, puisqu’il existe aussi des affinités entre les joueurs. Ainsi, Danny et Mark seront capables de multiplier les unes-deux à la vitesse la lumière, tandis qu’Olivier pourra adresser des longues transversales travaillées à ses partenaires. Dans les matchs serrés, on imagine que ces spécificités, qu’elles soient individuelles ou collectives, permettront de faire la différence.

 

Captain Tsubasa : Rise of New ChampionsL’autre élément à ne pas négliger, c’est la jauge de V-Zone qui se remplit en même temps que l’on enchaîne les actions sur le terrain. Une fois activée (L2), les frappes deviennent plus puissantes et les dribbles plus incisifs, sans oublier la jauge de tir qui met moins de temps à se charger. Dans les moments critiques, la barre de V-Zone permet aussi de rester en vie puisque même carbo, le gardien peut claquer un arrêt sorti de nulle part, sachant que les défenseurs (Bruce et Bob, pour ne citer qu’eux) n’hésitent pas à se sacrifier pour tenter de ralentir le ballon. Sans surprise, la démo affichait un certain nombre de bugs et d’imperfections. Bien qu’il s’agisse d’un jeu d’arcade, la gestion des collisions était assez bancale. Il arrivait aussi que l’on se fasse subtiliser le cuir alors que l’on avait esquivé le tacle adverse. Passer d’un joueur à l’autre était assez chaotique, ce qui donnait lieu à d’immenses boulevards en défense. Enfin, on ne cracherait pas sur des passes en profondeur un poil plus assistées, histoire de ne pas flinguer une action rondement menée. Si nous avons dû nous contenter d’une seule caméra, Bandai Namco Entertainment a assuré qu’il y en aurait plusieurs dans la version définitive. Par contre, et sauf retournement de situation, les développeurs n’envisagent pas de variations climatiques. Pas de neige ni de pluie donc, uniquement des matchs qui se dérouleront à différents moments de la journée.


Un moyen subtil de masquer ses nombreuses carences sur le plan technique, mais à l’heure ou FIFA et PES refusent de bouleverser un équilibre fragile, l’exubérance qui a toujours caractérisé Olive et Tom pourrait permettre à Bandai Namco Entertainment de s’intercaler entre les lignes.


Captain Tsubasa : Rise of New ChampionsOn ne s’est pas trop attardé sur les tactiques (que l’on actionne en pressant la croix directionnelle), mais on s’est quand même aperçu que la Toho (la seule équipe disponible avec la Nankatsu) en avait deux (Defensive Formation & Combo Formation) sans que l’on ressente un quelconque changement dans notre jeu. Ah oui, l’éditeur japonais a également promis plusieurs modes « Histoire » sur lesquels on a essayé d’obtenir quelques infos ; sans succès. Suivront-ils la trame du manga ? Yôichi Takahashi a-t-il prévu un script inédit ? Les joueurs pourront-ils évoluer durant l’aventure ? Silence radio. Aucune réponse non plus quand on a demandé quelles équipes seraient présentes dans le jeu. Côté sound design, c’est dans la même veine que l’anime, c’est-à-dire une musique qui accompagne la rencontre, plus les grandes enflammades du commentateur (en japonais avec les sous-titres). Pour conclure, un dernier mot sur la réalisation qui ne fait pas dans le photoréalisme, vous l’aurez compris. Ici, le plaisir réside avant tout dans les cut scenes qui tentent de recréer l’esprit de l’anime, que ce soit au niveau des frappes, des buts, des tacles, ou des dribbles. Sorti de ça, c’est vrai que Captain Tsubasa : Rise of New Champions est loin d’être une vitrine technologique. C’est plat, on ne va pas vous mentir, et ce ne sont pas les tribunes façon Super Soccer qui vont changer quelque chose. On a quand même souri en voyant les animations des joueurs : on a l’impression qu’ils mettent dix plombes pour aller d’un camp à l’autre. Comme dans l’anime !


Notre degré d’attente
Captain Tsubasa : Rise of New Champions pue la nostalgie et le fan service, c’est évident. Un moyen subtil de masquer ses nombreuses carences sur le plan technique, mais à l’heure ou FIFA et PES refusent de bouleverser un équilibre fragile, l’exubérance qui a toujours caractérisé Olive et Tom pourrait permettre à Bandai Namco Entertainment de s’intercaler entre les lignes. En dépit de la frustration inhérente au style arcade, le feeling est plutôt bon. Maintenant, on espère que le gameplay sera suffisamment profond pour tenir la distance, et pas qu'un simple après-midi entre potes. D'ailleurs, n'oublions pas que jusqu'à quatre joueurs pourront se tirer la bourre en local, tandis que les parties en ligne se limiteront à deux participants. Sortie prévue en 2020 sur PS4, PC et Nintendo Switch.


 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux


À découvrir également
Autres articles

Charts France : Animal Crossing revient dans la course, devançant Captain Tsubasa Pour cette semaine 35 de l'année 2020, Captain Tsubasa se fait devancer par un certain Animal Crossing New Horizons. Un autre hit de Nintendo est également dans le classement, ainsi qu'un certain Jin Sakai... 08/09/2020, 16:03
Test Captain Tsubasa : un numéro 10 élégant, mais qui manque de coffre et de technique Après des mois de communication bien orchestrée, Captain Tsubasa : Rise of New Champions arrive enfin sur PC et consoles. Est-ce un bon jeu de foot arcade ? Est-ce un bon jeu vidéo ? L'heure du verdict a sonné ! 6 | 28/08/2020, 15:58


Derniers commentaires
Par batmanmania le Vendredi 24 Janvier 2020, 14:25

likeSmall 1895
Dés l'instant ou tu voyais le trailer ça sentait la nostalgie, les animations des tir ont été copié sur le remake qui est sortie en 2018, ç'est assez spectaculaire.

Répondre
-
voter voter

>> Voir la réponse dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Captain Tsubasa : Rise of New Champions

Jeu : Sport
Editeur : Bandai Namco Entertainment
Développeur : Bandai Namco Entertainment Inc.
28 Août 2020

28 Août 2020

28 Août 2020

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.