JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : X360 - PS3

Test PES 2012

Test PES 2012
La Note
13 20

PES 2011 nous avait donné l'espoir de revoir la franchise de Konami renaître de ses cendres. Mais PES 2012 vient nous rappeler que la saga culte de Seabass est encore souffrante. La preuve avec cet opus synonyme de rechute, guère différent du précédent dans sa forme, mais dans lequel les rares changements apportés ne sont pas satisfaisants pour un sou. Au pilori notamment ce nouveau système de défense fort peu convaincant, ainsi que la refonte de la Master League qui en découragera certainement plus d'un. Ou au contraire, qui les encouragera à aller voir chez la concurrence. Pro Evolution Soccer : R.I.P. ?
Retrouvez plus bas la suite de notre test de PES 2012


Les plus
  • Des animations toujours aussi soignées
  • Les commentaires plus dynamiques
  • La licence Europa League
  • Des cut scenes dans la Master League
Les moins
  • Les défenses à la rue
  • La Master League imbuvable
  • Des coéquipiers toujours aussi amorphes
  • Des statistiques de joueurs à la ramasse
  • En face, il y a du très lourd quand même !


Le Test

Chaque année, la question se pose dans l'esprit de plusieurs millions de passionnés de football : PES ou FIFA ?  Il faut bien l'avouer, maintenant que FIFA est considéré par la quasi-majorité de la planète comme la meilleure simulation de football du moment, PES ne rayonne plus autant qu'il y a quelques années. Et pour cause, avec son passage raté à la next-gen, la franchise de Konami a peu à peu perdu ses adeptes, tous partis voir si la pelouse était plus verte chez Electronic Arts. La donne va-t-elle changer cette saison ? Réponse dans notre test de PES 2012.


Il faut faire preuve de maîtrise devant le gardien de butL’année dernière, PES 2011 était parvenu à réconcilier les inconditionnels de la série avec la licence qui les avait fait rêver au début du XXIe siècle. Mieux, les disciples de Seabass entrapercevaient enfin un contre-pouvoir face au mastodonte FIFA, le syndrome "Coupe de France" en quelque sorte, qui consiste à toujours défendre le "Petit Poucet" contre une équipe plus impressionnante sur le papier. Une lueur d’espoir, donc, en attendant l'arrivée de PES 2012 ? Difficile de répondre par l'affirmative, le mal étant déjà fait depuis trop longtemps, et que tout le monde était plus ou moins conscient que le seul moyen de reconquérir le cœur de la majorité serait une refonte totale du soft, ou au moins une réorientation. De manière un peu pessimiste, la seule question un peu pertinente que l'on pouvait légitimement se poser avant de passer au crible PES 2012, portait sur les innovations que Seabass et ses équipes allaient intégrer dans le jeu, afin de convaincre les derniers adeptes de ne pas passer chez l’ennemi. Une question que l'on se pose toujours, d’ailleurs.

 

Droit au bus

 

Toujours réussir à s'imposer dans les airs !De manière très objective, difficile de voir en ce PES 2012 autre chose qu’un PES 2011 à peine remanié ; comme si les développeurs n’avaient que quelques détails à régler. Des graphismes quasiment similaires, des joueurs aux stats toujours aussi approximatives (75 pour Chicharito Hernandez, Lassana Diarra meilleur que Khedira, les défenseurs de l'Inter toujours aussi craqués...), très peu de nouvelles animations, des menus et mode de jeu inchangés (hormis la Master League dont on parle un peu plus bas), Konami se comporte comme le champion du football virtuel qu’il n’est pas. A la rigueur, on notera un bel effort en ce qui concerne les commentaires de Christophe Dugarry et Grégoire Margotton, un peu plus vivants que par le passé. C'est maigre, n'est-ce pas ? On sent que les développeurs avaient tout donné il y a deux ans pour redonner du peps à leur bébé, et que cette année ils se sont retrouvés comme deux ronds de flan à se demander ce qu'ils pourraient bien changer pour donner l'impression d'un renouveau. Changer, et non pas améliorer. Changer pour simuler la nouveauté. Changer pour pouvoir dire que PES 2012 n'a rien à voir avec son prédécesseur. Changer quoi d'ailleurs ? Des choses qui ne fonctionnaient pas trop mal dans PES 2011, comme le système de défense par exemple, ou la gestion des tactiques en cours de match. Est-ce mieux ? Est-ce pire ? Non, c'est différent. Déterminer si ces modifications sont bénéfiques ou pas au titre sera à la guise du joueur, de sa manière de jouer. De son envie de jouer surtout, de se replonger dans l'apprentissage du gameplay du titre.

On sent que les développeurs avaient tout donné il y a deux ans pour redonner du peps à leur bébé, et que cette année ils se sont retrouvés comme deux ronds de flan à se demander ce qu'ils pourraient bien changer pour donner l'impression d'un renouveau."

 

Les coups francs peuvent faire basculer une rencontreD’ailleurs, au sujet du gameplay, la licence de Konami a toujours suivi les tendances du moment. Il y a quelques années, les équipes vedettes étaient celles dites physiques (Chelsea, l'Inter Milan, Manchester United), qui misaient tout le physique des quelques Didier Drogba, Zlatan Ibrahimovic ou Adriano. Cette année, PES 2012 semble vouloir suivre la logique actuelle qui consiste à mettre en avant les équipes techniques et joueuses, style Barça. Du coup, il aurait été plus judicieux de retravailler en profondeur le système de jeu, notamment en ce qui concerne les phases offensives. Des dribbles plus instinctifs, plus faciles à exécuter aussi. Des partenaires qui se montreraient enfin disponibles, sur les ailes ou en soutien. Ainsi, l'arme ultime n'aurait donc plus été le gros débordement suivi du centre et du but de la tête façon équipe anglaise des années 80, mais la perforation en individuel, ou l'attaque placée. Les développeurs ont bien inclus un système d'appel (avec le stick droit), mais ce dernier se révèle particulièrement contraignant à utiliser et très peu efficace. Las. En revanche, on sent que l'accent a été mis sur le comportement des défenses. Un choix qui peut surprendre (les défenses de PES 2011 n'étaient pas à jeter), d'autant que le résultat est loin de satisfaire pleinement. Oubliez donc le pressing à deux et les tacles musclés qui anéantissaient neuf fois sur dix les actions adverses dans PES 2011. Ici, il faudra défendre debout, en reculant, et surtout, ne jamais se jeter sur l'adversaire. Faute de quoi, c'est filoche assuré. Une direction intéressante mais loin d’être payante, puisque les défenses s’avèrent ultra-fébriles, à l’image de la jeune garde d'Arsenal qui s’est fait marcher dessus par l’attaque mancunienne. On atteint le summum du ridicule sur les ballons aérien où tout le monde se trouera presque systématiquement, et sur les frappes de lointaines qui font briller le gardien de but et ses gants en peau de pêche ; le Steve Mandanda des grands soirs en sait quelque chose. Inutile de changer de tactique, ca ne bougera pas d'un iota. Pas moyen non plus de faire des tacles assassins comme c’était le cas, un moment, avec le Real Madrid de José Mourinho, l'arbitre ne laissant strictement rien passer. En effet, tous les petits coups vicieux et les coups de genou au menton qui font la beauté d'un classico seront irrémédiablement sifflés par l'homme en noir. Et donc, si l’on affronte une équipe supérieure à la sienne, le match prendra vite la tournure d'une succession de coups francs à 40m pour l'adversaire. Bref, avec ce nouveau système de défense, PES 2012 en énervera plus d'un. Certains trouveront ça au contraire plus réaliste. En mode Versus, avec deux joueurs du même niveau, pourquoi pas. Mais contre l'I.A., dans un mode de difficulté élevé, on aura juste envie de se pendre en découvrant le comportement timoré de nos joueurs, incapables de prendre le ballon proprement à l'adversaire.

 

Lanterne rouge

 

Les trois points, c'est tout ce qui compte !Car aujourd’hui, il y en a pour qui se faire un petit PES en solo en rentrant du boulot est un plaisir. Pas de online, juste un match "contre l'ordi", pour se vider la tête. Pour ça, la Master League est toujours présente. Enfin, façon de parler. Ici, on n’aura d'autre choix que de débuter une partie avec une équipe de quatrième zone, avec des joueurs pourris dont le maitre à jouer aura des stats culminants à 65. Des ersatz de Castolo, Minanda, Ivarov et Ximelez en pire ! Et comme il est impossible de recruter, il faudra se coltiner ces adeptes du Joga Mochito ayant l'intelligence de jeu de Fabrice Pancrate, le physique d'Eric Carrière, la vitesse de Brandao et la technique de Charles-Edouard Coridon. Daniel Riolo en a des frissons dans le dos ! Et c'est là que PES 2012 marque l'histoire de la simulation de football d'une pierre blanche : avant cette Master League, jamais un PES ne nous avait autant ennuyés. C'est mou voire plat, les défenseurs sont amorphes, le gardien de but est perclu de rhumatismes, et les attaquants sont incapables de planter autrement que sur des buts de raccroc... Soyons clairs : la Master League de PES 2012, ça endort comme devant un bon vieux Dijon-Nancy en quart de finale de Coupe de la Ligue un mercredi soir de novembre. Ceux qui ont l’habitude d’aller au-delà des deux premières saisons, auront sans doute la chance de pouvoir acheter un ou deux joueurs à plus de 80 en stats. Avis aux stakhanovistes, uniquement. Que reste-t-il alors pour quelqu'un qui ne joue pas en ligne, qui n'invite pas tous ses potes le soir pour faire un tournoi, et qui comptait sur une petit Master League pour s'occuper pendant l'hiver ? Quelques modes de jeu (Ligue des champions, Europa League, les différents championnats) et une imitation du mode "Be a pro" toujours aussi peu convaincant. Soit pas grand chose, si ce n'est rien. Dans de telles conditions, difficile pour nous de prendre la défense de PES 2012, sorte de mise à jour assez paresseuse qui marque une belle rechute dans l'histoire de la saga. Et c'est un inconditionnel (quelqu'un qui a joué à TOUS les ISS et PES depuis 1996) qui vous le dit !

 

TEST VIDÉO PES 2012





Pierre Delorme

le jeudi 22 septembre 2011
0:01




 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

PES 2012 s'offre la Copa Libertadores en DLC Alors que FIFA vient de mettre en ligne son DLC pour l'Euro 2012, PES a répondu du au tac au tac avec l'annonce d'un DLC basé sur la Copa Libertadores, l'équivalent de la Ligue des Champions sud-américaine. 1 | 25/04/2012, 16:09
PES 2012 se vend très bien en Amérique du Sud A défaut de bien se vendre en Europe, PES 2012 cartonne en Amérique du Sud. On apprend en effet que Konami a vendu un million d'exemplaires de sa simulation de football là-bas. 2 | 10/04/2012, 13:49


Derniers commentaires
Par makina12 le Dimanche 17 Juin 2012, 14:49

likeSmall
nul,nul,nul,faire des jeux de foot par des mecs qui opnt jamais touchés un ballon pes 2012 plus nul de la série est de loin ,fifa pas mieux,soit on sait programmé soit on sait et on retourne a mario bros sur nes tous virés équipe incompétente totale fifa pas mieux laisser le foot au footeux et les jeux de merde au programmateur de merde.

Répondre
-
voter voter

Par adoil le Vendredi 6 Avril 2012, 5:09
Je confirme je suis un fan de pes depuis iss mais la ça fait un bon moment que konami nous
Epate avec c pes franchement je me demande si les programeur de pes se soûle pas la geulle avant de programmer se jeu à la con faut arretter à un moment on ecoute les critiques et on répète pas le même faute bonde de bâtard j'ai claquer 60 balle pour de la grosse merde le pire les chonson qui nous ont mit au menu laisse tomber je vous assure que les critique ne manque pas dans l attente d'un pes2023 parceque je crois pas que c. e*****r vont nous mettre un truc bien l année prochaine faudra essayé FIFA moi aussi j arrive pas a me convertir c dur mais je crois que il y a que ça comme solutions dsl pour les faute d hortographe


Répondre
-
voter voter

Par ASTRONOUTE le Dimanche 26 Février 2012, 13:51
salam

Répondre
-
voter voter

Par talha le Dimanche 4 Décembre 2011, 18:38
batbat je suis exactement dans le memem cas que toi j ai envie de l expolser contre le mur

Répondre
-
voter voter

Par sacaravarty le Samedi 26 Novembre 2011, 17:36
anasini satim yaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Répondre
-
voter voter

Par androoiidski le Jeudi 17 Novembre 2011, 19:20
depuis le pro 04 konami n'a cessé d'evoluer vers une adaptation plus réaliste mais la!!!!!!!!!!!!
-on a l'impression de revenir au pro 2009 avec les changements de direction trooopp rapides(excès de fluidité) on a parfois l'impression que le ballon colle aux pieds des joueurs dans les dribbles !


""on a l'impression que tous les mecs quelque soit leur niveau sont tous des zidanes puissances 10"""
je confirme

-le fameux problème de gardiens qui font d'immenses plongeons et vont jusqu'a se coucher pour des balles qu'on prendrait en tendant just la main

-parlant de gardien leurs mouvements et n'ont pas trop été améliorés. un gardien ca peut aussi intercepter avec les pieds.

pour une fois je crois k'il y'aura un pro que je ne jouerai pas"le 2012"
je préfere poursuivre ma saison 2018 sur pro 11

je vais finir par accepter que fifa est b1 devant pes


Répondre
-
voter voter

Par TheGass le Mercredi 9 Novembre 2011, 12:05
Moi aussi j'ai jamais raté une seule version de PES.
Cette dernière a corrigé plusieurs problèmes rencontrés dans des anciennes versions, mais elle en a crée d'autres plus merdique et énervent.
Le contrôle des joueurs en défense , les déplacements , "Messi is unstoppable" , le ballon flotte comme s'il n y avait pas de gravité. Les coups francs sont à 90% soit dans le cadre soit en corner etc....
Je ne vous cache rien j'ai écrasé le DVD (xbox) sur le mur de ma chambre après 2 semaines de jeu :D


Répondre
-
voter voter

Par gillesevrard le Lundi 7 Novembre 2011, 10:55
Je joue à PES depuis plus de 6 ans maintenant. J'ai jamais manqué une seule version.
Je suis un peu triste quand je lie ce test. Quand je vois certains commentaire je me dis que ça tient pas du tout la route. Cette nouvelle version je la préfère de loin à toute celles qui sont sortie jusqu'à maintenant.

le Game play peut paraitre merdique pour certains, mais moi je me dis que bon nombre d'entre nous ont conservé leurs vieilles habitudes de jeu. Faut pouvoir innover un peu avec les moyens de bord. Sur la 11, pour dribbler il fallait utiliser tout un tas de code, j'ai même cru qu'il s'agissait d'un jeu de combat. Sur cette nouvelle version un simple jeu de direction suffit pour un jeu tactique au point. ça compense largement. C'est bien beau de savoir dribler, mais faut apprendre aussi à les contrer.

bref, je trouve les nouvelles améliorations bien meilleures. Le niveau technique a été améliorer ce qui pousse à progresser. Si on est pas capable, alors oui, FIFA est une option de choix.

De plus l'IA est tout à fait battable. Je le dis parce que ça fait à peine une semaine que je joue à PES 12 et j'ai déjà compris le mécanisme pour le contrer l'adversaire. Je joue la ligue des master en haut niveau (juste parce que je commence à peine avec cette nouvelle version) avec FC Gronningen et je suis quand même 6èm en 10 match. Comme disait l'autre, faut pas se limiter qu'à une attaque à 2 et attendre le moment propice pour un tacle. Si c'est le cas vous êtes fichu. La meilleure chose à faire est de priver l'adversaire du ballon, intercepter les passes et ça marche.
Être prévoyant, avoir une bonne lecture du jeu c'est tout ce qui fais le charme de ce jeu.

Améliorez votre niveau technique avant de critiquer. Si vous pouvez pas, passer à autre chose, ce jeux n'est pas fait pour vous.


Répondre
-
voter voter

Par batbat le Mardi 1er Novembre 2011, 16:04
Bonjour à tous,
Je viens confirmer vos dires que ce jeu est une merde inconsidéré mais peux être suis je le seul à avoir des bugs du style (je ne joue qu'en mode légende ou on ne contrôle qu'un joueur)lorsque je cours mon perso saccade et ne fais que s’arrêter alors que le joystick est à fond donc lorsque tu as enfin une passe en profondeur et que ton mec s’arrête sans savoir pourquoi ça rend dingue mais ça passe encore mais surtout le truc le plus fou c'est les dribbles magistraux de l'IA on a l'impression que tous les mecs quelque soit leur niveau sont tous des zidanes puissances 10.
J'ai remarqué aussi que effectivement les joueurs de mon équipe ne savent plus faire une passe ou un centre lorsque tu arrives dans leurs équipes ce qui est complétement débiles surtout quand l IA contrôle le milan par exemple et enfin tu te fais transférer dedans que tu finis 18ème au classement car les mecs foutent plus rien. Rassurez moi ce n'est pas qu'a moi que ça arrive ça si ? Bref les défenses sont en papiers les dribbles lorsque tu essayes ça marche pas même quand tu t'es entrainé des heures sur le mode entrainement bref ce jeu m'a déçu au plus haut point et comme un con j'ai revendu le 2011 qui pour moi est bien meilleur que cette daube injouable. Résultats 2 manettes éclatées finalement pour un jeu qui n'en vaut pas la peine mais svp répondez moi avez vous les mêmes problèmes ou c'est juste moi qui sait pas jouer ?


Répondre
-
voter voter

Par JassMahd le Vendredi 28 Octobre 2011, 15:44
Oui, tt ça est vrai, PES 2012 est null, aucun plaisir à jouer, chaque match que jai joué contre lordi en league des champion jai eu un 4-0 par mi-temps, je ne peu ni defendre ni recuperer le ballon, en plus aucun de mes joueurs ne se montre présent! vraiment un 13/20 c'est beaucoup pour cette merde.

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 94 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Pro Evolution Soccer 2012

Jeu : Sport
Editeur : Konami
Développeur : Konami
29 Sept 2011

28 Oct 2011

28 Oct 2011

29 Sept 2011

29 Sept 2011

4 Nov 2011

2012

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Les vidéos
 
JEUXACTU : l'émission 221 au Jardin Serge Gainsbourg
Test vidéo PES 2012 Test vidéo PES 2012
PES 2012 : vidéo PES 2012 - Vidéo japonaise
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.