JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : PC

Test Halo Reach : 9 ans plus tard, la préquelle n'a pas pris une ride sur PC

Test Halo Reach : la préquelle n'a pas pris une ride sur PC
La Note
17 20
La Master Chief Collection démarre sur les chapeaux de roue avec Halo : Reach, que l'on peut également se procurer de manière autonome. Dans les deux cas, le prix de vente se montre extrêmement raisonnable (quarante euros pour la compilation, dix euros pour le jeu seul), ce qui contribue au sentiment de réussite presque totale. En dehors d'un mixage audio qui ne fait vraiment pas honneur à la version originale du jeu, tous les aspects techniques ont été revus à la hausse. En 4K et à soixante images par seconde, Halo : Reach tient encore parfaitement la route malgré ses neuf ans d'âge. Les joueurs PC peuvent donc enfin profiter de ce qui constitue l'un des meilleurs épisodes de la saga. Mieux vaut tard que jamais !

Les plus
  • Enfin sur PC !
  • 4K, 60 FPS et tout ce qui va bien
  • Des panoramas plus beaux que jamais
  • Toujours l'un des meilleurs volets de la saga
  • Un prix extrêmement raisonnable
Les moins
  • Mixage audio à la ramasse
  • Conduite des véhicules perfectible
  • VF d'époque...


Le Test
L'arrivée sur PC de Halo : The Master Chief Collection est un petit événement en soi puisqu'elle permet à la saga phare de Microsoft de faire son grand retour sur nos machines de bourgeois. En effet, si les deux premiers épisodes avaient eu droit à un portage PC en leur temps, les suivants étaient restés jusqu'à maintenant des exclusivités console. Ce temps est désormais révolu, et en attendant la sortie en 2020 de Halo : Combat Evolved Anniversary, Halo 2 : Anniversary, Halo 3, Halo 3 : ODST et Halo 4, il est possible dès aujourd'hui de profiter de Halo : Reach dans les meilleures conditions !

Halo : ReachNous ne reviendrons pas en détails sur l'aventure en elle-même, notre test de la version Xbox 360 paru en septembre 2010 étant toujours disponible. Tout juste rappellerons-nous que Halo : Reach a ceci de particulier qu'on n'y incarne pas le Master Chief, mais Noble Six, un membre de l'équipe Noble. Nous sommes en 2552 et ces Spartans sont chargés de défendre la planète Reach, en proie à une invasion de Covenants. Le jeu arrive à distiller un sentiment de guerre à grande échelle, alors même qu'il s'articule autour de dix niveaux de campagne bien séparés et pas d'un monde ouvert. Notre soldat se retrouve plongé dans des affrontements qui le dépassent et qui causeront sa perte...comme l'indique dès les premières secondes la cinématique d'ouverture. La séquence finale fait quant à elle le lien avec l'introduction du premier Halo, l'épisode qui nous intéresse aujourd'hui étant ce qu'on appelle communément une préquelle. Et le fait d'inaugurer la Master Chief Collection avec ce volet est particulièrement pertinent. Non seulement l'ordre chronologique est ainsi respecté, mais le fait que Halo : Reach soit sorti en 2010 évite de devoir aborder la compilation avec une aventure trop datée. Halo : Combat Evolved a en effet vu le jour en 2001, et certains de ses aspects auraient pu sembler un peu rude pour reprendre contact avec la saga en 2019.

NON MAIS HALO QUOI !


Halo : ReachOn pense notamment au level design imposant de nombreux allers-retours dans les mêmes niveaux afin d'allonger artificiellement la sauce. Ce problème étant totalement absent de Reach, on rentre plus facilement dans l'aventure. Microsoft a donc vu juste sur ce point. D'ailleurs la politique éditoriale et commerciale de l'éditeur est quasiment irréprochable sur ce coup. D'une part, il est possible d'acquérir le jeu indépendamment au prix très modeste de dix euros, ou de se payer toute la collection pour seulement quarante euros. Dans les deux cas on en a pour son argent. D'autre part, on peut non seulement se procurer les jeux sur le Microsoft Store mais aussi sur Steam. Enfin, la compilation est également disponible dans le Xbox Game Pass pour PC, ce qui permet aux abonnés d'en profiter pleinement sans aucun surcoût. Evidemment, cette version PC de Halo : Reach apporte son lot d'améliorations graphiques. Le jeu n'a pas été remastérisé à proprement parler, mais il bénéficie tout d'un même d'une option "qualité des graphismes améliorée" à opposer à "qualité des graphismes originale", ce qui traduit la présence d'un certain nombre d'améliorations. La plus évidente concerne le niveau de détail des décors (le fameux "level of detail" que les anglophiles connaissent bien), la distance à partir de laquelle le jeu affiche des versions moins détaillées des différents éléments ayant été sensiblement repoussée.

En dehors d'un mixage audio qui ne fait vraiment pas honneur à la version originale du jeu, tous les aspects techniques ont été revus à la hausse. En 4K et à soixante images par seconde, Halo : Reach tient encore parfaitement la route malgré ses neuf ans d'âge.


Halo : ReachLes menus ne proposent pas d'options graphiques extrêmement détaillées et précises mais on a tout de même droit à un réglage du champ de vision. D'une manière plus générale, on sent tout de suite à l'écran la différence graphique par rapport aux versions consoles. A commencer par la résolution qu'on peut pousser sans aucun problème en 4K afin d'obtenir des graphismes extrêmement fins, et face à laquelle les 1152x720 pixels de la version 360 font bien pâle figure. Ajoutez à cela la présence d'un filtre d'antialiasing plus performant qu'auparavant, et vous pouvez dire adieu aux effets d'escalier qui étaient bien visibles sur console. Vous pouvez également oublier la limitation à trente images par seconde, les soixante fps étant ici la norme. Bien sûr il est possible d'aller au-delà, de même qu'il est possible de jouer en 8K si on le désire... et si on possède un écran capable d'afficher une telle résolution. En revanche il n'est pas nécessaire d'avoir un PC de compétition pour profiter du jeu dans de bonnes conditions. Il tourne comme un charme sur des machines modestes.



Halo : ReachBonne nouvelle pour les amateurs de mods : le système anti-cheat peut être désactivé. Enfin, le couple clavier/souris est pleinement supporté, et on gagne énormément en plaisir de visée. Seule la conduite des véhicules est un peu perturbante, puisque la direction se contrôle à la souris et non au clavier. On aurait aimé pouvoir choisir entre les deux systèmes. De même, il aurait été appréciable que le doublage français soit refait à l'occasion de cette nouvelle sortie du jeu. Celui de 2010 n'était déjà pas très convaincant à l'époque, et ses défauts sont encore plus flagrants aujourd'hui. Mais le plus gros problème de ce Halo : Reach sur PC concerne le mixage audio, qui n'est pas du tout fidèle à  l’œuvre originale. Les sons paraissent très étouffés et on a bien du mal à distinguer les différentes pistes audio, bruitages voix et musiques ayant tendance à se mélanger de manière assez désagréable. Espérons qu'un patch vienne corriger ce problème rapidement. Si jamais ce n'était pas le cas, le jeu resterait tout de même hautement recommandable. Dernier volet de la saga développé par Bungie et premier épisode de la Master Collection à sortir sur PC, Halo : Reach a quasiment tout pour plaire.


 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
50% Joyeux


À découvrir également
Autres articles

JEUXACTU : l'émission 185 au VIP Room C'est dans l'ambiance très sélect' et people du VIP Room qu'Anaïs vous résume le sommaire de cette émission composée de 2 reportages et 3 tests inédits. 17 | 08/10/2010, 22:18
Halo Reach : un torrent d'images Microsoft continue de faire la promo de son Halo : Reach et nous montre une grosse galerie de screenshots et d'artworks inédits. 5 | 27/04/2010, 20:27


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Halo : Reach

Jeu : FPS
Développeur : Bungie
14 Sept 2010

3 Déc 2019

Zone Membres

Vos Notes :
18/20
Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.