JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PC - Switch

*Test* GRIS : le plus beau poème de 2018, c'est lui!

Test du jeu GRIS : le plus beau poème de 2018, c'est lui ! Hit JeuxActu
La Note
18 20

Tout comme certains poèmes peuvent marquer leurs lecteurs plus que d'épais romans, le petit Gris est incontestablement l'un des jeux majeurs de cette fin d'année 2018. Très éloignée des blockbusters et autres AAA, l’œuvre de Nomada Studio se veut à la fois artistique, élégante et intimiste. Pas de manière forcée pour plaire à un public particulier, la sincérité et l'amour du travail bien fait se dégageant de chaque seconde de l'aventure. Même dans la catégorie des jeux indés, l'aventure arrive encore à se démarquer, grâce à des graphismes aquarelles qui mettent une baffe à tous les effets "gros pixels" qu'on voit encore bien trop souvent chez la concurrence. Grâce à Gris, la prochaine fois que vous croiserez un débat "le jeu vidéo est-il un art ?", vous aurez un argument supplémentaire à faire valoir...


Les plus
  • La direction (très) artistique
  • L'ambiance poétique
  • Les animations "à la main"
  • Les changements d'échelle
  • La musique, d'une justesse absolue
  • Le gameplay qui s'enrichit au fur et à mesure
  • Beauté, grâce et élégance en permanence
  • Un tout petit prix (17€)
Les moins
  • De légers soucis de lisibilité des décors
  • Un peu trop court quand même


Le Test

Chez Devolver, on aime l'ironie, la testostérone, les sarcasmes et la violence décomplexée. Eclater des tronches à coups de batte de baseball dans Hotline Miami, déchiqueter des milliers d'ennemis à la mitrailleuse dans Serious Sam, trancher les adversaires au sabre dans Shadow Warrior, ou encore faire s'interpénétrer des pénis dans Genital Jousting, tout cela c'est la routine pour l'éditeur texan. Mais voilà qu'avec Gris, ces gros bourrins changent totalement leur fusil d'épaule (ou plutôt le rengainent provisoirement) et nous proposent quelques grammes de finesse dans un monde de brutes.


GRISDéveloppé par un tout nouveau studio espagnol créé pour l'occasion (Nomada Studio), Gris repose essentiellement sur le travail de Conrad Roset, dont les œuvres graphiques semblent pourtant de prime abord se prêter assez mal à une adaptation en jeu vidéo. Figures féminines éthérées et à moitié nues, tendance au monochrome parsemé de tâches de couleur plus ou moins vives, prédilection pour les aquarelles, présence régulière de fleurs et autres éléments naturels : avouez qu'on est loin de FIFA, Fortnite et Call of Duty… Et pourtant, dès les premières minutes de jeu, le charme agit. La cinématique d'intro donne le ton en ce qui concerne la superbe direction artistique et la haute qualité de l'animation, puis on se retrouve aux commandes d'une héroïne mal en point, qui évolue initialement dans un univers entièrement gris. Il n'y a aucune narration directe (que ce soit orale ou écrite) et c'est donc au joueur d'interpréter à sa guise le scénario. Sachant qu'au fil de l'aventure la jeune fille gagnera des pouvoirs supplémentaires et débloquera de nouvelles couleurs dans le monde qui l'entoure, le thème de la résilience semble clairement constituer le principal sous-texte du projet. Résilience face à quel traumatisme ? A chacun de se faire son idée en fonction de son empathie et de son vécu.


GRISUne chose est sûre, plus le jeu retrouve ses couleurs et plus il devient beau. Chaque écran est un véritable tableau, où le style de Conrad Roset s'exprime brillamment. Les images évoquent par moments Alphonse Mucha, dans une version plus moderne et plus minimaliste, et les spécialistes de la peinture pourront certainement dénicher bien d'autres références encore. Heureusement, il n'est absolument pas nécessaire d'être un expert (bien au contraire) pour être touché par la grâce et l'élégance du jeu. Les animations faites main rappellent les meilleurs dessins animés (impossible de ne pas penser à Hayao Miyazaki lors de certaines scènes) et mettent à l'amende tous les procédés de motion capture du monde, l'héroïne croise régulièrement de sympathiques ou terrifiantes créatures, et la musique joue parfaitement son rôle. Parfois discrète, parfois grandiloquente, elle vient brillamment souligner chaque instant fort de l'aventure, sans jamais se montrer en dissonance avec l'action en cours.

 

GRIS, UN JEU HAUT EN COULEURS

GRISEn ce qui concerne le gameplay, nous avons affaire à un pur jeu de plateformes, qui se veut accessible à tous, l'ambiance primant sur la difficulté. D'ailleurs, initialement, l'héroïne peut uniquement se déplacer et sauter. Les développeurs ont même été jusqu'à n'indiquer que ces commandes dans le menu des options... qui s'enrichira de nouvelles indications de commandes au fil de l'évolution du gameplay. La jeune fille débloquera par exemple un pouvoir de "pesanteur", qui transforme sa robe voluptueuse en un lourd bloc. Puis elle deviendra capable de nager, d'effectuer des doubles sauts et d'émettre un chant magique. En parallèle, elle redonnera régulièrement de nouvelles couleurs au monde. Le rouge tout d'abord, puis le vert qui fera apparaître des plantes dans le décor, puis le bleu qui engendrera la pluie et la mer, et enfin le jaune, dont la lumière éclairera des éléments auparavant invisibles. Le jeu possède donc un tout petit côté Metroidvania, mais sans les problèmes d'orientation qui vont parfois de pair avec les titres de ce genre. De même, les énigmes et autres mécanismes qui jalonnent le parcours évitent toute prise de tête, sans être simplissimes pour autant. Le niveau de difficulté a été parfaitement dosé de manière à ce que l'expérience reste en permanence agréable, toujours stimulante mais jamais frustrante. Une complexité plus élevée aurait nuit à la poésie qui se dégage du titre, et même au "flow" qui saisit régulièrement le joueur. En effet, les différentes scènes s'enchaînent avec fluidité, l’héroïne virevolte toujours avec grâce, elle effectue parfois d'impressionnantes glissades, et on a même droit à quelques séquences de course-poursuite et de confrontations assez dynamiques.

GRIS

 

50 NUANCES DE GRIS

GRISLe plus impressionnant reste peut-être les réguliers changements d'échelle, appliqués à coups de zooms avant et arrière, fluides et progressifs. Selon les moments, votre héroïne peut tout aussi bien occuper les trois quarts de l'écran ou n'être qu'un point à peine visible dans la scène. Cet effet apporte de la variété et permet également de jeter un regard neuf sur les décors. Reposant, séduisant et élégant, Gris prend le contrepied des mondes ouverts qui nous noient sous des centaines de quêtes et marqueurs et transforment certaines scènes sessions de jeu en véritable corvée. Ici, le plaisir est permanent. En contrepartie, le jeu est évidemment assez court. On peut le terminer en trois heures mais, en vérité, ce n'est pas plus mal. Tout comme un poème serait parfaitement indigeste s'il s'étalait sur deux cent pages, l'aventure aurait nettement perdu en force si elle avait été diluée. Et puis le jeu est tellement agréable qu'on le parcourra volontiers une seconde fois, surtout que les adeptes du 100 % pourront en profiter pour dénicher des "fragments mémoriels" optionnels (de simples points lumineux bien planqués dans les décors). Si on veut vraiment trouver quelque à reprocher à Gris, on pourra toujours pointer du doigt un défaut assez récurrent dans les jeux de plateformes 2D : on peine parfois à discerner quel élément de décor est à l'avant ou à l'arrière plan, ou encore si tel ou tel rocher va être traversable ou solide. A vrai dire, ces petits soucis de lisibilité apparaissent surtout en début de jeu, car on se familiarise rapidement avec la représentation graphique des différents éléments. Il n'y a décidément rien à jeter dans ce Gris, qui vient tranquillement s'imposer comme l'un des meilleurs jeux de l'année.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux


À découvrir également
Autres articles

2018 : le GOTY de JEUXACTU + Top 5 & Flop 3 de chaque membre de la Rédaction Tic-tac, tic-tac, tic-tac. Plus que quelques heures avant de faire nos adieux à 2018, année intéressante à plus d’un titre, mais aussi décevante sur d’autres points. Il est l'heure pour la team JEUXACTU de faire son bilan. 31 | 31/12/2018, 15:15
GRIS : une figurine à l'effigie du jeu disponible en précommande, avis aux collectionneurs Devolver propose en précommande sur son store une figurine en vinyle à l'effigie de l'héroïne de GRIS, la pépite de Nomada Studio. 1 | 26/12/2018, 17:08


Derniers commentaires
Par Darkmetal35 le Vendredi 14 Décembre 2018, 4:28

likeSmall 122
C'est clair que la DA est magnifique. J'avais déjà entendu parler de ce jeu mais le test donne encore plus envie.

Prenant la majorité des jeux Indès sur PS4, j'espère qu'il sortira dessus dans le futur. Au pire des cas je le prendrais sur Switch.


Répondre
-
voter voter

Par Tetsumiyo le Jeudi 13 Décembre 2018, 22:47

likeSmall 24
Visuellement ça en jette, après si c'est court c'est chiant même pour 17€

Répondre
-
voter voter
1

Par olimann le Jeudi 13 Décembre 2018, 17:53

likeSmall 1413
La DA est magnifique.

Répondre
-
voter voter

Par Amator22 le Jeudi 13 Décembre 2018, 16:47
Vous m'avez donné envie et en plus pas cher il est

Répondre
-
voter voter

Par Napoleone le Jeudi 13 Décembre 2018, 14:41

likeSmall 1061
C est ... enchanteur.

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 5 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







GRIS

Jeu : Aventure
Editeur : Devolver Digital
Développeur : Nomada Studio
13 Déc 2018

13 Déc 2018

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.