JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : Switch

*Test* Sid Meier’s Civilization VI (Switch) : la domination du monde est-elle aussi efficace à emporter ?

Test Civilization 6 : le portage sur Nintendo Switch est-il vraiment réussi ?
La Note
16 20

Globalement, Civilization VI Switch reste un excellent portage qui a le mérite de mettre cette excellente franchise entre les mains de nombreux joueurs, y compris les plus jeunes. Toujours aussi riche et exigeant, même expurgé du contenu de l’extension Rise & Fall et du mode multijoueur en ligne, le jeu permet de profiter de l’expérience complète (contrairement aux spin-offs mobiles) où que l’on soit, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. De plus avec son schéma au tour par tour, le titre se prête particulièrement bien aux transports puisqu’on peut fourrer sa console dans son sac à tout moment sans arrière-pensée. La mayonnaise prend toujours aussi bien, et le côté addictif du jeu reste présent, car on clique toujours aussi goulûment sur le bouton "encore un tour" en fin de partie. Néanmoins, le manque de surface sur l’écran et la refonte des contrôles n’en font pas vraiment la version la plus abordable pour un public novice, ce qui pourrait décourager nombre de clients potentiels. Finalement, le plus gros point noir reste l’attente interminable entre deux tours lors du end game où on passe plus de temps à attendre que la machine mouline qu’à réellement jouer. Vous l’avez compris, on vous recommande de vous tourner vers la version PC de préférence, mais si l’attrait de la mobilité est le plus fort, ou si vous n’avez qu’une Switch : il n’y a pas à hésiter.


Les plus
  • La référence du 4X sur Switch
  • Contrôles intelligents
  • Toujours aussi riche
  • Toujours aussi addictif
  • Aucun downgrade graphique
Les moins
  • Moins accessible pour les novices
  • Console qui rame entre les tours en fin de partie
  • Pas de multi ni de contenu issu de Rise & Fall


Le Test

Deux ans après la sortie initiale de Sid Meier’s Civilization VI sur PC, 2K Games décide d'offrir à la Nintendo Switch son fervent jeu de stratégie, avec l'aide et l'expertise du spécialiste des portages, à savoir le studio Aspyr. Si la console hybride de Nintendo est une habituée des portages de vieux jeux sortis sur PC, PS4 et Xbox One il y a quelques années, celui de Civilization VI a une saveur un peu particulière puisque c'est première fois qu’un véritable épisode canonique de la saga Civilization arrive sur console. Le challenge posé par ce portage est réellement de taille, avec de nombreuses modifications nécessaires, qu’il s’agisse de l’interface utilisateur (les nombreux menus et sous-menus PC sont guère adaptés aux consoles), des contrôles (absence de souris ici), et même de la technique du jeu. En effet, le titre a la particularité de demander très peu de ressource graphique (ce qui sied parfaitement à la puce Tegra de la Switch), mais énormément de ressource processeur, surtout entre les tours, lorsque la machine doit gérer les décisions de toutes les IA. Reste maintenant à voir si Aspyr parvient à passer le contrôle technique...


Sid Meier’s Civilization VISi jamais vous n’avez pas encore eu l’occasion de vous pencher sur Sid Meier’s Civilization VI sur PC, on vous suggère d’aller jeter un œil à notre test paru en 2016 et disponible à cette adresse. En effet, ce nouveau test ne concerne que la version Switch, et va donc s’attacher aux spécificités de ce portage. Tout d’abord, il faut savoir que si cette version comporte quelques contenus en plus par rapport à la version de base du jeu, on ne dispose en aucun cas de l’intégralité des DLC disponibles. Si vous espériez profiter des nouveautés apportées par l’extension Rise & Fall (dont vous pouvez retrouver le test à cette adresse) comme les âges sombres, ou le système de gouverneurs, sachez que vous pouvez revoir vos ambitions à la baisse. Cette version est donc très similaire à la mouture sortie en 2016, même si on dispose de quelques leaders en plus (dont Alexandre le Grand, roi de Macédoine, par exemple). Précisons qu'on doit aussi se passer du mode multijoueur en ligne, probablement supprimé à cause de l’obligation d’utiliser le Switch Online qu’il aurait impliqué. Ceci dit, ce manque de contenu ne devrait pas léser grand monde, dans la mesure où le jeu de base est déjà excellent, tandis que l’extension Rise & Fall n’a pas vraiment transcendé le gameplay. Vous l’avez compris, même sur Switch, on aura largement de quoi s’occuper pendant les 400 tours (environ) d’une partie, et même au-delà, grâce à la fonctionnalité juste un tour de plus qui permet de poursuivre après la victoire d’une des civilisations.

 

LESS IS MORE ?

 

Sid Meier’s Civilization VIForcément, sur le petit écran de la Switch, la crise du logement bat son plein, et il est compliqué d’y afficher autant d’infos que sur un écran de PC. Pour contourner cet obstacle, Aspyr a réalisé deux menus à icônes que l’on peut déployer en appuyant sur les boutons de tranche (R et L). Derrière R se cachent tous les menus ayant trait à la diplomatie, ainsi que les innombrables statistiques concernant les villes, les classements pour la victoire, mais aussi l’indispensable Civilopedia qui permet de tout savoir sur le jeu. Sur le bord gauche, et donc asservis à la touche L, on découvre tous les indicateurs relatifs à notre faction, qu’il s’agisse de doctrines, du régime politique actuel, et des grandes orientations définies pour votre peuple. Bien que cette organisation semble de bon aloi aux yeux d'un joueur chevronné, on est moins sûrs que cela soit une bonne solution pour les novices. En effet, Civilization est une franchise souvent décriée pour son manque d’accessibilité, et la concentration des menus imposée par les contraintes de la machine ne font pas forcément de cette version celle qu’on recommandera immédiatement aux nouveaux venus. Quoi qu’il en soit, le système de tutoriel avec notre conseiller reste présent, et il pourra aider le joueur à foison selon son niveau. Ainsi, notre bras droit nous demandera en début de partie si on est novice à la franchise (ce qui le rendra très volubile et assez interventionniste), si l’on découvre Civilization VI (il sera alors nettement moins présent), ou si on découvre juste la version Switch (auquel cas, il se limitera à nous expliquer la nouvelle disposition des menus, ainsi que les nouvelles commandes).

 

À FOND LES MANETTES !

 

Sid Meier’s Civilization VIEn ce qui concerne le gameplay, bien que l’absence de la souris complique forcément les choses, Aspyr a développé un ensemble de commandes plutôt agréables à utiliser, et qui sont même assez précises une fois apprivoisées. Avec le stick droit on va déplacer la caméra, tandis que les gâchettes (ZL et ZR) servent à modifier le zoom. D’une pression sur le stick droit on fera apparaître une zone de sélection bleue (qui englobe un hexagone de la map), et on donnera les ordres de mouvement avec le stick gauche. Enfin, une fois l’unité ou la ville sélectionnée, on naviguera entre les options d’interaction en profitant des touches du D-pad de la Switch. La seule limite à ce système est finalement l’impossibilité d’utiliser la mini-map (qui sert à déplacer rapidement la caméra d’un bout à l’autre du monde), car cette dernière n'est asservie à aucune touche. Sachez qu’il est également possible d’utiliser les commandes tactiles lorsqu’on joue en mode nomade, mais même en utilisant le zoom maximum, nos doigts (probablement trop gros et boudinés) n’ont pas permis une précision suffisante, ce qui se traduit par une unité qui se déplace alors qu'on voulait sélectionner une ville, par exemple. Le même problème de dimentions nous a d'ailleurs interdit de pouvoir utiliser la mini-map en tactile, tant cette dernière porte bien son nom. C’est sûr, la souris est une meilleure option, mais faute de grives, la solution retenue par Aspyr s’avère tout à fait valable.

 

Vous l’avez compris, le end game va vous demander une sacrée patience car l’enchaînement des tours devient terriblement chronophage. C’est d’autant plus rageant qu’à ce niveau, on passe plus de temps à attendre que le processeur mouline qu’à réellement jouer.

 

Sid Meier’s Civilization VITechniquement, Civilization VI en impose avec un rendu visuel qui est assez proche de la version PC, même si certaines animations sont simplifiées. Globalement, le style plus cartoon semble faire merveille sur cette machine aux performances restreintes, et même avec les options graphiques activées, l’action reste fluide. Bien sûr, on voit la perte de qualité due au 720p sur grand écran, mais l’ensemble reste tout à fait honorable, surtout lorsqu’on joue en mode nomade. Néanmoins, la faiblesse du processeur de la Switch finit par se faire diablement remarquer, surtout lorsqu’on dépasse le tour 300. Avec un monde entièrement connu, plusieurs factions et cités-états, et de très nombreuses unités à gérer, le Tegra est complètement à la rue. Le ventilateur de la console souffle alors comme un damné, et on a constaté un temps d’attente de plus de 50 secondes (montre en main) entre le moment où l’on appuie sur le bouton "tour suivant" et le moment où l'on reprend la main. Vous l’avez compris, le end game va vous demander une sacrée patience, car l’enchaînement des tours devient terriblement chronophage. C’est d’autant plus rageant qu’à ce niveau, on passe plus de temps à attendre que le processeur mouline qu’à réellement jouer. On avoue qu’on voyait mal comment cet écueil allait pouvoir être esquivé par les équipes de développement, tant le temps de traitement augmente au fil des tours, et ce, même avec un PC équipé d’un processeur surpuissant. Le résultat est là, et on vous conseille donc d’adopter une activité annexe lorsque vous finirez vos parties afin de meubler l’attente interminable qui vous guette. Sachez néanmoins que le problème peut être jugulé en optant pour des parties rapides, avec une map restreinte et un nombre minimal de civilisations et de cités-états.

 



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Osef


À découvrir également
Autres articles

Test Civilization VI : le roi conserve sa couronne sur PS4 et Xbox One Sorti en 2016 sur PC, puis deux ans plus tard sur Nintendo Switch, Civilization VI débarque à présent sur PS4 et Xbox One avec l'ambition de proposer le meilleur du 4X à leurs possesseurs. 06/12/2019, 13:01
Civilization VI : un bug récurrent empêche de gagner la partie sur Switch Sorti en 2016 sur PC et récemment porté sur consoles, Civilization VI continue de propager la fièvre de la stratégie au tour par tour à de milliers de joueurs, mais sur Switch, il est désormais impossible de gagner une partie. 02/12/2019, 17:14


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Les commentaires sur ce sujet sont fermés.
Sid Meier’s Civilization VI

Jeu : Stratégie
Editeur : 2K Games
Développeur : Firaxis
21 Oct 2016

16 Nov 2018

Zone Membres

Vos Notes :
1/20
Notez ce jeu

Les vidéos
 
Civilization VI Gathering Storm : la Suède entre dans l'arène, la reine Christine se montre en vidéo
Civilization VI : trailer de gameplay du DLC Gathering Storm Civilization VI : la Terre se fâche dans l'extension Gathering Storm !
Civilization VI : voici le trailer de lancement du jeu sur Switch Civilization VI : le jeu est disponible sur Switch, voici le trailer de lancement
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.