JeuxActuJeuxActu.com

Need For Speed Heat : le retour aux sources tant attendu ? Nos impressions

Need For Speed Heat : le retour aux sources tant attendu ?

Autrefois pilier du catalogue d’Electronic Arts, la licence Need For Speed a connu des années difficiles depuis que Ghost Games est seul aux commandes. C'est simple, après le joli 80% obtenu par Rivals sur Metacritic, aucun épisode de la série n'a réussi à faire mieux. Le fameux reboot sorti en 2015, et rempli de stars de l’univers de la préparation automobile (comme Akira Nakai, Magnus Walker, mais aussi Ken Block), fut un échec patent avec une moyenne de 66%. Pire, le dernier volet en date, Payback, a fini à 61% à cause de très nombreux problèmes, dont les très critiquées Speed Cards qui obligeaient à grinder comme un fou pour avoir une bagnole digne de ce nom. Pour Need For Speed : Heat, Ghost Games est donc revenu aux fondamentaux comme nous avons pu le constater pendant les 4 heures passées en sa compagnie.


Need For Speed : HeatSi Payback avait tenté (sans succès) de proposer une narration plus travaillée qu’à l’accoutumée, sachez que Need For Speed : Heat n’a pas les même ambitions. Plus concrètement, la cinématique d’intro dévoile le personnage clé de l’aventure, à savoir le lieutenant Franck Mercer. Les scénaristes n’ont pas vraiment fait dans l’originalité, puisqu’il s’agit-là d’un flic pourri jusqu’à la moelle et dont la volonté est de s’enrichir tout en mettant les gentils pilotes hors d’état de nuire. On comprend rapidement que l’homme n’a pas l’intention de nous laisser moisir derrière les barreaux, et que ses méthodes pour faire régner l’ordre sont plutôt expéditives. Mais qu'incarne donc le joueur ? Un pilote rebelle ? Un jeune homme consumé par un désir de vengeance envers l’officier corrompu ? Que nenni mes amis ! Après cette fameuse cinématique, un écran nous demande de choisir un avatar parmi une douzaine, et pas besoin de se mettre la pression puisqu’on pourra en changer à n’importe quel moment de l’aventure. En réalité, notre héros n’est guère plus qu’un skin visuel et auditif (oui, les voix changent tout de même) complètement dépourvu d’identité, sachant qu’on ne parle même pas de personnalité ou de charisme ici, mais bien de nom ou de prénom. Arrivé dans la belle cité de Palm City un an plus tard, notre personnage n’a qu’un seul but : devenir le meilleur pilote de la ville et pouvoir se mesurer aux rois de la rue. Bien sûr, on commencera par affronter la lie des conducteurs au volant de bagnoles assez défraîchies, avant de pouvoir aller défier les fils à papa qui friment à bord de leurs hypercars à plusieurs millions de dollars.

 

DRIFTO KING

 

Need For Speed : HeatVous l’aurez compris, il s’agit plus d’un argument de départ que d’un vrai scénario, même si Ghost Games a tenté de raccrocher les wagons en rajoutant de petites cut scenes autour de personnages emblématiques de chaque discipline existantes, qu’il s’agisse de course, de drift, etc… Malheureusement, là encore, la sauce ne prend pas vraiment. Tant pis, on se rabattra sur le pilotage et la vitesse. Et sur ce plan, le jeu est plutôt une réussite, avec une orientation encore plus arcade qu’avant. Les voitures ont un comportement hyper facile à appréhender, et le drift est encore plus docile qu’avant. Si les précédents opus nous demandaient de travailler avec le frein pour trouver la glisse, il suffit désormais de relâcher puis d’appuyer à fond sur l’accélérateur en courbe pour mettre la voiture à l’équerre. Taillée pour les novices absolus, sachez que cette façon de faire montre rapidement ses limites. De fait, en enlevant les aides au pilotage, et en préparant une voiture spécialement dédiée à la discipline qui soit bien vive du train arrière (ou de l’arrière-train si vous préférez), il va falloir doser l’accélérateur pour garder la glisse. Or, dès qu’on se montre trop brutal sur la pédale, le jeu croit que l’on sollicite le système de drift et nous fait souvent finir dans le décor. De même, il est assez dur avec ce système à l’accélérateur d’envoyer la voiture en glisse sur la droite lorsqu’on glisse sur la gauche. On se retrouve alors à devoir utiliser le frein à main, ce qui fait perdre pas mal de vitesse en courbe. Heureusement, le reste du pilotage reste très plaisant, et on n’a pas trouvé grand-chose à redire au comportement des voitures, si ce n’est leur poids. Pour une raison inconnue, toutes les caisses semblent peser autant qu’un pétrolier, qu’on soit au volant d’une Civic de 800 kg ou d’une GT-R d’une tonne et demi. Fidèle à l’orientation arcade absolue du jeu, Ghost Games a vraiment tout fait pour rendre la conduite aussi facile et intuitive que possible, au point de permettre au joueur de détruire à peu près tout ce qui borde la route. Bien sûr, tout n’est pas destructible, mais même avec des trajectoires aléatoires, le jeu ne se montrera jamais punitif.

 

Bien que certains panoramas soient agréables, le rendu graphique du jeu n’est pas vraiment impressionnant, qu’on soit de jour ou de nuit, et on comprend rapidement que le jeu n’a pas été pensé pour les balades contemplatives comme on peut se surprendre à faire dans un Forza Horizon, par exemple.

 

Need For Speed : HeatLa sensation de vitesse demeure excellente, et même lorsqu’on dispose des premières voitures, les bruits d’échappement particulièrement soignés contribuent à l’immersion et à l’impression de puissance qui se dégage des bolides. Pour Need For Speed : Heat, Ghost Games a choisi une nouvelle approche en ce qui concerne le nitro. Élément caractéristique de la série, les systèmes d’injection de protoxyde d’azote sont de retour, mais sous une forme un peu différente. Auparavant, les voitures étaient dotées d’une jauge qu’on pouvait utiliser à volonté, le gaz étant injecté tant que le joueur maintenait la pression sur le bouton. Désormais, le NOS est conditionné dans des bonbonnes que l’on est obligé d’utiliser intégralement, même si ces dernières se remplissent toujours avec le temps. Avec une quantité de gaz plus ou moins fixe, on va surtout devoir choisir la répartition de ce dernier dans les bouteilles. Vaut-il mieux une bonbonne de 12 kg qui donnera un gros coup de pied au cul une seule fois, ou deux bouteilles de 6 kg afin de pouvoir s’en servir plus souvent ? Bref, ce gaz hilarant est désormais un atout stratégique qu’il faudra utiliser à bon escient, afin d’en tirer le maximum. Pour profiter de cette vitesse, les développeurs proposent d’explorer Palm City, une ville inspirée de Miami mais dont la topographie a été revue afin de proposer plus de relief (la Floride étant plus plate que le plat-pays). Malgré une taille honorable, l’open-world n’offre pas vraiment de biomes différents et se contente donc d'un littoral plat et de zones un peu plus vallonnées lorsqu’on s’en éloigne. L’univers offre pas mal d’items à collectionner, ce qui permet de débloquer des récompenses sympathiques et donnera du sens aux heures passées à arpenter les routes de Palm City. Bien que certains panoramas soient agréables, le rendu graphique du jeu n’est pas vraiment impressionnant, qu’on soit de jour ou de nuit, et on comprend rapidement que le jeu n’a pas été pensé pour les balades contemplatives comme on peut se surprendre à faire dans un Forza Horizon, par exemple. Pire, le clipping des autres voitures est très prononcé, ce qui est vraiment dérangeant lors des courses puisqu’il est alors quasiment impossible d’éviter une voiture qui apparaît à moins de 50 mètres lorsqu’on file à 250 à l'heure.

 

LA NUIT TOUS LES CHATS SONT GRIS

 

Need For Speed : HeatLe jeu partage notre vie entre journée et activités nocturnes. L’idée est qu’en pleine journée et aux yeux de tous, les joueurs vont devoir rester sages et participer à des courses dites légales. La seule différence avec les courses nocturnes sera donc l’absence de trafic (puisqu’on s’imagine sur une route fermée) et le fait que nos résultats seront récompensés par un prize money en espèces. En cas d’excès de vitesse devant les forces de l’ordre, les courses-poursuites seront très faciles, et si jamais on se fait attraper, il suffira de s’acquitter d’une légère contravention pour pouvoir continuer notre balade. Une fois le soleil couché, les choses deviennent plus intéressantes, puisque c’est dans le noir que se déroulent la plupart des missions mettant en scène les méchants officiers de police corrompus. La nuit est aussi le terrain des streetracers et leurs courses de rue illégales, tandis que la pluie perpétuelle et la routes détrempées font ressortir les néons de nos bagnoles. Ici, personne ne nous payera pour piloter, mais on gagnera de la réputation, ce qui nous fera connaître auprès des vendeurs et autres concurrents, et nous débloquera voitures et pièces mécaniques qu’on achètera ensuite avec l’argent gagné le jour. En gros, si les Speed Cards ont disparu, il va toujours falloir grinder pas mal pour pouvoir vous payer et pimper vos bagnoles, et sans vous faire pincer par la police. La nuit, plus vous faites de courses et plus vous devenez une cible de la police, plus votre indice de Heat augmentera, ce qui servira de multiplicateur aux points de réputation qu’on engrange, sachant que ces derniers ne sont acquis que lorsqu’on revient au garage. Chaque nuit va donc mettre notre avidité à l’épreuve, puisque plus on gagnera de points, plus les forces de police à nos trousses seront agressives et nombreuses, et plus le risque de tout perdre en cas d’interception sera grand. Sur ce point, la recette n’évolue pas, et on se retrouve interpellé lorsqu’on reste trop longtemps statique ou lorsque notre voiture est détruite. Afin de survivre aux assauts des véhicules de la maréchaussée, des stations essence permettent de regonfler la jauge de dégâts mécaniques de notre bolide, à raison de trois séances de mécanique par nuit au maximum.

 

D’ailleurs, pour la première fois dans NFS, si jamais l’amélioration du moteur d’origine n’est pas suffisante, on pourra même remplacer le bloc par un modèle plus puissant (une pratique connue sous le nom de Swap), à condition qu’il y ait assez de place sous le capot.

 

Need For Speed : HeatEnfin, le gros point positif de l’épisode Heat reste le grand retour du tuning et de la personnalisation des voitures. On retrouve un système ultra complet digne des épisodes Underground et Carbon. Le premier volet concerne l’esthétique : on y retrouve l’éditeur de livrées, ainsi que l’atelier carrosserie qui regorge d’ailes démesurées de chez APR Performance, de kits larges signés Rocket Bunny, et de jantes BBS. La plupart des pièces sont sous licence, ce qui ravira les amateurs de préparation. Les développeurs ont même poussé le vice jusqu’à ajouter un outil qui permette de modifier les soupapes d’échappement, et ainsi obtenir un son bien particulier en fonction de vos préférences. Niveau mécanique, on découvre des pièces de moteur disposant d’un niveau (un peu comme dans The Crew), et dont l’association définira le score de notre bagnole, ce qui permettra ensuite de savoir si elle nous permettra de battre sereinement – ou pas –  la concurrence dans les courses. D’ailleurs, pour la première fois dans NFS, si jamais l’amélioration du moteur d’origine n’est pas suffisante, on pourra même remplacer le bloc par un modèle plus puissant (une pratique connue sous le nom de Swap), à condition qu’il y ait assez de place sous le capot. À titre d’exemple, on a ainsi pu échanger le 1.6L 170Ccv de notre Honda Civic par un moteur rotatif 13B de 280cv issu d’une Mazda RX-7. Il sera aussi possible de modifier les pièces châssis, ce qui va avoir une incidence sur le style de pilotage de votre voiture. Concrètement, quatre axes s’offrent à nous avec Race (un bolide plaqué au sol), Drift (une savonnette surpuissante), Offroad (un tout-terrain qui se traine sur route, mais qui ne perd pas de vitesse lorsqu’on coupe par l’herbe), et enfin Road (avec un comportement entre Drift et Race qui se prête bien aux tracés urbains et aux virages serrés). En plus de tout ceci, deux slots d’équipement sont libres afin d’équiper des bonus passifs qui vont soit transformer votre voiture en un tank tueur de voitures de police, ou permettre à la réserve de nitro de se remplir plus rapidement dans certains cas.

 


Notre degré d’attente

Need For Speed : Heat ne réinvente clairement pas la formule sur laquelle est basée la série depuis de nombreuses années. Mais en se focalisant sur l’essentiel, et en remettant la customisation automobile au cœur du gameplay, le jeu s’avère nettement plus séduisant que son prédécesseur. Avec une conduite toujours aussi arcade et fun, le titre s’annonce comme une parenthèse pop-corn sympathique qui devrait plaire aux amateurs de kits larges et de néons. En revanche, on regrette que les interactions avec la police se limitent à des coups de pare-chocs, et que les journées soient dédiées au grind des thune alors que la nuit est nettement plus riche. Enfin, malgré son open-world plutôt séduisant, le clipping rend l’évitement du trafic particulièrement compliqué, ce qui est assez rageant à la longue. Reste à voir si Ghost Games pourra effectuer des corrections avant que le titre ne soit disponible, sachant qu’il ne reste que très peu de temps. En effet, Need For Speed : Heat arrivera sur PC, PS4 et Xbox One le 8 novembre prochain.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
50% Furieux


À découvrir également
Autres articles

Test Need For Speed Heat : la série définitivement en surchauffe ? Annoncé, puis sorti en catimini il y a quelques jours, Need For Speed : Heat est désormais disponible, et pourtant Electronic Arts n'a pas vraiment claironné à son sujet, ce qui nous laisse présager le pire. Voici notre test ! 2 | 13/11/2019, 03:57
Need For Speed Heat : un trailer de lancement rempli de belles carosseries Electronic Arts nous dévoile aujourd'hui le trailer de lancement pour Need For Speed : Heat, et nous rappelle au passage que la sortie du jeu est toujours calée au 8 novembre prochain, soit dans à peine plus d'une semaine. 28/10/2019, 17:19


Derniers commentaires
Par Pitou57 le Dimanche 10 Novembre 2019, 21:29
Je viens de acheté se jeux NFS un peu dessus les courses défi son nul de chez nul le jeu sa peu allé mais sa soul rien de bien. Je suis a nouveau dessus .

Répondre
-
voter voter

Par Mx34 le Jeudi 17 Octobre 2019, 11:34

likeSmall 8
lazyzy a écrit:Bonjour, je sais pas si le reviewer lira ce commentaire mais j'ai une question don5 je n'arrive pas a avoir de réponse malgré les nombreux sites qui ont testé le jeu, aucun ne dit si le drift est du push 2 drift comme les derniers nfs ou c'est un vrai truc


Tu es sur NFS, il suffit de regarder 30 secondes de la vidéo pour s'apercevoir que c'est du 100% no skill ou tu reste appuyé sur l'accélérateur et ça se fait tout seul.


Répondre
-
voter voter

Par lazyzy le Mercredi 16 Octobre 2019, 9:16
Bonjour, je sais pas si le reviewer lira ce commentaire mais j'ai une question don5 je n'arrive pas a avoir de réponse malgré les nombreux sites qui ont testé le jeu, aucun ne dit si le drift est du push 2 drift comme les derniers nfs ou c'est un vrai truc

Répondre
-
voter voter

Par kai le Mardi 15 Octobre 2019, 18:13
Dommage qu'on ne puisse pas splité les écran en local lorsqu'on veut jouer à plusieurs sur la même console comme avant surPS2

Répondre
-
voter voter

Par Ryuken973 le Mardi 15 Octobre 2019, 17:25
Jsuis chaud !

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 5 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Need For Speed : Heat

Jeu : Course
Editeur : Electronic Arts
Développeur : Ghost Games
8 Nov 2019

8 Nov 2019

8 Nov 2019

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Les vidéos
 
Need For Speed Heat : un premier trailer et une date de sortie !
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours