JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : Xbox - PlayStation 2

Test Urban Chaos : VU

Test Urban Chaos : VU
La Note
12 20

Malgré une réalisation très en dessous des prestations actuelles, Urban Chaos : Violence Urbaine arrive à s’en tirer grâce à quelques idées originales et, si l’abus de langage volontairement exagéré choquera les oreilles les plus chastes, le jeu arrive à tenir son rôle de défouloir lors de petites parties rapides. Bourrin sans vraiment l’être en même temps, le titre d’Eidos échappe donc étonnamment à la catégorie des jeux à éviter pour se classer dans celle des jeux apéro mais, l’action étant bien vite limitée, on ne peut que recommander aux intéressés d’attendre un nouveau positionnement prix ou de se tourner vers les rayons de l’occasion avant de succomber aux avances de la Tolérance Zéro.


Les plus
  • Interactions avec les forces d’intervention
  • Utilisation du bouclier
  • Quelques séquences originales (prises d’otage)
Les moins
  • Doublage mal synchronisé
  • IA trop artificielle
  • Violence verbale gratuite
  • Réalisation graphique décevante
  • Vite répétitif


Le Test

Mis à part pour ses changements de nom à répétition, Urban Chaos : Violence Urbaine n’aura pas attirer l’attention plus que ça. Sans relation aucune avec le Urban Chaos de 2000 du même éditeur, le nouveau FPS d’Eidos n’en a qu’encore moins le charme mais arrive tout de même à surprendre en nous berçant entre deux eaux.


Un scénario teinté d’émeutes, une unité d’intervention baptisée Tolérance Zero voulant textuellement "éliminer la racaille", Urban Chaos : Violence Urbaine aurait presque pu être le programme d’entraînement des deux politiciens les plus médiatisés de ces derniers mois mais, à en voir la violence gratuite du jeu, on se dit que Dom’ et Sarko ont encore de la marge.

 

Burn, baby burn

 

Faute d’étudiants et de réformes qui auraient trop chamboulées les précieux acquis des citoyens de notre beau pays (pas de polémique !), c’est à un gang de pyromanes au doux nom de Burners qu’Urban Chaos vous propose de vous frotter. Endossant l’uniforme de Nick Mason de l’unité T-Zero montée par la mairie, vous allez donc très rapidement vous rendre sur le terrain pour épauler les forces officielles de police, mais aussi les secouristes et pompiers locaux, afin de refroidir les addicts du cocktail Molotov à coup de Karcher, ou plutôt de bouclier. La meilleure attaque étant la défense, le titre édité par Eidos compte en effet parmi ces atouts un bouclier anti-émeute auquel vous confierez très vite votre vie et aux utilisations sympathiques quant il s’agit de casser quelques dents à grands coups de plexiglas. Indispensable pour avancer à couvert ou se protéger des fameux backdrafts lors des visites de bâtiments en flamme, cet accessoire devenu arme donnera toute sa puissance pour approcher au plus près les chefs de gangs afin de les électrocuter pour les capturer vivants, ou encore pour faire reculer un preneur d’otage avant de l’achever dans un désormais classique ralenti pour accentuer la situation.

 

Chef, la recette !

 

Pyromanes oblige, Urban Chaos : Violence Urbaine use et abuse de flammes et d’effets de chaleurs venant déformer des textures pourtant grossières et, histoire de ne pas vous laisser seul dans ce feu de l’action, les missions vous proposeront régulièrement une aide en la personne de pompiers ou de secouristes que vous pourrez commander. Excellente idée au départ, la trop grande linéarité du jeu viendra malheureusement couper les pattes de cette initiative, réduisant généralement le rôle de ces forces d’interventions à une simple ouverture de porte ou une extinction de feu. Seuls quelques rares objectifs comme sauver des civils d’un bâtiment en flammes viendront alors casser la routine, plus ou moins efficacement. Malgré tout, on se surprend à se prendre au jeu, sûrement rattrapés par nos rêves d’enfance qui consistaient à rejoindre ces hommes d’élite, et dopés par un récent sadisme à faire taire des terroristes insultant nos mamans avec un dictionnaire d’insultes bien fourni. Les nombreux objectifs secondaires comme réaliser un nombre d’arrestations en règle ou de headshots bien placés viendront enfin relancer l’intérêt des perfectionnistes qui pourront ainsi s’amuser à débloquer les quelques 204 médailles disponibles pour améliorer les armes et offrir de nouveaux équipements mais, de manière générale, il faut avouer qu’on ne jouera guerre plus d’une demi-heure d’affilé sous peine d’avoir l’impression de tourner en rond.





Laurent Moreaux

le jeudi 1 juin 2006
17:30




 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

Urban Chaos : Violence Urbaine - Débloquer la Difficulté Terreur : Terminez le jeu une fois. 09/06/2006, 12:59
Urban Chaos : Violence Urbaine - Débloquer la Difficulté Terreur : Terminez le jeu une fois. 2 | 09/06/2006, 12:58


Derniers commentaires
Par abdelmajid le Lundi 25 Juin 2012, 20:09
merci

Répondre
-
voter voter

>> Voir la réponse dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Urban Chaos : Violence Urbaine

Jeu : FPS
Editeur : Eidos Interactive
Développeur : Rocksteady Studios
19 Mai 2006

19 Mai 2006

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours