JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test Wolfenstein Youngblood : massacrer du Nazi, est-ce vraiment mieux à deux ?

Test Wolfenstein Youngblood : massacrer des Nazis, c’est mieux à deux
La Note
17 20

Disposant toujours de l’ambiance déjantée de la série, Wolfenstein : Youngblood propose une aventure intégralement coopérative en plein cœur de la capitale française. Grâce au travail d’Arkane Lyon, Paris est superbement modélisée avec ses bâtiments haussmanniens et ses bouches de métro art-déco parsemées de monolithes de béton du Reich. Le jeu bénéficie d'une I.A. vraiment correcte en cas d’absence d'un partenaire, même si le Buddy Pass présent dans la version Deluxe permet d’inviter n’importe quel joueur dans notre partie. Avec son gameplay bourrin, ses litres de ketchup et ses multiples références aux années 80, Wolfenstein : Youngblood est l’un des meilleurs FPS coopératifs de ces dernières années ; et si l’aspect RPG peut en rebuter certains, il n’est pas assez poussé pour vous distraire de l’action. Les quêtes sont nombreuses, et bien que la campagne principale puisse être bouclée en une dizaine d’heures, il reste de nombreuses activités, comme des objectifs aléatoires et même des défis quotidiens et hebdomadaires. En résumé, si vous êtes amateur de FPS, et que vous cherchez comment passer l’été avec un bon pote, Wolfenstein : Youngblood est fait pour vous. Le seul bémol réside finalement dans les interactions limitées entre joueurs, puisqu’il n’existe aucun système d’ordres ou de communication en dehors du simple push-talk.


Les plus
  • De l'action non-stop
  • Toujours aussi bourrin
  • Le Buddy Pass
  • Joli graphiquement
  • Une bonne durée de vie accompagnée d'un contenu solide
  • De l'humour à revendre
Les moins
  • Des bugs de collision
  • La compatibilité avec le RTX remise à plus tard
  • Aucun moyen de communiquer in-game à part le push-talk
  • L'I.A. ennemie un peu limitée


Le Test

Annoncé à l’E3 2018, Wolfenstein : Youngblood était censé être un DLC stand alone se focalisant sur les filles jumelles de B.J Blazkowicz, et faisant office de suite à Wolfenstein II : The New Colossus. En gros, une extension d'ambition moindre pour occuper MachineGames jusqu’au prochain épisode de la série, tout en assurant un temps de développement nettement plus court. Mais lorsque Bethesda Softworks décida de greffer au projet les équipes d’Arkane Studios Lyon (qui venaient de finir les DLC de Prey), ce dernier prit finalement une tout autre ampleur. Aujourd’hui, nous voilà donc avec un titre purement coopératif dans lequel le joueur et un pote (ou l'I.A.) incarnent Jess et Soph en plein Paris. Autant vous le dire tout de suite : massacrer les nazis, c’est mieux à deux.


Wolfenstein : YoungbloodSi vous aviez l’habitude des Wolfenstein classiques, sachez que la formule a un légèrement changé dans Youngblood. Basé exclusivement sur la coopération, le titre a été pensé pour deux joueurs et s’éloigne du FPS narratif linéaire pour s’aventurer vers une sorte de RPG très inspiré de Dishonored. Les influences du jeu d’Arkane Studios sont bien plus profondes, car le studio lyonnais s’est occupé de l’intégralité du level design, ce qui se ressent immédiatement. Sans être un open world, le jeu propose de vastes quartiers à la topographie complexe, offrant de multiples possibilités pour les déplacements. Bien que l’on puisse croire que la campagne se déroule dans des rues assez étriquées, la connaissance des lieux deviendra un énorme atout et permettra d’exploiter pleinement le talent des développeurs en matière de création de maps. De multiples chemins sont disponibles, qu’il s’agisse des égouts, de sauter de balcon en balcon, de petites ruelles qui traversent les pâtés de maisons, ou des nombreux appartements que l’on peut explorer.

Avec son gameplay bourrin, ses litres de ketchup et ses multiples références aux années 80, Wolfenstein : Youngblood est l’un des meilleurs FPS coopératifs de ces dernières années.


Wolfenstein : YoungbloodCeci permet une stratégie d'approche plus libre que d'habitude, les possibilités étant décuplées grâce à la coopération. On peut désormais prendre les nazis en tenaille, et il est assez jouissif de dézinguer - depuis deux balcons se faisant face - un gros panzerhund perdu face à deux cibles opposées qu’il ne peut atteindre. Avec cette nouvelle topographie, on pourra aussi jouer l’infiltration de manière crédible, profitant de la coopération, et du pouvoir d’invisibilité conféré par les armures des jumelles, afin de zigouiller silencieusement les soldats ennemis. On en profite pour préciser que le Paris des années 80 sous domination nazie est particulièrement réussi. L’architecture haussmannienne cohabite avec les monolithes de béton du Reich, et comme toujours, MachineGames a multiplié les références qui parleront à bon nombre de joueurs. On peut ainsi tomber sur un ersatz d’Atari 2600, trouver des cartouches NES, et profiter des remarques acides de Soph et Jess lorsqu’on ramasse les cassettes audio et les VHS (qui sont des objets à collectionner).

 

PARIS, C’ÉTAIT LA GAIETÉ

 

Wolfenstein : YoungbloodSi on ne révèlera rien de l’histoire (toujours un peu débile, forcément) pour éviter tout spoil, sachez qu’elle est ici bien plus secondaire que dans les anciens opus. Comme dans n’importe quel RPG, le joueur aura toute liberté de suivre les missions de la quête principale, ou de s’adonner aux nombreuses tâches qui lui seront confiées par les membres de la résistance française, tapie dans les catacombes de la capitale. De plus, au bout d’un certain moment passé dans un même quartier, l’opératrice pourra même nous confier des objectifs spécifiques qu’il faudra remplir avant de quitter les lieux. On devra, par exemple, assassiner un dignitaire du Troisième Reich, plastiquer une voiture, voler une machine Enigma, ou encore poser un mouchard sur le téléphone d’un haut gradé de la Wehrmacht. Au fur et à mesure que ’on remplit des objectifs et que l’on empile les cadavres, on engrange de l’XP, ce qui booste notre niveau et permet de récupérer des points de compétence. Ces derniers pourront être investis dans un arbre dédié assez simple, sachant que l’on passera une bonne partie de notre temps à ramasser des pièces d’argent afin de financer les améliorations de nos pétoires.




Wolfenstein : YoungbloodAutant vous dire que la progression dans le jeu est rapide, puisque l’on peut terminer l'aventure en une dizaine d’heures en se concentrant uniquement sur les quêtes principales. Votre serviteur a ainsi atteint le niveau 37, mais il doit être possible d’aller bien plus haut vu le nombre de perks qu'il reste à débloquer. Bien que le gameplay soit plus souple, on reste sur du Wolfenstein pur souche avec un ADN qui s'articule toujours autour du bourrinage. Notre perso peut balader un arsenal impressionnant, utiliser les armes en akimbo (via une compétence) et démembrer du nazi grâce à une jolie sélection d’armes blanches (une hache de base). Pour frimer devant votre pote, il sera aussi possible de pimper votre demoiselle, de la combinaison aux armes, via l’achat de skins contre les fameuses pièces d’argent. Les gunfights sont, pour leur part, toujours aussi nerveux, surtout grâce aux pouvoirs des jumelles. Avec le double saut et la possibilité de rajouter un dash via les compétences, on peut littéralement slalomer entre les ennemis, tout en leur envoyant des volées de balles et de grenades.

Néanmoins, pas de panique si vous êtes asocial car l’IA est particulièrement efficace, et joue souvient mieux qu’un inconnu. En effet, lors d’une partie publique, si vous tombez avec un joueur random, l’aventure pourra s’avérer un peu plus compliquée car le jeu ne propose aucun moyen de communication, si ce n’est un bouton push-talk.


Wolfenstein : YoungbloodLe Reich a d’ailleurs continué à moderniser ses soldats, ce qui permet aux fans d'observer les améliorations apportées aux troupes depuis l’époque de Wolfenstein II : The New Colossus. Comme toujours, le jeu propose un savant mélange de cibles humaines engoncées dans de lourdes armures, ainsi qu’un large choix de robots. Parmi les nouveautés, on citera ces saloperies de chiens kamikazes. Bardés d’explosifs, ces toutous aussi fanatisés que leur maître n’ont qu’un but : vous choper à la jugulaire avant de faire péter leur gilet de C4. Petits et très rapides, ces clébards sont un exemple parmi d’autres des dangers qui rôdent dans Paris. Bien sûr, chaque type de cible aura ses vulnérabilités face à un type d’arme particulier, ainsi que ses propres weakspots qu’il faudra connaître. On vous conseille ainsi l’ElectroKraftWerk (les vrais auront reconnu la référence au célèbre groupe de musique de Düsseldorf), une sorte de lightning-gun, qui s’avère particulièrement efficace pour griller les circuits des méchas. Avec un ami en support, on pourra aussi en profiter pour tenter d’inventifs combos. D’ailleurs, sachez que votre ami ne sera pas seulement un appui-feu, puisque de nombreuses actions demandent d’être réalisées à deux. Néanmoins, pas de panique si vous êtes asocial car l’I.A. est particulièrement efficace et joue souvient mieux qu’un inconnu. En effet, lors d’une partie publique, si vous tombez avec un joueur random, l’aventure pourra s’avérer un peu plus compliquée car le jeu ne propose aucun moyen de communication, si ce n’est un bouton push-talk. Aucun menu ne permet d’utiliser des ordres rapides, et sorti du chat vocal, seul un marqueur permet d’essayer de se faire comprendre. Vous l’avez compris, le jeu s’apprécie particulièrement avec un bon pote, ce qui a été prévu par les développeurs.

 

C’EST LA ROMANCE DE PARIS

 

Wolfenstein : YoungbloodSi vous achetez la version Deluxe de Wolfenstein : Youngblood, vous disposerez du Buddy Pass, soit un code qu’il sera possible de filer à un ami pour qu’il puisse jouer avec vous. Bien sûr, ce dernier ne pourra jouer qu'en votre compagnie et en même temps, mais l’avantage, c’est que ce code peut être réutilisé à l’infini. En gros, si votre binôme habituel est indisponible, il suffit d’aller chercher un autre amateur de FPS parmi votre liste d’amis pour lui transmettre à son tour le fameux sésame. C’est la première fois que l’on voit un tel système, et on doit dire qu’on est relativement admiratifs de l'initiative de Bethesda Softworks. Le jeu étant affiché à 39.99€ en version Deluxe sur PC, on peut même imaginer un achat à deux pour diminuer la dépense. Techniquement, Wolfenstein : Youngblood s'en sort très bien, et s'il reste toujours quelques bugs dans la grande tradition des titres de la maison, on n’a pas trouvé de raison pour pester. Mieux, le jeu est visuellement hyper réussi, avec des graphismes qui envoient du lourd malgré l’utilisation du moteur id Tech 6 (le 7 étant réservé à DOOM Eternal). Malgré l'absence du RTX, les jeux de lumière sont splendides. À ce sujet, on vous précise que l’optimisation semble avoir été bien faite, en tout cas sur le matériel NVIDIA. Toutes options à fond, et en 4K, on a pu jouer à 130 FPS en moyenne avec notre RTX 2080Ti, ce qui est plutôt de bonne augure pour ceux qui n’ont pas de matériel dernier cri.

 



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

Wolfenstein Youngblood : en attendant notre test, voici le trailer de lancement avec les soeurs jumelles Wolfenstein : Youngblood sort aujourd'hui sur PC, ce qui explique pourquoi Bethesda Softworks a mis en ligne le trailer de lancement dans lequel les soeurs jumelles assurent le spectacle. 5 | 25/07/2019, 09:32
Wolfenstein Youngblood : le jeu sortira avec un jour d'avance sur PC Sans qu'on sache vraiment pourquoi, Bethesda vient d'annoncer que la date de sortie de Wolfenstein : Youngblood serait avancée sur PC. Oui, vous avez bien lu, avancée, et non pas repoussée. 23/07/2019, 11:47


Derniers commentaires
Par Bob-LE-bob le Mardi 13 Août 2019, 8:53
Dans vingt ans encore on va tuer des zombies et des nazis ou les deux en même temps ( call of duty ) un peu d'imagination bon sang !! Ya les dragons, les aliens, les aliens-dragons ( dans un call-of..par exemple ) les requins, les dentistes, les huissiers...etc.

Répondre
-
voter voter

Par Narutovore le Vendredi 2 Août 2019, 13:13 Modérateur

likeSmall 4534
Je suis dessus actuellement et je trouve que l'IA alliée laisse clairement à désirer... Là-dessus vous avez été un peu trop indulgent.

Répondre
-
voter voter
1

Par Socrate972 le Lundi 29 Juillet 2019, 7:02
Graphiquement cest hyper bien optimisé sur console vu que je joue sur ps4 classic, sa tourne propre avec des effet de particules, fumée, eclairage et tout font leur boulot impeccable sur nos consoles malgré leur age, id tech 6 gere bien sont taf , et sa ram jamais malgré tout les details a l'ecran, le top

Répondre
-
voter voter
3

Par ashton_x le Dimanche 28 Juillet 2019, 0:00
J'aimais bien le Wolfenstein sur xbox 1. La suite beaucoup moins. Aujourd'hui cela devient une licence générique pour profiter du nom Wolfenstein. Pour moi cela ressemble à plus rien.

Répondre
-
voter voter
3

Par Bib67 le Samedi 27 Juillet 2019, 12:16
Ce joli 17 ne vaut pas plus qu'un petit 14.Le coop est ok, mais l'histoire et le monde sont assez creux. Missions redondantes, map peu lisible, en solo l'IA est... pas terrible, etc.
C'est idéal pour s'éclater à deux pendant les longues soirées d'hivers. Mais si vous cherchez un jeu avec du caractère... passez votre chemin.


Répondre
-
voter voter
4

Par Narutovore le Vendredi 26 Juillet 2019, 19:30 Modérateur

likeSmall 4534
@ emmelbrent
ça marche dans les 2 sens : si on dit "les soldats allemands" à la place de "les soldats naz*is", quelque part ça revient à dire que tous les allemands étaient naz*is et qu'il n'y en avait nulle part ailleurs qu'en Allemagne, ce qui comme tu le sais est absolument faux.
Qui plus est il ne faut pas oublier que l'univers uchronique des Wolfenstein n'entend clairement pas refléter la réalité historique...


Répondre
-
voter voter
3

Par emmelbrent le Vendredi 26 Juillet 2019, 18:23
"Massacrer des êtres humains c'est mieux à 2". Parce que les naazies ce n'était pas que des dirigeants d'un bord politique, c'était aussi des millions de soldats avec une famille à nourir et qui ne faisait que leur job comme les soldats de n'importe armée du monde. Il y a suffisement encore trop de conflits dans cette troisième guerre mondiale actuelle pour qu'on se réjouisse de massacre d'hommes. Ce n'est qu'un jeu vidéo mais le contexte est bien réel, ce n'est pas dark souls ou final fantasy là, beaucoup de familles ont perdus un proche à cette époque, y compris chez les allemands.
Et pourquoi d'ailleurs on les apelle les Soldats Naazis et non les Soldats allemands alors que dans notre armée ce sont des soldats français et non des Soldats En Marche que je sache ?


Répondre
-
voter voter
6

Par Venon18 le Vendredi 26 Juillet 2019, 18:12
Ce joli 17 sponsorisé.

Répondre
-
voter voter
5

>> Voir les 8 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Wolfenstein : Youngblood

Jeu : FPS
Editeur : Bethesda Softworks
Développeur : MachineGames
26 Juil 2019

26 Juil 2019

26 Juil 2019

26 Juil 2019

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Les vidéos
 
Wolfenstein Youngblood : les filles de BJ Blazkowicz débarquent dans un trailer explosif !
Wolfenstein Youngblood : trailer du DLC coop' dans les années 80 Wolfenstein Youngblood : ambiance années 80 et soeurs jumelles avec ce DLC coop'
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.