JeuxActuJeuxActu.com

[E3] Saints Row

[E3] Saints Row

Souvent copié, jamais égalé, Grand Theft Auto continue inlassablement d’être l’inspiration première des développeurs et autres éditeurs qui cherchent en vain le Saint Graal. C’est le cas par exemple de THQ qui tente, depuis quelques années déjà, d’élargir son catalogue de jeux et s’attirer les faveurs d’un public plus mâture. Avec Saints Row, il y a de grandes chances pour ça fonctionne mais à quel prix ?


Voilà deux années consécutives que Saints Row est présenté sur le stand de son éditeur THQ au grand salon de Los Angeles. S’il fallait montrer patte blanche à l’E3 2005 pour assister à la session privée du jeu, cette année, n’importe quel gugusse bien luné pouvait accéder aux bornes jouables et se faire sa première idée sur le jeu. Rappelez-vous, il y a un an presque jour pour jour, on était sorti conquis de la présentation de Saints Row, ce clone de GTA qui repoussait les limites du genre grâce aux capacités de la Xbox 360, fraîchement dévoilée. Seulement voilà, après un an de gestation et autant de titres next gen’ qui sont passés sous nos yeux et entre nos mains, le titre développé par Volition a pris comme un soudain coup de vieux. Pas seulement d’un point de vue graphique mais également du côté d’une jouabilité qu’on espérait plus travaillé. Explications.

 

Fais voir tes saints

 

Arrivera-t-on un jour à concilier gamepay ouvert et graphismes de haute volée ? Possède-t-on les machines pour réaliser les rêves les plus fous des créateurs de jeux vidéo ? Pour cette nouvelle génération de consoles et en attendant un certain GTA IV, annoncé il y a quelques semaines seulement, il faut aller du côté de THQ pour constater qu’il y a encore quelques progrès à faire. Techniquement, cela semble poser problème aux concepteurs qui sont encore obligés de faire l’impasse sur certains points pour rester dans l’envisageable. Ce n’est donc pas en 2006 qu’on pourra afficher des graphismes aussi beaux que ceux de Gears of War ou Lost Planet dans un GTA-like. La série des GTA sur PS2 et Xbox offrait des graphismes de bas étage certes mais disposait en revanche d’une personnalité forte, reconnaissable entre mille et sujet à toutes les envies. En plaçant Saints Row dans le même panier mais sur une génération supérieure, on constate que le titre de Volition n’est guère plus beau à comparaison égale. Les textures manquent singulièrement de détails, les animations de personnages restent encore trop mécaniques et le frame-rate se met à tousser dès lors que le nombre d’éléments à l’écran se met subitement à augmenter. Rude. Il est évident que Saints Row fait partie des jeux Xbox 360 de première génération.

 

Wallace & Rowmit

 

Néanmoins, avant de tirer des conclusions trop hâtives, tâchons de positiver et de voir le bon côté des choses. Volition et THQ nous promettent par exemple une ville bien plus grande que celle de GTA : Vice City mais pas encore de la taille de GTA : San Andreas. Ouch ! Le joueur incarne un jeune voyou qui va devoir passer du stade de simple racaille de quartier au poste de grand manitou de la ville. Pour ce faire et comme dans tout GTA-like, il va falloir enchaîner de multiples missions, plus ou moins libres, pour se faire respecter par les gangs des cités alentours. A l’inverse d’un Tommy Vercetti ou d’un Carl Johnson, le personnage central de Saints Row est une pure création de notre imagination, dans le sens où il est possible de le personnaliser de la tête aux pieds. Tel un Sims, il va falloir lui façonner un corps, un visage pour ensuite l’habiller à son style. C’est plutôt sympa mais ce n’est pas la meilleure idée pour lui donner une véritable personnalité, chaque création étant bien évidemment unique. Saints Row se veut un titre adulte et pour s’afficher comme tel, on passe par la violence aussi bien verbale que physique. On prend ainsi un malin plaisir à écraser les quelques passants déambulant dans la rue (gare au frame-rate récalcitrant) et à tirer sur tout ce qui bouge. En évoquant le système de tir de Saints Row, on s’aperçoit une fois de plus que Volition s’est encore inspiré (plagié ?) de GTA, avec l’absence de lock qui aurait certainement rendu les séquences de gunfights plus agréables. Pour le coup, il aurait fallu mieux copié la série Driver pour le système de visée. De même, la posture prise par le héros de Saints Row ressemble à deux gouttes d’eau à celle de Tommy Vercetti, la classe en moins. Dommage. Prometteur il y a un an, Saints Row nous a particulièrement déçu cette année, une fois la manette en mains. Techniquement, on est loin de nos espérances et le copié/collé de GTA (en moins bon) se fait cruellement sentir. On attendra la sortie du jeu pour le dernier jugement.






 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

Saints Row : un film annoncé avec le réalisateur de Fast & Furious 8 aux commandes ! Aussi barrée et talentueuse soit-elle, la saga Saints Row n'a pas connu de nouvel épisode depuis des années maintenant et son futur ne semble pas vraiment radieux. Pour autant, on apprend qu'un film est en préparation... 1 | 01/05/2019, 16:44
Saints Row le film par 50 cent ? C'est à l'occasion d'une conférence de presse autour de son jeu 50 Cent : Blood on the Sand que le rappeur a évoqué l'envie de faire un film basé sur le jeu Saints Row. 3 | 25/02/2009, 09:41

Saints Row officialisé sur PS3 10 | 31/01/2007, 14:10
Saints Row sur PS3 ? 8 | 12/01/2007, 17:29
Saints Row : du contenu gratuit 11 | 11/01/2007, 12:31


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Les commentaires sur ce sujet sont fermés.
Saints Row

Jeu : Action/Course
Développeur : Volition
1 Sept 2006

N.C.

Zone Membres

Vos Notes :
10/20
Notez ce jeu

Les vidéos
 
Saints Row
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours