JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : PC

Test S.T.A.L.K.E.R.

Test S.T.A.L.K.E.R.
La Note
14 20

S.T.A.L.K.E.R : Shadow of Chernobyl n’est pas un jeu d’exception. Quelques choix ludiques ratés et associés à un processus de développement complètement anarchique ne pouvaient, logiquement, donner jour à une bombe capable de dynamiter la hiérarchie du FPS. Le pétard n’est toutefois pas complètement trempé. Doté d’une ambiance saisissante, offrant de grands moments de flippe, le titre de GSC Game World réintroduit une tension de chaque instant dans un genre qui tend souvent à n’offrir aux joueurs que quelques heures de tir au pigeon. Ici, durant une demi-douzaine d’heures, la cible, c’est vous, et vous allez en baver pour vous imposer, avant de découvrir, enfin, du matériel de bonne qualité. Tout ça manque un peu d’ingrédients révolutionnaires, à l’exception peut-être d’une gestion intelligente de l’environnement et de l’état de santé de votre héros (il brûle, il saigne, il est irradié, bref, il souffre) et d’un cadre hors norme, mais si vous êtes patient et totalement accro au grand frisson atomico-soviétique, vous prendrez pas mal de plaisir à voyager à l’ombre de Tchernobyl…


Les plus
  • Ambiance atomique
  • Contexte intéressant
  • Environnements réussis
  • Quelques chouettes armes
  • Autonomie (relative) des PNJ
  • Assez beau
Les moins
  • Gestion des impacts moyennes
  • Beaucoup trop de marche à pied
  • Manque de rythme
  • Héros et PNJ sans charisme
  • Mise en route trop longue
  • Missions rarement palpitantes
  • Quelques fautes de goût graphiques


Le Test

La réception, il y a quelques semaines, d’une version tristement sclérosée du plus si attendu S.T.A.L.K.E.R : Shadow of Chernobyl nous avait laissé sur notre faim. Cinq ans d’attente pour ça, un improbable jeu de randonnée dans de mornes steppes radioactives hantées par des hordes de bandits sans charisme et de mutants au design improbable ? Cinq ans d’attente pour un système de jeu ankylosée, une prise en main digne du pire FPS russe, une interface de jeu médiocre le tout mis au service d’une intrigue floue ? Il y avait de quoi se montrer plus que dubitatif. Et voilà qu’une version test a atterri sur notre bureau. Installée sans grande envie, débutée sans grande passion, et puis…


Ukraine, 2006. Une violente explosion ravage le périmètre de sécurité qui entoure la centrale de Tchernobyl, suivie par une seconde, deux ans plus tard. La Zone, c’est désormais son nom, est bouclée par l’armée, mais quelques aventuriers téméraires parviennent peu à peu à s’y infiltrer, traquant de mystérieux artefacts générés par les radiations. Ces Stalkers, toujours à l’affût,  peuplent les ruines battues par le vent de ce qui fut le grenier à blé de l’URSS. Participants d’une véritable économie de la débrouille, ces chasseurs bourrus s’organisent en clans, se soutenant ou s’entretuant dans une monstrueuse adversité. Car la Zone accueille d’autres résidents. Animaux dégénérés et créatures abominables errent dans les plaines, les villes abandonnées, les réseaux souterrains et se ruent, crocs et griffes en avant sur tous ceux qui s’aventurent sur leur territoire. Retrouvé vivant au milieu d’un monceau de cadavres, vous êtes réanimé par un Stalker. Le seul souvenir que vous gardez de votre ancienne vie tient en quelques mots inscrits sur votre PDA : trouver, et tuer Strelok. Autant dire que votre aventure débute bien mal. Sans allié et sans équipement, simplement armé d’un bête flingue, vous devez vous faire un nom, de l’argent, et mettre au plus vite la main sur ce Strelok. Un seul moyen pour y parvenir : aider vos confrères.

 

Atomes crochus

 

La Zone est un véritable écosystème, dont chaque composant interagit librement avec les autres. Dans S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl, vous n’êtes pas le centre du monde. Les mutants n’existent pas dans le seul but de réduire en lambeaux votre petite carcasse et les Stalkers n’attendant pas sagement à un coin de la carte que vous veniez leur rendre visite. Quelques PNJ incontournables exceptés, chacun vit une vraie vie : les chiens monstrueux se reposent sous les arbres, vos confrères chassent de leur côté, trouvent des reliques, tuent et meurent. Il est peu probable que la machine calcule en continu les actions de chaque individu intervenant sur l’ensemble de la Zone, mais tout ce qui se trouve à portée de vos jumelles agit bel et bien à sa guise. Une caractéristique qui offre d’intéressantes perspectives tactiques. Seul face à une meute de mutants, vous n’aurez que peu de chance de vous en sortir. Si vous parvenez à courir jusqu’à rejoindre un camarade, voire un campement, les bêtes pourront changer de cible, ou fuir sous le feu nourri.

Si vous avez parfois besoin de ce genre de coups de pouce, c’est plutôt vous qui allez occuper la fonction d’homme providentiel. Certains habitants de la Zone ont en effet toujours quelque chose à vous demander, une mission à vous proposer. De la simple récupération d’un objet (perdu dans une zone malfamée) au nettoyage pur et simple (d’une zone malfamée) en passant par un échange de documents avec un individu isolé (dans une zone malfamée), chacun ira de sa demande particulière, vous promettant gloire, objets rares et argent en cas de réussite. Des récompenses qui vous seront bien utiles : reconnus par vos pairs, vous accéderez à des secteurs de plus en plus dangereux de la Zone ; riche, vous pourrez vous offrir le kit du parfait petit chasseur : munitions, médikits, armes d’assaut. Chaque Stalker possède en effet un sac à dos dans lequel il peut stocker de l’équipement. Des restrictions de poids vous empêcheront de vous trimballer toute une armurerie nord-américaine, mais vous aurez largement la place de conserver au chaud vos calibres préférés. Du moins au bout d’une demi-douzaine d’heures de jeu. Auparavant, vous devrez lutter contre les éléments à l’aide de vieilles pétoires capricieuse et redécouvrirez ce que c’est que de galérer dans un FPS.

 

L’école russe

 

S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl est loin d’être un jeu facile d’accès. Piochant avec allégresse dans une palette chromatique s’étendant du kaki pâle au marron foncé en passant par des nuances de rouge boueux des plus délicates, le titre de GSC Game World est aussi lugubre que peuvent l’être des paysages de désolation industrielle post-soviétique. Le silence assourdissant qui pèse sur la Zone n’est déchiré que par le sinistre râles des bêtes, les détonations sèches des armes des Stalkers éloignés, le hurlement du vent ou le martèlement de la pluie. La météo dynamique et le cycle jour/nuit ajoute au charme particulièrement oppressant de lieux dans lesquels on s’attarde plus par obligation que par choix, et c’est l’arme au poing et la peur au ventre, que l’on s’avance au-devant d’un danger souvent bien caché entre les buissons, les arbres tortueux ou les pans de béton. Les premières heures de jeu sont à ce titre particulièrement décourageantes, alors que vous ne trouvez que de rares munitions, bien insuffisantes pour venir à bout d’ennemis nombreux, loin d’être toujours futés mais tous extrêmement mobiles, qui rechargent plus rapidement que vous et visent juste à des distances surprenantes. Si vous êtes plutôt adeptes du massacre de masse dans des décors ensoleillés façon Far Cry, ou des escapades explosives et héroïques sur les plages de Normandie, il faudra repasser. Avec son ambiance post-apocalyptique, son bestiaire bizarroïde qui génère des sentiments variables, du vrai malaise à la plus totale hilarité, et son interface hors d’âge, la production ukrainienne est loin d’être sexy. La réalisation graphique est pourtant honorable et malgré des couleurs loin d’être chatoyantes, les environnements raviront les pupilles des amateurs de grands espaces. La carte est certes découpée en secteurs, séparée par des temps de chargement, ce qui brise parfois les perspectives, mais la sensation d’être un petit être vulnérable perdu dans un grand monde sauvage ne cesse d’étreindre le joueur.

C’est sans doute là la plus grande réussite de S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl qui, en dépit de son indéniable manque de charisme, parvient à captiver après quelques heures de galère. L’intrigue se traîne, le héros et ses interlocuteurs ne brillent pas par leur prestance, mais une fois bien installé dans la communauté des chasseurs d’artefacts et, surtout, lourdement armé, vous imposerez joyeusement votre loi. Vous ne cesserez de souffrir de problèmes récurrents, et notamment de l’inconstance de l’IA, de quelques gros problèmes de collision, mais au moins, vous vous amuserez… entre deux promenades champêtres.

 

Marche ou crève !

 

Nul doute que si la Fédération Française de Randonnée Pédestre veut un jour se lancer dans la grande aventure vidéoludique, elle fera appel aux services de GSC Game World. Les Ukrainiens viennent en effet de mettre au point le premier simulateur de randonnée sportive, ennui compris. La Zone a beau s’étendre sur plusieurs dizaines de km², vous ne pourrez compter que sur vos jambes musculeuses pour vous y déplacer. Vos divers commanditaires vous envoyant jouer les coursiers aux quatre coins de la carte, vous allez rapidement connaître par leur prénom tous les brins d’herbe modélisés. Le poids de votre inventaire ayant de lourdes conséquences sur votre endurance, n’espérez même pas pouvoir sillonner la Zone au pas de course. L’implémentation de véhicules, ou tout du moins d’un système de transport automatique dès les premières heures de jeu, aurait été plus que bienvenue. S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl paie ici les erreurs de jeunesse de son géniteur. Ambitieux, voire mégalomane, le studio à l’origine de Cossacks s’était mis en tête de créer un jeu de rôle moderne, un Oblivion post-apocalyptique. Un bien beau rêve, qui a fini par tourner court, et le titre a dû être amputé de plusieurs de ses attributs. Quêtes annexes mornes et redondantes, système de faction moyennement convainquant, PNJ aux discours souvent identiques, impossibilité de développer quelques compétences que ce soit, on se demande même si les grands pontes de THQ n’ont pas fait les mauvais choix lorsqu’il a fallu procéder à l’élagage. Mais malgré ces airs de chef-d’œuvre raté, entre FPS plus réfléchi que la normale et RPG allégé,  S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl dispose de quelques atouts qui sauront faire crépiter votre compteur Geiger pour peu que vous lui passiez ses nombreuses faiblesses de gameplay. L’attente fut trop longue, mais pas totalement vaine.







 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

S.T.A.L.K.E.R : un mod modernise Shadow of Chernobyl avec du RTX et des textures 8K, la vidéo qui fait mal ! Alors que des légions de fans attendent patiemment l'arrivée de S.T.AL.K.E.R 2 calée à 2021, une équipe de moddeurs vient de dévoiler un mod qui permet de faire tourner Shadow of Chernobyl avec des textures 8K et du RTX. 1 | 08/11/2019, 10:02
GSC Game World : le studio à l'origine de S.T.A.L.K.E.R a réouvert Bonne nouvelle pour les amateurs de FPS post-apocalyptique puisque les développeurs Ukrainiens de GSC Game World viennent d'annoncer la réouverture du studio de Kiev, avec un nouveau jeu en cours de réalisation. 3 | 22/12/2014, 14:49


Derniers commentaires
Par archnophobia1 le Lundi 9 Mai 2011, 0:47

likeSmall 22
enorme comme jeu mais 14/20...

Répondre
-
voter voter

Par Hosnak le Dimanche 31 Janvier 2010, 22:19
je trouve que le jeu merite au mouin un 17/20 l'ambiance est mortel l'histoir passionante , un gameplay trés reussi (a mouin qu'on soit abituer a des jeux casual comme COD) , et les graph son magnifique (chacun ses gou)

Répondre
-
voter voter

Par Yazou le Samedi 28 Mars 2009, 10:41

likeSmall
je sais j'ai 2 ans de retard mais donner un 14/20 a ce jeu c'est pas honnéte .Je pense que le testeur a enlever trop de point a cause de la marche obligatoire ce qui je trouve n'est pas vraiment un mauvais puiqu'il aide a l'adhésion de l'univers Xp

Répondre
-
voter voter

Par Seiya68 le Dimanche 22 Avril 2007, 15:40

likeSmall
pas mal

Répondre
-
voter voter

Par sponge le Mardi 27 Mars 2007, 21:20

likeSmall
neolei13 a écrit:
Jeromebenz a écrit:Canard PC : 9/10
Clubic.com : 5/5
PC Jeux : 93%
Gamekult : 8/10
Inpactvirtuel : 5/5
Jeuxvideo.fr : 5/5

Tout est dit.


quoi tout est dit? faut se détendre mon gars...
tu connais l'expression, on peut pas plaire à tout le monde ou les gouts et les couleurs?


Surtout que le mec qui poste, il bosse chez THQ...


Répondre
-
voter voter

Par Tendo le Samedi 24 Mars 2007, 14:25

likeSmall
tudumtudum a écrit:5 ans pour ça ? :o

+1 en 5 ans se récolter un 14 c'est peu.


Répondre
-
voter voter

Par ronaldinhoflo le Vendredi 23 Mars 2007, 13:19

likeSmall
c'est super long 5ans surtout si le jeu n'est pas parfait.
Et vu la note..... :?


Répondre
-
voter voter

Par neolei13 le Vendredi 23 Mars 2007, 10:14

likeSmall
Jeromebenz a écrit:Canard PC : 9/10
Clubic.com : 5/5
PC Jeux : 93%
Gamekult : 8/10
Inpactvirtuel : 5/5
Jeuxvideo.fr : 5/5

Tout est dit.


quoi tout est dit? faut se détendre mon gars...
tu connais l'expression, on peut pas plaire à tout le monde ou les gouts et les couleurs?


Répondre
-
voter voter

Par kayupla le Mercredi 21 Mars 2007, 13:39

likeSmall
mouais, moi ce que je me demande c'est au niveau multijoueur ... ca serrai super exploitable en monde persistant par exemple.
Toujours sur le meme theme, on peut voir dans le background, que les stalkers sont organisés en clans ( guildes et clan online?), ce qui pourrai vouloir dire que les dev on pensés a la seconde vie du titre au niveau multi et peu etre ont ils renoncé ?
mais bon cela reste un fantasme pour l'instant, vu que je n'ai entendu parlé que de l'aventure solo au travers de ce test .


Répondre
-
voter voter

Par Jerome le Mercredi 21 Mars 2007, 10:57

likeSmall
Que faut-il déduire ? Que tous les tests doivent être identiques, qu'il faut donner l'avis de la masse, que 10 tests ne servent à rien puisqu'ils seraient censés dire les mêmes choses et mettre les mêmes notes ?

Diversité des opinions, multiplication des points de vue, esprit critique : la liberté de la presse quoi ^_^


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 22 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







S.T.A.L.K.E.R. : Shadow of Chernobyl

Jeu : FPS
Editeur : THQ
Développeur : GSC Game World
23 Mar 2007

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours