JeuxActuJeuxActu.com

Battlefield 5 : on a joué aux "War Stories", la campagne solo, de grands progrès pour la série ?

Battlefield 5 : on a testé la campagne solo, le truc que n'a pas Call of Duty

Après que Battlefield 1 ait revu son mode solo en ayant recours aux fameuses War Stories, les développeurs de chez DICE ont de nouveau prêté une grande attention au mode solo de ce Battlefield V. Face à un Call of Duty : Black Ops 4 qui a fait l’impasse sur la campagne, les Suédois ont pris le parti d’améliorer leur concept original et de proposer une campagne encore plus poussée et qui dispose d’une durée de vie largement revue à la hausse. Les War Stories de la seconde guerre mondiale tiennent-elles leurs promesses ? Voici nos impressions après 3 heures de jeu sur PC, clavier et souris en main.


Battlefield 5Si les War Stories de Battlefield 1 faisaient furieusement penser à un tutoriel déguisé, avec un chapitre par spécialité, les développeurs ont opté pour une approche différente afin de rendre hommage à la seconde guerre mondiale. Désormais, chaque histoire va se focaliser sur une partie du conflit plus confidentielle, loin des grandes batailles traitées dans Battlefield 1. Cette manière de faire va priver les joueurs du débarquement, mais elle sert aussi les développeurs en évitant les comparaisons directes avec l’excellent Call of Duty : WWII qui couvrait déjà ces affrontements historiques. Battlefield V va donc proposer 5 War Stories, à savoir un prologue (court et qui sert de tutoriel), Nordlys, Under No Flag, Tirailleur et The Last Tiger. Lors de notre démo, nous avons pu jouer intégralement au prologue et à l’épisode Nordlys, tandis qu’on a également pu découvrir le premier chapitre des volets Under No Flag et Tirailleur. Désireux de rompre avec le coté tutoriel et avec la linéarité des épisodes de Battlefield 1, DICE nous a permis de découvrir que les War Stories ont gagné en volume et en contenu, tout en offrant une liberté bien plus grande aux joueurs.

 

BLIZZARD ENTERTAINMENT ?

 

Battlefield 5Dans Nordlys, on incarne Solveig, une demoiselle membre de la résistance norvégienne qui va s’attaquer aux Allemands afin de libérer sa mère des griffes des soldats du Reich. Équipée de skis qui vont permettre de se mouvoir très rapidement et sans bruit, (malgré une maniabilité discutable), la demoiselle va donc se lancer dans une aventure assez scriptée initialement, mais qui s’ouvre au fur et à mesure que les chapitres passent. Ici pas de grande bataille, mais une opération de guerilla capitale : saboter l’usine hydroélectrique de Vemork. Construite en 1911, l’usine de Norsk Hydro a débuté la production d’eau lourde (oxyde de deutérium) en 1934, et était alors le seul lieu mondial de où cet isotope de l’eau pouvait être obtenu. Cette eau lourde étant un ingrédient utile pour différentes applications nucléaires (de la réalisation d’une bombe, au contrôle de la réaction dans un réacteur électrique), les Allemands ont bien sûr sécurisé le site et lancé la production pour le compte de l’effort de guerre nazi. Après une approche plus ou moins discrète, on se retrouve donc à devoir saboter l’usine et détruire les stocks déjà constitués. Au niveau du gameplay, le jeu nous laisse donc le choix de l’approche, mais dans les faits on retrouve deux chemins largement balisés dans le level-design. Les bourrins préfèreront la route principale avec véhicules et armes lourdes, tandis que les disciples de Solid Snake opteront pour un chemin sombre garni d’armes silencieuses. Bien sûr, il sera possible de passer de l’un à l’autre, mais le parti pris narratif de nous faire incarner une résistante décrite comme une petite souris qui va gripper la machine de guerre allemande tombe un peu à plat. En effet, si on commence l’aventure avec des couteaux de lancer et un vieux fusil, il ne faut que quelques instants pour se défaire d’un premier poste de garde isolé et très peu défendu.

 

Après quelques minutes de jeu dans la peau de cette résistante mal équipée et qui n’a que son courage à opposer aux Allemands, la donne change radicalement. Les armes étant récupérables sur les cadavres, et les caisses étant très répendues, on se retrouve très rapidement surarmé, avec moult pétoires automatiques et une puissance de feu qui n’a rien à envier à celle de Rambo.

 

Battlefield 5Après quelques minutes de jeu dans la peau de cette résistante mal équipée et qui n’a que son courage à opposer aux Allemands, la donne change radicalement. Les armes étant récupérables sur les cadavres, et les caisses d’approvisionnement étant très répendues, on se retrouve rapidement surarmé, avec moult pétoires automatiques et une puissance de feu qui n’a rien à envier à celle de Rambo. On en profite pour signaler que l’armement est d’époque, et qu’il mise sur les armes bien connues de l’époque. Le joueur va avoir le choix entre la MP40, la Stg 44, le FG-42, les variantes sniper du Kar98, le Gewehr G43 ou des mitrailleuses comme la MG42 (qu’on peut emporter sous le bras) ou la MG34. Vous l’avez compris, l’aspect émotionnel de la narration va donc rapidement disparaître face à l’action intense. Mieux, après quelques chapitres au level-design toujours aussi dirigiste (un peu couloir même), on arrive à des zones plus larges comme la fameuse usine d’eau lourde, puis même à une map assez vaste. Cette dernière raccroche clairement les wagons avec le mode multijoueur, en proposant une zone très vaste sur laquelle plusieurs objectifs sont proposés. Lors de cette partie de la mission, aucune approche n’est suggérée et le joueur dispose enfin d’une totale liberté pour aborder les objectifs, qu’il s’agisse de choix en terme d’approche géographique (passer par la route, la montagne, le lac gelé) ou de combat (infiltration ou bourrin). On a ainsi pu la jouer Splinter Cell dans un premier village qu’on a méthodiquement nettoyé à coups de takedowns au corps à corps et au couteau, avant de détruire l’objectif, puis de changer radicalement d’approche. Un camion négligemment garé près d’un canon de gros calibre nous a rapidement attiré. Une fois la pièce d’artillerie arrimée au véhicule on s’est simplement déplacés au milieu du lac et à bonne portée du village renfermant le second objectif à détruire, avant d’ouvrir simplement le feu. Après un pilonnage en règle de l’endroit, ce qui a transformé le joli village norvégien en une réplique de Verdun, un message nous a informés de la réussite de l’objectif. Le problème ? Personne n’est venu nous embêter, alors que la position était à découvert. Aucune IA n’est venue voir l’origine des tirs, aucun blindé n’est venu nous déloger, et pas le moindre Stuka n’a tenté de nous faire exploser. Si les War Stories permettent donc une liberté de folie, il semble que l’ennemi ne soit pas vraiment prêt à faire face à l’inventivité des joueurs.

 

WAR HISTORIES ?

 

Battlefield 5Globalement, l’aspect historique semble avoir été plus travaillé dans Battlefield 5, car outre cette opération contre une usine d’eau lourde qui a réellement existé, le jeu nous a fait incarner un repris de justice Anglais qui a œuvré dans les SAS lors de l’épisode Under No Flag. En effet, lors de la création de ces forces spéciales britanniques, les repris de justice ayant de l’expérience avec les armes et les explosifs étaient de parfaits candidats à ces missions-suicide, sachant qu’elles offraient une alternative à la prison. Enfin, dans Tirailleurs, on incarne un tirailleur Sénégalais lors d’une opération en Provence, et là encore, l’aspect historique est traité avec un certain respect puisqu’on y voit le dédain des soldats de métropole envers ces arrivants des colonies. Néanmoins, on nous vend encore une fois un combat désespéré avec un équipement antédiluvien, preuve du courage de ces hommes, alors qu’on se retrouve là aussi équipé de matériel Allemand dernier cri après quelques instants à peine.  Ceci dit, les développeurs ont fait d’autres efforts en direction de l’immersion, comme le choix de conserver des dialogues en VO et de les sous-titrer. Ainsi le premier épisode est intégralement en norvégien, tandis que les tirailleurs s’expriment en français. Bien qu’on n’ait pas pu voir le cinquième et ultime volet de ces War Stories (qui ne sera disponible qu’après la sortie du jeu), on peut vous révéler qu’il nous mettra dans la peau d’un officier allemand chef d’un char Tigre. Il s’agit là bien sûr d’une réminiscence de la War Storie Through Mud and Blood de Battlefield 1 où on incarnait le membre d’un équipage de char. Cette fois, le studio a néanmoins choisi de nous faire voir la guerre des deux côtés, espérons que l’histoire sera à la hauteur.

Battlefield 5

 

Battlefield 5Techniquement, Battlefield V envoie toujours du bois grâce au Frostbite qui distille des effets magnifiques, qu’il s’agisse de la lumière, ou des effets physiques comme les feuilles qui tournoient en automne. On avoue être aussi resté bouche bée face au blizzard norvégien, ou à la pluie, sachant que le fameux RTX n’était pas encore présent dans notre démo. En ce qui concerne les choses qui fâchent, on se doit de mentionner de nombreux bugs encore présents lors de notre preview. Même s’il s’agit d’une version alpha du jeu, on a observé par mal de bugs de collision, de personnages qui se sont téléportés, de problèmes de ragdoll, et même un ennemi qui s’est mis à léviter en position du Christ. Outre les soucis techniques, on pourra aussi reprocher une certaine paresse au studio, car si les War Stories ont indéniablement progressé, il s’agit plus d’une évolution de ce qui existe déjà dans Battlefield 1 qu’une réelle innovation. Aucune prise de risque du côté de chez DICE donc, mais face à un Call of Duty qui abandonne son solo cette année, Battlefield 5 devient donc la seule alternative pour les amateurs de FPS à gros budget jouables en solo. Dès lors, d’un point de vue marketing et investissement on comprend aisément que le studio suédois n’ait pas voulu prendre le moindre risque.


Notre degré d’attente


 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Excité


À découvrir également
Autres articles

Battlefield V : le chapitre 1 Ouverture est disponible, toutes les infos sur cette énorme mise à jour ! Autrefois décrié lors de son annonce l'été dernier, Battlefield V semble s'être bien réconcilié avec sa communauté et vient d'ailleurs d’écoper de son premier chapitre "Ouverture"... qui apporte beaucoup de nouveautés ! 05/12/2018, 15:03
Charts France : Battlefield V prend la main, Red Dead Redemption 2 en passe de sortir Le verdict de la semaine est enfin tombé : quels sont les jeux vidéo qui se sont le mieux vendus en France du 19 au 25 novembre ? Premiers éléments de réponse : Battlefield V est premier et Red Dead Redemption 2 descend... 1 | 03/12/2018, 15:48


Derniers commentaires
Par Khan_Abbys le Mercredi 7 Novembre 2018, 17:30
Quand on veut faire un jeu de guerre historique dans une société bien pensante... On traite la 2nde guerre mondiale pour parler de la sociètè contemporaine... bref, BFV... C'est comme si Dice avait honte de faire des jeux de guerre...

Répondre
-
voter voter

Par safedreams le Jeudi 18 Octobre 2018, 20:08

likeSmall 173
Venon18 a écrit:Sauf que c'est très nul. A tel point que je n'ai jamais terminé celle de battlefield 1. Même celle de battlefront est nul.

idem. Pas pu finir le BF1. Les war stories hôtent beaucoup l’immersion.... a quand un vrai bon scénario dans un jeu de guerre?


Répondre
-
voter voter
1

Par Venon18 le Jeudi 18 Octobre 2018, 16:54
otaku38 a écrit:au moins y a un solo


Sauf que c'est très nul. A tel point que je n'ai jamais terminé celle de battlefield 1. Même celle de battlefront est nul.


Répondre
-
voter voter
1

Par otaku38 le Jeudi 18 Octobre 2018, 15:27

likeSmall 175
au moins y a un solo

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 4 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Battlefield 5

Jeu : FPS
Editeur : Electronic Arts
Développeur : DICE
20 Nov 2018

20 Nov 2018

20 Nov 2018

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.