JeuxActuJeuxActu.com

Battlefield 5 : on a joué au mode Battle Royale, aussi fort qu’Apex Legends ?

Battlefield 5 : on a joué au Battle Royale, aussi fort qu’Apex Legends ?

Depuis quelques années, et plus particulièrement après la sortie de PUBG, le battle royale est devenu très à la mode, éclipsant même les MOBA qui tenaient le haut du pavé jusqu’ici. C’est Epic Games qui a littéralement fait un coup de maître avec Fortnite, puisque le jeu a atteint les 200 millions de joueurs en novembre 2018, provoquant alors la convoitise de tous les autres éditeurs. Le déclic a d'abord eu lieu chez Activision qui a immédiatement intégré un mode battle royale dans Call of Duty : Black Ops 4, pendant qu’Electronic Arts affirmait la même volonté avec Battlefield V. Pour des raisons de planning, c'est le studio britannique Criterion Games (connu pour la série Burnout) qui s'est occupé de "Firestorm", DICE ayant déjà fort à faire entre les optimisations des serveurs, l’intégration du RTX sur PC, et la sortie du dernier chapitre de la campagne War Stories. Nos impressions après trois heures de jeu sur PC.


Battlefield 5Si vous n’avez par relancé récemment Battlefield V - ce que la forte baisse de population sur les serveurs nous porte à croire - préparez-vous à une jolie surprise. En effet, le FPS de DICE reste toujours une grosse claque graphique, surtout sur PC, et encore plus quand on a passé du temps sur un titre tel que Fortnite où la qualité visuelle n’est pas vraiment au cœur des préoccupations des développeurs. Même après avoir joué à Apex Legends, qui flatte pourtant la rétine avec sa version lourdement modifiée du Source Engine de Valve, le Frostbite reste une référence en matière de moteur graphique. Pendant les cinq mois qui ont séparé la sortie du jeu de celle du mode battle royale "Firestorm", Criterion Games n’a pas chômé. Tout d’abord, le studio s’est lancé dans la création d’une map dédiée : les proportions sont simplement gargantuesques. Bien qu’on ne dispose pas de chiffres, les développeurs annoncent que la carte est dix fois plus grande qu’Hamada (la map de Battlefield V avec le grand pont, décrite comme la plus vaste de toute la série), ce qui vous donne une idée de l’immensité dont on va pouvoir profiter. Face à une superficie aussi abusive, et afin de garantir un jeu nerveux et des parties qui ne s'éternisent pas (environ 25 minutes si l'on fait un top 1), chaque session se déroule sur une petite portion du terrain limitée par une sorte de tempête de feu (d'où "Firestorm") dont le diamètre se réduit progressivement, bien évidemment. Ce système permet non seulement d’éviter de connaître par cœur les lieux au bout de quelques semaines de pratique, mais aussi de modifier la structure des parties en fonction de la topographie retenue. La vaste étendue imaginée par les développeurs est en effet très variée, allant des montagnes enneigées au désert aride, en passant par des forêts, des steppes et des grands lacs.

 

GUERRE MÉCANIQUE

 

Battlefield 5Mieux, divers bunkers fortifiés renferment de l’équipement de valeur, dont des chars plus ou moins lourds. Pour profiter de tout ça, il faudra ouvrir les épaisses portes blindées, ce qui est d’une part très long (et donc dangereux), mais aussi très bruyant car une sirène retentit afin de prévenir les joueurs se trouvant aux alentours. Battlefield V étant un jeu mêlant habilement infanterie et combat à bord de véhicules, le mode "Firestorm" profite d’un vaste choix de moyens de transports, allant du synchropter (un Flettner Kolibri) aux tanks, en passant par le tracteur, le célèbre Kubelwagen, et même le Schwimmwagen amphibie. On notera d’ailleurs que la plupart de ces véhicules sont armés, l’arsenal se composant généralement d’une simple mitrailleuse avec une provision de munitions très restreinte. Enfin, soulignons que les développeurs ont dispersé sur la map tout l’arsenal du jeu de base, sachant que le loot est classé en trois catégories : le vert, le bleu et le violet. Plus on aura une arme de qualité, plus cette dernière sera rare ; mais ici, aucun gain de puissance de feu n’existe. La seule différence entre les pétoires consistera en des viseurs plus ou moins élaborés, ou en la présence d’accessoires. "Firestorm" intègre au passage de nouvelles mécaniques de gameplay, comme les sacs à dos (dont la qualité définit la capacité de stockage) qui sont indispensables pour augmenter la quantité de loot qu’on emporte. Si le joueur est limité à deux armes longues, une arme de poing et une arme blanche, le sac servira à y ranger tout le reste, qu’il s’agisse des seringues de morphine (pour regonfler la barre de vie), des plaques de blindage (pour réparer son armure), ou encore des grenades et diverses munitions. Chaque type d’arme utilisant des balles particulières, il faudra également faire attention à stocker le bon calibre et penser à abandonner les cartouches d’un autre modèle devenues inutiles. La gestion de son armurerie et de son stock de munitions sera donc l'un des éléments clés pour ne pas se retrouver en rade de pruneaux au milieu d’un combat.

 

L'UNION FAIT LA FORCE

 

Battlefield 5Bien que "Firestorm" soit jouable en solo (comprenez, chacun pour sa pomme), le mode semble clairement avoir été calibré pour le jeu en équipe, c'est-à-dire des escouades de quatre personnes. En effet, la plupart des bunkers qui abritent les chars nécessitent de tourner deux valves pour s’ouvrir, tandis que la plupart des véhicules demandent au moins un pilote et un artilleur. Si certains ajustements sont faits pour permettre le jeu en solo, on sent que le mode n’a clairement pas été pensé pour. D’ailleurs, les parties où l’on s’est le plus amusés sont sans conteste celles en équipe. Avec deux ou trois autres participants, le jeu prend une autre saveur, une autre dimension même. On va pouvoir se répartir des rôles en fonction de l’armement trouvé (un sniper avec un fusil, un soutien avec une mitrailleuse, des assauts avec des SMG ou des fusils à pompe), et ainsi maximiser l’efficacité de la team. De même, plus question ici de jeter les cartouches inutiles puisqu’un collègue en aura sûrement besoin, tandis qu’il faudra faire preuve d’une synchronisation sans faille pour tirer le maximum d’un tank. Pour limiter l’avantage conféré par les véhicules, il faut savoir que ces derniers consomment plus ou moins vite leur carburant, ce qui va pousser les joueurs à devoir chercher des bidons d’essence pour conserver leur joujou. En cas de panne sèche, il ne reste plus qu’à abandonner sa prise de guerre aux flammes qui se rapprochent. Bien sûr, chaque bidon d’essence prend de la place dans l’inventaire, et il faudra donc faire des compromis. De même, une fois les obus ou les balles épuisés, il faudra se mettre en quête de larges caisses de munitions pour véhicules, ou se résigner à devoir écraser les ennemis en leur roulant dessus. Même dans un tank n’accueillant que trois personnes, on apprécie le fait d’être à quatre et de pouvoir profiter d’un éclaireur qui va nous éviter de foncer dans une mine. Si jamais le courageux fantassin se fait avoir, pas de panique, car "Firestorm" conserve le système de réanimation de Battlefield V ; et tant que l’ennemi n’est pas venu achever votre partenaire, ou que l’on n’a pas attendu trop longtemps, il sera possible de le remettre sur pied assez rapidement.

 

Très solide sur son gameplay, et bénéficiant des excellentes bases de Battlefield V, le mode Firestorm se montre particulièrement addictif pour peu que l’on dispose  d’équipiers compétents qui savent jouer en équipe.

 

Battlefield 5Très solide sur son gameplay, et bénéficiant des excellentes bases de Battlefield V, le mode "Firestorm" se montre particulièrement addictif pour peu que l’on dispose  d’équipiers compétents qui savent jouer en équipe. Finalement, le seul reproche qu’on puisse faire à ce battle royale concerne la phase de loot lorsqu’on tue un ennemi. Après un frag, tout le matériel du vaincu finit éparpillé sur une surface ridicule, et donc de nombreux équipements sont empilés les uns sur les autres. La conséquence, c’est qu’il faut être extrêmement précis avec la souris pour pouvoir prendre uniquement ce qui nous intéresse. Bien que la manipulation ne soit pas bien compliquée en elle-même, elle fait forcément perdre du temps, et chaque minute passée à découvert augmente le risque de servir de cible. De même, on a mis un peu de temps à réussir à exploiter pleinement le système d’inventaire du sac à dos, avec ses raccourcis qu’il faut attribuer aux différents éléments. Heureusement, en début de partie, la carte reste assez vaste pour qu’on n’ait pas besoin de faire face à des combats immédiats, à condition de ne pas avoir sauté en parachute au même endroit que les autres joueurs. Rassurez-vous, même sans ouvrir de bunker, il sera possible de récupérer des équipements de folie via des ballons dirigeables, ou des demandes de ravitaillement parachuté, ce qui permet d’obtenir des munitions ou même un half-track. Enfin, les plus chanceux mettront la main sur le pistolet lance-fusée qui permet de marquer des cibles. En fonction de la qualité de votre item, vous aurez droit à un barrage de fumigènes, à des tirs d’artillerie, ou même à l’envoi d’un V1 dont l’explosion devrait ruiner tous les alentours. Ce genre d’appui se révèle d’ailleurs particulièrement utile dans un milieu urbain en offrant la possibilité de détruire les maisons et les granges, ce qui prive les ennemis de couverture. Là où Fortnite permet aux joueurs de construire son abri, Battlefield V opte pour la voie de la destruction, avec des explosions et une physique particulièrement spectaculaires.


Notre degré d’attente

"Firestorm" s’annonce donc comme un très bon battle royale, et on ne doute pas un instant que les joueurs amateurs du genre qui possèdent une copie de Battlefield V vont se jeter dessus. En revanche, il va être plus compliqué de séduire un nouveau public. En effet, le mode sort longtemps après le jeu original et ne bénéficie plus de la hype qui existait autour du jeu à sa sortie. De plus, il faut toujours payer le jeu de base au prix fort avant de pouvoir accéder aux serveurs de "Firestorm", ce qui revient à faire payer 60€ les amateurs du genre. Face à un Apex Legends gratuit, on voit mal le mode de Criterion Games réussir une percée fulgurante sur le marché des battle royale. Quoi qu’il en soit, ce nouveau contenu devrait sans doute faire revenir pas mal de joueurs sur les serveurs de jeux, à défaut de faire vendre de nombreuses copies de Battlefield V.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux


À découvrir également
Autres articles

Battlefield 5 : des week-ends gratuits durant tout le mois d'octobre sur PC C'est par le biais de Twitter qu'Electronic Arts annonce une série de week-ends gratuits consacrés à Battlefield 5 sur PC. On vous explique tout juste là. 11/10/2019, 09:20
Battlefield V : un trailer de gameplay qui permet de découvrir la nouvelle map "Opération Souterrain" DICE vient de dévoiler un nouveau trailer de Battlefield 5 dans lequel on découvre la nouvelle map appelée "Opération Souterrain". Cette dernière nous emmène dans le métro d'une ville allemande. 02/10/2019, 09:45


Derniers commentaires
Par Arf le Vendredi 22 Mars 2019, 10:07
Aux premiers échos, c'est très tentant de retrouver tous ces grands moments "bigger than life" que la série propose si bien, dans un mode BR. DICE montre tout de même par rapport à son concurrent direct COD, qu'eux ils bossent! COD, une des licences fainéantes depuis des années par excellence…

Répondre
-
voter voter
1

>> Voir la réponse dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Battlefield 5

Jeu : FPS
Editeur : Electronic Arts
Développeur : DICE
20 Nov 2018

20 Nov 2018

20 Nov 2018

Zone Membres

Vos Notes :
3/20
Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours