JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : GameCube - PlayStation 2

Test Killer7 : Capcom nous sort un OVNI, un jeu comme on n'en a jamais vu !

Test Killer7 : un jeu comme on n'en a jamais vu ! Hit JeuxActu
La Note
16 20
Vous conseiller d'acheter Killer7 n’aurait pas de sens, ce serait similaire à vous imposer une vue qualitative sur une œuvre d’art, chacun d’entre nous en ayant sa propre perception. Pour moi et l'ensemble de notre rédaction, il s’agit simplement d’un projet maîtrisé de bout en bout, d’une parfaite cohérence. La note qui a été attribuée par ce test n’a pas de réelle signification, tant Killer7 est ailleurs et se moque des critères habituels de notation. Dans l’univers des jeux vidéo, une galaxie vient de se créer où seule brille pour l’instant l’étoile Killer7. Espérons qu’un jour de nouvelles lumières éclairent nos vies de joueurs.

Les plus
  • Déjà culte !
  • Esthétisme affirmée
  • Plus qu'un jeu, de l'art !
  • Créatif au possible
  • Gameplay déroutant mais original
  • La grande richesse du scénario
  • Plusieurs niveaux de lecture
  • Réalisation soignée
  • Ambiance personnelle et unique
Les moins
  • Des énigmes peut-être un peu simples
  • Durée de vie moyenne
  • Une expérience à vivre jusqu'au bout
  • Ne plaira pas à tout le monde


Le Test

Qui sont donc les agents Smith ? Qu’est-ce que Killer7 ? Hiroyuki Kobayashi est-il un génie ou un fumiste ? Sommes-nous, avec Killer7 face à un jeu vidéo stricto sensu ? Autant de questions auxquelles nous n’allons pas forcément répondre dans les lignes qui suivent.


Killer7En effet, comment décrire l’indescriptible puisque Killer7 est avant tout une expérience personnelle à vivre et à apprécier. Au-delà du trop manichéen schisme entre ceux qui vont adorer et ceux qui vont détester, il se pose même la question de savoir si on doit appréhender et donc, pour notre métier de critique, noter Killer7 comme n’importe quelle autre production issue de l’industrie du jeu vidéo. L’idéal serait de se dédouaner de cette interrogation en vous invitant, oh chers lecteurs, à tenter par vous-même l’expérience Killer7 afin de vous forger votre propre opinion. Malheureusement pour moi, cette argumentation a peu de chances de vous convaincre et je m’en vais donc vous conter la façon dont j’ai perçu ce… jeu ( ?).

 

LIBRE... D'AIMER

 

Killer7Déroutant est inévitablement le qualificatif qui vient à l’esprit quand commence le voyage dans le monde de Killer7. Entre un parti pris graphique osé, un gameplay ne se pliant pas aux canons du genre, des personnages incongrus et des dialogues surréalistes, le joueur comprend vite qu’il n’est pas face à un jeu lambda. Passé donc le temps d’adaptation nécessaire pour le commun des mortels, on apprend à apprivoiser la bête et surtout, très vite, on constate que le gameplay de Killer7 n’est que le support d’une œuvre pensée par Hiroyuki Kobayashi. En effet, si on a déjà pu disserter sur le système de contrôle du jeu de Capcom, il se révèle à l’usage extrêmement simple : une touche pour avancer, une autre pour faire demi-tour, le stick gauche ne servant qu’à viser les ennemis lors du passage en vue à la première personne ou à choisir une direction ou un objet quand un embranchement se présente. Le jeu se déroule en effet sur des rails et votre liberté d’action est quasi nulle. Ce qui pourrait passer pour un énorme défaut pour 99% des jeux se justifie totalement pour Killer7 puisque on sent là la volonté d’un créateur de nous faire découvrir son œuvre de la façon dont il l’a conçue dans son fond et sa forme (ndr : deux concepts assez réducteurs, je le reconnais). La liberté va se situer alors ailleurs, dans la perception et l’analyse que nous allons avoir du scénario et de ses tenants et aboutissants. Si certaines clefs vous seront fournies tout au long de l’aventure, ne vous attendez pas à une révélation finale pareille à celle d’un film de M. Night Shyamalan et sans rien vouloir vous gâcher, sa conclusion va laisser de nombreux points en suspens. Si cette démarche n’est pas inédite dans d’autres médias, David Lynch en étant l’exemple le plus évident avec une œuvre telle que Mulholland Drive, elle est, autant qu’on s’en souvienne, unique dans l’univers du jeu vidéo. Si une suite éventuelle aurait pu éclaircir plusieurs lanternes, le flop commercial enregistré au Japon risque bien de clore définitivement une éventuelle série mais également d’aider à la création d’un culte évident pour ce jeu.

 

LA FIN DE L'INNOCENCE

 

Killer7Le scénario de Killer7 a plusieurs niveaux de lecture. On peut très bien l’appréhender comme la lutte de 7 tueurs professionnels, archétypes de tueurs, générés par la schizophrénie d’un personnage central face à une menace terroriste. Le choix du chiffre 7 ramène, bien évidemment inévitablement, aux sept samouraïs ou à sa sublime déclinaison, les sept mercenaires. Pour cette couche supérieure de l’oignon Killer7, je vous incite d’ailleurs à lire ou relire la preview du jeu qu’avait réalisée Maxime où tous les personnages sont détaillés en long et en large ainsi que les bases du gameplay. Je ne vais pas vous refaire ici tout ce descriptif pour m’attarder davantage sur les thèmes abordés par Killer7. C’est là que le jeu prend tout son côté adulte, au-delà des images chocs ou violentes qui peuvent le pimenter. Le thème de la fin de l’innocence et, par corollaire, celui du passage à l’adolescence, me semble être en filigrane tout au long de votre cheminement. Entre la frustration sexuelle évidente émanant de plusieurs scènes, les références à un âge doré désormais achevé, une fureur contenue, la révolte contre ses géniteurs ou l’utilisation détournée d’objets liés à l’enfance (une poupée, des simili Power Rangers), les pièces du puzzle s’assemblent pour donner une cohérence à l’œuvre de Hiroyuki Kobayashi. Au petit jeu des références, on peut même à s’amuser à interpréter certains indices tels que la date de naissance d’un personnage essentiel du jeu : le 22 novembre 1942, soit 21 ans jour pour jour avant l’assassinat de JFK à Dallas par – officiellement – Lee Harvey Oswald, marquant là aussi la fin d’une certaine période d’innocence pour les Etats-Unis. Cela n’est que mon interprétation du scénario de Killer7 et vous en aurez, sans doute, une autre perception. Vous pourrez, également, vous amuser à décrypter certains indices mais les deux derniers niveaux ne feront que parachever une thématique justifiée par le scénario. Les références politiques sont également présentes avec des relations conflictuelles explicites entre le Japon et les USA et seront même symbolisées dans le jeu par des affrontements de symboles culturels populaires, non sans une certaine dose d’humour d’ailleurs. Ces petites respirations sont les bienvenues tant l’univers de Killer7 sait parfois être oppressant, entre rapport et esthétique SM, folie contenue ou exprimée et ennemis (les Smiles) n’incitant pas spécialement au sourire.

 

AILLEURS...

 

Killer7Il faut dire que les partis pris artistiques de Killer7 lui confèrent une ambiance, là encore, unique. Dans le travail sur l’image, tout d’abord, puisqu’on ne peut pas à proprement parler de cel-shading, le travail sur les ombres étant original et la volonté de "brûler" parfois l’image lui donnant une esthétique immédiatement reconnaissable. Les caméras imposées ont permis également de proposer des angles de vue particulièrement intéressants malgré le fait que bien des situations se déroulent dans des espaces fermés (couloirs, pièces,…). Les voix (en anglais sous titré), les bruitages et, surtout, les musiques, ont également bénéficié d’un travail remarquable. Ces dernières deviennent d’ailleurs, de plus en plus réussies au fil de votre progression pour s’achever dans un magnifique générique de fin. On sera, par contre, légèrement, moins enthousiaste sur les cris qui accompagnent vos choix dans le menu principal, l’effet étant un peu trop facile à notre goût. A propos de facilité, le jeu contenu sur deux galettes, se termine en une petite vingtaine d’heures, les combats tout comme les énigmes n’étant pas bien difficiles dans la plupart des cas. Sur votre plan (pas toujours très lisible) seront toujours indiqués les personnages requis pour une action bien précise ou les emplacements à énigmes. Alors, évidemment les pisse-froid de tous bords n’y verront là que des rails et aucun intérêt mais en dépouillant son gameplay à l’extrême, Killer7 s’affranchit des contraintes pour proposer une expérience artistique incroyable.


 

 

L'AVIS DE MAXIME CHAO

Parce qu'un second avis est toujours bon à prendre en compte...

 

A l'heure où le jeu vidéo tourne en boucle, Killer7 est un OVNI qui assume ses différences et ose prendre le marché à contre-courant. Loin des suites et des redites, l'oeuvre de Suda51 est un formidable doigt d'honneur à toutes les productions qui se contentent d'un résultat lucratif. Killer7 est un jeu qui se vit, se ressent et se déguste jusqu'à la dernière miette. Qu'on accroche ou pas à l'univers complètement barré de Capcom, il est impossible de nier la présence d'un vrai travail, aussi bien dans la forme que dans le fond. Si vous aimez les expériences fraîches, nouvelles et originales, Killer7 est bel et bien votre jeu de l'été si vous avez un tant soit peu l'esprit ouvert, et tordu aussi.





Rodolphe Donain

le mercredi 13 juillet 2005
15:42




 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


Autres articles

Killer7 : après la sortie PC, Suda51 veut porter le jeu sur Nintendo Switch ! Alors que Killer 7 vient de sortir sur PC via Steam, le créateur du jeu, Suda 51 vient de s'exprimer auprès de nos confrères de Fandom en expliquant qu'il adorerait voir son jeu sortir sur la Nintendo Switch. 2 | 21/12/2018, 17:46
Killer7 : le jeu de SUDA 51 débarque enfin sur PC avec un trailer très jazzy La bonne nouvelle du jour, c'est que Killer7 est enfin disponible sur PC, plus de 13ans après sa sortie initiale sur consoles ! Pour l'occasion, Grasshopper Manufacture nous propose un trailer bien jazzy. 16/11/2018, 11:46


Derniers commentaires
Par gamecubeman le Dimanche 17 Juillet 2005, 16:37

likeSmall
ça à l'air très intéressant!!! à essayer imprérativement donc... mais l'aspect visuel ainsi que la jouabilité "en rail" semble rendre le jeu un tentinet froid... est-ce une impression fausse? (en tout cas c'est ce que j'ai ressentis en lisant ce très bon arcticle)

Répondre
-
voter voter

Par Magicien le Vendredi 15 Juillet 2005, 14:02

likeSmall
pour moi! :)

Répondre
-
voter voter

Par gMe le Mercredi 13 Juillet 2005, 19:36

likeSmall
je pense que dés qu'il sera d'occasion, ce jeu sera pour le petit gme ^^ :D

Répondre
-
voter voter

Par sponge le Mercredi 13 Juillet 2005, 16:45

likeSmall
c'est vrai que Jeuxactu a pondu un sacré bon article. Ca donne envie même si les avis sont partagés.

Répondre
-
voter voter

Par SCSK le Mercredi 13 Juillet 2005, 16:42 Staff JA

likeSmall 10
Je pense que je ne vais pas tarder à débarquer au bureau pour vous emprunter le jeu les gars ! Rodolphe nous a pondu un test de master - comme d'hab - et l'avis de Maxime met la pression en quelques lignes. Chapeau bas messieurs !

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 6 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Killer7

Jeu : Action
Développeur : Grasshopper Manufacture
15 Juil 2005

15 Juil 2005

2018

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.