JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : Xbox

Test Half-Life 2

Test Half-Life 2
La Note
17 20

C’est vrai, l’attente fut longue. Un an jour pour jour que les possesseurs de Xbox poireautent sa venue, d’autant que la console vit là ses derniers moments de souffle avant de se faire légitimement évincer par la 360. A ce propos, pourquoi ne pas avoir sorti Half-Life 2 sur ce nouveau support ? La puissance de la machine, le format 16/9 et la résolution en haute définition étaient des arguments de taille pour en faire une belle adaptation. Tant pis, on se contentera de la version Xbox qui reste néanmoins un titre incontournable.


Les plus
  • Une atmosphère unique
  • Des niveaux différents les uns des autres
  • La variété du gameplay
  • Le gravity gun !
  • Le moteur physique toujours aussi impressionnant
Les moins
  • Graphismes revus à la baisse
  • Le léger clipping
  • Les innombrables temps de chargement
  • Des soucis de frame-rate
  • Le pilotage un peu confus des véhicules
  • Pas de mode multijoueur


Le Test

Sans aucun doute le meilleur FPS de l'année 2004, Half-Life 2 nous fait le plaisir de faire son come-back sur Xbox. Gordon a gardé ses lunettes, Black Messa et Ravenholm sont toujours des quartiers peu fréquentables, le mystère plante encore au-dessus du G-Man et le gravity gun fait toujours autant d'effet. Possesseurs de Xbox, bienvenue dans l'univers de Half-Life 2.


Bienvenue à City 17

 

Le grand retour de Gordon Freeman commence dans un train. Une fois de plus, ça ralentit. Gordon sort d’une sévère hallucination où l’homme à la mallette, le G-Man lui explique qu’il était la mauvaise personne, au mauvais moment, mais que des guerres ont pu être ainsi gagnées. A propos, qu’est-ce qu’il fait dans ce train ? Les deux hommes se trouvant dans le wagon n’ont pas l’air très enthousiastes. Leur tenue donne l’impression qu’ils vont à l’usine. Le quai de la gare n’a pas l’air plus réjouissant. En se dirigeant vers la tête du train, Gordon s’aperçoit que la joie de vivre n’anime aucun des voyageurs et qu’ils sont tous habillés de la même façon. Pire, des policiers en tenue de combat, enfin, ce qui semble être une combinaison prévue pour l’action, vérifient des identités. Un écran géant diffuse le portrait d’un homme entre deux âges; il souhaite à tous les voyageurs la bienvenue dans la Cité 17, il se veut chaleureux. Mais le décalage entre son message bienveillant et l’environnement de Gordon semble énorme.

Une femme pleure, elle attend son mari. Les soldats ont eu la "gentillesse" de lui permettre d’attendre derrière une barrière grillagée. Freeman avance, inspectant chaque recoin, chaque détail pour comprendre le monde dans lequel il évolue. De ces quelques observations, on remarque pas mal de choses. Tous les gens s’habillent de la même façon. Les citoyens sont malheureux, ils font la queue pour obtenir de la nourriture grâce à des tickets de rationnement. Un bourrage de crâne permanent est infligé aux habitants, via les messages de l’administrateur Breen sur des écrans géants. Les forces de l’ordre sont présentes partout, tous les mouvements de Gordon sont surveillés via des caméras fixes ou des robots de surveillance volants. Le plus séduisant dans cette affaire, c’est que vous n’êtes pas propulsé dans un monde où vous allez devoir combattre. Ce premier niveau est un modèle qu’il va falloir décortiquer dans les écoles de jeux vidéo. Le joueur ne peut pas capter l’ensemble des détails qui composent cet univers dès la première partie. Il commence à comprendre l’histoire, il ressent l’oppression de la Cité 17 mais il ne s’aperçoit pas forcément du premier coup d’œil qu’il faut faire la queue pour des tickets de rationnement, il ne fait sans doute pas attention aux messages de Breen.

 

Politiquement mature

 

En étant attentif à tout, ce simple jeu devient très vite très troublant. Par exemple, il faut faire très vite et devancer les gardes pour constater qu’il existe des salles de tabassage, avant que les panneaux coulissants ne se referment devant vous, après le passage d’un garde furieux. Ce genre de détails n’est pas le hasard. Le jeu fourmille de petits scripts de ce genre et plus qu’un scénario que les auteurs effeuillent, c’est une atmosphère que l’on vous impose. Une atmosphère politique, un mélange entre un pays occupé dans les années 40 et le fameux roman 1984, d’Orwell. Certains messages y font référence. Est-ce voulu ? Le message de Breen sur la place centrale de la Cité 17 fait pourtant clairement penser à Big Brother. "Il faut le (l’instinct) combattre coûte que coûte, à commencer par l’instinct de base, l’instinct de reproduction". Dans ce discours, il dit avoir reçu une lettre d’un des citoyens, le remerciant d’avoir pris cette décision logique. Si cette lettre est réelle, ce dont nous pouvons tout de même douter, l’homme admire le courage de Breen pour de telles décisions. A l’instar du héros de 1984 qui aime Big Brother, alors qu’il s’attend à tout moment à recevoir une balle derrière la nuque.  Il justifie ainsi la stérilisation massive des humains proclamée par le Cartel, le nouveau pouvoir en place. Breen est l’interlocuteur privilégié du Cartel. Et dans l’optique où la Cité 17 évolue sous un joug fasciste, Breen est le premier des collabos. Dans un univers de ce genre, il manque tout de même les résistants. Laissons Gordon évoluer dans cet univers. Après quelques couloirs, même sans avoir fait l’andouille, il se fait arrêter ; la suite des événements devrait se dérouler à Nova Prospect si l’un des soldats n’était pas son vieux pote Barney, résistant infiltré dans les forces de l’ordre. Il fait évader Gordon et le voilà livré à lui-même dans un univers inconnu. La seule solution passe par les toits et des couloirs d’appartement où il finira par se faire encercler. A moitié assommé, il ne devra son salut que grâce à Alyx Vance ("Dr Freeman, je présume ?", excellent), fille d’Eli, un chercheur collaborateur de Gordon du temps de Black Mesa. Fin du niveau 1.

 

14 niveaux. 14 jeux ?

 

Très peu d’action, juste la découverte de l’environnement, des graphismes, de l’histoire et surtout du background, tout en finesse. Les premières constatations s’imposent : ça valait le coup d’attendre. Comme au cinéma, et plus précisément dans l’art du scénario, on peut parler de dramaturgie. Donc, d’art. Mais ne vous inquiétez pas, tout ce que vient de faire Gordon Freeman, c’est vous qui l’avez effectué ! Après un ratage total dans une expérience de téléportation, vous vous retrouvez encore complètement paumé près de la gare. Votre pote Barney vous file sans doute l’arme la plus symbolique du jeu : le pied de biche. Vous serez bien vite poursuivi mais grâce à votre inventivité (un bon coup de barre caressant la tempe d’un ennemi), vous obtiendrez un 9mm. Les affaires sérieuses commenceront. Vous fuirez toujours mais cette fois, les rencontres se passeront mieux. Vous évangéliserez les soldats du Cartel à coups de balle dans la tête, vous les ferez exploser en tirant sur des tonneaux pleins d’essence tout en rencontrant d’autres membres de la résistance. Ensuite, les niveaux deviennent très différents, aussi bien au niveau des environnements que des actions à effectuer.

 

Dans le chapitre 3, vous découvrirez l’envers du décor, les canaux de la Cité 17. Evoluer là dedans n’est pas une mince affaire, chaque nouveau couloir réservant des nouveaux pièges. A partir du niveau 4, vous serez équipé d’un hydroglisseur, croisement bâtard entre une moto et un bateau. Les canaux dans lesquels vous avancerez sont forcément bien gardés. Vous devez rejoindre le laboratoire d’Eli, près d’un barrage, poursuivi par un hélicoptère surarmé. Le chapitre 5 ! Aaaaaah, le chapitre 5. Tout gamer digne de ce nom devrait pleurer de joie dès les premières minutes du chapitre 5. C’est le retour d’Alyx qui vous propose une arme bien pratique : le pistolet anti gravité. Elle vous présente également son animal de compagnie : Chien. Non pas le chien. Chien. Une sorte de robot de deux mètres de haut avec lequel vous ferez quelques parties de "va-chercher". Armé du Gravity Gun (le pistolet anti-gravité), vous rattrapez la balle en plein vol et vous la renvoyez à Chien. Ce pistolet permet de déplacer des objets très lourds à distance et vous ne vous en lasserez pas. C’est la première arme d’un jeu dont on souhaiterait une existence réelle. Enfin, il faut juste s’imaginer en train de déménager avec ça. Ce chapitre est assez court mais vous permet de vous familiariser avec votre nouveau jouet et les stratégies possibles. Arme d’attaque mais également de défense. Prenez un radiateur et laissez-les devant vous. Foncez vers un ennemi : aucune égratignure. Dommage que l’on ne puisse faire voler que des objets inorganiques, non ? Un peu de patience…

 

La peinture au pied de biche

 

Le chapitre 6 vous permettra de traverser la ville fantôme de Ravenholm et ses nuées de zombis. Sur votre chemin, des objets particulièrement intéressants, comme des lames de scie circulaires qui vous permettront de raser les zombis de près, à la base du cou. Attention, chapitre plutôt gore ! Que du bonheur ! A la fin, on rencontre un prêtre qui a un peu perdu la raison mais qui sait très bien se servir d’un fusil à pompe. Il vous en donnera un, en vue de headshots à bout portant mémorable. Disons qu’après votre passage, l’herbe repoussera peut-être mais les murs seront difficiles à nettoyer. Les chapitres 7, 8 et 9 sont assez liés dans la mesure où les mêmes créatures hantent les lieux. Dans les deux premiers, vous pilotez un buggy et vous devez tracer la route en direction de la prison où se trouve le père d’Alyx. Sur le chemin, des insectes géants, les fourmis-lions, tout droit sortis de Starship Troopers. Cette fois-ci, on repeint les plages en vert. On peut écraser les bestioles, ça fait scrouich, ça fait splash, ça fait du bien. La route n’est pas tout le temps dégagée, le Cartel vous tend des pièges. Quand tous les protagonistes sont réunis, les soldats, les insectes et vous-même, au lieu de vous engager dans les batailles, regardez tout le monde s’entretuer ! A un certain moment, vous trouverez un objet très précieux : l’appât. C’est l’arme du chapitre 9, dans la prison. Les créatures semblent moins agressives. Oui, elles ne vous attaquent plus. Mais !... Vous en faites ce que vous voulez ! Pulvérisez votre appât, de préférence sur les membres du Cartel et ils se feront dévorer !!! C’est à ce moment là que tout bon gamer crée une secte en l’honneur de Gabe Newell.

Bon, on ne va pas vous raconter tout le jeu. Chaque chapitre possède ses propres créatures et un gameplay assez différent. Plus tard, vous pourrez placer des tourelles qui feront le travail pour vous, diriger une petite troupe, abattre des gros engins volants, que du jouissif. Toute cette histoire s’accompagne d’une bande son assez géniale. A l’écouter sur CD (le disque est dans le coffret Gold disponible sur Steam que nous avons été assez barges pour commander), ça semble un peu plat. C’est exactement la même chose quand on écoute les musiques de GTA : Vice City hors contexte. Mais dans le jeu, ça devient extraordinaire. L’alchimie parfaite entre ce qui se passe à l’écran et ce qui passe dans le conduit auditif. Et puis, y’a les graphismes. Tout simplement splendide sur PC, la version de Half-Life 2 sur Xbox a reçu un sacré coup derrière la tête. Les textures ont été simplifiées, certaines sont mêmes devenues grossières et l’ensemble transpire l’effet de flou, pas toujours plaisant à regarder. On est loin de la qualité visuelle de The Chronicles of Riddick mais globalement, ça tient la route. On notera tout de même quelques baisses de frame-rate ici et là lors des phases un peu trop surchargées en données. Rien de bien dramatique non plus et  Cependant, le jeu a conservé sa touche personnelle et le reste de la réalisation n’a pas été trop haché par son passage sur Xbox. Les animations s’avèrent magnifiques, aussi bien faciales que corporelles. On peut voir Alyx fâchée, étonnée, faisant la moue, souriante, effrayée, haineuse… Quand elle voit Chien, elle s’amuse avec, lui caresse les rouages, elle prend sa tête dans ses mains ; vers la fin du jeu, elle vous regarde descendre dans un ascenseur, elle pose les mains sur la vitre, comme si c’était la dernière fois qu’elle vous voyait. Ah oui, et c’est en temps réel.

 

Apprendre sa table de multi

 

Parfait, à tout point de vue, une révolution pour tout ce qu’il contient. Une histoire, des personnages attachants et très différents. Le plaisir pris dans un niveau équivaut bien à un Doom III complet qui peut se résumer à "porte-couloir-monstre", "porte-couloir-monstre" etc. Dans Half-Life 2, c’est le niveau au-dessus, grâce à l’intelligence artificielle. En décortiquant un peu la bête grâce aux cheat codes, on a pu remarquer la présence de scripts, dans tous les sens. Lorsque vous êtes poursuivi par des soldats dans les premiers niveaux, ils foncent… même si vous êtes derrière ! Des murs invisibles (des triggers, en VO, des déclencheurs, en fait)  jalonnent les décors pour de nombreuses raisons : pour permettre à un zombie de se lever quand vous passez à travers le mur, par exemple. Ce n’est pas le zombie qui vous entend et qui se dit : tiens, c’est le petit Gordon qui arrive (STALKER fonctionnera ainsi, mais prudence, cela peut desservir le gameplay). L’idée de mix entre scripts et I.A. est excellente et le joueur y gagne. L’intelligence artificielle est convaincante et les scripts l’enrichissent. En revanche, voyons maintenant ce qu’il ne contient pas. Pas de mode multi. Sur PC, on devait se rabattre sur Counter Strike Source. Et bien sur Xbox, il faut se faire à l’idée qu’après avoir bouclé le jeu, il prendra la direction de l’armoire puisque cette version est dénuée de tout mode multijoueur. Après un an d’attente, vous conviendrez qu’on se fera un plaisir de tirer sur l’ambulance cette fois-ci. Surtout ne leur demandons pas de s’expliquer là-dessus, ils ne diraient que des conneries. Reste néanmoins que le plaisir de jouer à Half-Life 2 est resté intact malgré des graphismes un peu légers – surtout quand on joué à la mouture PC – et une manette à la place du duo clavier-souris.





Léo de Urlevan

le jeudi 24 novembre 2005
17:20




 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

Valve : la plume derrière Portal et Half-Life 2 quitte la société Erik Wolpaw est un nom qui ne vous dit peut-être rien, mais c'est lui qui a écrit les scénarios de certains des plus grands hits de Valve. Et il quitte aujourd'hui son employeur. 1 | 18/02/2017, 14:26
Half-Life Miami : un mash-up entre Half-Life 2 et Hotline Miami tout droit venu du Japon Quand les univers de Half-Life 2 et Hotline Miami s'entrechoquent, ça donne Half-Life Miami, un jeu en 2D dans lequel l'arme principale pour dégommer des ennemis est le Gravity Gun. 24/08/2015, 12:05


Derniers commentaires
Par djmad le Vendredi 5 Mai 2006, 14:09

likeSmall
Globalement c'est un simple portage de la version pc, mais pour ceux qui ne l'ont pas, je le conseille, je me suis pris une de ces claques sur pc (je l'ais toujours pas finis) !

Répondre
-
voter voter

Par winter117x le Jeudi 4 Mai 2006, 23:25

likeSmall
Je vais me le prendre demain... Je ferais un petit test, rien que pour ceux qui hésitent.
D'apres les videos que j'ai vu, il a l'air passionnant! :)


Répondre
-
voter voter

Par Maxime le Jeudi 24 Novembre 2005, 20:42

likeSmall 19
Bah non, vu que c'est le même jeu en moins beau...

Répondre
-
voter voter

Par Fantome le Jeudi 24 Novembre 2005, 19:28

likeSmall
si on a la version pc, cela faut il vraiment le coups ?

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 5 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Half-Life 2

Jeu : FPS
Développeur : Valve Software
17 Nov 2005

16 Nov 2004

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours