JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PC

Test UFO : Afterlight

Test UFO : Afterlight
La Note
13 20

Toujours plus, telle semble être la devise de la série des UFO. Bourré jusqu’à la gueule de technologies à mettre au point, d’équipement à créer, d’entraînement à suivre, ce nouvel épisode joue, intelligemment, la surenchère. Dubitatif durant quelques heures, le joueur curieux finit par se prendre au jeu de la quête du savoir et de la suprématie technique et territoriale dans un titre qui mélange gestion exhaustive et stratégie pas vraiment convaincante. Production étonnante, ludiquement mitigé, techniquement misérable mais sérieusement addictif, UFO : Afterlight est un sympathique OVNI, que les nostalgiques de X-Com découvriront certainement avec plaisir.


Les plus
  • Richesse incroyable
  • Univers charmeur
Les moins
  • Techniquement hors d’âge
  • Interface inconcevable
  • Séquences d’action trop nombreuses et sans grand intérêt


Le Test

Les petits gris ont fait de la Terre leur résidence secondaire, en délogeant sans ménagement ses turbulents habitants. Vaincue mais pas anéantie, l’humanité se réfugie là où elle peut, et si possible pas trop loin de la planète bleue, afin de s’y réinstaller à la première occasion. Si certains de vos congénères ont choisi de végéter dans une gigantesque station orbitale planant au-dessus de la stratosphère, vous faites parti des téméraires partis chercher le salut à pas loin de 300 millions de kilomètres de la Creuse : sur Mars. Morte et désolée, notre cousine tellurique rouge ? Bien au contraire, c’est tout un monde qui s’offre à la fantaisie et à la soif de conquête de votre petite colonie.. qui n’est pas seule à vouloir s’installer dans les environs.


Aussi attrayant qu’un paysage lunaire lors d’une éclipse, UFO : Afterlight n’est pas exactement le jeu que vous achèterez pour son design enchanteur et ses graphismes à la pointe de la technologie. S’ouvrant sur une scène cinématique certainement reprise d’un titre des années 90, la troisième itération de cette série partie à l’assaut du légendaire bastion X-Com, ne décevra pas les amateurs de vieilles choses polygonales. Tout n’est pas vilain ici, mais rien ne respire la jeunesse. Le look des persos n’est pas des plus réussis, les décors témoignent d’une bien piètre maîtrise des couleurs primaires et l’interface rendrait fou les anciens contremaîtres des usines soviétiques. Une caractéristique d’autant plus regrettable que la production d’Altar Interactive est un jeu dans lequel on passe son temps à cliquer sur des boutons d’interface, consulter des menus, ou vérifier des données sur des écrans d’inventaire.

We love Excel

UFO : Afterlight est un jeu de conquête territoriale. Si l’argent n’est pas ici le nerf de la guerre, vous ne pourrez vous épanouir sur Mars sans disposer de ressources naturelles, sans produire d’armes et d’équipements divers, sans réaliser de percées scientifiques. Dirigeant d’une base peuplée de quelques laborieux pionniers, vous devez structurer au mieux votre petite communauté. Chacun de vos hommes dispose de compétences (pas forcément exclusives) militaires, scientifiques ou techniques, que vous pouvez développer en affectant ces joyeux larrons à  des tâches diverses. Les techniciens gagnent de l’expérience en concevant des objets dans l’atelier ou en installant des sondes et des mines; les scientifiques apprennent en explorant des sites archéologiques, ou en procédant à des recherches dans le labo ; les soldats s’aguerrissent en affrontant les différentes créatures qui hantent le sol martien. Seules ces dernières missions bénéficient d’un gameplay spécifique. Pour le reste, tout est une question de bon sens managérial (oh le terme odieux !). Ainsi, tout le processus d’organisation territoriale se résume à une carte planétaire découpée en zones sur lesquelles vous pouvez lancer, d’un simple clic, la construction de quelques structures simples. Le gestion des ressources humaines (argh) constitue un volet un poil plus délicat, puisque si vous pouvez affecter n’importe quel groupe de recherche à un champ d’investigation précis, il est préférable que l’équipe soit composée de spécialistes du domaine, donc d’unités que vous aurez préalablement formées (en cliquant sur un bouton "formation" et en attendant quelques heures martiennes). Mais entre les hommes envoyés explorer les contrées voisines, les soldats-techniciens blessés au combat et bloqués en salle de soins et les unités en formation, vous manquerez souvent de monde pour faire tourner correctement cette folle machine que deviendra rapidement votre base.

Plus lourd que light

 

De monde et de visibilité également. Car il est difficile de s’y retrouver dans le foisonnement de menus, de sous-menus, d’indications imprécises et de zones cliquables – ou non –, ou  d’identifier correctement les différents personnels, tant leur tronche, au format vignette, se ressemblent. Pour compliquer un peu plus votre tâche, certaines indications essentielles n’apparaissent pas sur tous les menus, et il faut, par exemple, naviguer entre bien des écrans pour obtenir les infos nécessaires à l’organisation d’un assaut. Mal pensé, UFO : Afterlight ? Plutôt trop exhaustif. Monstrueux usine à gaz, le titre d’Altar Interactive émerveille par sa richesse. Des technologies par dizaines, des aménagements à la pelle, et une liste d’équipements et d’armes à faire frémir les caciques de la NRA : poser un pied sur Mars, c’est risquer de ne pas redécoller de sitôt. Car bien que parfaitement lourdingue, l’aventure est également sérieusement addictive, et ce malgré l’extrême médiocrité de ses – trop nombreuses – séquences de combat. Des points de mission apparaissent régulièrement sur la carte mondiale. Si vous envoyez une équipe sur place, vous basculez sur une petite zone en 3D dans laquelle s’épanouissent quelques individus hostiles et jusqu’à six de vos soldats, que vous contrôlez en semi-temps réel. Le schéma est simple : vous commencez par définir un plan d’action pour chaque unité, vous suivez le déroulement des opérations et pouvez passer en pause à tout instant pour procéder à des ajustements. L’idée est, comme d’habitude, excellente, mais l’intérêt tactique de cet épisode est discutable : les assauts bêtes et méchants fonctionnent assez régulièrement, et il n’est nullement nécessaire d’avoir passé 10 ans dans le GIGN pour s’en sortir. Surtout, ces combats, fort moches, sont trop fréquents et ne peuvent être résolus automatiquement. Les purs gestionnaires en seront pour leurs frais, mais ils sauront expédier au plus vite ses séquences pour retourner barboter joyeusement dans des myriades de tableaux aussi sexy qu’un tableau excel coloré. 




 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

UFO : Afterlight - Cheat Codes : Ouvrez le raccourci du jeu (C:\Program Files\CENEGA\UFO Afterlight\UFO.exe) et rajoutez la ligne suivante enable_system_console=true. 18/04/2007, 11:02
UFO Afterlight : le patch 1.5 Altar interactive met en ligne un patch correctif pour UFO : Afterlight qui corrige quelques bugs et permet au titre de tourner sous Windows Vista. 17/04/2007, 15:21


Derniers commentaires
Par ronaldinhoflo le Mardi 24 Avril 2007, 17:06

likeSmall
perso c'est vraiment pas un jeu qui ne m'intérésse, surtout avec des extraterreste.... mais bon a chaqu'un c gout :)

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 2 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







UFO : Afterlight

Jeu : Stratégie
Editeur : Cenega
Développeur : Altar Interactive
6 Avr 2007

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours