JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PS3

Test Short Peace Ranko Tsukigime’s Longest Day : génie incompris ?

Test Short Peace Ranko Tsukigime’s Longest Day sur PS3
La Note
10 20

Qu’il est difficile de juger de façon objective cette expérience cross-media qu’est Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest Day. Mélange déséquilibré entre 4 fabuleux courts-métrages, la moitié réalisée par des maîtres de l’animation japonaise, la galette propose aussi l’un des pires jeux auxquels on ait pu jouer cette année. Si jusqu’à présent Suda51 a toujours su nous séduire avec ses concepts atypiques, loin des codes habituels du système, il se prend aujourd’hui les pieds dans le tapis. Non seulement Ranko Tsukigime’s Longest Day est un jeu graphiquement raté, mais en plus il propose un gameplay limité, archi simpliste et vraiment bancal. Se taper 10 niveaux où il faut faire exactement la même chose, sans aucune progression ou satisfaction ludique, il y a de quoi sortir frustré de l’expérience, d’autant que celle-ci ne dépasse pas l’heure de jeu. On aurait aimé que le papa de Killer7 se creuse un peu plus la tête et pas seulement balancer ses idées loufoques pêle-mêle pour justifier son génie incompris, qu’il ose en plus vendre 60€. Bref, la moyenne mais vraiment de justesse grâce aux 4 courts-métrages de grande qualité.
Retrouvez plus bas la suite de notre test de Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest Day


Les plus
  • Les 4 courts-métrages sont des pépites de l'animation japonaise
  • Une bonne idée que cette expérience cross-media
Les moins
  • Le jeu est moche
  • Il est aussi répétitif et vite lassant
  • C'est d'ailleurs du grand n’importe quoi artistique
  • 1h de film et 1h de jeu
  • Temps de chargement affreusement longs
  • Une expérience vendue 60€ alors que ça en vaut 15, pas plus


Le Test

A l’heure des grosses productions, de ces blockbusters qui n’ont plus le droit à l’erreur, Suda51 fait encore et toujours figure d’auteur rebelle qui tente toujours des choses inattendues, sortant souvent des sentiers battus. Killer7, No More Heroes, Shadow of the Damned, Lollipop Chainsaw et plus récemment Killer is Dead sont autant de titres qui ont marqué les esprits par leur patte artistique et leur gameplay parfois hors du commun. Avec Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest Day, Goichi Suda va encore plus loin dans ses délires artistiques en proposant non pas un jeu mais une expérience ludique qui combine 4 courts-métrages exceptionnels et un jeu d’action à l’esprit frappé. Cela sera-t-il suffisant pour autant ? Notre verdict.


Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest DaySorti le 18 avril 2014, uniquement sur PS3, Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest Day n’a pas eu l’accompagnement marketing habituel des autres œuvres de Suda51. On a certes pu apercevoir des trailers sur YouTube de manière très ponctuelle, mais jamais de grosse mise en avant par Bandai Namco Games, qui n’a pas jugé indispensable de créer l’événement pour que Short Peace sorte de l’ombre. C’est pourquoi, nous avons jugé nécessaire de vous éclairer sur ce projet qui regroupe 4 courts-métrages et un jeu vidéo sur le même Blu-ray. Il n’y a d’ailleurs pas vraiment d’ordre précis pour apprécier l’expérience et l’on peut parfaitement commencer par le jeu pour ensuite se taper les 4 péloches d’affilée ; et vice-versa. Dans notre explication, nous préférons vous détailler le contenu des 4 animés, réalisés pour certains par des maîtres de l’animation japonaise. On pense notamment à "Combustible" et "A Farewell to Weapons", créé par le grand Katsuhiro Otomo à qui l’on doit Akira et Steamboy. Si Combustible ne porte pas nécessairement la patte coutumière d’Otomo, il saura marquer les esprits par son propos et son dénouement. En revanche, l’essai "A Farewell to Weapons" regroupe tous les ingrédients qui ont fait d’Otomo le spécialiste des grandes épopées. Ici, on suit les aventures d’un groupe de soldats qui vont devoir s’unir pour vaincre un robot doté d’une intelligence artificielle autonome. C’est le court-métrage le plus long des quatre (30 minutes) et sans nul doute le plus explosif de tous, celui qui fera l’unanimité dans tous les cas. Du caviar sur toast même.

 

Gloubi-boulga

 

Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest DayPlus intimiste, "Possessions" a été réalisé par un auteur méconnu du grand public, Shuhei Morita, mais son œuvre risque de le propulser sur le devant de la scène grâce à son histoire touchante, emprunte de folklore japonais et utilisant une technique plutôt réussie, mélangeant dessins classiques et images obtenues par le biais d’ordinateur. Reste alors Gambo, mis en œuvre par Hiroaki Ando, qu’on connaît pour le surprenant Amer Beton qui avait su marquer l’animation japonaise en 2007, aussi bien pour son style graphique que sa vision désenchantée de l’enfance. Là aussi, Ando frappe fort en plaçant au cœur de son histoire une certaine violence graphique qui fait mouche. Reste alors la cinématique d’intro, réalisée par Koji Morimoto et qui avait participé au projet Animatrix en 2003. Beaucoup trop court pour être considéré comme un cinquième court-métrage, cet essai parvient néanmoins à captiver l’attention grâce à ses couleurs chatoyantes. Non, la véritable cinquième œuvre comprise dans cette expérience ludique n’est autre que le jeu de Suda51, Ranko Tsukigime’s Longest Day, qui prouve une fois encore que le game designer n’est pas tout seul dans sa tête.
 

Entre réalisation en 3D, particules fait de sprites hyper pixellisés et intégration d’éléments graphiques photo-réalistes, on sent que Suda51 et Crispy’s se font fait plaisir. Le jeu mélange tout et n’importe quoi, sous prétexte d’un délire artistique entre illuminés du jeu vidéo.



Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest DayL’histoire de Ranko Tsukigime’s Longest Day n’est pas commune pour commencer. On incarne Ranko, une jeune lycéenne de 16 ans qui se distingue par le bandeau qu’elle porte pour cacher son œil droit. Est-elle vraiment borgne ou s’agit-il d’un style vestimentaire pour nous prouver qu’elle fait dans le swag ? La question mérite d’être posée. Toujours est-il qu’au fond d’elle se cache une tueuse expérimentée dont l’objectif principal est de venger sa mère en tuant son père, qui est à la tête de la plus grande société qui gère les ascenseurs des parkings souterrains. Si l’histoire du jeu est complètement barrée, la patte artistique l’est tout autant. On la doit d’ailleurs au studio Crispy’s, les créateurs du tordu Tokyo Jungle, qui n’a pas hésité à placer quelques clins d’œil dans le jeu. Le jeu mélange les genres pour un résultat pas toujours très homogène. Entre réalisation en 3D, particules fait de sprites hyper pixellisés et intégration d’éléments graphiques photo-réalistes, on sent que Suda51 et Crispy’s se font fait plaisir. Le jeu mélange tout et n’importe quoi, sous prétexte d’un délire artistique entre illuminés du jeu vidéo.
 

Génie incompris ?

 

Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest DayPas très séduisant graphiquement, Ranko Tsukigime’s Longest Day a également du mal à convaindre côté gameplay. Jeu d’action au scrolling horizontal qui rappelle les vieux jeux de l’ère 16-bit, le but est d’avancer le plus vite possible afin de ne pas se faire rattraper par la vague d’ennemis qui se trouvent à nos trousses. Il peut très bien s’agir d’esprits malins repris des contes japonais que du chihuahua féroce de Tokyo Jungle, mais quoiqu’il arrive, il faut à tout prix les empêcher de vous toucher, sous peine d’un Game Over qui vous fera revenir au début du niveau. Là aussi, Suda51 a misé sur la difficulté des premiers jeux vidéo, où les checkpoints n’existent pas et que l’approbation ne peut venir qu’en finissant le niveau d’une seule traite. Bien entendu, pour nous corser la tâche, chaque stage est truffé d’ennemis placés minutieusement pour ralentir votre course. Ce n’est d’ailleurs pas tant leur agressivité qui risque de vous importuner mais plutôt le lieu et la manière dont ils apparaissent à l’écran qui cassent les couilles. Sans compter qu’il faut en plus gérer les sauts hasardeux de Ranko, qui est aussi capable de planer quelques secondes grâce à sa jupe en dentelles. Il y a plusieurs embranchements qui permettent d’avancer sans trop se poser de questions, mais les sauts contre les murs sont un bel exemple du manque de finition du jeu.

 

Autant vous dire qu’un joueur expérimenté peut faire défiler le générique de fin en moins d’une heure, tandis que les autres auront lâché la manette, agacés par ce manque flagrant de considération.


Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest DayMais ce qui plombe le jeu, c’est avant tout sa répétitivité lassante, qu’on retrouve dès le deuxième stage. Sur les 10 niveaux que compte l’aventure, non seulement, l’objectif reste le même mais en sus, les environnements manquent très clairement de variété. Ils sont vides, architecturés de la même façon et se terminent en moins de 5 minutes si on montre suffisamment de skill. Autant vous dire qu’un joueur expérimenté peut faire défiler le générique de fin en moins d’une heure, tandis que les autres auront lâché la manette, agacés par ce manque flagrant de considération. Il n’y a de toutes les façons aucun plaisir ludique à diriger Ranko qui ne progresse aucunement dans le jeu. La progression est en effet nulle puisqu’il n’y a pas de nouvelles armes à récupérer ni de pouvoirs ou d’aptitudes en plus à débloquer, ce qui fait que le plaisir s’estompe au détriment d’une lassitude qui nous pousse à nous demander ce qui est vraiment passé par la tête de Suda51. Un génie incompris ? Pour le coup, carrément oui !

 






 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


Autres articles

Short Peace Ranko Tsukigime’s Longest Day : les astuces, succès et trophées Short Peace Ranko Tsukigime’s Longest Day n'est qu'une partie du projet Short Peace, qui est également constitué de quatre court-métrages d'animation. Découvrez la liste d'astuces, de trophées et de succès ici. 24/04/2014, 12:27



Derniers commentaires
Par Tetsumiyo le Vendredi 9 Mai 2014, 8:24

likeSmall 24
Gentil d'avoir mis 10 pour un jeu pourri et 4 courts métrages qu'on trouve sur Youtube ;)

Répondre
-
voter voter

Par Evianitrate le Vendredi 2 Mai 2014, 8:31
Abusé le tarif, les éditeurs nous prennent vraiment pour des pigeons

Répondre
-
voter voter

Par Tetsuyo le Jeudi 1er Mai 2014, 20:51
Je suis assez d'accord avec la note et le testeur mais ce "jeu" vaut l'achat pour ces 4 films qui sont juste des chefs d'oeuvre! C'est vrai par contre que ça vaut pas 60€, alors si vous le voyez à 20€ par là, foncez, c'est aussi bon qu'un pur film Akira

Répondre
-
voter voter

Par Markx le Jeudi 1er Mai 2014, 20:25
ils ont pas honte de vendre ça 60€ sans déconner?

Répondre
-
voter voter

Par oufdingo le Jeudi 1er Mai 2014, 16:53

likeSmall 2
En plus je suis sûr que les courts métrages doivent être visibles sur Youtube, donc ça n'a encore moins d'intérêt

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 5 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest Day

Jeu : Action
Editeur : Bandai Namco Entertainment
Développeur : Grasshopper Manufacture
18 Avr 2014

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.