JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : Wii

Test Monster Hunter Tri

Test Monster Hunter Tri Wii
Les Notes
15 20 note multi-utilisateurs Monster Hunter Tri 5 5

Rapidement addictif une fois le mode multijoueur démarré, Monster Hunter Tri possède comme ses prédécesseurs une profondeur exceptionnelle alliée à un aspect graphique convaincant. Poussant sans cesse le joueur à aller de l'avant en lui faisant miroiter des équipements et des chasses toujours plus spectaculaires, le jeu de Capcom est une carotte de luxe qui se dessèche lentement mais sûrement. Archaïque, que ce soit dans sa gestion du multijoueur ou son gameplay, Monster Hunter Tri souffre d'un sacré coup de vieux pour un jeu de 2010. Un constat qui ne retire pas le fun qui s'échappe de son concept, mais qui laisse songeur sur la suite de la série. Car une série qui fonctionne autant n'évolue que très rarement. Surtout au Japon.


Les plus
  • Un univers prenant
  • Graphiquement convaincant
  • Une richesse impressionnante
  • La spécialisation des armes
  • Des monstres principaux très combattifs
  • Le online gratuit
  • Travail sonore de qualité
  • Des thèmes musicaux bien épiques
  • Un concept toujours aussi efficace
  • Les chasses sous-marines...
Les moins
  • …assez brouillonnes au final
  • Le gameplay archaïque
  • Une caméra paresseuse
  • Toujours aucun système de lock
  • L'absence de tri des serveurs par langue
  • Le jeu à la Wiimote peu précis
  • Un mode solo, inutile en l'état


Le Test

Chaque éditeur possède un titre phare, le jeu qui lui permet à chacune de ses apparitions de réaliser un chiffre de ventes suffisamment élevé pour s'assurer un reste d'année serein. Le champion reste bien évidemment Nintendo, qui entre les différentes itérations de Mario et celles des Pokémon, ne reste jamais bien longtemps sans un afflux financier très conséquent. Néanmoins, Capcom peut se targuer de posséder également un poids-lourd du genre, avec la série Monster Hunter. Tout du moins au Japon, l'Occident étant assez frileux face à cette saga de chasses épiques. Monster Hunter Tri est-il l'épisode qui l'ancrera définitivement dans les habitudes de jeu occidentales ?


Cantonnée à la PSP ces derniers temps, la série Monster Hunter n'était pas retournée sur les terres des consoles de salon depuis près de quatre ans. Les limitations du nomadisme sont une histoire ancienne et la saga de Capcom revient s'installer avec tout le confort moderne, à savoir l'accès aisée au jeu en ligne et la présence d'une "vraie" manette. Les talents de gymnastes qu'obligeait à avoir la prise en main très raide des versions PSP disparaît donc pour un plaisir de jeu retrouvé. Mais pas renouvelé. En effet, le joueur habitué retrouve ses marques immédiatement, que ce soit au sein des menus ou des possibilités de jeu. Le sentiment de se trouver devant LE jeu que les fans attendaient depuis le dernier opus PS2 ne cesse de refaire surface, au gré de la redécouverte des habitudes prises depuis de nombreuses années. S'il se montre accessible et finalement ouvert, Monster Hunter Tri ne prend clairement aucun risque et s'appuie de tout son poids sur ses certitudes. Son avantage est de posséder des bases à la force suffisante, afin de supporter une redite qui pourrait commencer à lui jouer des tours. La marque de fabrique de la série est en effet une profondeur de jeu vertigineuse qui continue encore d'étonner. D'autant que cette fois-ci, Capcom a pensé à varier un peu plus les situations et le bestiaire, le Lagiacrus en tête.

La créature du Lagon Noir

Pour son arrivée sur Wii, la saga Monster Hunter change de cadre et passe des montagnes enneigées aux bords de mer. Une situation qui ne modifie pas le destin du village dans lequel se déroule le scénario, en proie lui aussi à des attaques répétées de monstres ; d'où la nécessité pour le chef de ce hameau balnéaire de vous embaucher en tant que chasseur à temps plein. Bien évidemment, il ne verra aucun inconvénient à ce que vous pourfendiez le légendaire Lagiacrus, une créature gigantesque réduisant régulièrement en miettes la flotte de pêche du village. Une mission suicide que vous ne pourrez bien évidemment réaliser qu'une fois à haut niveau et avec un équipement finement choisi. Basé uniquement sur l'enchaînement de missions de chasse, le mode solo de Monster Hunter Tri n'ira jamais plus loin dans son scénario. Certes, quelques petites saynètes viendront saluer vos exploits et exposer les problèmes des pêcheurs, mais n'espérez pas être immergé dans une histoire développée. Le corps du jeu est une nouvelle fois le multijoueur. Un choix logique, étant donné la demande d'une communauté très forte, au moins au Japon. Cependant rien n'empêchait Capcom de donner pour une fois au joueur solitaire l'impression de faire autre chose que d'aligner bêtement des quêtes sans réel intérêt. Cette absence de choix tranché, de pseudo mode solo déséquilibré ne sert qu'à une chose : desservir le jeu. Il serait temps que Capcom choisisse son camp ou essaie au moins de contenter les deux types de public. Néanmoins, si le "farming" en solo ne vous effraie pas, le jeu vous donnera largement de quoi vous occuper. Et ce, même si les missions proposées sont moins nombreuses que dans le récent Monster Hunter Freedom Unite. Le joueur aura logiquement encore le choix entre des quêtes de chasse, de capture et de collecte ; le tout accompagné de nouvelles possibilités peu interactives mais variées.

Le sentiment de se trouver devant LE jeu que les fans attendaient depuis le dernier opus PS2 ne cesse de refaire surface, au gré de la redécouverte des habitudes prises depuis de nombreuses années."

Contexte maritime oblige, Monster Hunter Tri propose d'envoyer des bateaux au large en leur confiant un petit bonus d'efficacité, si tant est que le joueur en possède un. En fonction des prévisions météorologiques – qu'il est nécessaire de consulter avant le moindre départ –, votre esquif aura plus ou moins de chance de revenir avec une cargaison intéressante. Une simple variation du principe de la barque Felyne, déjà présente dans Monster Hunter Freedom Unite. Autre petite modification : le système de culture se déroule désormais uniquement par l'intermédiaire de menus. Il suffit de sélectionner un élément et un type de fertilisant pour faire pousser différentes plantes et graines, voire élever des insectes rares. Il faut ensuite venir les récupérer après un temps donné. Il n'est plus utile désormais de ramasser vous-même vos herbes, fragnoix et autres végétaux ni chasser l'insecte dans les fourrés. Les Félynes s'occupent de tout. Une simplification qui fait certes gagner du temps, mais qui retire toute interactivité à cette activité. Monster Hunter Tri cherche la facilité pour parler au grand public, quitte à devenir bien plus artificiel. Fort heureusement, il ne perd en rien sa profondeur. Preuve en est avec l'aspect "gestion" du village. A chaque retour de mission, une partie du butin peut être recyclée en ressources qui serviront à chaque activité dans la bourgade. Le moindre dîner concocté, la moindre amélioration des jardins ou de la pêche demande quelques points de ressources. Au joueur de décider s'il préfère s'enrichir ou faire profiter le village de ses prouesses. Un ajout sympathique bien que rapidement limité qui représente au final la seule vraie nouveauté de fond d'un mode solo décidément bien dispensable. Car c'est bien en multijoueur que le joueur tire parti au maximum de la densité du système de jeu et des nouvelles chasses aquatiques.

Le bon et le mauvais chasseur

S'il y a bien une chasse que Monster Hunter Tri met en exergue, c'est la chasse au "loot". Les divers objets récupérés sur les monstres – dénichés après de longues fouilles ou gagnés à la fin des missions – représentent la motivation première des chasseurs écumant les serveurs de Capcom. Tout dans le jeu repose sur ces écailles, dents, herbes, noix et autres éléments. Ces matières premières  sont en effet nécessaires à la confection de l'ensemble de l'équipement du guerrier. Le nombre d'objets disponibles est encore une fois impressionnant et les quatre parties de votre caisse personnelle ne seront pas de trop pour les accueillir. Déjà nombreux en solo, ces items se multiplient littéralement en multijoueur et permettent de créer des armures, armes et joyaux bien plus variés. La réussite d'un joueur se voyant essentiellement à son équipement, il est évident que la face multi de Monster Hunter Tri devient vite le passage obligé pour évoluer correctement dans le jeu. Semblable à un MMORPG sur son aspect collection à outrance, le jeu de Capcom poursuit l'assimilation avec un fonctionnement par sessions, à partir de villes/hub. Plus prosaïquement, les expéditions se préparent à l'avance à la taverne d'une cité qui servent de point de ralliement. Là où la différence entre Monster Hunter Tri et même le plus basique des MMO se fait sentir, c'est dans le choix des serveurs et des groupes de jeu. Il est tout bonnement impossible de trier les serveurs par langue, ce qui oblige les non-anglophones à jouer entre amis. Car dans une équipe composée d'un Allemand, d'un Espagnol, d'un Français et d'un Italien, l'Anglais prend rapidement le dessus. Une gêne encore plus prégnante avec le Wii Speak. Car si la majorité des joueurs sait à peu près écrire anglais, certains accents exotiques empêchent de fonder des stratégies très efficaces. Et ce ne sont pas les phrases prédéfinies qui vous sauveront la mise, ni l'outil de saisie de texte qui ne se révèle intéressant qu'avec un clavier. Autant dire que Capcom s'est coupé tout seul d'une partie du public.

Une fois en équipe en revanche, le jeu prend toute sa dimension et révèle ce qu'il est vraiment, un formidable concept collant parfaitement à un système coopératif."

Une fois en équipe en revanche, le jeu prend toute sa dimension et révèle ce qu'il est vraiment, un formidable concept collant parfaitement à un système coopératif. Si les proies de base restent apathiques et ne demandent pas une grande attention, les divers colosses qui peuplent les terres de Monster Hunter Tri obligent eux à maintenir une attention poussée. Et ce durant l'ensemble du combat. Retors et variant souvent leur routine, ces créatures peuvent également fuir rapidement et se régénérer si elles se cachent suffisamment longtemps. Le but est de les harceler de toutes les manières possibles, en posant des pièges, en les empoisonnant ou encore en variant les armes ; d'où l'utilité de la coopération. Ces affrontements se révèlent être particulièrement épiques, surtout associés aux compositions musicales enlevées de Yuko Komiyama et Tadayoshi Makino. D'autant plus si vous jouez le jeu du Wii Speak et que vous échangez des ordres de vive voix avec vos coéquipiers. Jeu multiple, Monster Hunter Tri ne propose jamais deux fois la même chasse. En fonction des conditions rencontrées, des personnes avec qui elles sont parcourues, les missions peuvent changer du tout au tout. Et c'est également là l’une des grandes forces du titre de Capcom : la replay value. Mais si le jeu sait se renouveler dans ses situations, il peine à faire de même avec son gameplay.

Un coup dans l'eau

Véritable signature de la série depuis ses débuts, sa maniabilité rude trouve ici un aspect un peu plus confortable que d'habitude, ce qui n'a rien d'étonnant après deux épisodes PSP très problématiques sur ce point. Malheureusement, rien n'a changé depuis l'ère PS2. Aucun ciblage n'est présent, l'accès au menu en plein combat reste une nouvelle fois acrobatique et la précision des coups est plus que relative. Si le côté lourdaud peut se justifier par le volume des armures et le gigantisme des armes utilisées, le manque de ciblage est maintenant un véritable problème. Il est évidemment nécessaire que Monster Hunter conserve une certaine marque qui lui est propre, mais cela ne doit pas excuser une carence totale d'innovation. Un manque de souplesse dans le gameplay qui rend Monster Hunter Tri austère et souvent frustrant. Surtout pour des joueurs habitués désormais à des titres autrement plus accessibles, sans être simplistes. Soumis aux mêmes impératifs, les nouvelles chasses sous-marines apportent davantage une ambiance grisante qu'un vrai plus dans le gameplay. Un peu à l'image générale de ce qu'est Monster Hunter Tri. Le jeu de Capcom ne révolutionne en rien la série, la faisant même à peine évoluer, mais réussit à convaincre par son concept et sa richesse enivrants. Capcom sait en effet très bien comment susciter l'engouement avec quelques nouveaux équipements, monstres ou environnements. Des ajouts qui viennent grossir les rangs déjà importants des possibilités du jeu et qui lui confèrent une profondeur indiscutable. Monster Hunter Tri réussit encore à tenir sur ces bases mais s'effrite par le haut. Car entre une maniabilité archaïque, un mode multijoueur passionnant mais à l'architecture mal pensée et un gameplay tournant un rond, le jeu de Capcom accuse un sérieux manque de remise à neuf. A force de donner à combattre des ersatz de dinosaures, la licence risque d'en devenir un.







 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

Monster Hunter Tri - Launch Trailer Monster Hunter Tri fête sa sortie aux Etats-Unis aujourd'hui en s'affichant dans une vidéo de lancement. 20/04/2010, 10:39
Monster Hunter Tri se lance en vidéo Capcom célèbre la sortie de Monster Hunter Tri aujourd'hui aux Etats-Unis en dévoilant un trailer de lancement du jeu. 3 | 20/04/2010, 10:01


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Les commentaires sur ce sujet sont fermés.
Monster Hunter Tri

Jeu : Action/RPG
23 Avr 2010

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Les vidéos
 
Monster Hunter Tri - Trailer de présentation
Monster Hunter Tri - TGS Trailer Monster Hunter Tri - TGS Trailer
GC 09 > Monster Hunter 3 - Trailer GC 09 > Monster Hunter 3 - Trailer
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours