JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : GameCube

Test Chibi-Robo !

Test Chibi-Robo !
La Note
14 20

Forcément loin de toute violence ou animosité, Chibi-Robo ! reste cohérent avec lui-même. Sans rien proposer qui ne soit vraiment renversant ou révolutionnaire, il offre le plaisir de vagabonder lentement dans une sorte de contemplation permanente agrémentée d’une bande sonore qui se conjugue parfaitement à l’ambiance légère du titre. Une petite note de musique concorde avec chaque pas de Chibi et change selon la surface sur laquelle il marche. Chaque action s’accompagne ainsi d’un gimmick sonore, rythmant les tâches quotidiennes de notre ami de fer. Mais malgré la multitude de chose à faire avant de voir le bout, cela pour un minimum de 10 heures de jeu garanties, et sans compter tout ce qui n’est pas obligatoire, on regrette cependant que l’aspect collecte et tâches journalières ne soient pas assez poussées. C’est donc une progression assez particulière que propose Chibi-Robo !, ni trop libre, ni trop linéaire, elle est laissée à la libre appréciation du joueur. Une expérience bien fraîche, quoique peut-être pas assez secouée. Mais si vous voulez faire une bonne action pour l’anniversaire de votre enfant, pensez au petit Chibi !


Les plus
  • Une vraie personnalité
  • Sound design cohérent
  • Un petit bol d’air frais !
Les moins
  • Personnages et humour pas très excitants
  • Tâches journalières trop limitées
  • Y-a-t-il une famille pour adopter Chibi ?


Le Test

Malgré une ludothèque criblée de bons titres, la GameCube a eu le malheur de cohabiter avec des camarades de jeu plus persuasifs. Arrivée à bout de souffle bien trop vite, la console cubique de Nintendo crache désormais quelques titres dignes de ce nom de façon sporadique. Après Odama qui a retenu l’attention au moins par son originalité, le défilé de fin de carrière continue avec un titre que l’on pensait réservé au pays de la robotique.


Mais en ces temps de disette, et en attendant une Wii prévue pour les six mois à venir, mieux vaut ne pas trop faire la fine bouche si l’on veut encore avoir l’air d’être vivant. Le seul et unique titre Nintendo calé actuellement dans les plannings GameCube du constructeur est donc ce Chibi-Robo !, et il n’est pas vraiment le genre de jeu qui retient l’attention au premier coup d’œil. La jaquette ne nous donne par ailleurs qu’un vague aperçu du contenu de ce titre développé par les Japonais de Skip, à l’origine du jeu de rôle OVNI Giftpia. Avec Chibi-Robo !, le studio à la marque de lessive persiste dans un décalage esthétique aussi bien que ludique. Alors que l’E3 2006 vient de confirmer un peu encore plus que le shoot en tout genre, et la violence de manière plus générale, continueront de servir la matière première de notre industrie, une petite escapade en direction du chemin de la bonne humeur sur une console désormais isolée n’est pas pour nous déplaire. Démonstration.

 

Conchita’s Adventure 2.0

C’est jour de fête dans le foyer de la famille Sanderson ! La minuscule Jenny fête un de ses tout premiers anniversaires dans la joie et l’allégresse familiale, c’est à dire un père, une mère et un chien. Puéril et dépensier, Mr Sanderson est à la recherche d’un emploi en ces temps difficiles. Précarité, tout ça… Au grand dam de sa dame (jeu de mot involontaire numéro 1) Mme Sanderson, qui ne cesse de ruminer sur les notes de frais qui recouvrent les ardoises impayées. Dès lors, vous pouvez imaginer son rictus de douleur lorsque son bon à rien de mari (dont le look n’est pas sans évoquer directement les plus beaux spécimens de touristes Allemands de la Côte d’Azur, vous savez ceux qui gardent leurs chaussettes sous leur sandales…) offre à son rejeton un cadeau pour le moins onéreux. Le Chibi-Robo ! Dernier cri ! Mazette ! 

Sorte de robot ménager intelligent et servile, Chibi-Robo ! est un minuscule androïde dont le mutisme et la non expression sont compensés par le bagout son acolyte, Telly Vision. Cet écran cathodique ailé vous fera découvrir les mécaniques du jeu pas à pas. Basiquement, la mission de Chibi-Robo ! est de se promener dans une maison bien grande pour de si petites jambes, afin de se rendre utile. Mais son objectif sous-jacent ne se limite pas à cela. Jeter les ordures à la poubelle, nettoyer les traces de pas à coups de brosses à dents, donner à manger aux poissons, toutes ces bonnes actions ont une influence cosmique sur votre entourage. En jouant vous accumulez ainsi des points de bonheur au compteur, et à mesure que celui-ci croît, Chibi progresse dans le rang mondial des gentils robots. Les journées et les nuits se succèdent donc pendant que Chibi explore petit à petit le monde qui l’entoure, une maison complète dont les secrets ne sont évidemment pas accessibles dès le départ. Mais qu’est ce qu’on fait au juste dans Chibi-Robo ! ? Difficile d’instaurer une épopée en huis clos me direz vous. Cependant, le soft de Skip est plus scripté qu’on ne l’imagine au début. Les actions et les possibilités de Chibi ne sont finalement pas si nombreuses que cela, interaction réduite avec le décor oblige, puisque Chibi ne peut grosso modo que grimper un rebord pas trop élevé et le cas échéant pousser un objet pas trop lourd. Chibi-Robo ! est donc loin d’une quelconque simulation de gestion matérielle, même si les éléments à collecter, comme les différents costumes, sont une des motivations du soft.

 

Spread the hapiness !

 

Et plus des membres de la famille Sanderson, avec lesquels il faudra parfois tendre l’oreille pour leur venir en aide, Chibi est amené à faire des rencontres insolites. Dans cette drôle de maison, les jouets sont autonomes et se mettent à vivre dès que les humains sont couchés, d’où l’importance du cycle jour/nuit. Cycle que l’on peut d’ailleurs étendre jusqu’à un quart d’heure au lieu des 5 trop courtes minutes par défaut. Sans en avoir l’air, la trame du titre avance donc à mesure que vous accédez à de nouvelles pièces comme la cave ou les chambres à l’étage. Une progression pas toujours passionnante d’ailleurs. Ponctués par un langage yaourt encore plus niaiseux que celui, pourtant déjà sévère pour les nerfs, que l’on pouvait entendre dans Banjo-Kazooie sur Nintendo 64, les dialogues ennuyeux s’éternisent parfois au fil d’un humour qui tombe la plupart du temps à plat ventre à même le sol. D’ailleurs, vous vous demandez peut-être quels sont les enjeux des péripéties de Chibi-Robo !, et ses dangers ? S’il représente le fleuron de la robotique de service, notre petit Chibi n’en est pas moins loin d’être autonome biologiquement parlant. Trainant immanquablement derrière lui sa grosse prise d’électricité, notre petit bout de métal est doté d’une batterie bien faiblarde qui représente votre compteur d’énergie. Heureusement, comme dans tout habitat civilisé, les prises de courant sont monnaie courante (jeu de mot involontaire numéro 2) et sont autant d’oasis pour se refaire une santé et repartir de plus belle après avoir sauvegardé pour la route. Car il consomme l’animal !

 

Chaque action (pousser, nettoyer, grimper) accélère par ailleurs le processus d’épuisement. De même qu’une vilaine chute, ce qui arrive fréquemment lorsqu’on mesure 10 cm. C’est ici qu’intervient la toute première capacité du robot, la petite hélice pour flotter et atterrir tout en douceur. A partir d’un certain stade du jeu, de vilaines araignées métalliques viendront vous chercher des noises, mais ne feront pas le poids face à ce furieux de Chibi-Robo ! et son redoutable Chibi Blaster. Les phases de shoot à pied n’ont d’ailleurs rien à envier à la violence d’un GTA et à l’intensité d’un Halo. Non, je plaisante. La destruction de ses ennemis permettra à Chibi le nain de recycler leurs restes de ferraille contre des outils indispensables pour progresser dans l’histoire. Le fait de devoir surveiller aussi bien le temps qui passe que l’état de la batterie n’est pas véritablement un problème, puisque cette façon de morceler l’aventure permet de ne pas trop en découvrir d’une traite. Par ailleurs, les secteurs de recharges sont suffisamment nombreux et bien répartis dans chaque pièce de la maison, de sorte que cette règle ne devienne pas une contrainte trop frustrante.





Steeve Mambrucchi

le mercredi 24 mai 2006
13:30




 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

Chibi-Robo ! - Débloquer de Nouvelles Tenues et Accessoires : Batterie Extra : achetez-le dans la Boutique après être sorti une fois. 05/03/2007, 11:47
Des images de Chibi-Robo Etre le robot ménager d'une famille japonaise n'est pas chose facile. Croyez-en Chibi-Robo ! 2 | 06/02/2006, 16:02

Chibi-Robo : le site US 2 | 30/01/2006, 12:08
Chibi-Robo ! en Europe 3 | 25/01/2006, 17:37
Chibi-Robo exhib 2 | 07/11/2005, 11:20
Vidéo Chibirobo ! 16/06/2005, 19:02


Derniers commentaires
Par torkam le Lundi 16 Juin 2008, 11:05

likeSmall
Le test est bien fait. Il me donne envie de jouer à ce jeu.

Répondre
-
voter voter

Par Tendo le Mardi 31 Octobre 2006, 9:36

likeSmall
Je l'ai acheté (10€ neuf :) ) et... c'est une bonne surprise :)

Répondre
-
voter voter

Par Delita le Jeudi 25 Mai 2006, 20:42

likeSmall
Pelon a écrit:
Tendo a écrit:Le jeu que personne n'attendait.


Rectification : le jeu que personne n'attend :lol:


Rectification : le jeu que personne n'attend, à part deux pelés et un tondu dont je fais partie. Et pour reprendre la conclusion du test : comme je suis un grand enfant, je me l'offrirais bien pour mon anniv'.


Répondre
-
voter voter

Par pelon le Jeudi 25 Mai 2006, 13:33

likeSmall
Tendo a écrit:Le jeu que personne n'attendait.


Rectification : le jeu que personne n'attend :lol:


Répondre
-
voter voter

Par Tendo le Jeudi 25 Mai 2006, 11:58

likeSmall
Le jeu que personne n'attendait.

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 6 réponses dans le forum


Chibi-Robo!

Jeu : Bizarre
Développeur : Skip
26 Mai 2006

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.