JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : Xbox - GameCube - PlayStation 2

Test Bons Baisers de Russie

Test Bons Baisers de Russie
La Note
13 20
 

Les plus
  • Modélisation de Sean Connery réussie
  • Voix de l’acteur en VO
  • Système de points d’impact
Les moins
  • VF décevante
  • Durée de vie limitée
  • Phases automobiles moins réussies
  • I.A. ratée
  • Jeu trop assisté
  • Quelques bugs de collision


Le Test

A part un excellent Quitte ou Double, les derniers jeux James Bond n’ont pas toujours rimés avec qualité. Pour tenter de renouveler l’exploit, Electronic Arts repart sur les bases de ce dernier mais délaisse Pierce Brosman pour s’intéresser au tout premier des acteurs qui a endossé le rôle de l’agent britannique. Alors ? Sean Connery ou pas ?


De l’action, des gadgets explosifs, de grands méchants et de très jolies filles, si les ingrédients ne changent pas d’un James Bond à l’autre, un mauvais dosage peut à lui seul gâcher la précieuse recette. Posologie déjà délicate au cinéma, celle-ci se complique encore plus quand il s’agit de jeu vidéo et l’éditeur Electronic Arts en a récemment fais les frais. Pour redorer le blason de la licence sur nos consoles, le géant américain s’est alors appuyé sur le dernier succès en date des aventures interactives de 007, à savoir Quitte ou Double. Basé sur le même moteur et flirtant avec une certaine nostalgie sur le deuxième film des exploits du serviteur de sa majesté (datant tout de même de 1963), Bons Baisers de Russie compte user des charmes de Sean pour nous re-séduire.

 

Plan Q pour Tatiana

 

Tout premier film de la longue série des James Bond à accueillir le personnage désormais incontournable de Q, Bons Baisers de Russie reste encore à l’heure actuelle l’un des meilleurs épisodes de la saga cinématographique. Ne se risquant pas dans un nouveau scénario, Electronic Arts a alors décidé, et c’est tant mieux, de garder plus que le nom pour nous offrir un jeu aussi fidèle que possible à l’œuvre originale. De la confrontation générale à l’organisation criminelle du SPECTRE en passant par de nombreuses scènes reprises comme le fameux combat de gitanes, l’histoire ne relèvera donc pas de surprises pour les fans de James, si ce n’est de nouvelles actrices. Dans la peau du jeune Sean Connery et en guise de tutorial, vous commencerez donc par sauver Elizabeth Stark, la fille du premier ministre britannique désormais incarnée par la chanteuse Natasha Bedingfield, dans un finish aérien au sommet de Big Ben. Une fois les commandes maîtrisées (ce qui ne posera aucun problème pour les joueurs de Quitte ou Double), notre agent dans la fleur de l’âge devra partir dans les contrées bolcheviques pour récupérer un décodeur utile aux services secrets. Seul souci, cette opération motivée par la belle Tatiana n’est qu’un vaste piège pour éliminer James et l’hostilité provoquée des Russes ne viendra pas faciliter les choses.

 

            

 

Du neuf avec du vieux

 

Reprenant à la lettre la prise en main de James Bond : Quitte ou Double, la dernière production d’Electronic Arts a été bien avare en nouveautés. Même gadgets, sensiblement les mêmes armes, même phases en véhicules (et paradoxalement moins réussies), seul le système de visée a bénéficié d’une légère mise à jour avec une option de zoom et de points d’impacts. Permettant d’afficher les zones interactives, ce système prometteur permet dans les premiers niveaux de viser la radio à la taille d’un ennemi pour éviter qu’il appelle des renforts, de toucher sa ceinture de munitions pour faire tomber ses grenades pour qu’elles explosent à ses pieds, de couper la corde qui le maintient soutenu pour le voir s’écraser au sol plusieurs mètres plus bas, ou encore de détruire les bretelles de son gilet pare-balles pour mieux l’affaiblir. Marrant les premiers instants, vu l’étonnante facilité du jeu (même en mode Agent 007) accusant une assistance au tir trop présente, le joueur aura vite tendance à délaisser cette option pour tirer normalement tout en courant vers l’adversaire. Une fois proche de celui-ci, une attaque au corps à corps devient alors possible en pressant simplement la touche affichée à l’écran, et ce dans un laps de temps très tolérant, facilité pour le grand public oblige. Oubliant rapidement le coté infiltration et espionnage, Bons Baisers de Russie se résume alors à une succession de scènes d’actions certes explosives mais qui paraissent trop vite répétitives. Ajoutez à cela l’éternel phénomène de mode conduisant à ne proposer que des jeux se terminant en moins d’heures que ne peuvent compter de doigts des mains estropiées et vous aurez vite fait le tour de ce titre qui s’annonçait pourtant bien.

 

Fidèle au film mais n’atteignant pas le charisme de celui-ci, Bons Baisers de Russie n’arrive donc pas à dépasser le statut de jeu simplement correct et ne reproduit finalement pas l’effet de son prédécesseur malgré la participation physique et vocale du plus Ecossais des britanniques. Sympathique pour les fans, dispensables pour les autres, si le titre ne pouvait faire que mieux que le dernier GoldenEye : Au Service du Mal, il ne redore pas le canon de James autant qu’on l’aurait espéré.





Laurent Moreaux

le mardi 6 décembre 2005
17:26




 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

Bons Baisers de Russie Voici quelques cheats codes utiles pour tricher dans Bons Baisers de Russie sur PS2. 25 | 16/10/2007, 21:34
Bons Baisers de Russie - Débloquer les Missions Bonus : Tunnel : collectez 10 Récompenses. 23/05/2006, 12:52

Bons Baisers de Russie 23/05/2006, 12:51
Bons Baisers de Russie 23/05/2006, 12:50
Bons Baisers de Russie 23/05/2006, 12:48
007 embrasse la PSP 01/02/2006, 14:47


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Les commentaires sur ce sujet sont fermés.
Bons Baisers de Russie

Jeu : Action
Développeur : Electronic Arts
17 Nov 2005

17 Nov 2005

17 Nov 2005

13 Avr 2006

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.