JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : X360 - PS3

Test Batman Arkham City

Test Batman Arkham City
La Note
18 20

Comme vous avez pu le lire dans notre test de Batman : Arkham City, cette suite est sensiblement identique à son prédécesseur dans ses fondations, qui offrait une aventure plus fermée. Perdant une certaine efficacité du fait de son environnement ouvert qui concentre moins le joueur sur l'histoire, le jeu de Rocksteady cherche davantage à se rapprocher de l'imaginaire propre à Batman : se rendre de crime en crime afin d'imposer la justice à coup de batarang. Une liberté d'action qui offre des phases de gameplay et des expériences variées, tout en privilégiant l'aspect grisant du vol au-dessus de la ville. Maîtrisé et doté d'une direction artistique exceptionnelle, Batman : Arkham City pèche simplement par la conservation d'anciens travers, comme le côté un peu mécanique des phases de prédation et le système de combat pas assez "free" justement. Enfin, il est pénible de devoir passer par le PlayStation Network ou le Xbox LIVE pour pouvoir jouer avec Catwoman, ce qui n'a logiquement pas été possible sans la présence du précieux code. Une pirouette marketing que n'autait pas apprécié le pourfendeur du crime.

Retrouvez plus bas la suite de notre test de Batman Arkham City


Les plus
  • Direction artistique exceptionnelle
  • Une réalisation qui en impose
  • L'ambiance !
  • La ville ouverte bien utilisée
  • Bande-son discrète mais très efficace
  • Des boss bien classes
  • Le doublage français (sauf Batman)
  • De vrais moments forts
  • Des nouveaux gadgets bien vus
  • Des quêtes annexes agréables bien que courtes
  • Une bonne durée de vie
  • Les combats brutaux...
Les moins
  • ...mais encore trop dirigés
  • Le scénario décevant
  • Vision détective encore trop en avant
  • Les phases prédateurs un peu trop similaires
  • Le boss final pas terrible
  • Catwoman en DLC en occasion...


Le Test

Plus ou moins sombre suivant les auteurs, Batman fonde tout de même sa légende sur l'obscurité et la crainte. Deux composantes qui fonctionnent sur les petites frappes de Gotham, mais qui s'étaient avérées inutiles contre les grandes figures du crime internées dans l'asile d'Arkham. Une confiance qui n'avait pas suffi à les tirer des bat-griffes de l'homme masqué, dont la motivation est finalement l'aspect le plus effrayant de sa personnalité. Un échec pour les freaks qui n'a servi de leçon à personne. Et à l'air libre, avec plus de moyens, le crime peut presque payer. Une menace sur laquelle plane sans grand souci un Batman qui a ouvert ses ailes et, surtout, son monde dans Batman : Arkham City.


Le Joker est encore une fois au centre des préoccupations de BatmanDeux ans après un premier épisode qui était sorti sans prévenir d'une ruelle sombre, et avait assené un petit coup bien senti dans la nuque des adaptations vidéoludiques de super-héros, Batman : Arkham City se montre cette fois-ci dans la lumière du bat-signal. Attendu au tournant - notamment au niveau de la frustration du cloisonnement dans le glauque asile de Batman : Arkham Asylum - le jeu s'est ouvert pour retrouver la devise première de Batman : la menace vient d'en haut. Au sein d'Arkham City, un quartier entier de Gotham City fermé dans le but de devenir une prison à ciel ouvert, le chaos a été instauré par trois grands criminels : le Joker, Double-Face et le Pingouin. Trois factions qui s'entre-déchirent pour le contrôle de la ville, mais unies pour abattre un Bruce Wayne dont seul le mystérieux Docteur Strange connaît le secret. Une zone de guerre qui va obliger non seulement le vengeur masqué à échapper aux hélicoptères et aux snipers du groupe Tyger de Strange, mais également à tenter de remettre un peu d'ordre dans cette cité lugubre. Un statut de veilleur qui recolle au plus près de la mythologie de ce héros, dont l'environnement tient davantage à des labyrinthes de rues crades et fumantes qu'aux couloirs d'un asile. La verticalité est logiquement devenue un atout et favorise les éliminations silencieuses, tout autant que les mauvaises surprises. Postés régulièrement sur les toits des immeubles d'Arkham City, les hommes de main du trio de psychopathes surveillent la moindre ombre suspecte et sont très prompts à appeler du secours en cas de chauve-souris dans les parages. La liberté nouvellement acquise n'autorise donc pas les balades insouciantes au clair de lune, et il est important d'effectuer des petits repérages en mode détective au préalable pour éviter une balle dans le dos. Des précautions qui ne freinent pas l'aspect grisant des survols du quartier-prison, grâce à un level-design bien pensé qui offre de nombreuses zones dégagées. Ces dernières permettent de plonger vers le sol afin de prendre de l'élan et de continuer son vol plané sans être coupé dans l'exploration. Le grappin reste bien entendu d'actualité, mais l'ajout de cette possibilité de progression uniquement aérienne apporte donne une saveur grisante à la maîtrise des cieux. Pour autant, la chauve-souris est aussi à l'aise à couvert qu'en frôlant les cimes des buildings.

L'ombre et la proie


La ville est désormais votre nouveau terrain de chasseDivisée entre l'ensemble des camps présents, l'histoire de Batman : Arkham City conduit à arpenter la zone criminelle de long en large, que ce soit dans les airs ou en pénétrant dans les divers bâtiments municipaux aux mains de tel ou tel fou furieux. Souvent très étendus et construits sur plusieurs niveaux, ces QG requièrent à chaque fois une bonne connaissance des gadgets pour pouvoir avancer au gré des différents pièges et "énigmes" relativement simples à contourner. Avec un minimum de recherches et d'observation. Bien conçus, ces niveaux, agissant comme des sortes de donjons, se montrent habilement tortueux. Une impression de complexité qui passe par un cheminement fondé sur des détours dissimulés, et le fait d'être orienté en pensant explorer. Il est simplement dommage que la structure reste souvent identique avec le passage obligé par une ou plusieurs phases en mode prédateur, avant la conclusion incarnée par un boss. Un schéma un peu trop systématique qui se montre donc prévisible, sans pour autant casser les effets de surprise et les revirements astucieux mis en place par Rocksteady. Un constat dû en grande partie à un  souci du détail ahurissant, qui fait de chaque lieu visité un témoin vivant des cicatrices de la cité. Que ce soit le musée de Gotham, repris à son compte par le Pingouin, l'ancienne ville ou bien encore le commissariat de police, tous ces endroits poussent à la découverte tant ils imposent un univers fort. Subtil mélange entre les différents films de Burton, oscillant entre le malsain, le burlesque et l'ambiance froide de polar désespéré du Dark Knight griffé Miller, la direction artistique de Batman : Arkham City se montre encore plus convaincante que dans le précédent épisode. Les atmosphères sont multiples, cohérentes et forment un tout d'une puissance visuelle étonnante, rendant en quelque sorte hommage à ce qu'est Batman ; avec cet aspect de citadelle abandonnée qui légitime immédiatement le personnage. Un respect qui passe également par le rythme du jeu, plutôt posé, et collant bien à la manière de procéder du héros. Ce dernier se fait tout de même régulièrement maraver tout en continuant à avancer coûte que coûte, doucement mais sûrement, avec un aplomb titanesque. Le jeu n'est pas pour autant privé de moments de bravoure intenses, bien au contraire, notamment lors de la traque de l'un des adversaires les plus résistants de Wayne. Des ennemis qui ne sont d'ailleurs pas loin de voler la vedette à ce dernier, tant dans leur excellent doublage français que dans leur intégration au sein de l'histoire.

Je suis la vengeance, je suis la nuit


Les affrontements contre les boss sont cette fois-ci plus convaincantsLe casting des personnages qui en veulent de près ou de loin à Batman est d'une richesse étonnante. Il comprend non seulement les vilains classiques et réguliers style Edouard Nigma ou Bane, mais également des têtes moins récurrentes comme Deadshot, le Veilleur, voire le Chapelier Fou. Plus ou moins développés, ces derniers sont toutefois tous au centre d'une petite histoire qui s'intègre dans un ensemble de quêtes annexes loin du simple "amène tel objet à telle personne". Elles prennent la forme d'une course contre la montre, d'enquêtes avec recherche de preuves, le tout avec une vraie conclusion qui ne se résume pas à l'obtention d'un Succès/Trophée. Les très nombreuses énigmes de l'Homme Mystère font aussi partie des activités secondaires, avec pour principale nouveauté l'existence d'hommes de main d'E.Nigma qu'il est possible d'interroger pour activer l'affichage desdites énigmes sur la carte. Des à-côtés qui donnent également accès à des nouveaux gadgets et, surtout, à des points d'expérience bien pratiques pour améliorer certains coups/items de Batman, mais aussi la résistance de son armure aux balles ou aux coups directs. Un système d'évolution très classique qui a pour simple mérite d'éviter les game over face à des groupes d'ennemis parfois très nombreux. Reprenant le système de combat FreeFlow, Batman : Arkham City laisse un peu plus de largesses au joueur, avec l'utilisation rapide de gadgets qui temporisent un peu plus les affrontements et surtout un côté davantage acrobatique. Une évolution timide qui passe aussi par la présence d'ennemis à l'agressivité revue à la hausse, qui hésitent moins à se servir de ce qui traîne et surtout d'armes tranchantes obligeant à des esquives multiples à gérer au stick. Même si ce principe demeure perfectible avec toujours un automatisme qui retire une certaine liberté au joueur, les combats victorieux à un contre dix conservent leur puissance et le côté jouissif qui se dégage de la vision des adversaires gisant ça et là. Ne cherchant pas la révolution, Rocksteady s'est contenté d'améliorer l'excellente recette mise en place dans le premier épisode, perdant en surprise et, en un sens, en efficacité pour privilégier une expérience dense, maîtrisée et surtout un retour aux racines de Batman. Cette ouverture ne risque pas d'amener un nouveau public, mais permet de se rendre compte que Batman : Arkham Asylum n'était décidément pas un coup de chance.

TEST VIDÉO BATMAN ARKHAM CITY






 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

Batman Arkham : une compilation remaster à venir sur PS4 et Xbox One ? Plus personne ne pourra arrêter les éditeurs de proposer des remasters à tout va. La dernière rumeur en date provient d'IGN Italia qui affirme que la série des Batman Arkham arrive sur consoles next gen'. 3 | 23/03/2015, 14:37
Humble Bundle : Warner solde ses jeux (dont les Batman Arkham) pour 3 fois rien Le pack Humble Bundle, qui vous un groupe de jeux pour la somme que l'on souhaite, continue son bonhomme de chemin. Cette fois, c'est Warner Bros. Interactive qui s'y colle, avec de très grosses licences à la clé. 1 | 06/11/2013, 13:54


Derniers commentaires
Par tarekbouali le Mercredi 23 Novembre 2011, 14:59
vive real madride 2012 dima

Répondre
-
voter voter

Par Hakton le Mardi 15 Novembre 2011, 16:19

likeSmall 12
Assez d'accord avec le test, sauf pour la remarque sur la voix de Batman (celle aussi de Sam Worthignton) que personnellement je trouve très bonne.

C'est un jeu que j'ai vraiment savouré (et que je savoure encore d'ailleurs), c'est une pure merveille !


Répondre
-
voter voter

Par brokoufa le Mercredi 9 Novembre 2011, 20:07
Batman Arkham City est tout simplement magnifique et il y a de l'action non-stop merci http://www.cashmedia.be de m'avoir fait économiser 10€ et de me l'avoir envoyé si rapidement :) :) :)

Répondre
-
voter voter

Par alpatch31 le Dimanche 6 Novembre 2011, 21:56
une pure merveille!deja conquis par le premier,mais alors la!!!!tout y est!pour rien a dire c'est LE JEU d'aventure de cette fin d annee!

Répondre
-
voter voter

Par FeuHardi le Vendredi 4 Novembre 2011, 9:13

likeSmall
Un jeu vraiment énorme. Je l'ai àa peine commencer mais ça promet. Alors une seul chose à dire. Souris Batman ! C'est le joker !

Répondre
-
voter voter

Par alligator5 le Jeudi 3 Novembre 2011, 17:00

likeSmall
excellent ce jeux,il y a tout les ingrédients pour que ce soient le jeu d'action aventure de l'année,graphs de tte beauté action omniprésente,bcp de personnages c le top je savoure ainsi que uncharted 3 idem.

Répondre
-
voter voter

Par B2ZOODU27 le Mardi 1er Novembre 2011, 12:56
Il est vraiment trop bien ce jeu. Il méritait au moins un 19/20 voire un 20/20

Répondre
-
voter voter

Par Shinjuriki le Lundi 31 Octobre 2011, 11:37

likeSmall 2
Le jeux a l'air vraiment attirant ! Dommage que je n'aime pas du tout Batman...

Répondre
-
voter voter

Par hellben le Dimanche 30 Octobre 2011, 7:48

likeSmall
Excellent jeu, et excellent test, le scénario est le seul point faible du jeu..

Répondre
-
voter voter

Par thekiller le Samedi 29 Octobre 2011, 23:13

likeSmall
Perso je m'en tabarnak un peu de Uncharted avec toutes les exclus xbox qui sont largement supérieures à cll ps3 je vois pas pourquoi tu persiste à croire que ta console(ou les données personnelles ne sont pas protégées souit dit en passant) est meilleure qu'une autre... -_-

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 41 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Batman : Arkham City

Jeu : Action
Editeur : Warner Bros.Games
Développeur : Rocksteady Studios
24 Nov 2011

20 Oct 2011

20 Oct 2011

2012

Zone Membres

Vos Notes :
18/20
Notez ce jeu

Les vidéos
 
Une vidéo pour l'édition Game of the Year de Batman Arkham City
Batman Arkham City : Mark Hamill en vidéo Batman Arkham City GOTY : Mark Hamill en plein doublage du Joker
Batman Arkham City : trailer du DLC Batman Arkham City : Robin s'infiltre en vidéo
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours