JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PC - X360 - PS3 - 3DS - PS Vita - Wii U - Xbox One - PS4

Test Mighty N°9 : un plagiat honteux et en plus raté ?

Test Mighty N°9 sur PS4 et Xbox One
La Note
11 20
Même sans aucune attente particulièredes joueurs, Mighty N°9 aurait été une déception. Le pedigree et la trajectoire particulière du titre de Keiji Inafune et Comcept ne font qu'accentuer la situation. Incapable d'innover, il se rate également dans sa tentative de moderniser le gameplay de la série Mega-Man. Techniquement à la ramasse, Mighty se rattrape légèrement grâce notamment à son sytème de dash intéressant mais mal intégré et à ses boss variés.

Les plus
  • Les combats de boss sympathiques
  • La variété de pouvoirs alternatifs
  • Le système de dash qui aurait mérité mieux
  • Le doublage complet et les musiques 8-bitss
  • Le prix
Les moins
  • Techniquement à la ramasse
  • Le level design inégal
  • La direction artistique
  • Les chutes de framerate ponctuelles mais violentes
  • Les pics de dificulté en plates-formes
  • La manip' pour changer de pouvoir
  • Aucune incitation à utiliser les formes alternatives
  • Le dash, uniquement pour faire joli
  • 3 à 5 heures de jeu...


Le Test
Ah, qu'est-ce qu'on en a parlé de ce Mighty N° 9 ! Le jeu de Comconcept n'était pas encore arrivé jusqu'à nous qu'il se trimballait déjà une réputation particulièrement sulfureuse. Héritier spirituel de Megaman, titre d'un Keiji Inafune attendu au tournant, bénéficiaire d'un Kickstarter de près de quatre millions de dollars, repoussé plus de fois qu'on ne saurait s'en rappeler : voilà un CV bien lourd. De quoi faire grimper les attentes des joueurs impatients de retrouver les sensations de Megaman. Seulement voilà, à l'heure qu'il est, Mighty N°9 se fait dézinguer par le public et par la critique. Rien de mieux pour piquer notre curiosité, dans la mesure où nous n'attendions rien de très spécifique des aventures de Beck le petit robot.

Mighty n°9Le voilà donc, le nouveau jeu du créateur de Megaman. Intéressant. Bon, évacuons d'abord l'éléphant dans la pièce : il faut bien avouer que la filiation est difficile à renier. A n'en pas douter, Mighty N°9 est un Megaman qui ne porte pas son nom, et cela se traduit à quasiment tous les niveaux. Le gameplay action-plateformes qui reprend  trait pour trait celui de la série initiée sur NES, un robot humanoïde pour héros, la trame de fond à base d'androïdes hors de contrôle, l'équipe des neuf Mighty : tout sent le Megaman à plein nez. Ou presque.
 

BORN IN THE 90's


Mighty n°9Allez, commençons par ce qui saute aux yeux : le jeu a beau persévérer dans un gameplay 2D old-school, il n'en est pas moins réalisé en 3D, sur Unreal Engine. LA question est : quelle version du moteur les petits gars de Comcept ont-ils utilisée ? Parce que Mighty N°9 n'est pas bien beau et c'est un doux euphémisme. Malgré le peu d'éléments affichées à l'écran, tout semble dater de la fin des années 90 ; il ne manque vraiment que l'aliasing pour coller à l'ambiance. Ça va tout de même un peu loin dans le fan service, hein. Le problème, c'est que la direction artistique, qui sauve habituellement la mise dans ce genre de cas, enfonce un peu plus les clou. Des arrières-plans fadasses au design abscons de certains ennemis (une poubelle ? un transpalette ?!) en passant par des personnages secondaires vilains, rien ne se démarque vraiment, tout est déjà-vu et générique. Seuls certains des Mighty s'en tirent avec les honneurs. Bon, OK, admettons, visuellement, c'est vraiment pas le top. Mais manette en main, Mighty N°9 souffre également de problèmes bien trop importants pour être ignorés.

Mighty n°9Comme nous l'avons dit plus haut, Beck se manie à peu de choses près comme Megaman. Il dispose en plus d'une commande de dash qui permet d'absorber un ennemi que vous aurez affaibli au préalable, et d'obtenir ainsi un bonus temporaire (défense, vitesse ou puissance de tir). Plus vous absorbez l'adversaire rapidement après l'avoir touché, plus le taux d'absorption est élevé, ouvrant ainsi la voie à un système de combo qui a davantage été inclus pour une question d'esthétisme, de replay-value et de challenge artificiel que de structure de jeu. La vérité, c'est qu'on peut très bien faire sans. Et ce n'est d'ailleurs pas la seule feature "essentielle" de Mighty N°9 dont on peut aisément se passer. Ainsi, le titre reprend le système désormais bien connu qui consiste à attribuer au héros le pouvoir de chaque boss vaincu. Soit, c'est vieux comme le monde mais c'est du solide. Mais ici, sur les huit pouvoirs que vous allez récupérer, seuls un ou deux sont réellement utiles ou agréables à manier (certains confèrant à l'inverse un avantage complètement disproportionné) ! Avant le tout dernier niveau, rien ne vous incite réellement à varier les approches : ni la manipulation ultra-relou à effectuer pour switcher entre les pouvoirs, ni le level-design très inégal, ni les ennemis, qui peuvent être appréhendés de la même façon quelle que soit votre forme. D'ailleurs, nous avons traversé la majeure partie du jeu avec l'attirail classique de Beck sans même utiliser de transformation.

PICS DE DIFFICULTÉ

 
Mighty n°9On pourrait parler d'une promenade de santé donc, d'autant qu'on peut choisir le nombre de vies dont on dispose dès le début du jeu (jusqu'à neuf par Game Over) et que vous pouvez recevoir différents items bonus à chaque respawn (une option désactivable pour les plus acharnés). Mais la difficulté fait assez régulièrement le yoyo, entraînant ainsi des problèmes de rythme assez gênants. Les robots ennemis ne posent que très peu de problèmes durant l'essentiel du jeu. Les boss exigent quant à eux quelques rounds d'observation avant de pouvoir crier victoire. Et, de temps à autre, sans vraiment crier gare, le jeu nous balance des phases de plates-formes pointues où le moindre écart est synonyme de mort immédiate, et donc de crise de nerfs à répétition à cause d'une collision mal rendue à l'écran. Pas de quoi rallonger la durée de vie du solo toutefois, qui ne devrait pas excéder les cinq heures de jeu.

L'analyse des patterns, qui est un moment intéressant de l'affrontement, se retrouve plombée par un switch mal foutu entre les pouvoirs

Mighty n°9Que reste-t-il alors à sauver dans ce Mighty N°9 ? L'impression de saisir parfois quelques extraits de Megaman, dans les combats de boss notamment, où l'analyse des patterns, qui est un moment intéressant de l'affrontement, se retrouve plombée par un switch mal foutu entre les pouvoirs. Le système de dash aurait également mérité bien meilleur intégration, et les chalenges secondaires sont l'occasion de lui rendre justice. Enfin, on notera le doublage très complet, la possibilité de disposer des musiques (malheureusement peu marquantes) en version 8-bits.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
67% Osef


À découvrir également
Autres articles

Mighty n°9 : le jeu se tape de sales notes, mais son créateur s'en moque totalement Mighty n°9 sort dans quelques jours après une campagne Kickstarter qui aura été monstrueuse. Malheureusement, il semblerait que le jeu soit mauvais si l'on en croit les notes. Mais Keiji Inafune, le créateur, s'en moque. 5 | 22/06/2016, 12:29
Mighty N°9 : un trailer de lancement complètement déjanté Mighty N°9 sort aujourd'hui, et pour célébrer l'occasion, Deep Silver nous dévoile un trailer de lancement réalisé par Comcept qui est complètement déjanté. On y voit les différents modes sur une voix off qui fait penser à Postal. 21/06/2016, 11:02


Derniers commentaires
Par smartgeekclub le Vendredi 29 Juillet 2016, 23:37

likeSmall 2
C'est un bon jeu, mais clairement indigne de se faire appeler ... megaman .. du moins spirituellement parlant :D
d'ailleurs il existe une édition signature collector limitée à 10'000 pièces au monde, je vous laisse découvrir c'est pas mal


pour les photos C'est par ici


Répondre
-
voter voter

Par otaku38 le Mardi 28 Juin 2016, 7:47

likeSmall 177
sincèrement je m'attendais a un jeu plus mauvais et au resultat je m'éclate , je retrouve bien les bases de megaman, les graphismes même si le design c'est pas un truc de fou c'est quand même passable, idem pour les musiques .
Quand vous dites 3-5 heures de jeux c'est en ligne droite avec des vie infini parceque là j'ai bien depasser les 3h et je suis de finir le jeu .
pour 25 euros en version boite avec un poster un petit artbook en couleur et une bonne durée de vie avec de chose a débloquer moi je dis que c'est quand même pas si mal même si bien sur on pouvait avoir mieux mais pour se genre de jeux de la voir en version boite c'est un miracle


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 2 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Mighty n°9

Jeu : Action/P-F
Editeur : Deep Silver
Développeur : comcept
24 Juin 2016

24 Juin 2016

24 Juin 2016

24 Juin 2016

24 Juin 2016

24 Juin 2016

2016

2016

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.