JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PS4

Test The Last Guardian : 10 ans après, l'émotion est-elle restée intacte ?

Test The Last Guardian sur PS4 et PS4 Pro
La Note
note The Last Guardian 16 20
Encore une fois, Fumito Ueda nous propose une petite perle avec The Last Guardian. Le jeu offre un voyage inoubliable marquée par cette relation si attachante et si forte entre le héros et Trico. Malgré la simplicité du jeu, le comportement quasi humain de la bête et l’impression de faiblesse du héros renforcent ce sentiment d'être nous-même perdu dans ce gigantesque temple abandonné, où explorer tous les recoins des niveaux est le seul moyen de progresser dans l’aventure. The Last Guardian mise avant tout sur la capacité du joueur à se débrouiller pour laisser place à une épopée chargée en émotion. Bien sûr, le titre d'Ueda-san accuse un sérieux retard technique, mais la direction artistique et la bande originale du jeu permettent à The Last Guardian de faire oublier facilement ces dix ans de développement. Enfin, doté d’une durée de vie d’environ dix heures pour les plus rapides, il pourra même vous tenir occupé plus longtemps si vous mettez beaucoup de temps à comprendre comment fonctionne votre relation avec Trico, le principal argument de vente de la Team ICO.

Les plus
  • La direction artistique à couper le souffle
  • Un game design simpliste mais ultra efficace
  • Cette atmosphère poignante
  • La relation complexe mais attachante entre Trico et le héros
  • Une B.O. de qualité au service de la narration
  • Des contrôles simples mais exigeants
  • Le comportement ultra réaliste de Trico qui nécessite un apprivoisement en douceur
Les moins
  • Un retard technique qui se fait sentir
  • Quelques chutes de framerate sur PS4 classique
  • Une caméra parfois à la ramasse


Le Test
Dévoilé à l'E3 2009, The Last Guardian aura nécessité près de dix ans de développement avant de voir le jour. Prévu sur PS3 à l'origine, le titre débarque finalement sur PS4 alors que de nombreux joueurs commençaient à perdre espoir en Fumito Ueda et sa Team Ico. Mais le créateur de Shadow of the Colossus et d'ICO est sur le point de nous livrer une nouvelle fois sa vision unique du jeu vidéo, où le gameplay fait la part belle à une relation aussi étrange qu’attachante. Dans cette nouvelle oeuvre, Ueda-san explore la relation entre un jeune garçon et Trico, une créature chimérique à mi-chemin entre l’oiseau et le chien. Un voyage chargé en émotion où le joueur se laisse emporter par la dynamique du duo qui laisse apparaître toute la fragilité de notre héros et nous invite à la découverte d’un lieu totalement inconnu. Mais après une attente aussi longue, les joueurs auront-il droit à l’expérience unique promise depuis l'annonce de The Last Guardian ? C'est ce que nous allons voir tout de suite.

The Last GuardianAvec Shadow of the Colossus et ICO, Fumito Ueda s’est élevé au rang des grands messieurs du jeu vidéo en proposant une approche singulièrement différente des autres jeux du marché. Véritables invitations au voyage, ces oeuvres se sont imposées comme de véritables chefs-d’oeuvre vidéoludiques. Un pari qu'Ueda-san et ses équipes tentent une nouvelle fois de relever avec The Last Guardian, la plus grosse arlésienne de Sony Interactive Entertainment, après Final Fantasy XV bien sûr. Une attente insoutenable que beaucoup espèrent voir récompensée par une aventure qui les marquera pour le restant de leur vie de joueur. Bonne nouvelle, les premières secondes de The Last Guardian nous plongent directement dans le vif du sujet, et les notes qui parviennent à nos oreilles promettent une ambiance onirique du début à la fin. Le périple commence lorsque le jeune garçon se réveille dans une grotte et découvre pour la première fois Trico. Cette rencontre marque réellement le début de notre histoire et illustre, en quelques secondes, toute la complexité de la relation à venir entre les deux personnages. En effet, après vous être réveillé, vous découvrez la bête blessée et complètement apeurée par votre présence, tel un chien qui découvre pour la première fois une personne inconnue. La tension est palpable et l’impression de devoir apprivoiser la bête qui semble à l’agonie arrive rapidement. Comme pour tout animal, la meilleure solution est donc de trouver de la nourriture afin de gagner sa confiance. Une action anodine mais qui illustre parfaitement toute la suite de l’aventure où la complicité entre l’homme et l’animal sera le moteur principal de votre avancée. Une fois la bête nourrie, vous pouvez enfin la manipuler et grimper dessus pour lui retirer les quelques pieux plantés dans sa peau. Une fois cette opération terminée et la créature libérée, votre aventure commence réellement. Après être sorti de la grotte, vous découvrez les ruines d’un temple très ancien et qui semble totalement inhabité.

 

The Last Guardian. Le jeu offre un voyage inoubliable marquée par cette relation si attachante et si forte entre le héros et Trico.

 

The Last GuardianVoilà, en gros, le postulat de départ qui ne dévoile pour l’instant aucun indice sur la raison de votre présence dans le temple, ni même l’origine de Trico. Au même titre que notre héros, le joueur découvre lui aussi les environs sans le moindre indice, et il devient alors nécessaire de s’arrêter régulièrement pour scuter les décors et trouver un chemin qui nous permettra de continuer notre exploration. En effet, le jeu mise avant tout sur la découverte et s’affranchit d’un gameplay complexe pour s'offrir dans son plus simple appareil, en ne nous proposant que le contrôle du jeune garçon. Ne vous attendez donc pas à pouvoir effectuer mille et une actions, puisque le joueur pourra seulement sauter, s’agripper, ramasser des objets ou activer des mécanismes. Si pour certains jeux il est important de disposer de mécaniques profondes et subtiles, The Last Guardian fait le pari du minimalisme afin d’instaurer une certaine pression au joueur qui se retrouve aussi "fragile" que le jeune garçon. Mais en plus d’amplifier cette sensation de faiblesse, le système de jeu arrive à servir parfaitement le côté exploration du titre où chaque franchissement d’obstacle donne au joueur une sensation de joie tant certains passages peuvent s’avérer compliqués. The Last Guardian fait indéniablement partie de ces titres où il faut être patient, et les joueurs adeptes de scènes d'actions à outrance seront sans doute déboussolés lors de leur première partie. En effet, les contrôles du personnage invitent à se déplacer avec parcimonie afin d’éviter de sauter quelques centimètres à côté d’un rebord ou d’une corde. A première vue, les commandes semblent vraiment à la ramasse, mais pourtant, après quelques ratés et manettes fracassées contre le mur, on se rend vite compte que tout cela fait partie du plan de Fumito Ueda pour amplifier cette vulnérabilité. Chaque action doit être réfléchie et le joueur doit sans arrêt analyser la situation avant de prendre un risque qui pourrait lui être fatal. Heureusement, on peut aussi compter sur Trico et son agilité pour nous permettre d’atteindre des endroits en théorie accessibles. Dès lors, The Last Guardian prend une toute autre tournure, et cette fois, le joueur doit composer avec une créature vivante dont les actions ne dépendent pas de lui.

 

TRICO, LE MEILLEUR AMI DE L'HOMME

 

The Last GuardianGigantesque, la bête s’avère être une précieuse alliée capable de vous indiquer où aller lorsque vous êtes perdu. Mais à défaut de faire office de guide touristique, Trico est aussi un élément de décor amovible qui permet d’atteindre certaines zones en grimpant sur son dos. Bien sur, il s'agit d'un animal, et comme tout être sauvage, il vous faudra composer avec le comportement de la bête. Pour ce faire, on peut lui donner des ordres en appuyant sur R1+Croix, Carré, Rond et Triangle. Chaque touche permet d'ordonner à Trico de ne pas bouger, d'attaquer, ou encore de sauter. Comme avec votre personnage, le contrôle de la bête reste très approximatif puisqu’il s’agit ici d'apprivoiser un être vivant doté de sa propre volonté. Encore une fois, le joueur devra faire preuve de patience pour parvenir à ses fins, et il vous arrivera bien souvent de pester contre Trico, ce dernier ayant décidé de n'en faire qu'à sa tête. Mais là aussi, ce qui pourrait sembler être un défaut technique n’est en fait qu’un moyen d’insister sur l’importance de la relation entre le jeune garçon et la bête. Comme avec un chien, Trico est un être vivant qui requiert de la patience et du calme pour écouter. La relation entre nos deux protagonistes devient alors le moteur central de l’aventure et très vite, on se surprend à regarder derrière nous pour vérifier que notre compagnon nous suit. Une présence rassurante, surtout lorsque l’on se retrouve face à des armures possédées par une force étrange et qui semblent protéger le temple dans lequel nous sommes perdus. En effet, notre héros est incapable de se battre et seul Trico pourra venir à bout des ennemis qui se trouvent sur leur chemin. Très vite, notre dépendance envers la créature se fait ressentir, et on a presque envie de rester installé confortablement sur son dos. Pour autant, faire appel systématiquement à ses services ne sera pas toujours la solution.

 

The Last Guardian n’affiche pas une réalisation des plus impressionnantes. En fait, le jeu porte toujours les stigmates de son passage sur PS3, et on s’attendait vraiment à quelque chose de beaucoup plus beau sur le plan visuel.

 

The Last GuardianEn effet, Trico comptera sur nous quant il s'agira de se faufiler à travers des espaces trop étroits pour lui, ou quand il faudra le nourrir. En sus, bien qu'il soit capable de terrasser ses ennemis en un seul coup de griffe, des vitraux avec un oeil au centre agissent comme un véritable repoussoir pour la bête qui refuse d’avancer trop près d’eux. C’est donc à vous de vous débrouiller pour atteindre ces vitraux et les détruire afin de le rassurer et de lui donner envie de continuer à avancer. Certains passages donneront même des sueurs froides aux joueurs qui se laisseront totalement emporter par la relation si attachante des deux personnages, puisqu’il arrive que l'on doive délaisser Trico alors que ce dernier se retrouve incapable de bouger face à l’ennemi. Concernant les affrontements, bien que notre héros ne puisse pas attaquer, vous pourrez tout de même compter sur un petit bouclier pour projeter une lumière indiquant à Trico de tirer des boules d’énergie avec sa queue. Le joueur doit donc être tout aussi actif que son partenaire pour l’aider lorsque certains gardes se mettent à l'encercler. De plus, il ne faudra pas toujours compter sur Trico pour vous aider, puisque certains ennemis vous tomberont dessus alors que vous êtes seul. S’ils sont peu fréquents, ces moments s'avèrent bien tendus, on ne vous le cache pas. Heureusement, les gardes ne sont pas des bouchers non plus et cherchent juste à vous attraper ; vous pourrez toujours vous débattre via les boutons de la manette pour vous libérer de leur étreinte.

 

LE GARDIEN DU TEMPLE


The Last GuardianSur le papier, tous les éléments cités auparavant pourraient sembler basiques pour jeux beaucoup plus nerveux en termes d'action. Néanmoins, la vraie difficulté du titre réside dans votre capacité à vous débrouiller. The Last Guardian s'émancipe des tutos à rallonge pour simplement vous indiquer les quelques actions que votre personnage peut effectuer. La conception des niveaux pousse à explorer le monde qui nous entoure comme si lui même était totalement perdu. Certains seront sans doute hermétiques à cette approche, alors que d’autres se laisseront prendre au jeu. Et lorsque l’on accroche, il faut bien avouer qu’il est difficile de s’arrêter. La relation entre Trico et notre héros nous prend rapidement aux tripes et chaque séparation instaure un vide mais aussi une tension due à la faiblesse extrême de notre héros. En revanche, si notre progression nous permettra d’en apprendre plus sur les origines de la bête et la raison de notre rencontre, il ne faudra pas vous attendre à découvrir tous les mystères de la cité abandonnée ; et en tant que simple voyageur perdu, vous n’apprendrez rien de plus que ce votre personnage verra. Finalement, le lieu reste empli de mystère et la simple découverte de nouveaux environnements suffit à nous émerveiller et à nous donner envie d’arriver jusqu’au bout de l’histoire. The Last Guardian arrive à nous transporter tout au long de l’aventure grâce à sa poésie et son univers chargé en émotion tout en développant une relation toute particulière entre Trico et notre héros. Le seul petit regret pourrait venir de notre trop forte dépendance à la notre compagnon, le jeu demandant de temps en temps au joueur de lâcher sa manette pour laisser Trico agir de lui-même. Un défaut amplifié par le manque d’indices pour accéder à certains endroits, ce qui explique que l'on mise souvent sur la créature afin qu'elle trouve la solution. Hormis ces petits défauts, The Last Guardian parvient à nous proposer une histoire passionnante, où les images sont toujours plus fortes de que les mots.

 

Finalement, le plus gros défaut de The Last Guardian reste sa caméra qui s’avère très capricieuse.

 

The Last GuardianAprès avoir nécessité dix ans de développement, The Last Guardian n’affiche pas une réalisation des plus impressionnantes. En fait, le jeu porte toujours les stigmates de son passage sur PS3, et on s’attendait vraiment à quelque chose de beaucoup plus beau sur le plan visuel. Car du côté de la direction artistique, Fumito Ueda et la Team ICO livrent ici un récital dont ils ont le secret. Les décors font mouche à chaque fois et la sensation de grandeur du temple nous fait vite oublier ces lacunes techniques. Le jeu ne lorgne clairement pas du côté du photoréalisme, mais il réussit pourtant à nous transposer dans son univers en un instant grâce à des visuels magnifiques, mais aussi grâce une bande son à couper le souffle. Elle colle parfaitement à notre aventure et fait preuve d'un équilibre exemplaire ; ni trop, ni trop peu. Si The Last Guardian souffre de quelques chutes de framerate sur PS4 classique, il tourne sans aucun souci sur PS4 Pro avec même de nombreux effets de particules en plus qui participent à la féérie du spectacle. Finalement, le plus gros défaut de The Last Guardian reste sa caméra qui s’avère très capricieuse. C’est d’autant plus frustrant qu'excepté cette tendance qu'elle a à se loger contre mur pour mieux fausser les contrôles, elle offre des panoramas splendides ainsi que des plans qui invitent à la poésie.

 



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
63% Excité


À découvrir également
Autres articles

The Last Guardian : Sony décide de baisser le prix de vente, une bonne et une mauvaise nouvelle à la fois C'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle : Sony Interactive Entertainment a subrepticement baissé le prix de vente de The Last Guardian. Preuve que le jeu ne se vend pas malgré son statut de chef d'oeuvre. 19 | 03/02/2017, 15:29
PS Store : The Last Guardian, Uncharted Collection et Star Wars Battlefront parmi les grosses promotions PS4 de janvier Sony a ajouté trente-deux jeux PS4 à ses soldes du mois de janvier sur le PlayStation Store. Parmi eux, de très gros titres comme Star Wars Battlefront, Uncharted : The Nathan Drake Collection ou encore The Last Guardian. 3 | 07/01/2017, 15:04


Derniers commentaires
Par otaku38 le Lundi 26 Décembre 2016, 8:52

likeSmall 89
veritable chef d'œuvre , un jeu hors norme que seul les japonais on le savoir faire
techniquement impressionnant bien meilleur que certain jeu aux textures photorealistes
et oui techniquement il est très haut , un monstre de 30m avec des animations de dingue , des plumes qui bouges et je passe sur les décors ... au design féérique on est bien loin des jeux AAA
Une merveille un pur bijoux un jeu anti kevin !


Répondre
-
voter voter

Par Ken_Block le Samedi 17 Décembre 2016, 14:46

likeSmall
Juste: Merci Ueda/Sony.
Un chef d’œuvre on en reparlera dans 10 ans.


Répondre
-
voter voter

Par mastergamer le Vendredi 9 Décembre 2016, 23:50
j ai finis le jeu honnêtement il merite cette note, un jeu n a pas besoin d un gameplay exceptionnel pour etre pas mal, voir genial la preuve avec outlast que j ai trouvé genial malgres des graphismes pas terrible. pour ma part je n est pas rencontrer de gros probleme de framerate ,je n est pas eut de gros probleme avec trico et je trouve l aliasing est largement suportable, pour se qui est des graphismes il sont dans la moyenne des productions du moment ,maintenant se qui est vrai s est la communication autour du jeu trop peut etre et le temps d attente ,trop aussi l effet de surprise n y est plus

Répondre
-
voter voter

Par Phantom le Jeudi 8 Décembre 2016, 18:00
Par JayMorrison.
Honteux?
A la base The last guardian un jeu PS3
Quoi plus normale qu'un jeu soit bâclé quand ils arrivent pas à suive le cycle des consoles
Résultat ils repoussent la date de sortie pour essayer mettre le jeu à jour.
Qu'est ce qu'il y à de plus honteux un studio qui vous balance des jeux bâclés ou vos sales mentalités.

Pour le gameplay
Il y à le vidéo test de Maxime.

_Sans rire je comprends pas les commentaires enjoués. Hé alors
Moi ce que comprend pas qu’est ce qui justifie l'achat
De ces consoles instable soit disant plus puissante dont le seul but est de satisfaire des clowns.
D'une manette élite quand le gameplay des jeux sont simplifier (TPS, FPS, etc).


Répondre
-
voter voter
1

Par pbja le Jeudi 8 Décembre 2016, 11:09
Devriel a écrit:
Darkmetal35 a écrit:Encore la remise en cause des tests...De nos jours c'est pas les perles Indès qui manquent et certains ont rien à envier aux jeux de Fumito Ueda. D'ailleurs une bonne partie maîtrise beaucoup mieux le mix DA/technique du jeu. A ce titre The last guardian mérite effectivement de perdre pas mal de points comparé à d'autres. On va pas oublier l'aspect technique du jeu ou les problèmes de caméra parce que c'est Mr Fumito Ueda...
On est toujours plus indulgent avec les créateurs japonais j'ai l'impression, non ?

On peut faire pareil avec du ubi ea acti etc... donc non !


Répondre
-
voter voter

Par Devriel le Mercredi 7 Décembre 2016, 22:59

likeSmall 32
Darkmetal35 a écrit:Encore la remise en cause des tests...De nos jours c'est pas les perles Indès qui manquent et certains ont rien à envier aux jeux de Fumito Ueda. D'ailleurs une bonne partie maîtrise beaucoup mieux le mix DA/technique du jeu. A ce titre The last guardian mérite effectivement de perdre pas mal de points comparé à d'autres. On va pas oublier l'aspect technique du jeu ou les problèmes de caméra parce que c'est Mr Fumito Ueda...



On est toujours plus indulgent avec les créateurs japonais j'ai l'impression, non ?


Répondre
-
voter voter

Par Repenty le Mercredi 7 Décembre 2016, 14:58

likeSmall 137
16 ce n'est pas une si mauvaise note. d'autant que les défauts de camera peuvent être corrigé et que le problèmes de framerate n'ont pas été relevés chez tout le monde... L’expérience en vaut surement le coup.

Répondre
-
voter voter

Par Flamengoose le Mardi 6 Décembre 2016, 15:51
Trico ou tricard ?
Je vois pas le rapport de l'un avec l'autre? Une contrepèterie peut être?


Répondre
-
voter voter

Par JayMorrison le Mardi 6 Décembre 2016, 11:48
Sans rire je comprends pas les commentaires enjoués. Vous avez lu le test (et memes les autres tests)?

Y a de gros soucis, de gameplay, de caméra, de graphismes, de framerate, de surchauffe console. Les graphismes sont a mi chemin entre une PS3 et une PS4.
Je veux bien que le jeu "en lui meme" soit une tuerie comme Ico ou SOTC, mais m*rde quoi on est en 2017 bientot, c'est limite honteux de sortir un jeu avec des défauts pareils, et plus ça va avec le temps, plus les gens sont heureux d'acheter des jeux baclés!


Répondre
-
voter voter

Par Zbebizun le Mardi 6 Décembre 2016, 9:09
Bof bof votre test, on ne sera pas l'émotion qui se dégage du jeu
Mérite 18 pour moi


Répondre
-
voter voter
1

>> Voir les 24 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







The Last Guardian

Jeu : Action/Aventure
Editeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : Sony Computer Entertainment
7 Déc 2016

Zone Membres

Vos Notes :
16/20
Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.