JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : PC - X360 - PS3 - Xbox One - PS4

Test PES 2016 : le plaisir de jouer, comme au bon vieux temps

Test PES 2016 sur PS4 Hit JeuxActu
La Note
17 20
En alliant le réalisme de ses transmissions dans la construction du jeu, déjà présent l'année passée, à une gestion des contacts stable et logique, et à des animations cohérentes et bien fichues, PES 2016 redonne enfin aux joueurs ce qu'ils attendaient tous : le plaisir de jouer. La simulation de Konami conserve son identité tout en jouant enfin épaule contre épaule avec FIFA en termes de sensations de jeu. PES 2016 s'adresse toutefois aux amoureux du beau jeu, de la construction minutieuse, des actions léchées et de la rigueur tactique. Il se veut clairement moins accessible que FIFA, mais pose néanmoins une marge de progression immense, tant en attaque qu'en défense, frustrée uniquement par des gardiens moyens et des frappes trop peu variées. Si les développeurs de Konami pouvaient comprendre que ce qui fait PES, c'est ça, et non pas un attachement viscéral à une ergonomie old-school, on serait pas loin du kiff total.

Les plus
  • Visuellement, ça tient la route
  • Les visages des joueurs
  • Construction du jeu toujours aussi délicieuse
  • Une gestion des contacts pertinentes et pas envahissante
  • L'inertie bien réglée et les animations qui fluidifient le jeu
  • Les appels dans tous les sens
  • Profond tactiquement
  • Le système de défense exigeant et très tactique
  • Grosse marge d'apprentissage
  • Une IA intéressante à affronter
  • L'importation des vrais maillots et logos!
Les moins
  • Les gardiens qui ne servent à rien de près et qui s'oublient parfois dans les sorties
  • Les frappes bimbadaboum trop identiques
  • Le menu Plan de jeu archaïque
  • Manque de renouveau dans les modes de jeu (mais la priorité n'était peut-être pas là)
  • Faux noms en sélection, pas de Bundesliga
  • Les commentaires français tout pourris


Le Test
Je ne sais pas exactement où est ce "diable vauvert" dont j'ai déjà entendu parler plein de fois, mais c'est sûrement l'endroit où s'était enterré PES à partir de 2010. Un lieu tellement lointain, tellement inaccessible, qu'il est quasiment impossible d'en revenir. La légende raconte que FIFA, l'éternel concurrent, a déjà réussi à s'en échapper et à faire son come-back dans le monde des vivants. Plusieurs longues années après, suite à de laborieuses remises en question et un travail d'arrache-pied, la série de Konami réédite enfin cet exploit : oui, Pro Evolution Soccer est finalement revenu du diable vauvert.

Pro Evolution Soccer 2016On est en 2015 et j'ai pris du plaisir à jouer à PES. Cette phrase tellement fofolle, je ne m'attendais pas franchement à la prononcer il y a quelques années. Les cuvées 2011, 2012 et 2013 ont été autant de tentatives tarabiscotées et bancales de revenir dans le game, sans jamais y parvenir. Et pourtant à chaque fois, Konami progressait légèrement, captait un peu plus ce qui faisait le succès de FIFA tout en conservant son identité. Jusqu'à ces éditions 2015 et 2016, clairement apparentées (PES 2014 étant le chaînon manquant), et enfin assez abouties pour remonter sur le ring tel un Stallone rafraîchi par le bistouri.

 

SYMPA, A DEFAUT D'ETRE JOLI


Pro Evolution Soccer 2016Et puisqu'on en est à parler fond de teint et botox, évoquons d'abord l'aspect visuel de ce PES 2016, toujours imparfait, mais à nouveau en progrès par rapport à son prédécesseur. Il y a encore une poignée de choses qui donnent un côté 1998 au jeu : la police utilisée un peu partout, certains menus old-school (dont le menu d'organisation de l'équipe, qui est un peu obscur et mal fichu). Mais la page d'accueil tient la route, tout comme l'interface refondue de la Ligue des Masters. Il y a encore un peu de boulot sur l'ergonomie générale, mais globalement on s'y retrouve. Sur le terrain, le FOX Engine a arrêté de balbutier : plus de ralentissements, fucking alléluïa ! C'est fluide comme tout jeu de foot devrait l'être sur PS4. Encore peut-être un petit cran en-dessous de FIFA à cause du côté pâte à modeler du FOX Engine et d'un aliasing un peu visible, PES 2016 cartonne néanmoins sur la réalisation des visages. Il offre également un terrain qui évolue agréablement au fil du match, sans forcément tourner au champ de patates ultra-visuel de FIFA ; et les stades, finalement peu nombreux et toujours parents pauvres des jeux de foot, donnent toujours une impression de foule plus convaincante que chez la concurrence.

LE PLAISIR DE MANIER LE CUIR


Pro Evolution Soccer 2016Cependant, c'est clairement du côté des animations qu'on trouve le progrès majeur de ce nouveau PES 2016, le véritable moteur du titre. Inertie finement réglée sans être trop contraignante ni trop laxiste, mouvements enfin en accords avec la vitesse, la position, les appuis du joueur : ce nouvel opus est agréable à prendre à main, les joueurs sont agréables à manipuler et ça n'avait pas été le cas depuis très longtemps dans la série. En parallèle, on nous offre enfin une gestion des collisions digne de ce nom, sur chaque contact, et non pas répartie au pifomètre sur l'ensemble du jeu. Les milieux défensifs imposent leur physique dans les duels en mettant le pied devant, les attaquants pivots mettent culs et bras en arrière pour protéger le ballon façon Shaquille O'Neal, même en pleine course, histoire de soigner la finition et de ne pas se laisser gêner par le retour d'un défenseur. Même chose pour les duels aériens, que j'avais déjà appréciés l'an passé, mais qui vous laissent maintenant manœuvrer plus largement pour vous placer à la tombée du ballon. Avec cette évolution, Konami a corrigé l'un des plus gros défauts dont pâtissait sa série ces dernières années.

POSER LE JEU


Pro Evolution Soccer 2016Pour autant, la simulation japonaise n'a pas lâché ce qui faisait sa qualité, à savoir le plaisir ressenti à la construction des actions, la précision des transmissions, le réalisme des trajectoires des passes au sol. PES 2016 fait même mieux que son prédécesseur en corrigeant notamment cette impression de flottement sur les transversales et autres balles aériennes, et en imprimant au ballon une trajectoire digne de ce nom même à plusieurs mètres du sol. Comme d'habitude, un jeu de foot s'apprécie à l'aune de sa façon de jouer. Personnellement, mon jeu de passes courtes et de redoublement avec Arsenal ne fait que mettre en valeur ce qui a été voulu par les développeurs. Les combinaisons sont même d'autant plus vives et incisives qu'elles bénéficient des appels de joueurs autres que les attaquants de pointe. Je vais prendre mon exemple personnel encore une fois : j'ai choisi de laisser mon côté droit volontairement découvert pour permettre à Mesut Özil, bien meilleur meneur de jeu axial, d'aller s'exprimer dans sa zone de préférence et ainsi profiter des appels incessants du supersonique Hector Bellerin, latéral droit de son état. Et ceci est valable pour tout les postes, dans la mesure de ce que vous choisirez de régler dans les paramètres. Hauteur du bloc, ligne de hors-jeu, comportement avec et sans ballon, choix du pressing : l'interface tactique a beau être brouillonne et moche, vous avez le choix de votre démarche. Et PES 2016 de vous laisser entrevoir la marge de progression énorme qui vous attend face à la maîtrise d'un système de jeu vraiment différent de la concurrence, nettement plus élitiste.

Il arrive régulièrement qu'on doive tourner plus d'une minute dans sa moitié de terrain pour finalement ouvrir une brèche. Un plaisir.

Pro Evolution Soccer 2016Le système de défense est la preuve la plus évidente de cet état de fait. Que ce soit face à un joueur humain ou face à l'intelligence artificielle, il a vraiment fallu s'adapter, penser différemment d'un joueur EA pour tirer quelque chose de ses phases de non-possession. Il est d'ailleurs à souligner que l'IA de PES 2016 est vraiment de très bonne facture. Même si on pestera parfois contre une petite poignée de joueurs cheatés (comme dans tous les jeux d'ailleurs), elle s'évertue davantage à profiter des espaces que vous laissez plutôt qu'à conserver le ballon inutilement comme ça peut être le cas dans FIFA, jusqu'à la nausée d'ailleurs. Le pressing, qu'on pourrait qualifier de gegenpressing tellement il est intense, se fait terriblement sentir et il arrive régulièrement qu'on doive tourner plus d'une minute dans sa moitié de terrain pour finalement ouvrir une brèche. Un plaisir. Face à cela, PES 2016 vous laisse entièrement responsable du placement de vos défenseurs, sans assistance. Et bien souvent, monter à l'abordage avec un de vos joueurs donne juste le loisir à l'adversaire de vous effacer. Il vous faudra placer vos pions, couper les lignes de passe, isoler le porteur du ballon, éventuellement ajuster un marquage individuel sur les éléments-clés, pour au final charger quand il n'a plus de solution.

LA LOURDE


Cependant, il reste quel
Pro Evolution Soccer 2016ques petits points de gameplay qui ne font pas vraiment briller le jeu. Rien de dramatique, mais peut-être ce qui fera la différence avec le top du top en matière de simulation. C'est le cas des gardiens qui, s'ils remplissent largement leur office dans la plupart des cas, ont toujours quelques petits soucis dans leurs sorties et sortent parfois des parades un peu chelou alors qu'ils auraient tout simplement pu s'emparer du cuir. D'autre part, il ne fait pas compter sur eux pour sauver une frappe de près ou une situation de 1 contre 1. Le fait est qu'ils courent au devant de l'attaquant sans s'arrêter pour boucher un angle : ils sont donc quasiment inutiles dans ces cas-là, et les parades salvatrices sont aussi rares qu'une passe vers l'avant de Jérémy Toulalan. Heureusement pour eux, les trajectoires des frappes sont bien souvent d'une limpidité surréaliste. Coup de pied, puissante, à un petit mètre de hauteur : voilà la frappe typique de PES 2016. Et hormis les frappes enroulées, difficile de tenter autre chose... Même les joueurs avec une force de frappe moyenne se retrouvent à envoyer des pruneaux à mi-distance. Dommage quand on sait que PES était précurseur en termes de variétés de frappes.

MANQUE DE PRISE DE RISQUE ?


Pro Evolution Soccer 2016Côté contenu, le bilan est déjà plus mitigé. Les commentaires français font toujours peine à entendre, même si l'ambiance sonore s'est améliorée (on vous conseille de passer en anglais ou simplement de laisser l'atmosphère du stade). Les modes de jeu ne se sont pas renouvelés depuis quelques années déjà et la refonte de la Ligue des Masters n'est pas si folle que l'éditeur ne le laissait entendre, malgré une tentative de modernisation notable. Le choix des équipes est toujours estropié par la toute puissance marketing de FIFA, et on ne peut que déplorer l'absence d'un championnat en ascension comme la Bundesliga, ou le fait que de nombreuses sélections affichent des faux noms pour leurs joueurs. Konami tente malgré tout de compenser en alignant les équipes sud-américaines par exemple, ou certains clubs d'Europe de l'Est jouant l'Europa League. Mais on doit avouer qu'on aurait préférer pouvoir jouer Dortmund... Cependant, la petite (grosse?) éclaircie nous vient de l'éditeur du jeu, qui fonctionnera désormais comme sur PC : en téléchargeant un simple fichier image, vous pourrez ajouter les vrais logos et les vrais maillots des équipes du jeu. D'ici quelques semaines, vous devriez pouvoir patcher tranquillement votre jeu avec une simple clé USB donc. Toujours bon à prendre. Enfin, on aimerait pouvoir vous parler de l'évolution du myClub ainsi que des modes en ligne, mais les serveurs n'étaient malheureusement pas en état de fonctionnement au moment de notre test...



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
78% Excité


À découvrir également
Autres articles

PES 2016 : le DLC UEFA Euro 2016 disponible en boîte, la preuve en vidéo C'est par le biais d'un communiqué officiel que Konami annonce que le DLC UEFA Euro 2016, dont les possesseurs de PES 2016 profitent depuis plusieurs jours maintenant, est dès à présent disponible en boîte. 1 | 22/04/2016, 11:07
PES 2016 fait revenir le supersonique Babangida ! Comme une petite boutade envers son passé, PES 2016 accueillera très bientôt Tijani Babangida au sein de ses joueurs légendaires. Il avait marqué la fin des années 90 par ses sprint complètement mal calibrés. 14/04/2016, 16:13


Derniers commentaires
Par NovapolisJade le Vendredi 12 Février 2016, 16:54
Plaisir manette en main superbe ! fifa c est trop trop lourd complique . Il manque a pes les dribbles free atyle

Répondre
-
voter voter

Par kitano76 le Mardi 8 Décembre 2015, 20:42
J'ai essayé les deux et vraiment, le gameplay de Fifa est juste horrible! Tout sauf intuitif! Il n'y a que ceux qui aiment le foot sans rien connaitre aux jeux vidéos pour dire que c'est un hit. Devoir se servir de R2 pour sprinter ou de L2 pour faire une talonnade nous plonge dans le ridicule absolu, bien loin du gameplay intuitif de tous les jeux Konami.
Je conçois qu'un fan de foot s'en contente, mais un joueur sérieux j'en doute. C'est beau certes, il y a toutes les licences et le FUT c'est pas mal mais le gameplay c'est juste pas possible. Les dribbles et l'inertie au secours! Je préférerais toujours le pire des PES au meilleur des FIFA. Quand ils ont commencé, les mecs avaient trouvé le moyen de **** le curseur dans les pieds des joueurs!


Répondre
-
voter voter

Par marko le Mercredi 7 Octobre 2015, 14:30

likeSmall 5
Une tuerie cette année. j'en ai d'ailleurs écris un petit billet sur mon blog perso

Répondre
-
voter voter

Par Eric4x4 le Vendredi 25 Septembre 2015, 21:48
Cette année, PES sera devant FIFA pour les ventes...en tous cas pour moi c'est sûr ! ;-)

Répondre
-
voter voter

Par bref-unpixel le Lundi 21 Septembre 2015, 21:51

likeSmall 21
tien et la version Steam , on en parle ?

Répondre
-
voter voter

Par blazu le Lundi 21 Septembre 2015, 21:06
Pas de gardien, pas d'arbitrage, c'est pourri

Répondre
-
voter voter

Par guida44 le Lundi 21 Septembre 2015, 10:48

likeSmall 1
extra j'adore

Répondre
-
voter voter

Par Fc-Barcalona le Samedi 19 Septembre 2015, 1:17
Trop bien !!!

Répondre
-
voter voter

Par sosolegeek le Vendredi 18 Septembre 2015, 20:17

likeSmall
Franchement les années d'avant je n'hésitais pas du tout...je choisissais fifa direct.Mais ce jeu me donne envie de changer parce qu'il est nouveau (sur fifa c'est tous le temps la même chose) je parie même que fifa est moins bien cette année.

Répondre
-
voter voter

Par resident9 le Mercredi 16 Septembre 2015, 17:09

likeSmall 30
moi ce que j'adore dans celui la c'est les tacles quel kiffe et quel partie de rigolade des fois tellement c'est violent
je sens que en ligne sur celui la il y en a qui vont se faire plaisir la dessus lol


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 15 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Pro Evolution Soccer 2016

Jeu : Sport
Editeur : Konami
Développeur : Konami
18 Sept 2015

18 Sept 2015

18 Sept 2015

18 Sept 2015

18 Sept 2015

Zone Membres

Vos Notes :
14/20
Notez ce jeu

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.