JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : PC - X360

Test Mass Effect 2

Mass Effect 2 possède deux défauts. Le premier réside dans l’abandon brutal des mécanismes typiques du RPG au profit d’un gameplay mêlant action trop basique et aventure trop linéaire. Le second tient à sa position centrale dans la trilogie, place absolument intenable puisqu’elle ne permet que d’explorer des pistes secondaires et n’autorise pas de développement majeur dans l’intrigue. BioWare a bien tenté d’éviter cet écueil en réinitialisant son héros, qui débute l’aventure à l’état de cadavre et passe une dizaine d’heures à s’entourer d’un nouveau groupe de joyeux aventuriers, mais la formation de cette dream team tue totalement la quête principale, expédiée en quatre missions une fois vos compagnons embauchés et satisfaits. Largement pointés du doigt dans ce test, ces défauts de construction ne retirent rien à la qualité intrinsèque de Mass Effect 2. Que les choses soient bien claires : la production de BioWare est l’un des titres les plus immersifs et les mieux finis du catalogue Xbox 360. Extrêmement bien réalisé, superbement mis en scène, offrant des pages et des pages et des pages (et des pages) de dialogues bien joués et bien écrits, le jeu canadien est une superbe démonstration de maîtrise technique et, paradoxalement, narrative. Il s’affirme également comme le meilleur jeu paru, tous supports confondus, depuis le début d’un riche mois de janvier, et la trentaine d’heures passées en sa compagnie vous marqueront un certain temps. On regrettera toutefois longtemps que cette chouette expédition ait le cul coincé entre plein de grosses chaises : aventure, action, rôle, Mass Effect et Mass Effect III.


La Note
17 20 note Mass Effect 2
Les plus
  • Mise en scène bluffante
  • Réalisation impériale
  • Univers cohérent
  • Dialogues en pagaille et qualité d'écriture
  • Shepard, plus charismatique que jamais
  • Certains nouveaux PNJ
  • Références et influences
  • Chaque action a eu et aura des conséquences
  • Nouveau système de collecte des minerais
  • Quelques armes explosives !
  • Nouveaux pouvoirs sympas
  • Quelques lieux mythiques !
Les moins
  • Temps de chargement excessifs
  • Villes peu nombreuses et trop petites
  • Pas assez de planètes à explorer
  • Quête principale traitée à la va vite
  • Système de romance toujours insatisfaisant
  • Aspect rôlesque totalement négligé
  • Quelques musiques sans intérêt
  • Attention, ça discute BEAUCOUP


Le Test

Trois mois après Dragon Age : Origins, BioWare revient. Spécialiste du jeu de rôle à l’américaine, le studio de Vancouver démontre avec ce Mass Effect 2 sa capacité à mener simultanément plusieurs développements d’envergure. La nouvelle aventure de John Shepard n’a en effet rien de la suite bricolée entre deux portes afin de capitaliser sur le succès d’une très belle licence. Gameplay largement revu, réalisation impressionnante, batterie de nouveaux héros, les Canadiens n’ont pas lésiné sur les moyens pour faire de cet épisode un nouvel incontournable du RPG sur Xbox 360 et PC. Sauf que Mass Effect 2 n’est plus vraiment un jeu de rôle…


Triste condition que celle du cadet d’une fratrie de trois. Coincé entre l’aîné, dont le parcours servira de référence, et le benjamin, choyé et dont les errances seront toujours pardonnées, le puiné a toujours fort à faire pour se distinguer. Du côté de la création artistique, la problématique diffère forcément, mais les seconds volets des trilogies souffrent bien souvent de leur place centrale. Alors que l’œuvre initiale a la partie facile, posant les bases d’une intrigue-fleuve, sa suite a la lourde tâche de mettre en valeur la cohérence de l’univers préalablement déployé, puis de dérouler une histoire qu’elle n’a nullement le droit de conclure. L’exercice est délicat, et nombreux sont les tomes/épisodes/parties portant le numéro 2 à être considérés comme le maillon faible de leur saga d’origine. Il était à craindre que Mass Effect 2 souffre des maux inhérents aux mi-temps trilogiques, ouvre des portes sans en fermer aucune, soulève mille questions sans pouvoir y apporter de réponses. Et par bien des aspects, effectivement, le nouveau jeu de rôle de BioWare est un numéro 2 typique. L’effet de surprise est passé, contexte et héros sont désormais (plus ou moins) bien installés, et ce nouvel épisode a, immanquablement, un petit goût d’inachevé, en cela que l’aventure du commandant Shepard et de ses compagnons est loin d’être terminée lorsque défile le générique de fin.

Le retour du mort vivant

Le grand héros ne commence pourtant pas son aventure de la plus conventionnelle des manières. Vagabondant aux commandes du Normandy, son fidèle destrier de l’espace, le beau John se retrouve sur la trajectoire d’un vaisseau inconnu et hostile, qui pulvérise son aéronef au laser géant. Héros un jour, héros toujours, Shepard sauve (presque) tout son équipage et se sacrifie pour assurer la survie de l’un des membres les plus émérites de sa petite troupe. Le décès du sauveur temporaire de l’univers n’arrange évidemment pas les affaires du monde libre, et notamment pas celles de personnalités dont la puissance n’a d’égale que la parfaite compréhension des dangers qui menacent encore le cosmos. Dirigé par l’un de ces hommes de pouvoir, le groupuscule pro-humain Cerberus, contre lequel Shepard avait eu l’occasion de mener quelques expéditions punitives, décide de mobiliser ses très gros moyens pour ressusciter notre messie. Deux ans de travaux colossaux plus tard, le commandant s’éveille frais, dispo et prêt à reprendre la direction d’un Normandy tout neuf, plus vaste et plus accueillant. La situation géopolitique a naturellement bien évolué au cours de ces longs mois de retraite forcée. L’Alliance humaine, autrefois largement dédaignée, occupe désormais un rôle central dans les affaires galactique. Elle s’est surtout assurée le soutien indéfectible du nouveau Conseil, qui remplace celui que Shepard a refusé de sauver à la fin de l’épisode précédent. Evidemment, si vous avez bouclé le premier volet, vous pourrez importer vos sauvegardes, ce qui modifiera peut-être ce postulat de départ ainsi que tout un tas de petites choses. Aviez-vous défendu le Conseil ? Qui aviez-vous sacrifié sur Virmire ?  Wrex est-il mort ? Quel  ambassadeur aviez-vous choisi ? Aviez-vous parlé à la journaliste ? Vos actes passés auront des conséquences directes dans cette nouvelle aventure, pour le meilleur ou pour le pire. 

Une quête, onze héros

D’un pur point de vue scénaristique, les interconnexions, références en pagaille et l’évolution de la trame principale ne satisfont pas entièrement. Comme évoquer plus haut, Mass Effect 2 paie le prix de sa position intermédiaire, entre un épisode introductif qui nous dévoilait la nature de la menace universelle, et une future conclusion qui verra très certainement Shepard trouver une solution, radicale ou non, au problème. BioWare tente d’éviter le problème en répétant certaines situations. Ainsi, alors que la question de la formation du groupe qui entoure le héros aurait dû être réglée il y a deux ans, le joueur est de nouveau invité à recruter une série de personnages secondaires aux compétences diverses. Bien plus nombreux que précédemment, ces brutaux assistants se font parfois désirer, et la complétion de votre super commando vous occupera une grosse dizaine d’heures, là où la quête principale – l’élimination d’une menace immédiate mais mineure – est expédiée en quelques missions. Bien qu’efficaces, vos collaborateurs n’en sont pas sociaux pour autant. Alors que les PNJ entretenaient autrefois quelques relations (ah, ces conversations dans les ascenseurs !), chacun reste ici dans son coin sans se soucier du voisin, à croire que seule l’opinion, seule la conversation, seule l’attention de Shepard leur importe. Un parti pris un peu curieux alors que l’environnement est autrement plus détaillé et vivant qu’auparavant. Si les villes restent trop petites (carton rouge à la nouvelle Citadelle, réduite à quelques ruelles), et trop peu nombreuses, elles sont peuplées de passants loquaces et d’écrans vidéos bavards, ainsi que de détails et de bidules qui contribuent grandement à votre immersion dans cet univers futuriste merveilleusement cohérent. Superbement écrit, admirablement dirigé, Mass Effect 2 est une brillante démonstration des talents de mise en scène des développeurs de BioWare. Avec leurs  milliers de ligne de dialogues, leurs centaines de rencontres, de révélations, d’interventions inopinées, les 2 DVD gavés jusqu’à la gueule témoignent d’un labeur furieux et carrément payant. Que l’on évolue dans l’Afterlife, club décadent de la base minière d’Omega, ou dans une base Geth, impossible de ne pas être impressionné par la richesse, par le degré de finition de cette suite, qui brasse ses influences avec une rare habileté. Alien, Star Wars, Blade Runner, 2001 : L’Odyssée de l’espace, le studio-phare de Vancouver connait ses classiques et parvient à en tirer le meilleur au cours d’une seule et même aventure.

Le mauvais rôle

L’aventure tendance linéaire, c’est justement ce vers quoi tend Mass Effect 2. Alors que le premier volet s’inscrivait dans la grande tradition des jeux de rôle 3D des Canadiens, ce nouvel épisode tient bien davantage du jeu d’action-aventure moderne que du concurrent direct de l’autre produit maison, Dragon Age : Origins. Tous les aspects rôlesques du titre ont été gommés et l’accent a clairement été mis sur l’action, le jeu alternant entre les phases de parlotte vous permettant d’en apprendre un peu plus sur le contexte socio-politico-culturo-sentimentalo-etc de la galaxie à la veille du XXIIIème siècle, et des séquences de gunfight en groupe et en vue à la troisième personne. L’inventaire a disparu, et avec lui la collecte méthodiques d’armes exotiques dans tous les systèmes solaires des environs. Les armes s’achètent désormais dans les boutiques ou peuvent être développées à bord du Normandy, par un spécialiste de votre équipe, si vous avez obtenu les plans adéquats et disposez des ressources nécessaires. Les pétoires peuvent être améliorées, là encore en trouvant des plans et en effectuant des recherches, mais une fois sur le champ de bataille, vous ne disposez que des outils que vous avez préalablement sélectionnés et ne récupèrerez sur vos victimes rien de plus que des chargeurs. Le système de points de compétence a lui aussi été considérablement simplifié, et vous ne pourrez répartir vos gains que dans une demi-douzaine de domaines, généralement des pouvoirs spéciaux à utiliser sur le terrain. Munitions spéciales, boule de feu, piratage à distance, drone, pouvoirs biotiques divers, chaque skill compte quatre niveaux de maîtrise, le dernier vous permettant de débloquer divers bonus (gain de puissance, zone d’impact plus large, etc.). Ces innovations vous permettent de vous concentrer sur des combats autrement plus nerveux qu’auparavant. Une tension qui doit beaucoup aux modifications opérées dans le level design, puisque les séquences de baston se déroulent dans des espaces généralement très confinés. Dommage que les ennemis ne débordent pas d’intelligence, pas plus d’ailleurs que les deux PNJ qui vous accompagnent dans vos pérégrinations et auxquels vous donnez des ordres basiques, mais ces phases, dont on regrettera la surreprésentation, restent amusantes et rythmées.

Au fait, c’est super bien !

Les puristes déploreront évidemment que Mass Effect 2 s’éloigne tant du terrain du rôle. Alors que le premier volet permettait de passer des heures à enquiller les quêtes annexes ne nécessitant l’emploi d’aucune arme, la plupart des missions qui vous seront confiées ici impliquent donc de plomber un ou plein de mercenaires/brigands/Geths/autres et de taper la discute pour la forme avec des gens superbement modélisés et très bien doublés. Un rééquilibrage un peu discutable, qui s’accompagne néanmoins d’innovations judicieuses, à commencer par l’implémentation d’un tout nouveau système de collecte des ressources, laborieux mais addictif et autrement moins pénible que les errances passées à bord du Mako. L’exploration spatiale a également bénéficié de quelques aménagements, et vous contrôlez désormais directement le Normandy (en vue de dessus, ne rêvez pas trop) lors des passages d’un système solaire à l’autre. La liste des zones à visiter s’est également enrichie, mais les planètes réellement accessibles sont bien trop rares. Cessons ici les récriminations. Sans doute trop linéaire, assurément conçu autour d’une étape mineure de la lutte de Shepard contre les Moissonneurs, définitivement trop orienté action – et action basique qui plus est – Mass Effect 2 est tout de même un sacré bon titre, monstrueusement réalisé. Effets en pagaille, impressionnant degré de finition, réalisme des expressions, variétés des races et des environnements, l’équipe graphique de BioWare a sorti le très, très grand jeu et a optimisé son bébé comme jamais. Les temps de chargement sont encore trop longs et trop nombreux (particulièrement à bord du Normandy), mais il est bien naturel que la machine prenne un poil son temps pour afficher toutes ces jolies choses. Et si la chasse aux méchants du jour n’est guère palpitante, Shepard et quelques-uns de ses compagnons gagnent encore un peu plus en épaisseur, en charisme et en humanité dans cet épisode qui multiplie les dialogues finement écrits. Le système de conversation n’a rien de révolutionnaire, il est toujours possible de faire répéter trois fois la même chose à un PNJ, mais le sentiment de participer à un véritable film interactif ne lâche pas le joueur durant la grosse vingtaine d’heures qu’il lui faut pour boucler les principales séquences du titre. Ca pleure, ça rit, ça drague, ça négocie et ça s’engueule dans cette suite qui met brillamment en valeur la cohérence d’un univers bluffant. Mass Effect 2 ouvre également quelques perspectives à un troisième volet qui, espérons-le, trouvera le juste équilibre entre la richesse rôlesque pesante du premier volet et la nervosité un peu creuse de l’action de ce volet de transition.






par Florian Viel
le mardi 26 janvier 2010, 20:03


 Furieux Votez  Blasé Votez  Indifferent Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Indifferent


À découvrir également
Autres articles

Mass Effect 2 Genesis sur Xbox Live Le comic interactif Mass Effect 2 : Genesis est donc désormais disponible sur le Xbox Live Arcade. 4 | 18/05/2011, 10:48
Mass Effect 2 : nouveau DLC en vue ? L'apparition de trois nouveaux Trophées après une mise à jour de Mass Effect 2 a permis d'identifier ce qui devrait être le prochain DLC du jeu. 5 | 22/02/2011, 10:54


Derniers commentaires
Par zackff7 le Dimanche 10 Juillet 2011, 10:32

likeSmall
Moins bon que le premier !!

Répondre
-
voter voter

Par archnophobia1 le Lundi 21 Mars 2011, 4:55

likeSmall
un eenorme envie de le tester

Répondre
-
voter voter

Par albins le Vendredi 4 Février 2011, 9:49

likeSmall
Il a l'air bien

Répondre
-
voter voter

Par segomil le Lundi 30 Août 2010, 15:37
Linéaire au possible ...et surtout ce qui m' ennuie ce sont les cutscènes par centaine qui n' en finissent pas. 2 pour chaque mission a l' intro et a la fin ! ...agassant extremement agassant !

Répondre
-
voter voter

Par glandchef le Mardi 2 Mars 2010, 11:26

likeSmall
exelent jeu univers bien maitrisé par bioware rien n'est laissé au hasard pour moi le gros plus du jeu est qe l'ont a vraimnt l'impression que les choix du 1 change le 2 on se retrouve comme si les evenement avait changé l'univers tres bon dialogue meilleur que le 1

Répondre
-
voter voter

Par Revanss le Samedi 20 Février 2010, 4:01
Allez voir mon montage sur ce jeu ! ^^ : http://www.youtube.com/watch?v=_OC61ztHMsY

Répondre
-
voter voter

Par hellben le Samedi 6 Février 2010, 9:59

likeSmall
moi j'adore, le premier m'avait gaver.....le fait que celui ci soit plus orienté action me convient trés bien....en plus il n'y a plus moyen de se perdre et de tourner en rond pendant des heures sur la mauvaise planète à attendre ce qui n'arrivera jamais....
Un bon game simple et entrainant...même si je m'endors devant tous les soir .... 16/20


Répondre
-
voter voter

Par hell le Vendredi 5 Février 2010, 3:20
loloris1997 a écrit:moi jadore les fps donc sa ne me gène pas qu'il soit plus orienté action
même si moi je vois pas beaucoup de différence avec le premier (en fait si yen a beaucoup mais la je parle des séquences d'action).


ce n'est pas un fps


Répondre
-
voter voter

Par loloris1997 le Jeudi 4 Février 2010, 18:54

likeSmall
moi jadore les fps donc sa ne me gène pas qu'il soit plus orienté action
même si moi je vois pas beaucoup de différence avec le premier (en fait si yen a beaucoup mais la je parle des séquences d'action).


Répondre
-
voter voter

Par oufadu610 le Mardi 2 Février 2010, 12:07

likeSmall
Auparavant j'avais la 360 mais elle tombé en panne, si je l'avais toujours j'aurais pris Mass effect 2 sans hésiter, avec un scénario, une mise en scène remarquable ainsi qu'une action prononcée... Bref très bon jeux ^^

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 49 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Mass Effect 2

Jeu : Action/RPG
Editeur : Electronic Arts
28 Jan 2010

28 Jan 2010

21 Jan 2011

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Les vidéos
 
Mass Effect 2 - Vidéo de lancement
Mass Effect 2 - Trailer PS3 Mass Effect 2 - Trailer PS3
Mass Effect 2 - Interview EA Showcase Mass Effect 2 - Interview EA Showcase
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours