JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : PlayStation 2

Test Wild Arms 5

Test Wild Arms 5
La Note
15 20

Malgré un discours parfois simplet, Wild Arms 5 réussit grâce à son détachement, sa légèreté et son autodérision à ne pas sombrer dans la niaiserie typiquement nippone qui plombent habituellement ce type de productions. Sans être flamboyante techniquement, c’est plutôt le contraire même, l’aventure proposée parvient à nous scotcher par son ambiance légère, ses combats à la fois dynamiques et tactiques, son côté puzzle plus poussé que chez la concurrence et son système de progression modulable parfaitement calibré. En fait, on regrette surtout qu’il arrive aussi tard sur le marché, après le passage de nombre de blockbusters et en plein boom de la génération HD, ce qui le condamnerait presque en termes de distribution. Mais si au détour de quelques étals il vous arriverait de tomber dessus, n’hésitez pas une seule seconde. Voilà ce qui est certainement le meilleur épisode de la série.


Les plus
  • Une aventure entraînante
  • Système de progression très agréable et peu contraignant
  • Combats dynamiques et tactiques
  • Ambiance sonore solide
  • Très bonne durée de vie
Les moins
  • Complètement largué techniquement
  • Des libertés malvenues dans la traduction
  • Prend son temps avant de passer aux choses sérieuses
  • Fréquence des combats un peu élevée


Le Test

Pendant que certains croisent très fort les doigts en attendant le jour béni où Persona 3 FES et Persona 4 fouleront officiellement l'Europe, 505 Games épuise dans un quasi-anonymat ses dernières cartouches PlayStation 2. Avant certainement de nous fournir quelques surprises sorties d’on ne sait où, l’éditeur apporte sur le Vieux Continent le cinquième et dernier épisode de la saga RPG maison de Sony en date : Wild Arms. Attention, port du poncho et des santiags obligatoire.


Dans la petite bourgade perdue de Capo Bronco, la coutume veut que les jeunes gens ayant acquis leur ARM quitte le douillet confort familial pour se lancer à l'aventure. Dean, 16 ans, est l'exception à la règle. La tête pleine de rêves, de découvertes, et d'aventures, fasciné par une technologie oubliée, le gamin se nourrit que d’un unique désir : celui de devenir chasseur de Golems. Un aboutissement espéré qu’il a à peine le temps de confier à Rebecca, son amie d’enfance, que le hasard embrase subitement sa destinée. Tombé du ciel, un bras de Golem renferme une mystérieuse jeune femme. Amnésique, Avril – c’est son nom – n’a pour seul souvenir que les mots “Johnny Appleseed”. Sans sombrer dans le mélodrame, nos jeunes gens comprennent que l’homme qui se fait appeler ainsi tient un rôle clé dans la vie/les mésaventures qui ont touché l’introvertie donzelle. Avant même que le scénario n’ait le temps de prendre son envol, la première chose qui frappe dans ce Wild Arms 5 est le caractère discutable de son adaptation française. Digne héritière de la traduction made in AB Productions, elle aura autant de mérite à rendre accessible à tous la trame du jeu qu’elle en aura à, sans aucun doute, dénaturer la teneur des propos originaux. “Goldorak ! Go !”, “Avril ! Rebecca ! Force Rose ! Force Verte ! Euh… bon allons-y”, “On se croirait sur Arte”, ne sont que quelques exemples de répliques aussi maladroites que rétrogrades. Dommage, d’autant plus qu’à la vue des références employées (frigogidaire…), l’équipe de traduction fait certainement partie de cette génération flouée par le manque de rigueur apporté au travail de l’époque. Néanmoins, on reconnaîtra à cette narration un poil tronquée une réelle facilité à détendre l’atmosphère, rendant le récit prenant et agréable, pendant que la tension et le sérieux monte crescendo le long de cette longue aventure.

Into the Wild

Bizarrement, cette relative lenteur dans la mise en place du background, n’est pas si gênante que ça, et paradoxalement, l’expérience se veut même entraînante. Il faut dire que Wild Arms 5 sait composer avec quelques atouts ayant démontrés par le passé une certaine efficacité, allant jusqu’à être érigés en marque de fabrique de la série. Pour commencer, Filgaia renoue avec enfin avec cette ambiance western (délaissée le temps de Wild Arms 4) avec tout ce que cela implique en terme de charme et d’immersion. Parfaitement amenée, elle offre une folie et une soif de découverte propre à son époque et contribue notamment à laisser un bon moment la trame principale au second plan sans de trop de tracas. Mais plus que la bande son de très bonne facture (même si l’on regrette l’absence de Michiko Naruke au casting) et la vaste pampa, c’est encore une fois ce mélange assez équilibré de mécaniques empruntés aux jeux de plateforme et d’aventure qui parvient à nous captiver. Sans non plus solliciter trop de connections neuronales, les petits puzzles disséminés tout le long des donjons rappelle vaguement un Zelda (interrupteur à activer, bloc à pousser…), et accessoirement les RPG de la grande époque 16 bits, ce qui, d’une certaine manière, relance l’intérêt de ses phases qui ont clairement gagnées en monotonie dans les productions actuelles.

Pour ce qui est du système de jeu, et notamment de combat, Wild Arms 5 s’appuie sur le cœur du quatrième volet : le HEX Battle System. Toujours répartie sur sept hexagones, la surface de combat (dont la configuration varie en fonction des adversaires) peut être définie comme étant l’addition du même nombre de microcosmes sur lesquels se déplacent les combattants. Sans rentrer dans les détails qui concernent les Leys – les classiques influences élémentaires, en fait –, rappelons que chaque alvéole permet d’accueillir plusieurs membres d’un même parti, et que chaque action à laquelle elle sera soumise affectera l’ensemble des forces qui l’habitent. Pousser les ennemis à se réunir sur le même HEX pour cumuler les dégâts, où rassembler sa troupe pour un soin global ou une attaque en duo contribue à renforcer la dimension tactique apportée par ce mini damier. Par ailleurs, ambiance western oblige, les armes employées ici sollicitent la poudre à canon, ce qui nous oblige à composer avec les restrictions liées à leur barillet et au tour de recharge qu’elles imposent. Pas bête. Ces caractéristiques couplées à des animations de combat minimalistes, voire inexistantes qui dynamisent le tout, permettent au HEX Battle System s'imposer comme un excellent système de combat. En fait, les seuls regrets viennent de la fréquence abusive des rencontres (problème qui peut tout de même être réglé après avoir purifié le Soleil Noir de la zone traversée) et du manque difficulté du titre, problème qui plus est bien aidé par le la progression entièrement modulable mis en place. En effet, outre les classiques compétences glanées à l’aide des Mediums – une sorte d’artefact magique – lors des montées en niveaux, il possible de sacrifier quelques points de sa jauge de vie afin de s’équiper d’une capacité en voie d’acquisition. Bien entendu, il est possible d’annuler ces changement à tout moment. Dans le même ordre d’idée, il est possible de renforcer ses ARMs grâce aux Fossiles de Dragon, ce qui ne rend pas les changements de caractéristiques irréversibles pour autant. Vous l’aurez compris, à aucun moment Wild Arms 5 ne se montre lourd, fatiguant, voire exaspérant. Au contraire, cela fait bien longtemps qu’un titre ne nous a pas transportés aussi agréablement.






Hung Nguyen

le vendredi 6 juin 2008
8:23




 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

Wild Arms 5 Malgré un discours parfois simplet, Wild Arms 5 réussit grâce à son détachement, sa légèreté et son autodérision à ne pas sombrer dans la niaiserie typiquement nippone qui plombent 06/06/2008, 21:17
Wild Arms 5 : nouvelles images Désigné pour prendre en charge la distribution et l'édition de Wild Arms 5 en Europe, 505 Games nous offre une poignée de screenshots et d'artworks du jeu. 4 | 16/04/2008, 10:57

Wild Arms 5 10/04/2008, 00:44
Wild Arms 5 confirmé en Europe 8 | 31/08/2007, 11:29
Wild Arms 5 : nouveau trailer 2 | 02/11/2006, 18:11


Derniers commentaires
Par redmannumber03 le Jeudi 19 Juin 2008, 14:00

likeSmall
C'est con, j'aime bien wild arms mais j'ai plus envie de rejouer sur PS2... Vivement les rpg next gen :)

Répondre
-
voter voter

Par Fayt le Mercredi 11 Juin 2008, 1:31
505 Games, Koei, Ghostlight.

La Sainte Trinité 8)


Répondre
-
voter voter

Par torkam le Lundi 9 Juin 2008, 7:22

likeSmall
Sur l'image ( boitier ) on dirait un peu fire emblem non ?

Répondre
-
voter voter

Par padoue74 le Lundi 9 Juin 2008, 2:48

likeSmall
même si la rtaduction est pas parfaite, vaut mieux une traduction...

Répondre
-
voter voter

Par Snakenight le Dimanche 8 Juin 2008, 13:19

likeSmall
Pour moi c'est une bonne chose que le jeu soit traduit, car le précédent opus n'etait pas traduit.

Mais c'est un des derniers RPGs de la PS2, et en plus il est bien bon, ce jeu, j'adore l'ambiance western, qui donne un charme à la série.

Bon test.


Répondre
-
voter voter

Par zackff7 le Samedi 7 Juin 2008, 9:55

likeSmall 2
c clair qu'il a mis le temps mais si le testeur l'a fait en français c normal , le jeu est génial et hyper long :D

Répondre
-
voter voter

Par konorh le Vendredi 6 Juin 2008, 10:45

likeSmall
il en a mit du temps à arriver ce test :lol:

Répondre
-
voter voter

Par OogataSan le Vendredi 6 Juin 2008, 9:57

likeSmall
UN peu tardif ce test :P mais mieux vaut tard que jamais :wink: Blague à part c'est bien de voir que certains éditeurs se cassent le **** pour nous sortir des RPG et qui plus est en français. Merci 505 8)

Répondre
-
voter voter

Par shintomasu le Vendredi 6 Juin 2008, 8:42

likeSmall
Niveau traduction c'est vrai que c'est pas ça ... pour moi c'est même lamentable :?
Malgré tout ça reste un très très bon jeu :wink:


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 10 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Wild Arms 5

Jeu : RPG
Editeur : 505 Games
Développeur : Media Vision
17 Avr 2008

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.