JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test We Happy Few : malheureusement, y a pas que d'la joie...

Test We Happy Few : malheureusement, y a pas que d'la joie...
La Note
13 20

Avec We Happy few, Compulsion Games aura réussi à bien redresser la barre par rapport à son concept initial qui était de proposer un jeu de survie. En suivant les avis négatifs des premiers backers, le studio a transformé son titre pour en faire ce FPS narratif qui mélange aventure et RPG. Forcément bourrée de défauts - car converti en deux petites années - le jeu évite le désastre, sans toutefois réussir à nous faire vraiment vibrer. Le pire dans tout ceci, c’est que les éléments rajoutés lors de la dernière phase de développement sont probablement les meilleurs, si on excepte le level-design plus que moyen. L’histoire est superbe, et l’idée de proposer plusieurs destinées se croisant au sein de Wellington Wells est tout simplement géniale, surtout que le joueur doit modifier son style de jeu pour coller à chacun des trois personnages. Malheureusement, les éléments recyclés font tâche, à l’image du système de faim et de soif qui n’a plus aucun sens, ou de l’obligation faite au joueur de devoir multiplier les allers-retours tout en perdant des heures en restant caché. Les innombrables problèmes techniques inhérents à ce sauvetage de dernière minute se chargeront d’enterrer nos espoirs sur ce dernier jeu multiplateforme de Compulsion, le studio étant depuis passé sous le giron de Microsoft Game Studios.


Les plus
  • Narration de qualité
  • Trois histoires distinctes qui s'entrecroisent
  • Trois styles de jeu différent
  • Direction artistique séduisante
  • Bonne durée de vie
Les moins
  • Trop d'aller-retours
  • On passe des plombes planqué (et donc à jouer à autre chose à côté)
  • Très redondant à la longue
  • Crafting mal adapté
  • Inventaire compliqué à gérer
  • PNJ clonés
  • Technique aux fraises avec une large sélection de bugs


Le Test

Né d’un projet proposé sur Kickstarter en 2015, We Happy Few a connu un développement long et fastidieux entre les mains de Compulsion Games. Après un démarrage sur les chapeaux de roue et 177 000€ de récolté, le jeu est sorti en early access sur Steam en 2016. C’est à partir de là que les choses ont commencé à aller mal pour les développeurs. Présenté comme un jeu de survie dans un univers généré aléatoirement, le jeu s’est tout simplement fait descendre en flammes par les backers, ce qui a poussé le studio à revoir ses plans, et à modifier pendant deux longues années son jeu. Est-ce que cette transformation a porté ses fruits ? Et bien pas vraiment...


We Happy FewOn découvre donc la version finale de We Happy Few en août 2018, soit deux ans après le premier fiasco entre backers, et sans surprise, le concept a largement évolué. Exit la génération aléatoire des niveaux, et adieu également le jeu de survie, premier concept du jeu. Désormais, le titre se présente comme un FPS narratif mêlant des éléments RPG et aventure avec un zeste d’action. Sur le papier, la recette est excellente, surtout que l’environnement et la direction artistique sont toujours diablement séduisants. Le joueur va évoluer dans une Angleterre de la fin des années 40 qui se remet très difficilement de sa défaite face à l’Allemagne nazie. Pour éviter une occupation, et effrayés par les tanks allemands, les habitants de Wellington Wells, (une ville située sur une île et séparée du continent par un pont) ont été contraints à de nombreuses atrocités, dont l’abandon de toute la progéniture du pays aux mains des vainqueurs. Pour oublier ces horreurs, et afin de ne pas penser à la fin de leur île condamné de facto à mort (par absence de renouvellement de la population), habitants et autorités ont choisi de se voiler la face à l’aide d’un puissant antidépresseur appelé JOY (Joie). Pour que la société continue de tourner, tout négativisme est banni, et les gens en sont même réduits à porter d’inquiétants masques (très inspirés du Orange Mécanique de Stanley Kubrick) affichant un grand sourire. Entre la prise obligatoire de Joy à forte dose, et un code de conduite très strict (interdiction de courir, de sauter ou de se plaindre), la société s’enfonce donc collectivement dans une addiction profonde, et un asservissement aux autorités locales.

 

ÇA PLANE POUR MOI

 

We Happy FewDans ce maelström coloré, le joueur incarne initialement Arthur Hastings, un journaliste dont le rôle est principalement de censurer ou de valider les articles qui paraissent dans le quotidien local. Malheureusement, ce dernier tombe sur un article bidon qui raconte une histoire saugrenue sur ce qui serait arrivé à Percival Hastings, son propre frère. À ce moment, un flash apparaît à notre héros, et une image de sa séparation avec son frère lui revient à l’esprit. Dans ce furtif moment de lucidité, notre homme décide de jeter sa pilule de Joy, et de se mettre à la recherche de son frère. A travers moult péripétie, Arthur va donc devoir aller chercher ses souvenirs, et découvrir ce qu’il est arrivé à son frère. Au fur et à mesure de la progression dans l’histoire, les souvenirs reviendront via des visions de plus en plus fréquentes (des cinématiques en noir & blanc), et on pourra ainsi découvrir de nombreuses choses sur Arthur et sur Wellington Wells. SI on ne peut que saluer la narration, il n’en va pas de même du gameplay, ce dernier étant clairement récupéré directement de l’époque ou We Happy Few était un jeu de survie. Le premier détail qui cloche est dans les quêtes, ces dernières nous faisant très souvent faire d’innombrables allers-retours dans Wellington Wells. Malheureusement, si les couleurs sont enchanteresses au début, on arrive rapidement à saturation, surtout que le level design n’est pas vraiment inspiré. Les rues se ressemblent toutes, et les intérieurs des maisons sont réalisés à la photocopieuse. C’est également la même chose pour les PNJ qui peuplent les artères, et dont on a dénombré environ 8 variations en tout et pour tout.

 

L’obligation de se cacher est d’ailleurs un des gros points noirs du jeu, puisqu’on va passer un temps incalculable planqué dans des poubelles, des coffres de voitures, ou dans des fourrés, et ce, jusqu’à ce que les flics et autres badauds en colère nous lâchent la grappe.

 

We Happy FewD’ailleurs, les déplacements sont d’autant plus compliqués qu’il est interdit de courir ou de sauter en journée, sous peine de voir la vindicte populaire s’abattre sur nous. De nuit, les choses sont encore pires, car le couvre-feu est de rigueur, et toute personne s’aventurant dehors sera alors implacablement exécutée. Bien sûr, en y passant du temps, on pourra dénicher quelques points de fast travel qui emploient l’ancien réseau du métro, mais globalement, il faudra user les semelles de votre personnage. Ah oui ! On a oublié de vous dire. Les reliques du système de survie initial font que la plupart des armes s’usent, tandis que votre personnage aura des malus d’endurance s’il n’a pas assez dormi, mangé ou bu. Forcément, se restaurer avec des légumes pourris tordra les boyaux de notre héros, tandis que le réseau d’eau de la ville est rempli de Joy, afin d’être sûr que les concitoyens planent en permanence. Pour pouvoir s’hydrater en paix, il faudra en passer par le crafting et fabriquer un filtre. Il va d’ailleurs falloir passer un bon moment à récupérer toutes sortes de matériaux pour pouvoir fabriquer soi-même des armes, des potions et autres. Tout le matériel médical est pratiquement introuvable en jeu, alors qu’il est crucial pour vous soigner après chaque combat. Les affrontements sont forcément très fréquents dans le jeu, à moins de vouloir allonger encore les temps de transport en se dissimulant à chaque fois qu’un policier pointe son nez. L’obligation de se cacher est d’ailleurs un des gros points noirs du jeu, puisqu’on va passer un temps incalculable planqué dans des poubelles, des coffres de voitures, ou dans des fourrés, et ce, jusqu’à ce que les flics et autres badauds en colère nous lâchent la grappe. Si l’attente est longue, on pourra au moins rigoler un bon coup en faisant de grands coucous à nous poursuivants, puisque ces derniers  auront oublié notre existence dès que le temps imparti sera écoulé.

 

UN GROS BAD TRIP ?

 

We Happy FewD’ailleurs, le ridicule des parties de cache-cache atteint son paroxysme quand on se retrouve accroupi dans un carré de jonquilles, et cerné par une foule hostile qui nous rentre dedans sans même nous voir. Ce dysfonctionnement n’est que la partie émergée de l’iceberg. We Happy Few est en effet complètement à la ramasse au niveau technique. Malgré le moteur Unreal Engine 4, le titre est plutôt moche visuellement, et il est littéralement bardé de bugs. Bugs de collision innombrables (et parfois assez comiques), problèmes de trigger, pathfinding désastreux des IA (qu’on sème facilement en rase campagne), murs invisibles et petits cailloux qui empêchent le joueur de passer sans sauter, vous l’avez compris : on pourrait continuer cet inventaire à la Prévert pendant des lignes et des lignes. Cette technique à la ramasse est d’autant plus dommage que le jeu dispose d’arguments en sa faveur. La narration est de bonne facture, et après avoir terminé les aventures d’Arthus Higgins, on découvre qu’on peut jouer deux chapitres supplémentaires avec deux autres personnages qui ont eux aussi renoncé aux joies de la Joy. Au total, We Happy few permet environ 40h de jeu, bien qu’on n’ait pas forcément envie d’aller jusqu’au bout à cause des nombreux problèmes du jeu. Il faut préciser qu’en plus, un mode sandbox sera proposé, bien qu’on ignore la date à laquelle il sera disponible.

 



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux


À découvrir également
Autres articles

We Happy Few : le jeu s'offre un trailer de lancement joyeusement brutal We Happy Few a largement de quoi retenir l'attention, à commencer par son univers unique entièrement basé sur une drogue hallucinogène créée pour maintenir la population. Autant dire que tout ne se passe pas comme prévu... 09/08/2018, 17:57
We Happy Few : plus de 5 minutes de gameplay et une date de sortie définitive Initialement prévu pour avril 2018, We Happy Few a demandé plus de temps de développement que prévu aux employés de Compulsion Games, qui ont repoussé le jeu à cet été. Aujourd'hui on découvre la date de sortie définitive. 16/07/2018, 10:16


Derniers commentaires


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







We Happy Few

Jeu : FPS
Editeur : Gearbox Publishing
Développeur : Compulsion Games
10 Août 2018

10 Août 2018

10 Août 2018

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Les vidéos
 
We Happy Few : le trailer de la gamescom 2015 qui provoque des hallucinations
We Happy Few : trailer de gameplay de 15 minutes We Happy Few : 15 min de gameplay de ce BioShock-like
We Happy Few : premier trailer We Happy Few : le nouveau jeu des créateurs de Contrast présenté en vidéo
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.