JeuxActuJeuxActu.com



Test également disponible sur : PS4

Test Tales of Berseria : c'est l'histoire d'une meuf...

Test Tales of Berseria sur PS4
La Note
note Tales of Berseria 15 20
Tales of Berseria a hérité de certains problèmes de ses aînés, à commencer par ses lacunes techniques, ses phases d'exploration longuettes à travers des décors dénués de toute vie. En revanche, Bandai Namco produit à nouveau un système de combat appréciables qui fera des joutes le point névralgique de ce nouvel opus, tant elles offrent de marge de progression. Et si l'histoire, la structure du jeu ou le rythme n'offrent rien de vraiment renversant, on retiendra surtout la noirceur du personnage de Velvet, première héroïne de la série et surtout premier pas en avant depuis bien des années de la part du développeur japonais en termes d'écriture.

Les plus
  • Un système de combat encore une fois très réussi
  • Une histoire qui a le mérite de nous pousser en avant
  • Le personnage de Velvet, impitoyable
  • Fluide de bout en bout, à défaut d'être véritablement joli
Les moins
  • Toujours un peu à la ramasse techniquement
  • L'exploration, le vrai parent pauvre du jeu
  • Velu au premier abord tout de même...


Le Test
La série Tales of court après un glorieux et furtif passé depuis maintenant de longues années. Pour Bandai Namco, chaque nouvel épisode est celui de la reconquête, celui qui doit remettre sa série sur le devant de la scène du RPG. Tales of Xillia, Tales of Xillia 2 et Tales of Zestiria sont les derniers échecs en date. A chaque fois, le même schéma : un système de combat profond, qui n'arrive pas à compenser les lacunes d'écriture et le retard technique. Et pourtant, Bandai Namco n'arrête pas la machine et se remet sans cesse à l'ouvrage. Tout juste deux ans après les aventures de Sorey, voici celles de Velvet, la première héroïne de la saga.

Tales of BerseriaEt si nous avons mis les deux protagonistes en parallèle, ce n'est pas seulement parce que les jeux qui les mettent en scène se suivent : Tales of Berseria se déroule en effet dans le même monde que Tales of Zestiria, mais un millénaire plus tôt. On y suit donc Velvet, une jeune fille à l'épaisse tignasse, qui a perdu sa grande sœur lors de l'ouverture de la Brêche démoniaque, alors qu'elle et son jeune frère Laphicet n'étaient que des bambins. Depuis cet événement, ils vivent au côté de leur beau-frère et mentor, Artorius, tous trois reclus dans leur village alors que le fléau qui transforme les humains en démons continue de ronger le monde à l'extérieur. Une paix relative qui ne va durer que quelques années, jusqu'à ce que l'énigmatique Artorius révèle un tout autre visage et choisisse de sacrifier le jeune Laphicet pour s'octroyer le pouvoir de repousser le fléau. Déchirée par la douleur, Velvet va révéler sa nature partiellement démoniaque, à travers ce bras gauche monstrueux capable d'absorber les êtres magiques, et se retrouver emprisonnée pendant trois ans. Une période qu'elle va utiliser pour forger une volonté de vengeance à tout épreuve.

 

UN MAIN DE FER DANS UN GANT DE VELOURS

 

Tales of BerseriaSi Tales of Berseria peut être considéré comme légèrement meilleur que les Xillia ou que Zestiria, c'est donc d'abord grâce à son héroïne au charisme indéniable. Si sa plastique devrait encore faire grincer des dents, la jeune femme démon étonne par sa noirceur, par sa détermination à accomplir sa vengeance quoi qu'il en coûte. Endurcie par ses années de prison mais surtout dévorée par sa nature maléfique qui efface peu à peu ses sentiments humains, elle traverse l'aventure sans se soucier des dégâts qu'elle peut provoquer dans son sillage. Peu importe s'il lui faut commettre des meurtres, si elle doit utiliser des personnes comme de simples outils, si elle doit trahir la confiance d'autrui ou blesser les malheureux qui choisissent de la suivre, Velvet est aveuglée par sa soif de vengeance et il faut avouer que cela lui donne une épaisseur particulièrement appréciable. Surtout quand on connaît le manque de charisme des derniers héros de la saga (l'un d'entre eux était d'ailleurs tristement muet). Et il faut bien avouer que c'est elle qui tracte un casting à la typologie finalement assez classique pour un J-RPG. Tales of Berseria reprend d'ailleurs le système de saynètes façon manga animé pour faire interagir tout ce petit monde, en étoffant le scénario ou simplement en allégeant l'atmosphère plutôt pesante.

 

VITESSE DE CROISIÈRE


Tales of BerseriaCe nouvel épisode ne bouleversera pas non plus vos habitudes en terme de rythme ou de structure, puisqu'il se partage entre phases d'exploration, donjons et combats majeurs. Difficile de parler de quête principale ou de quêtes annexes d'ailleurs dans la mesure où Berseria demeure très dirigiste. Les à-côtés prendront davantage la forme d'activités supplémentaires, comme la chasse aux démons de Code Rouge, la cuisine, l'ouverture des coffres à minouz ou encore l'exploration du monde à travers la gestion de missions de reconnaissance. A chaque fois, il ne s'agit que de facilitateurs de la quête principale ou plus simplement de missions qui vous offriront des items cosmétiques. On est loin d'être face à un immense travail pour intégrer ces activités secondaires à l'intrigue, mais au moins elles ont le mérite de ne pas empiéter sur la quête principale de manière trop gênante, et elles pourront être évitées si elles vous paraissent désagréables. La quête principale quant à elle souffre à chaque fois qu'elle bascule dans des phases rébarbatives d'exploration, que ce soit en extérieur ou dans des labyrinthes excessivement tristes. Le seul intérêt réside alors dans la récolte d'objets pour le crafting ou pour acheter de l'équipement.

Encore une fois, la série se fait remarquer par la pauvreté générale de ses décors, qui manquent cruellement de vie et de détails

Tales of BerseriaComme ses aînés, Tales of Berseria accuse à nouveau un retard technique, qui tend à se réduire, mais qui demeure considérable. La faute à des versions développées à la fois sur PS3 et sur PS4 pour une question d'objectifs de ventes. Les modèles des personnages et les animations gagnent donc un peu de finesse dans ce nouvel opus. L'aliasing se fait nettement moins sentir qu'auparavant, les temps de chargement se sont effacés et le framerate a arrêté de toussoter. Mais c'est bien la moindre des choses qu'on peut espérer quand on voit le rendu général du jeu. Encore une fois, la série se fait remarquer par la pauvreté générale de ses décors, qui manquent cruellement de vie et de détails (d'autant qu'encore une fois, le clipping est là, bien présent, pour briser l'immersion) ; un constat encore plus flagrant dans les donjons qui, en plus d'être tristes, se montrent vraiment répétitifs visuellement. Si on ajoute à cela le design fort peu inspiré de certains ennemis, on finit par conclure que Berseria est encore une déception pour la rétine. Tout du moins pour un jeu de 2017 !

ÂMES SENSIBLES, S'ABSTENIR

 
Tales of BerseriaC'est là qu'encore une fois le savoir-faire de Bandai Namco en termes de systèmes de combat vient sauver la mise. Certes, comme d'habitude, il faut avaler énormément d'informations en seulement quelques heures au début de l'aventure. Et le résultat est difficilement lisible une fois l'affrontement enclenché. Mais il faut reconnaître que l'ensemble bénéficie d'une énorme profondeur et d'une sacrée marge de progression. L'éventuelle jauge de mana est ici remplacée par un système d’Âmes à dépenser et récupérer pendant le combat suivant ses actions. Exploiter les faiblesses d'un ennemi, l'étourdir, voire l'éliminer du champ de bataille pourra rallonger votre jauge d’Âmes et vous pourrez donc enchaîner davantage d'Artes, qui vident plus ou moins cette jauge en fonction de leur puissance. Attention cependant à ne pas se découvrir, car une fois la jauge vide, vous serez vulnérable. D'autre part, Velvet a la possibilité de se transformer en démon, utilisant alors sa vie et non plus son énergie pour lacérer ses ennemis. Elle remplit ainsi une jauge de puissance qui servira à un Arte Mystique en forme de coup suprême, ou à un switch entre les personnages afin de rallonger le combo en cours. Et tout ça n'est qu'une partie d'un système encore une fois très velu et dur à maîtriser, qui inclut la personnalisation des équipiers.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
100% Joyeux


À découvrir également
Autres articles

Tales of Berseria : découvrez le trailer de lancement du jeu A trois jours de sa sortie en France sur PC et PS4, Tales of Berseria s'offre un trailer de lancement que l'on vous invite à découvrir sans plus attendre. 24/01/2017, 09:02
Tales of Berseria : un trailer avec le doublage anglais, une démo en approche Bandai Namco Entertainment nous a gentiment fait parvenir un nouveau trailer de Tales of Berseria, histoire de montrer à quoi ressemblera le doublage anglais. 09/12/2016, 15:23


Derniers commentaires
Par BruhGuy le Samedi 15 Avril 2017, 21:38
je suis désolé mais tout est faux

Répondre
-
voter voter

Par StarNet le Samedi 15 Avril 2017, 21:37
c'est surement la pire critique de jeu que j'ai entendu de toute ma vie.
Vous avez devant un des meilleurs, voir LE meilleur Tales of jamais conçu, et c'est in grand fan de la la série qui a joué à tous les jeux qui vous le dit. L'histoire est marquant, troublante est mille fois mieux approfondi. Le gemeplay est trés riches, Il y a beaucoup de phases d'éxploration : NORMAL c'est un JRPG, c'est l'éssence même de ce type de jeux c'est même pour un avantage qu'il aye beaucoup d'éxplorations
Bref, ce test me prouve à quel point les testeurs ne s'y connaissent pas du tout et qui se croient connaisseur en jouant à Call of duty et d'autres idioties. Avant de poster un test, connaissez un minuimum votre sujet.


Répondre
-
voter voter

Par papakuma le Lundi 13 Février 2017, 19:39
les journalistes-testeurs ici même sont très grossiers et pas du tout objectifs, bref déplorable de lire de telles inepties !!

Répondre
-
voter voter

Par Ilchimis le Dimanche 12 Février 2017, 13:27
Ce genre de test me font rire . Quand tu joues à un JRPG comme les tales of les décors des cartes etc tu t'en fous' enfin pour ma part c'est vraiment le truc dont je n'ai jamais Rien eu à **** .
Apres le côté cellshading fait qu'on est pas sur des grosse claques graphiques et apres ? On a besoin d'avoir obligatoirement un jeu en 1080p 4K Hd de la morr qui tue pour apprécier un jeu à sa juste valeur ? Justement une héroïne femme, qui est vraisemblablement une bad Guy est un pari osé' qui changent des standard du genre et Ca mon dieu ça fait du bien .
Avis à toi fan de JRPG, ne tient pas compte de ce genre de test, et fais toi ta propre opinion d'un jeu en l'essayant .


Répondre
-
voter voter

Par sdf le Samedi 11 Février 2017, 23:49
C'est l'histoire d'une meuf ?
Sérieux c'est à ça que se résume votre avis sur ce jeu ?
Et c'est quoi un jeu velu d'abord ?
Ou alors c'est un tacle envers les femmes qui ne s'épilent pas ?
Je trouve cet article dégradant.


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 5 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Tales of Berseria

Jeu : RPG
Editeur : Bandai Namco Entertainment
27 Jan 2017

2017

27 Jan 2017

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Les vidéos
 
Tales of Berseria : une vidéo de gameplay qui revient sur le système de combat
Tales of Berseria : trailer de gameplay de l'E3 2016 Tales of Berseria : du gameplay et des morceaux d'anime en vidéo
Tales of Berseria : un nouveau trailer pour annoncer la date de sortie du jeu Tales of Berseria : un trailer et une première date de sortie
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.