JeuxActuJeuxActu.com



Test également disponible sur : PC - PS4

Test STRAFE : les FPS, c'était vraiment mieux avant ?

Test STRAFE : les FPS, c'était vraiment mieux avant ?
La Note
note STRAFE 14 20

STRAFE part sur une excellente promesse, celle de faire revivre aux joueurs nostalgiques l'époque dorée du FPS des années 90, du temps où fun et rythme étaient les maîtres-mots. S'il plaira sans problème aux vieux de la vieille avec gon gameplay nerveux, ses références aux autres Doom-like qui ont marqué l'histoire, mais aussi son humour, on est plus réservés en ce qui concerne les nouveaux joueurs. STRAFE souffre en effet d'une progression laborieuse et d'une exigence de skill assez forte. De quoi rappeler de bons souvenirs aux plus âgés, mais de quoi rapidement décourager les plus novices, plus habitués aux jeux pop-corn qu'on termine en deux ou trois jours. Reste que l'absence de son émis par les ennemis est une vraie tare, mais qui peut très facilement être corrigée par un patch. Vous savez ce qu'il vous reste à faire amis développeurs...


Les plus
  • Un vrai Fast-FPS à l'ancienne
  • Gameplay joussif
  • Le Tuto complètement déjanté
  • Génération aléatoire de niveaux qui marche
  • Gore à souhait
  • Pas cher (20€)
Les moins
  • Difficulté ardue
  • Ennemis qui n'émettent aucun son
  • Prix abusif des améliorations sur les bornes de recharge


Le Test

C'est un fait avéré depuis quelques années, le FPS tente de se retrouver via un retour à ses racines, ses origines d'antan. Parmi les exemples, on citera id Software, qui après avoir proposé un nouveau DOOM, s'attelle à un Quake Champions qui fleure bon les effluves de rocket jump issues de Quake III Arena. Même Activision s'y met car Sledghammer nous prépare un Call of Duty WWII qui revient aux racines de la série. Chez Pixel Titans, on a carrément décidé de revenir aux origines du genre avec STRAFE, un jeu qui nous promet de pouvoir enchaîner les frags comme en 1996. La promesse est simple : action non-stop et gros pixels façon Minecraft. La nostalgie fonctionne-t-elle vraiment ou doit-on avouer que la modernité a parfois du bon ?


STRAFETypique des productions éditées par Devolver Digital, STRAFE ne se prend vraiment pas au sérieux. On s'en rend compte immédiatement lors du tutoriel, où une demoiselle à la poitrine généreuse vient nous expliquer les dessous de l'univers de science-fiction dans lequel nous sommes plongés. Tournées en live-action mâtinées d'un filtre visuel crado, les séquences avec l'hôtesse transpirent les années 90, tout comme l'histoire du jeu qui baigne dans cette ambiance rétro. Le joueur incarne un scavenger (un récupérateur, un éboueur de l'espace quoi) qui va devoir se promener dans des stations spatiales abandonnées afin de récupérer ce qui peut avoir de la valeur. Malheureusement, en tant que novice, on doit se contenter des endroits les plus ghettos, ceux qui regorgent encore de matériaux, mais aussi d'ennemis. On va donc apprendre les bases du FPS (marcher, strafer, sauter), ainsi que l'art de la gestion des détritus récupérés. Ces piles de déchets vont pouvoir être recyclées dans des bornes disposées ça et là, et échangées contre des points d'armure, des munitions, et même des upgrades pour notre pétoire. En ce qui concerne la vie, rien de tel, seuls quelques distributeurs de nourriture en conserve permettront de récupérer quelques PV.

 

Le personnage dispose en effet d'une vitesse de déplacement très élevée, peut sauter, tirer et c'est à peu près tout. Pas de prise de tête avec des dégâts de chute ni aucune autre subtilité. Ici, il va falloir être rapide, et avoir les réflexes à la souris d'un adolescent suédois gavé à l'Adderall et à la cocaïne.


STRAFEAssez de théorie, place à la pratique. On commence directement dans un lobby très inspiré de Lunar Apocalypse dans Duke Nukem (ou de la salle des téléporteurs de Quake premier du nom) face à trois tubes de verre contenant des armes. C'est l'heure du choix le plus important : celui de votre arme principale. A gauche, le fusil à pompe : gros dégâts de près mais peu de munitions dans le chargeur. Au milieu, la mitraillette : classique du FPS, elle préfère être maniée en courtes rafales pour garder sa précision. A droite, le railgun : tue en un seul coup, mais tire lentement et dispose d'un tout petit chargeur. Question de goût et de style de jeu surtout. Mais le choix n'est pas anodin, cette arme devra vous accompagner lors de votre exploration qui peut s'étaler sur 12 niveaux. Dès qu'on commence, on retrouve un style graphique très inspiré de Minecraft avec ses gros pixels partout, sans que cela ne soit gênant. Et dès lors que le jeu se met en mouvement, les sensations d'antan remontent immédiatement. Le personnage dispose en effet d'une vitesse de déplacement très élevée, peut sauter, tirer et c'est à peu près tout. Pas de prise de tête avec des dégâts de chute ni aucune autre subtilité. Ici, il va falloir être rapide, et avoir les réflexes à la souris d'un adolescent suédois gavé à l'Adderall et à la cocaïne. Ce ne sont pas les ennemis individuels qui vont vous poser problème, ces derniers ayant souvent une vitesse de déplacement assez lente (comparé à nous), mais leur nombre qui est tout bonnement hallucinant.


NOSTALGIE DANS TA GUEULE !


STRAFEChaque niveau est un labyrinthe qu'il faut parcourir jusqu'à trouver la sortie du niveau, un petit récapitulatif venant féliciter nos efforts. On va ainsi – comme dans les vieux FPS – pouvoir apprécier nos performances, qu'il s'agisse de headshots, d'ennemis tués, de secrets trouvés, de litres de sang versés ou du temps passé sur le niveau. D'ailleurs, comme souvent dans les jeux Devolver, STRAFE ne rechigne pas à faire dans le gore. Chaque headshot verra le corps de l'ennemi faire quelques pas avant de s'effondrer, tandis qu'un geyser de sang gicle des carotides sectionnées. Cet hémoglobine vient alors couvrir le sol définitivement à la manière d'un Killing Floor. De manière générale, rien de disparaît dans STRAFE, vous pourrez donc savoir si vous êtes déjà passés à cet endroit au nombre de cadavres qui jonchent le sol, de murs repeints en rouge et de douilles de munitions par terre. Très pratique pour ne pas tourner en rond. Malheureusement, la difficulté principale de STRAFE va être de survivre assez longtemps pour progresser. Sur 12 niveaux, on n'a ainsi jamais réussi à passer le niveau 5, tant les ennemis font mal, et tant l'équipement est absent. Bien sûr, on pourra récupérer de temps en temps une arme sur un de nos prédécesseurs tombé au champ d'honneur, mais globalement, le manque de loot et le prix exorbitant du matériel sur les bornes de recyclage nous oblige à rester le plus souvent complètement démuni.

 

Malheureusement, la difficulté principale de STRAFE va être de survivre assez longtemps pour progresser. Sur 12 niveaux, on n'a ainsi jamais réussi à passer le niveau 5, tant les ennemis font mal, et tant l'équipement est absent.


STRAFEAutre écueil : si la plupart des ennemis ne font de dégâts qu'au corps-à-corps, ces derniers n'émettent aucun son. Pas de grognement, pas de bruit de pas, rien. Aucun moyen de savoir qu'un ennemi est derrière vous avant que ce dernier ne vous assène un coup, ce qui ampute 30% de votre armure instantanément. On va donc très souvent mourir, et très souvent recommencer. Pas question non plus d'apprendre pas cœur les niveaux, ceux-ci sont générés procéduralement, tout comme la faune qui les peuple, parfait pour éviter la répétitivité. Finalement, cette difficulté excessive fait qu'on finit le plus souvent par avancer à pas de loup, railgun en main afin de tuer les ennemis avant qu'ils se lancent après nous. Une tactique qui paye puisqu'on traverse les niveaux avec un minimum de vie perdue, mais qui plombe complètement l'intérêt du jeu. Comprenez-nous, on passe d'un fast-FPS à un Sniper Ghost Warrior 3. Dommage, surtout que le jeu est pétri de bonnes intentions et d'excellentes idées, comme ce fusil de chasse double canon noir qui transforme le jeu en SuperHOT. Un des meilleurs hommages qu'on ait vu dans le jeu vidéo.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

STRAFE : la dernière vidéo est à la fois vintage et complètement WTF Afin de nous rappeler que STRAFE est disponible sur PC et PS4 depuis quelques heures, Devolver nous propose de découvrir une dernière vidéo complètement vintage et surtout WTF. 10/05/2017, 09:36
STRAFE : le FPS 90's se dote d'une édition collector rétro avec une cassette audio Attendu pour le 9 mai sur PS4 et PC, Strafe ne compte pas faire les choses à moitié avec son édition collector. Au programme, les joueurs auront le droit à une arme exclusive mais aussi pleins de cadeaux qui respirent les 90s ! 1 | 29/04/2017, 15:46



Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







STRAFE

Jeu : FPS
Editeur : Devolver Digital
Développeur : Pixel Titans
9 Mai 2017

9 Mai 2017

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours