JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : X360 - PS3

Test Red Faction : Guerrilla

Test Red Faction : Guerrilla
Les Notes
14 20 note multi-utilisateurs Red Faction : Guerrilla 3 5

Que faut-il retenir finalement de ce troisième épisode de Red Faction ? Si le changement de genre a redonné de l’intérêt au titre, il se heurte indéniablement aux nombreux jeux qui proposent un gameplay ouvert. Heureusement, le savoir-faire des développeurs de Volition, notamment sur Saints Row, permet au titre d’offrir pléthore de missions, quêtes annexes et autres bonus à dénicher pour assurer une très bonne durée de vie. Si la prise en main se fait assez facilement, on regrettera une certaine raideur dans les commandes, heureusement vite oubliée par le fun que procure la destruction en masse de bâtiments générée par le GeoMod 2. Malgré sa réalisation globale timide et sans forte personnalité, Red Faction : Guerrilla reste néanmoins une agréable surprise qui occupera les amateurs tout cet été.


Les plus
  • Un condensé de fun
  • L'interactivité poussée avec les éléments du décor
  • Un moteur physique bien fichu
  • Pléthore de missions
Les moins
  • Gros manque d'identité graphique
  • Gameplay qui manque de souplesse
  • I.A. pas très fûtée
  • Scénario pas très intéressant
  • Multijoueur trop commun


Le Test

Inattendu, c’est assurément le qualificatif qui sied le mieux à ce Red Faction : Guerrilla après l’annonce de son développement en février 2008. Laissée pour morte depuis 2002, la série de Volition refait surface et change complètement d’apparence pour devenir un Third Person Shooter ouvert, bien bourrin et au final plus prenant qu’il en a l’air.


Considéré comme l’un des tous premiers FPS notoire d’une PlayStation 2 en manque de FPS, Red Faction a su marquer l’année 2001 grâce à l’utilisation du moteur GeoMod qui offrait au jeu une interactivité poussée avec les décors. Tout ou presque était destructible, ce qui permettait au titre d’offrir des chemins de traverse inopinés et de permettre aux joueurs de devenir des level-designers en herbe. C’est sur cette base, et bien-sûr grâce à succès du premier soft, que THQ a remis le couvert l’année suivante. Hélas pour Red Faction II, l’univers des FPS a évolué, alors que cette suite n’a pas su se renouveler. Tomber dans l’oubli assez rapidement, l’annonce d’un troisième opus pour cette série avait de quoi surprendre. Il aura fallu sept ans à Volition pour reprendre le marteau après s’être focalisé sur les deux épisodes de Saints Row. Ces longues années ont finalement été nécessaires aux développeurs américains qui ont complètement repensé la série. Oubliez le First Person Shooter, Red Faction : Guerrilla s’apparente désormais à un jeu d’action intégrant un univers ouvert comme on en voit par paquet de douze dans les linéaires des magasins. Alors, comment se démarquer de la masse ? Tout simplement en ré-exploitant le moteur GeoMod et en l’upgradant en version 2.0.

 

Les Révoltés de Mars

 

Mais avant de vous en donner à cœur-joie en saccageant tout sur votre passage, arrêtons-nous quelques secondes sur le scénario de ce nouveau Red Faction. Quelques secondes, pas plus, car très franchement la trame de cet opus n’est guère aguichante. Comme d’habitude, il est question ici d’une bande de révoltés qui a décidé de renverser l’ordre établi et de se faire justice elle-même. Mais au lieu de mener cette révolution sur Terre, c’est sur Mars que les rebelles vont s’exprimer. N’empêche, on les comprend quand même un petit peu. Embauchés en temps que simples mineurs, ils se font littéralement exploités par la Earth Defense Force, plus communément appelée EDF. Sous ces termes on ne peut plus familiers, se cache une armée qui n’a pas froid aux yeux. Entre torture et exécution, tous les moyens sont bons pour étouffer dans l’œuf le moindre mouvement de foule. Mais c’est sans compter sur le courage d’Alec Mason qui, pour venger la mort de son frérot et sauver les siens, va grossir les rangs des rebelles et mener la Red Faction à ses fins. Mais avant de reprendre les droits sur Mars, il faudra procéder par étapes en récupérant un à un les secteurs de la Planète Rouge. Il va sans dire que chaque zone est bien protégée par l’EDF. C’est en réalisant tout un tas de missions, de sabotage ou de libération que vous parviendrez à conquérir un secteur. En plus d’affaiblir l’organisation militaire, vous obtiendrez l’appui des civils qui n’hésiteront pas à prendre les armes. Plus le moral du peuple est au beau fixe, plus les aides seront nombreuses. C’est donc en finalisant un maximum d’actions de la guérilla que vos chances de réussite augmenteront.

 

On sent tout de suite l’influence de Saints Row dans le développement, puisqu’on est libre de vous balader où bon nous semble sur Mars, à pied ou en véhicules, mais également par la diversité des actions."

 

Ces actions se traduisent dans le jeu par une multitude de missions à accomplir. Bien évidemment, il y a celles liées intimement au scénario, et puis les autres. Et de ce point de vue-là, Red Faction : Guerrilla en regorge. On sent tout de suite l’influence de Saints Row dans le développement, puisqu’on est libre de vous balader où bon nous semble sur Mars, à pied ou en véhicules, mais également par la diversité des actions. Vous serez amené à dérober un véhicule de l’EDF, aider un raid de la guérilla, défendre un poste de la Red Faction contre une attaque de l’Earth Defense Force, libérer des otages, intercepter un messager, détruire une infrastructure en un minimum de temps ou encore pilonner certains bâtiments à l’aide d’un véhicule. Force est de constater que les missions de Red Faction : Guerrilla ne font pas dans la finesse, mais c’est là aussi votre gagne-pain. En fonction des bâtiments ennemis et des éléments de propagande détruits, ou des missions terminées, vous gagnerez du métal. Cette source de revenu vous permet d’acheter de nouvelles armes et du matériel inédit qui se débloqueront au fil de votre progression. Fusils-mitrailleurs, pistolets, sniper, charges explosives, lance-roquettes, mines de proximité, arc électriques ou encore amélioration de santé et munitions supplémentaires, tout se monnaie sur Mars. Attention cependant, à ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre car chaque attaque augmente le niveau d’alerte de l’EDF. Et comme dans GTA, il faudra se faire tout petit pour que la situation retourne à la normale, autrement c’est la cavalerie qui débarquera. Attention également à ne pas perdre de vue les colons qui vous épauleront. Plus ils sont nombreux, plus il vous sera facile de dénicher des caisses à munitions pour faire vos provisions. Mais si par mégarde ou par excès de folie, vous les flinguez, leur envie de collaboration diminuera. Pire, ils pourraient s’en prendre à vous. Le crime ne reste pas impuni, même sur Mars.

 

Ça passe et ça casse !

 

Cela dit, cette aide humaine n’est pas franchement une aubaine et les dommages collatéraux sont légions. Vos coéquipiers ont en effet toujours le chic pour se placer dans votre champ de tir ou devant votre pare-choc lorsque vous mettez les gaz à bord d’un véhicule. On n’est jamais mieux servi que par soi-même et cet adage fonctionne encore une fois ici. Et pour y parvenir, Red Faction : Guerrilla n’est pas avare en options. Outre les fusils et les blasters bien pratiques pour éliminer le menu fretin, on retrouve la fameuse masse du minier, bien utile dans tous les cas de figure. Tuer silencieusement un sbire de la milice ou défoncer un mur pour se frayer un chemin dans une enceinte, rien ne l’arrête. Elle s’avère même efficace pour effondrer un building entier, en éclatant une paroi ou un pilier un peu trop résistant. Mais un vrai maestro de la destruction n’aura d’yeux que pour les engins explosifs. Associé à un container de gaz, un lance-roquettes par exemple peut faire des miracles. Les plus malicieux utiliseront les charges à distance ou de proximité pour raser un bâtiment et tous ses occupants. Mais le must revient indéniablement à l’utilisation des engins motorisés. Lancé en pleine vitesse, vous traverserez un building de part en part, fragilisant en même temps toute sa structure. Chaque véhicule possède ses propres caractéristiques de vitesse, de poids ou de résistance au choc. Si un buggy explosera en même temps qu’un bidon d’essence, il faudra en revanche beaucoup plus de temps pour embrasser un camion de démolition. Imaginez un peu le carnage réalisable à l’aide des bipodes aux bras articulés.

 

Masse effect

 

Tout ça ne serait pas jouissif sans le fameux mode GeoMod 2. Volition s’est attaché à créer un univers destructible au possible, doublé d’une physique crédible. En fonction de l’endroit où vous frappez, de la puissance du choc ou de l’angle de collision, les dégâts seront complètement différents. Pour preuve que les développeurs ont bien fait leur boulot, un bâtiment s’effondrera de lui-même en fonction de la répartition du poids des ruines restantes. Vous ne serez pas obligé à chaque fois de détruire intégralement sa base pour admirer un tas de débris fumants. Le résultat est saisissant de réalisme, cependant il n’est pas non plus exempt de défauts. Peut-être qu’à trop vouloir en faire, on a cette vague impression que le moindre mur, aussi épais soit-il, n’est finalement pas plus résistant que du papier crépon. Ou au contraire, on ne comprendra pas pourquoi notre véhicule n’arrivera pas à détruire telle paroi alors qu’il nous a fait des merveilles sur un immeuble similaire. Un bug dans la matrice martienne peut-être ? Et forcément, à avoir des dizaines et des dizaines de débris jonchant le sol, le personnage d’Alec Mason se heurte à des bugs de collision. Le tout prend alors des allures très brouillonnes desservies par un gameplay un peu raide suffit de voir le héros sauter ou déambuler arme en joue pour s’en rendre compte. Le summum de l’agacement revient sans nul doute à la possibilité de se mettre à couvert derrière un mur ou un objet. Associée au même bouton que le sprint, si la pression est trop importante, la manœuvre est ratée et Alec part dans une folle cavalcade. Lorsqu’on réussit, c’est l’élément du décor qui est inadapté même lorsqu’il est intact. La conduite des véhicules est, pour sa part, plutôt intuitive même s’il lui arrive quelques fois de caler sur le moteur physique avec des chocs et des rebonds incongrus. Entre explosions, voltiges et débris à profusion, le graphic-engine de Red Faction : Guerrilla ne bronche pas et c’est tout de même agréable. C’est peut-être dans cette optique que Volition n’a pas fait le forcing sur les décors. On se retrouve souvent avec des étendues et des montagnes arides en lieu et place de ligne d’horizon un peu à l’image des planètes à visiter dans Mass Effect. D’un autre côté, il s’agit de Mars, il ne faut pas s’attendre à voir débarquer au coin d’une route une forêt luxuriante ou une large étendue d’eau. Cependant, pour tout ce qui est des effets de lumières, de flammes ou d’explosions, les développeurs s’en sortent plutôt bien avec notamment de jolies nuances lorsque le soleil se lève sur la Planète Rouge. Une timidité graphique qui va de paire avec une ambiance sonore sans charisme malgré quelques bons thèmes et un doublage français des plus classiques.

 

Quitte ou double

Red Faction : Guerrilla ne serait pas complet sans la présence d’un mode multijoueur. Si celui du tout premier opus offrait des grands moments de plaisir, notamment grâce à la possibilité de rajouter des bots à l’époque où le jeu en ligne sur consoles était au point mort, était-il nécessaire d’en fabriquer un spécialement pour ce troisième volet ? La réponse est délicate. Le mode Equipe de Démolition tiendra en haleine les joueurs dépourvus de connexion online. Cette option permet à 4 pèlerins de s’affronter à tour de rôle sur plusieurs maps, dans le but de faire un maximum de dégâts en modifiant les paramètres de jeu ou les objectifs. Sympathique et défoulant. Quant aux joueurs possédant une connexion Internet, ils pourront en découdre à travers des modes de jeu des plus classiques (Deathmatch, Team Deathmatch, Capture the Flag, Territoires). Seuls "Contrôle des Dégâts" et "Démolition" retiendra notre attention. Le premier consiste à étruire les bâtiments de l’équipe adverse tout en surveillant et en reconstruisant ses propres biens. Le second est une alternative au mode VIP. Ici, vous devez protéger les ingénieurs en démolition des assauts ennemis pendant qu’ils détruisent un maximum de bâtisses. Très franchement, il n’y a rien de spectaculaire dans tout ça et ce n’est pas l’ajout de bonus disséminés dans chaque map qui relèvera l’intérêt. Bref, le multijoueur de Red Faction : Guerrilla ne restera pas dans les annales, compte-tenu de jeux onlines existants. Au final, on peut dire que le titre de THQ aurait pu se contenter de sa campagne solo qui requiert entre 15 et 20 heures de jeu pour être torchée.







 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

Red Faction Guerilla : la fin du support Games For Windows Live Nordic Games vient d'annoncer que Red Faction Guerilla n'avait plus besoin du support Games For Windows Live. Depuis la fermeture de la plateforme, les développeurs font migrer les jeux vers Steam comme aujourd'hui. 04/11/2014, 16:14
Games With Gold : trois jeux gratuits en novembre sur Xbox One et Xbox 360 Microsoft a officialisé les trois jeux qui seront proposés gratuitement aux membres Gold du Xbox Live dans le cadre de l'offre Games With Gold pour le mois de novembre. La Xbox One n'aura droit qu'à un seul titre. 4 | 31/10/2014, 15:45


Derniers commentaires
Par Scribs le Mercredi 11 Mai 2011, 16:52
Ah Red faction Guerilla, le jeu défouloir sauce GTA qu'il faut. Pour le finir une bonne trentaine d'aheures, à tous détruire, avec des missions limités mais plutôt variées dans l'ensemble, on a pas le temps de s'ennuyer en tous cas. Graphiquement oui c'est pas terrible mais chaque zone de Mars possède véritablement une âme, coup de couer pour les badlands de mon côté, qui est vraiment représentatif de Mars pour moi, le nombre de missions du scénario est plutôt court mais l'interêt est dans les missions secondaires que je vous conseils si vous vous voulez avoir le métal nécessaire pour faire évoluer le personnage. Les cinématiques sont superbe je trouve, les armes variés, dommage de ne pas pouvoir emprunter un véhicule volant de l'EDF, sinon c'est tous bon pour moi, magnifique et surtout bien défoulant. Même si on peut la jouer infiltration on tarde pas à vite faire carnage au final, bien sympathqiue comme titre.

Répondre
-
voter voter

Par redspace23 le Jeudi 10 Mars 2011, 13:03

likeSmall
SUPER QUE DANS CE JEU TOUT EST DESTUCTIBLE

Répondre
-
voter voter

Par sousou le Samedi 27 Février 2010, 7:58

likeSmall
meme avis que mon voisin du dessous

Répondre
-
voter voter

Par SEB2BREST le Samedi 9 Janvier 2010, 13:54

likeSmall
Je trouve la démo assez moyenne,donc je pense que le jeux dois etre un peu pareil.Moi perso sa me dis rien du tous.

Répondre
-
voter voter

Par jujoju le Dimanche 6 Décembre 2009, 9:43

likeSmall
large mieux que les precedents

Répondre
-
voter voter

Par hildgard le Jeudi 29 Octobre 2009, 16:17
bof bof j'ai joué avec et ne l'ai meme pas fini pour moi 14/20 c'est le maxi.

Répondre
-
voter voter

Par Clint_Eastwood le Mercredi 29 Juillet 2009, 20:51

likeSmall
herborgrin a écrit:il me semble bien fun après avoir vue plusieurs test sur la toile les testeur avez l'air de bien l'apprécier après y passer 50h faut voir


Je confirme, il est fun, assez long si on fait toutes les missions, et parfois assez dur mais dans l'ensemble un bon défouloir :)


Répondre
-
voter voter

Par herborgrin le Mercredi 29 Juillet 2009, 20:15

likeSmall
il me semble bien fun après avoir vue plusieurs test sur la toile les testeur avez l'air de bien l'apprécier après y passer 50h faut voir

Répondre
-
voter voter

Par rorodu77 le Mardi 23 Juin 2009, 17:26

likeSmall
La démo est super donc je pense que le jeu entier l'ai aussi.

Répondre
-
voter voter

Par Mouse42 le Lundi 22 Juin 2009, 7:58

likeSmall
et sinon le multi vous en pensez quoi ? :)

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 29 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Red Faction : Guerrilla

Jeu : Action
Développeur : Volition
18 Sept 2009

5 Juin 2009

5 Juin 2009

Zone Membres

Vos Notes :
16/20
Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Les vidéos
 
Red Faction : Guerrilla - Demons of the Badlands Trailer
Red Faction : Guerrilla - Multi Trailer Red Faction : Guerrilla - Multi Trailer
Red Faction : Guerrilla : # 6 Red Faction : Guerrilla : # 6
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.