JeuxActuJeuxActu.com



Test également disponible sur : PC - Xbox One - PS4

Test PREY : quand Half-Life rencontre BioShock, le jeu qui fait des étincelles !

Test PREY sur PC, PS4 et Xbox One
La Note
17 20

Prenez une louche de System Shock, une cuillère à soupe de BioShock, une cuillère à dessert de Half-life, une cuillère à café de Deus Ex et une pincée de Dishonored. Mélangez soigneusement le tout, puis laissez refroidir le temps de regarder Alien et Gravity. Démoulez avec précaution et vous obtiendrez un PREY tout chaud ! Une telle description du jeu pourrait sembler sarcastique mais il n'en est rien. PREY digère parfaitement toutes ces influences et apporte son lot de trouvailles originales. Il ne lui manque en gros qu'un aspect technique plus poussé pour s'imposer définitivement comme un incontournable. Rendez-vous dans quelques temps pour un PREY 2 ? 


Les plus
  • Une intro mémorable
  • Des armes et pouvoirs originaux
  • L'attention apportée aux détails
  • La direction artistique, l'ambiance, la musique…
  • Une fluidité sans faille
Les moins
  • Gameplay haché par les menus
  • Mini-jeu de piratage pas génial
  • Graphismes techniquement datés
  • Bug de textures
  • Vrais-faux miroirs...


Le Test

Aperçu pour la première fois en 1997 à l'E3, PREY est un FPS qui a longtemps fait figure d'arlésienne. On pourra d'ailleurs remarquer que, tout comme Duke Nukem Forever, c'est le studio 3D Realms qui était initialement aux commandes. Finalement, le jeu sera développé par Human Head Studios et sortira en 2006, pour un résultat très honorable, même si le succès n'a pas vraiment été au rendez-vous. Voilà, vous pouvez maintenant oublier tout ce que vous venez de lire...


PREYCar le PREY qui nous intéresse aujourd'hui n'a en réalité rien à voir avec le projet de 1997 ni même le titre de 2006. Autre éditeur, autre développeur, autre univers : il ne s'agit même pas d'un reboot de la licence, mais tout simplement de l'utilisation d'un nom qui a eu son heure de gloire avant de tomber en désuétude. Cependant, l'utilisation du terme "prey" reste malgré tout très pertinente car le jeu vous place clairement plus dans la peau de la proie que celle du chasseur. Après tout, vous incarnez un(e) scientifique féru(e) de modifications neuronales, et pas un soldat spécialiste des armes à feu et du combat rapproché. Votre nom est Morgan Yu (homme ou femme, le choix vous est donné en début de partie) et vous vous réveillez le 15 mars 1932 dans votre appartement. Le temps d'enfiler votre combinaison de travail, de lire un ou deux mails et d'interagir avec quelques objets, et vous voilà prêt à passer une dernière série de tests qui vous permettront d'accéder à la station spatiale de recherches Talos 1. Cette introduction sert naturellement de didacticiel basique, et pourtant elle fera date dans l'histoire du jeu vidéo. Elle vous réserve de très belles surprises, que ce soit en termes de mise en scène, de level design ou de scénario. Dès le début de l'aventure, les développeurs d'Arkane Studios frappent donc très fort. Gageons que cette scène rejoindra très rapidement Half-Life au panthéon des meilleures introductions !

Dès le début de l'aventure, les développeurs d'Arkane Studios frappent donc très fort. Gageons que cette scène rejoindra très rapidement Half-Life au panthéon des meilleures introductions !


PREYD'ailleurs, vos premiers combats dans Talos 1 se dérouleront avec une clé à griffe, qui n'est pas sans rappeler le pied-de-biche de Gordon Freeman ou encore la clé à mollette de BioShock. Puisque nous sommes dans une station spatiale, la menace est naturellement extra-terrestre. Elle prend la forme de créatures noires et filandreuses appelées Typhons. Vous en croiserez des tous petits explosifs, des gros costauds, et même des vicieux capables de se transformer en n'importe quel objet environnant pour mieux vous surprendre. Une très bonne idée de gameplay, qui vous laisse dans un état de tension permanent. Quand la moindre poubelle, chaise ou tasse à café est susceptible de vous sauter à la gorge, il est difficile de ne pas sombrer dans la paranoïa. Mais quel plaisir quand on a le nez creux et qu'on tire à l'avance sur un "Mimic" qui se croyait bien à l'abri dans son déguisement !


IL NE FAUT PAS LÂCHER LA PROIE POUR L'OMBRE

PREYPas avare en bonnes idées, Prey, propose un gameplay protéiforme, qui laisse énormément de choix aux joueurs. Certes, on fera toujours mieux de choisir la discrétion plutôt que l'affrontement direct, notamment en début de partie. Mais les masochistes pourront tout de même tenter d'abattre les créatures extra-terrestres "d'homme à homme". En faisant preuve de malice et en combinant les différentes armes, pouvoirs et objets environnants, il est possible de s'en sortir. Cependant, la discrétion reste une voie plus sûre. Ici on empruntera un conduit d'aération pour éviter un groupe d'ennemis et là on utilisera un passe électronique pour ouvrir un nouveau passage (ou on déplacera un objet lourd qui bloquait le passage si on a suffisamment de force, ou on réparera un dispositif si on en a la compétence, etc.). Recherche de mots de passes, piratages de postes de travail et lectures de nombreux emails sont également au rendez-vous, à la Deus Ex. Plus orienté sur l'habilité et la vitesse que la réflexion, le mini-jeu de piratage manque un peu de profondeur par rapport à celui du concurrent signé Eidos, mais ce n'est pas bien grave car PREY a bien d'autres atouts dans sa manche. L'environnement spatial donne par exemple l'occasion de quelques passages en apesanteur bien sympathiques. Et le jeu se dote d'un système d'artisanat bien pensé, via la présence récurrente de recycleurs (qui permettent de décomposer les différents objets que l'on a ramassés en matériaux organiques, minéraux, synthétique et exotiques) et de fabricateurs qui utilisent ces mêmes matériaux pour créer de nouveaux objets, pour peu qu'on ait trouvé précédemment leurs plans de fabrication.

On se retrouve alors capable de ralentir le temps quelques secondes, de créer des extra-terrestres alliés à partir des cadavre humains ou encore, et c'est le clou du spectacle, de se transformer en objet comme le font les Mimic. C'est du jamais-vu dans un jeu AAA, c'est amusant et cela sert également le gameplay puisqu'il reste possible de se déplacer.


PREYLes ressources étant rares, il ne faut pas hésiter à utiliser ces machines, afin d'obtenir des neuromods (qui permettent d'augmenter le nombre et la puissance de nos pouvoirs), des munitions ou des armes supplémentaires. Certaines armes sont d'ailleurs plutôt originales, à commencer par le canon GLUE (Gelée Liquide Ultra Entravante) qui projette une sorte de mousse isolante, grâce à laquelle on pourra se protéger d'un arc électrique, éteindre une flamme ou même immobiliser temporairement un ennemi. Assez rapidement, et par une subtile mise en scène, le jeu nous montre même qu'il est possible de créer des escaliers à l'aide des blocs de mousse, afin de progresser autrement dans les niveaux. La présence d'une arbalète en plastique qui tire des fléchettes en mousse a également de quoi étonner, mais avec un peu de jugeote elle peut se révéler très utile (pour détourner l'attention d'un ennemi ou activer un interrupteur à distance par exemple). Le prix de l'originalité est également décerné à la charge recyclante, une grenade qui absorbe tous les objets et ennemis situés dans son rayon d'action et les transforme aussitôt en matériaux de recyclage. Répartis dans différentes sections (scientifique, ingénieur, sécurité, énergie, transformation, télépathie…), les pouvoirs ne sont pas en reste. Au prime abord assez terre à terre (réparation, force, piratage, furtivité, endurance, recyclage…), ils prennent un tout autre tournant dès lors qu'on commence à pouvoir absorber les aptitudes des Typhons. On se retrouve alors capable de ralentir le temps quelques secondes, de créer des extra-terrestres alliés à partir des cadavre humains ou encore, et c'est le clou du spectacle, de se transformer en objet comme le font les Mimic. C'est du jamais-vu dans un jeu AAA, c'est amusant et cela sert également le gameplay puisqu'il reste possible de se déplacer ! Transformez-vous en petit objet et vous pourrez vous faufiler dans des endroits autrement inaccessibles. Griotte sur le gâteau : une fois transformé en objet, les créatures extra-terrestres ne vous considèrent plus comme un humain et vous laissent donc tranquilles.


MÉLANGE DES GENRES

PREYVous l'aurez compris, PREY est riche de mille possibilités et propose un gameplay qu'on pourrait quasiment qualifier d'émergent tellement il laisse de liberté au joueur. La nouvelle création d'Arkane récompense en permanence l'exploration et l'imagination. La contrepartie de cette richesse réside dans un nombre un peu trop important de menus. Les va-et-vient incessants dans l'interface brisent la fluidité du gameplay et hachent un peu trop l'action. Pourtant, les développeurs ont clairement tenté de minimiser ce problème, comme le prouve le soin accordé aux opérations de fouille. Lorsque vous ouvrez un placard ou pillez un cadavre, les objets ramassables s'affichent en surimpression dans une petite fenêtre discrète qui n'interrompt pas vos déplacements et autres actions. Et il reste possible d'agrandir cette fenêtre afin de disposer d'une interface plus classique, qui offre notamment une description textuelle des objets. Ce souci du détail se retrouve également dans le level design, qui nous présente des bureaux et des installations techniques crédibles. Les environnements sont d'ailleurs sublimés par une direction artistique art déco futuriste des plus séduisantes. En revanche, les graphismes n'ont vraiment rien d'extraordinaire d'un point de vue purement technique. La fluidité est parfaite mais entre les vrais-faux miroirs qui ne reflètent rien, certaines modélisations un peu trop sommaires, et surtout un affreux bug de textures qui rend de nombreux éléments flous, on ne peut vraiment pas parler de claque graphique. Mais qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse !




 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
80% Excité


À découvrir également
Autres articles

PREY : une version d'essai disponible sur PC, Xbox One et PS4 Bethesda Softworks annonce par le biais d'un communiqué officiel qu'une version d'essai de PREY est dès à présent disponible sur PC, Xbox One et PS4.,La preuve en vidéo. 17/08/2017, 00:21
PREY : le patch 1.05 améliore les performances sur PS4 et PS4 Pro Les joueurs PlayStation vont être contents car le studio Arkane vient de sortir le patch 1.05 pour PREY. Il s'agit d'un patch qui va considérablement améliorer les performances du jeu sur PS4 et PS4 Pro. Voici les détails. 4 | 05/08/2017, 10:59


Derniers commentaires
Par Devriel le Samedi 13 Mai 2017, 1:06

likeSmall 33
Darkmetal35 a écrit:Ouais le pouvoir de mimétisme est bien barrè d'après les vidéos que j'ai pu voir. La capacité a l'air très utile pour accéder à des pièces inaccessibles ou alors traverser des zones avec beaucoup d'ennemis de manière discrète et sournoise etc...Après je l'ai pas testé personnellement car je fais un run avec uniquement des pouvoirs humain mais bon c'est l'une des capacités de la branche Typhon qui me feront lancer un deuxième Run.


Intéressant tout cela ! Tiens moi un peu au jus car je ne suis malheureusement pas près de l'avoir moi :/


Répondre
-
voter voter

Par GOULOULA le Jeudi 11 Mai 2017, 8:08
le pouvoir électrique c'est le pied! Que dire de celui du feu, de la glace et la télékinésie le pied vous dis-je! Cette ville sous l'eau, ultra submersive. Ce coté moral, ce choix de tuer ou de ne pas ce compromettre vous baigne dans une source surnaturelle entre le bien et le mal. Bon, pas réveillé, je vais me recoucher, bonne nuit ou plutôt bonne journée.

Répondre
-
voter voter

Par Darkmetal35 le Mercredi 10 Mai 2017, 5:56

likeSmall 35
Ouais le pouvoir de mimétisme est bien barrè d'après les vidéos que j'ai pu voir. La capacité a l'air très utile pour accéder à des pièces inaccessibles ou alors traverser des zones avec beaucoup d'ennemis de manière discrète et sournoise etc...

Après je l'ai pas testé personnellement car je fais un run avec uniquement des pouvoirs humain mais bon c'est l'une des capacités de la branche Typhon qui me feront lancer un deuxième Run.


Répondre
-
voter voter

Par Devriel le Mercredi 10 Mai 2017, 3:04

likeSmall 33
Vivement que je l'ai ce jeu ^^

Il y a une chose qui m'attire tout particulièrement dans ce jeu c'est la possession d'objet. J'ai beaucoup apprécié cette idée dans Geist :)


Répondre
-
voter voter

Par Pifpafpof le Mardi 9 Mai 2017, 18:21
Bethesda a encore frappé !!
Un bon studio qui ne brille pas toujours sur sa technicité (graphisme), mais qui offre des titres avec une réel profondeur et des univers bien particulier


Répondre
-
voter voter

Par Darkmetal35 le Mardi 9 Mai 2017, 17:48

likeSmall 35
Personnellement j'ai vu aucun downgrade entre les différentes vidéos delivrè durant la promo et le jeu final.

En gros Prey est dans la lignée des autres jeux d'Arkane. Pas au top graphiquement mais avec un level design et une DA qui compense largement et faisant partie des meilleurs à l'heure actuelle !


Répondre
-
voter voter

Par Danbaté le Mardi 9 Mai 2017, 16:48
Par contre graphiquement c'est quand même peu détaillé au niveau des textures, y a pas eu un dowgrade?

Répondre
-
voter voter
1

Par Darkmetal35 le Mardi 9 Mai 2017, 16:18

likeSmall 35
Actuellement je suis dessus et j'ai beau être à 7/8 heures de jeu que je prends déjà littéralement mon pied. Le jeu illustre à merveille la différence entre un gameplay travaillé aux multiples possibilités servant toutes les facettes d'un jeu et un gameplay bourratif essentiellement cache misère propre à beaucoup d'Open-World...

Après pour ce qui est de 2 des défauts, les menus trop nombreux ? Au contraire je les trouve plutôt ergonomique bien que classique dans la forme et on est loin du gros bordel à la Andromeda.

Ensuite pour ce qui est du piratage, c'est justement un point fort selon moi. On évite l'overdose à la Deus Ex qui en devenait vraiment gerbante avec le dernier opus. Parce bon devoir pirater une porte de toilettes avec un système de piratage plus "complexe", c'est juste anti-immersif au possible. Au moins dans Prey, le piratage est simple et rapide et on tombe pas dans le côté ultra lourdingue.


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 8 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







PREY

Jeu : FPS
Editeur : Bethesda Softworks
Développeur : Arkane Studios
5 Mai 2017

5 Mai 2017

5 Mai 2017

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours