JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : PS Vita

Test Gravity Rush

Test Gravity Rush sur PS Vita

Homme de concepts et de sensations fortes, Keiichiro Toyama a une nouvelle fois réussi à créer de nouvelles sensations dans un emballage aussi pimpant que son contenu. Trip vertigineux et aérien, Gravity Rush est une sorte de matérialisation de la poudre magique de Peter-Pan à destination du public. L'impression de sillonner le ciel avec comme seule limite la jauge de vol est rendue de manière très convaincante, et le plaisir de jeu prend parfois seulement la forme d'une exploration de plus en plus virtuose des différents ïlots qui composent la ville principale. Mais là où de nombreux titres peinent à sortir de leur concept, Gravity Rush ne perd jamais de vue le rythme de son aventure principale, via des missions variées, des combats bien sentis, et un contenu assez solide pour les amateurs de customisation et de scoring. Assombri seulement par quelques choix d'ergonomie discutable reposant sur l'écran tactile, le jeu de Sony bénéficie d'une finition rare. Fort impact visuel et musical, Gravity Rush fait partie de ces jeux qui marquent une console. Gravity Rush mérite une mise en avant, pour donner un coup de fouet à une ludothèque trop terre à terre ; qui aurait bien besoin d'un petit décollage.

Retrouvez plus bas la suite de notre test de Gravity Rush


La Note
17 20 note Gravity Rush
Les plus
  • Une direction artistique de feu
  • Une bande-son variée et très mélodique
  • La sensation du vol : tripante
  • Retourner une ville entière
  • Excellente réalisation
  • Animation impressionnante
  • Accessible sans être ennuyeux
  • Bourré de bonnes idées
  • Une atmosphère unique
Les moins
  • La caméra souvent perdue
  • Narration un peu légère
  • Personnages pas assez creusés
  • Le jeu au gyroscope
  • La glisse mal pensée


Le Test

Comme un break léger dans un morceau un peu trop dense, Gravity Rush est apparu régulièrement ces dernières années dans les annonces, line-up et autres présentations de Sony pour écouler sa nouvelle PS Vita. Des sorties plus ou moins étendues, mais qui avaient en commun des pics d'attention graphiques, musicaux ou simplement au niveau du concept, qui laissaient paraître une notion toute bête : l'originalité. En résumé ce qui manquait, hors Escape Plan, à l'ensemble de l'alimentation de masse proposée par Sony. C'est donc avec une logique sans faille que l'éditeur ne l'a jamais vraiment mis en avant et s'est même offert le luxe de le retirer du line-up de sortie européen. C'est donc en pleine période creuse, entre Roland-Garros, l'Euro 2012 et les vacances que vient se poser un Gravity Rush qui peut tout bouleverser. Est-ce suffisant de diriger la gravité pour mettre le monde à ses pieds ? Réponse dans notre test.


Gravity RushKeiichiro Toyama fait peur. Non pas que ce sympathique créatif soit particulièrement effrayant ou qu'il aime à torturer des chatons, mais il a su créer de nouvelles sources d'angoisse dans le jeu vidéo, avec le tout premier Silent Hill ou le traumatisant Fobidden Siren quelques années plus tard. Cette fois c'est le vertige qu'il a travaillé, avec un concept de libre modification de la gravité. Donnant une nouvelle source d'inspiration à Gotlib pour son Newton, Gravity Rush donne accès aux lois de la physique avec seulement deux boutons. Une pression sur la gâchette droite met le monde environnant dans une sorte d'apesanteur et il suffit alors de viser un endroit pour s'y poser, peu importe l'angle ou le sens de ce dernier. Se retrouver la tête en bas arrive donc très rapidement et la balade contre-nature sur un immeuble vertical – il y a encore quelques secondes – rentre dans la logique de cet univers en mouvement perpétuel. La gâchette gauche quant à elle est une sorte de rappel à l'ordre scientifique qui rétablit la gravité d'un coup, afin de stabiliser la progression et surtout d'économiser la jauge nécessaire à ces cabrioles spatiales. Un pouvoir divin donné à la jeune et blondinette Kat par son chat translucide décoré d'une sorte de galaxie interne. Un compagnon conceptuel qui va d'ailleurs être son principal soutien dans ses fâcheuses rencontres avec de multiples et plus ou moins bad guy / woman, à l'image de la ténébreuse Raven ou de l'asthmatique Alias. Des adversaires de premier ordre qui restent malgré tout minoritaires face aux Névis, des créatures ténébreuses ressemblant aux Sans-Coeur de Kingdom Hearts. Une menace en rouge et noir qu'il est impératif d'éradiquer régulièrement en utilisant avec intelligence la manipulation de la gravité alentour. C'est dans ce dynamisme tourbillonnant que se révèle vraiment Gravity Rush.

Gravity Crush


Certains boss donnent parfois envie d'avoir un lance-roquette. Juste pour être sûr.Agressifs mais peu dangereux dans leur forme basique, les Névis se diversifient de plus en plus au fil de l'avancée du scénario, demandant une attention particulière sur leur point faible et le mélange de plusieurs techniques pour arriver à leur faire mordre la poussière. Bien plus intéressants dans la seconde partie du jeu, ces affrontements obligent à sillonner l'écran de haut en bas, de gauche à droite, dans une espèce de ballet furieux dont l'esquive est le pas principal, opérée par un glissement de doigt sur l'écran tactile. Une manipulation en revanche pas évidente à sortir en plein combat, notamment lors des duels contre les boss assez retors qui demandent justement une attention soutenue sur leur pattern. Ce qui est un peu plus compliqué avec un doigt au milieu de la scène. Variés et d'une taille très respectable, ces derniers arborent tous des globes rouges vite identifiables qui font office de points faibles. Un schéma classique mais efficace qui permet aussi de repérer sans soucis ces excroissances lors des voltiges où la caméra a parfois du mal à se remettre dans l'axe et s'amourache un peu trop d'un élément du décor. Épiques par le rythme imposé, ces affrontements sont souvent une sorte de test qui donne au joueur un indice sur l'évolution de Kat. Une progression qui passe par la récolte de gemmes violettes, cachées avec plus ou moins de réussite dans les décors et obtenues sur les monstres, qui peuvent être dépensées pour améliorer les capacités de l'héroïne. Des aptitudes qui ne pourront d'ailleurs être poussées à leur maximum qu'en effectuant les très nombreuses quêtes annexes dont dispose le jeu, débloquées via des petits travaux d'entretiens sur certaines parties de la ville en déliquescence. Des missions qui oscillent entre des courses aux objets, du ralliement de checkpoints en temps limité, ou encore du combat de masse contre un nombre de monstres précis. Riches en gemmes si tant est que le joueur ait un minimum de réussite, ces occupations secondaires apportent une petite plus value et donnent l'occasion de s'occuper entre deux quêtes principales avec une dimension scoring assez motivante. Un rajout dont n'avait finalement presque pas besoin Gravity Rush tant son architecture principale est ouvragée avec imagination et finesse.

Kat's Size


Raven. La classe en bikini.Réussite visuelle tant au niveau de la direction artistique (entre design typé manga dans les choix graphiques renvoyant au steam-punk et style européen à la Schuiten ou Moebius) qu'au niveau de la réalisation, grâce à une sorte de cel shading à la ligne claire, Gravity Rush pousse par cette beauté plastique vibrante à la découverte. Une exploration aérienne, grisante, qui par l'accessibilité de la prise en main, donne une véritable impression de liberté dans un monde vivant, étrange et surtout changeant radicalement de visage suivant l'angle de visite. Un Rubik's cube de cuivre et de béton qui tourne et se retourne sur les mélodies de Kohei Tanaka, tout aussi versatiles. Jazzy, folk, dansante, lançant de longues séquences orchestrales épiques, quelques notes d'accordéons, la bande-son de Gravity Rush est à l'image de cette ville multiple et tentaculaire. Une thématique que connaît bien le compositeur qui avait déjà opéré des choix similaires dans Resonance of Fate, mettant lui aussi la ville en avant, aux côtés de Sakuraba. Une atmosphère originale et très forte, qui illustre une jolie histoire aux ficelles cachées durant un long moment. Une trame qui souffre en revanche d'une narration un peu trop brutale, avec quelques facilités, et de personnages qui manquent d'une construction en profondeur. Ce qui n'empêche pas les protagonistes principaux, et Kat en priorité, d'être attachants, essentiellement grâce aux dialogues enchâssés dans des cases façon BD/comic, qui finissent de donner à Gravity Rush une identité forte et une filiation avec le monde de l'illustration. Un mélange des genres qui est en soi un plaidoyer pour un titre accessible, varié et d'un degré de finition plutôt rare, qui affiche à chaque instant les prétentions d'un jeu qui aurait dû sortir sur PlayStation 3. Il montre, sans sourciller, que peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse de l'altitude, ou bien des profondeurs.


TEST VIDÉO GRAVITY RUSH





par Pierre Maugein
le mercredi 13 juin 2012, 19:02

À découvrir également
Autres articles

Astuces Gravity Rush Toutes les astuces pour Gravity Rush qui vont vous permettre de récupérer tous les Succès, les Trophées pour finir le jeu à 100%. 09/10/2012, 12:19
Gravity Rush : une suite en chantier ? Excellente surprise sur la morne PS Vita, Gravity Rush pourrait bien avoir le droit à une suite, si l'on en croit le réalisateur-même du jeu. 21/09/2012, 11:42


Derniers commentaires
Par mamadou le Vendredi 29 Juin 2012, 1:12
voter citer
aurais avoir d'autre gravitienne.
l'histoir bof .
gameplay parfais
. il on etais radin en tenu.. y en a marre des dlc en ce moment.


Par Xeimathu le Jeudi 21 Juin 2012, 13:40

likeSmall
voter citer
omg c'est "kingom HEARTS" et pas "kingdom hurts" ça fait hyper mal aux oreilles ça :evil:

Par Izulfer le Samedi 16 Juin 2012, 12:24
voter citer
Franchement il est excellent ! Je suis à peu près à la moitié du jeu et je trouve qu'il y a une atmosphère vraiment particulière.
Quel plaisir de découvrir une nouvelle licence ! Et non un remake ou une suite d'un jeu connu !
A mon avis la vita n'a pas dit son dernier mot et je pense que ceux qui l'enterrent trop vite vont avoir des surprises. Vivement les prochaines sorties que j'attend très attentivement.


Par DEFERLANT le Samedi 16 Juin 2012, 12:09

likeSmall 16
voter citer
il a l'air excellent prometeur pour la ps vita

Par sparkx971 le Vendredi 15 Juin 2012, 23:41

likeSmall 2
voter citer
très bon jeux il fait envie! J'attends d'autre jeux sur la vita pour savoir si je me la prend =)

Par ikizuki le Jeudi 14 Juin 2012, 19:05

likeSmall
voter citer
je l'ai acheter hier et franchement, c'est un tès beau/bon jeux très bien réaliser dommage que les personnages parles une langue imaginaire ça l'aurai mieux fait avec du jap mais bon... 18/20

Par the-blastor le Mercredi 13 Juin 2012, 22:20

likeSmall 254
voter citer
Ouais pour un jeu sur console portable c'est vraiment bien foutue !

Par bobalatin le Mercredi 13 Juin 2012, 20:49

likeSmall 75
voter citer
Ca a l'air pas mal en effet mais va falloir sortir plus de jeux sinon la PS Vita est vouée à mourir... :/

Par Marocaiin le Mercredi 13 Juin 2012, 19:13

likeSmall 1
voter citer
Ce jeu est parfait ou presque moi je lui donnerai un 18 mais votre 17 est aussi bien.
PS : Je peux à tout moment changer d'avis sur le jeu et oui j'y ai pas encore joué :D


>> Voir les 9 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Gravity Rush

Jeu : Action
Editeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : Sony Computer Entertainment
13 Juin 2012

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Les vidéos
 
Gravity Daze : le premier concept en vidéo
Gravity Rush : une date de sortie Gravity Rush : la date de sortie en vidéo
Gravity Rush : une vidéo cinématographique Gravity Rush - Vidéo Live
Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours