JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : PC - X360 - PS3

Test Game of Thrones

Test Game of Thrones : le jeu vidéo

Les joueurs bling-bling et pressés risquent de rester complètement insensibles aux charmes de Game of Thrones qui, il faut le reconnaître, ne brille ni par sa réalisation, ni par sa finition. Les rôlistes plus chevronnés, capable d'apprécier un produit sur la longueur, seront en revanche ravis des mécaniques de jeu mis en œuvre par Cyanide Studio. Les combats sont plutôt tactiques (et tant pis pour le dynamisme), les choix effectués lors des dialogues ont une réelle importance, le développement des héros est assez riche, et le scénario se montre largement supérieur à la moyenne. D'ailleurs, ce sont finalement les fans du roman original ou de la série qui seront le plus enthousiasmés par le jeu, car l'ambiance sombre, adulte et alambiquée du Trône de Fer est correctement restituée. C'est bien là le principal !

Retrouvez plus bas la suite de notre test de Game of Thrones


La Note
14 20 note Game of Thrones : Le Trône de Fer
Les plus
  • L'ambiance Game of Thrones
  • Le scénario à deux têtes
  • Des choix qui ont des conséquences
  • Combats tactiques...
Les moins
  • ...mais un peu mous
  • Graphismes inégaux
  • Interface perfectible
  • Monde sectionné


Le Test

Après nous avoir proposé un jeu de stratégie assez décevant (A Game of Thrones Genesis), Focus Home Interactive et Cyanide Studio continuent d'exploiter la licence du Trône de fer. Mais cette fois, avec nettement plus d'ambition ! Nous avons affaire à un véritable jeu de rôle, riche et fortement scénarisé, historie de rester fidèle aux romans et à la série télévisée. Le petit studio français a-t-il les moyens d'assumer un nom aussi prestigieux que celui de Game of Thrones ? C'est ce que nous allons découvrir tout de suite.


Game of ThronesSi le jeu respecte la chronologie du premier tome de la saga créée par George R.R. Martin, l'histoire qui nous est contée reste totalement originale. Bicéphale, elle s'articule autour du destin de Mors Westford et d'Alester Sarwick .Le premier est un patrouilleur de la Garde de nuit, chargé comme tous ses pairs de protéger le Mur qui sépare le royaume des Sept Couronnes des terres sauvages du Nord. Héritier d'un seigneur des Terres de l'Ouest, le second a totalement abandonné les siens il y a quinze ans pour devenir un prêtre rouge, dévolu au culte de R'hllor. Tous deux font plutôt figure d'anti-héros que de héros car ils ont une bonne part d'ombre et de mystère. On n'est pas là pour jouer des fillettes, mais plutôt de solides gaillards qui ne s'en laissent pas conter. L'aventure est découpée en différents chapitres, qui nous donnent alternativement le contrôle de l'un puis de l'autre. C'est un peu perturbant pour le testeur obligé de s'infliger de très longues de sessions de jeu histoire de rendre son texte à temps. A peine a-t-on le temps de s'attacher à un personnage qu'on doit en changer. En revanche, c'est une très bonne idée pour les joueurs "normaux" qui peuvent ainsi déguster le jeu par épisodes, comme ils pourraient le faire avec une bonne série télé (tiens, tiens...). Dans ces conditions, le petit résumé textuel précédant chaque chapitre est particulièrement bienvenu puisqu'il permet de ne jamais perdre le fil de l'histoire, même lorsqu'on a laissé le jeu un peu trop longtemps de côté. Cerise sur le trône : les deux embranchements du scénario, a priori déconnectés, finissent par se rejoindre afin de renforcer la cohésion de l'ensemble. Le fait que les héros nous soient imposés n'empêchent par une certaine personnalisation puisque la phase de création de personnage répond, deux fois, à l'appel. A chaque fois, on choisit une classe parmi trois, ce qui influe essentiellement sur le style de combat. Il faut ensuite dépenser des points en force, agilité, chance, endurance et intelligence. Répartir également des points de compétence (épées, haches, projectiles contondants...) et même se choisir des traits. Certains sont positifs (meneur né, art de la médecine, réactif...), d'autres négatifs (maladroit, asthmatique, phobie du sang...) et il faut naturellement équilibrer les uns et les autres. Mieux encore : durant l'aventure certains de nos comportements nous prodigueront des traits supplémentaires sans qu'on puisse le savoir à l'avance. Si par exemple vous décidez de torturer un ennemi afin de le faire parler lors d'une séquence de dialogues, vous gagnerez le trait sadique (dégâts critiques +3%). Enfin, on bénéficie également de différents arbres de talents dans lesquels dépenser des points.

 

Le Trône de Fer

 

Game of ThronesTous ces paramètres nous permettent de modeler les héros à peu près comme on le souhaite, malgré leur background et leur apparence prédéfinis. Ils possèdent par ailleurs une sorte de pouvoir spécial, qui leur est propre. Grâce à la vision de R'hllor, Alester peut ainsi révéler des interactions secrètes (interrupteurs, portes, objets...). Mais la spécificité de Mors est encore bien plus intéressante puisqu'elle prend la forme d'un chien. Non seulement ce molosse nous aide dans les combats, mais Mors peut carrément en prendre le contrôle par l'esprit. Dans ces conditions, on peut se faufiler dans des endroits inaccessibles auparavant, espionner certaines conversations qui n'auraient pas lieu en présence d'un humain, et même sauter à la gorge de certains gardes lorsqu'on arrive à les aborder par l'arrière et donc à les surprendre. Cet aspect infiltration est renforcé par le système d'odeurs à pister. Elles sont représentées à l'écran par des volutes de différentes couleurs, que l'on peut suivre  pour retrouver la trace de fugitifs ou d'objets cachés. Une idée fort sympathique ! On ne peut également qu'apprécier le système de dialogues, qui se base un système classique de choix multiples, mais qui ne surligne jamais les "bonnes" et les "mauvaises" réponses. A vous de jouer comme vous l'entendez et d'assumer ensuite les conséquences de vos choix . Certains RPG modernes ayant tendance à oublier que c'est bien ça qui fait tout l'intérêt du genre, on se réjouit de la voie empruntée par Game of Thrones. D'autant plus que l'univers se prête bien plus aux "nuances de gris" qu'au manichéisme en noir et blanc. C'est d'ailleurs l'un des points fort du jeu que d'avoir réussi à retranscrire l'atmosphère de l’œuvre originale. On croise d'ailleurs quelques personnages connus (Varys l'eunuque, la reine Cersei Lannister...), ce qui ne peut que faire plaisir aux fans. D'autre part, les combats sont également intéressants puisqu'ils font appel à une pause active. Grâce à elle, on peut mettre en file trois ordres différents par personnage (on évolue souvent en équipe de deux) et ainsi élaborer des tactiques variées et subtiles, telle que l'interruption des sorts en préparation chez l'ennemi ou encore la combinaison de talents complémentaires. En contrepartie, on est à mille lieux du dynamisme des combats d'un Dragon Age II ou d'un Reckoning. Il faut croire qu'on ne peut pas tout avoir...

 

D'la bonne ferraille ?

 

Game of ThronesD'ailleurs, n'allez surtout pas croire que Game of Thrones est dénué de défauts. Il en est au contraire rempli. Mais "heureusement" ceux-ci sont essentiellement d'ordre technique. Parlons tout d'abord des graphismes, assez inégaux. Si certaines textures, notamment celles des visages, paraissent très détaillées, la modélisation des décors laisse parfois à désirer. La direction artistique étant assez rustique, il ne faut vraiment pas s'attendre à en prendre plein les mirettes. Hormis certaines gueules cassées plutôt réjouissantes, il y a bien peu d'éléments graphiques qui suscitent l'enthousiasme. On retrouve par ailleurs de nombreux clones parmi les habitants des villes, dont un nombre un peu trop important restent désespérément muets. Question de budget, sans doute. La mise en scène et les animations manquent également de vitalité, tandis que des bugs se font jour régulièrement. Par exemple lorsqu'une porte s'ouvre vers lui, le héros passe tout simplement à travers. Et si vous amenez Mors et son chien au même endroit, tout en incarnant le chien, vous entendrez les dialogues qui se mélangent (ceux censés être prononcés en présence de Mors et ceux censés être prononcés en présence du chien). Bug ou choix de design douteux, la mini-map affichée dans un coin de l'écran signale la localisation des objectifs mais oublie d'afficher le plan des lieux. Pour avoir un aperçu des chemins, il faut ouvrir la carte en plein écran. D'une manière générale, l'interface est largement perfectible. Pensée à la fois pour les PC et les consoles, elle s'avère parfois bancale. Exemple avec l'interface de vente aux marchands : il faut naviguer entre deux onglets différents pour afficher les inventaires, double-cliquer pour vendre un objet et enfin confirmer l'action. On se demande vraiment pourquoi les développeurs ont fait l'impasse sur un système plus standard, qui afficherait sur le même écran l'inventaire du héros et celui du marchand,  avec un simple clic ou déplacement pour transférer les objets de l'un à l'autre. Les icônes indiquant la présence de zones interactives sont assez disgracieuses et manquent de constance. Il faut parfois cliquer sur l'icône elle-même et parfois sur le personnage ou l'objet qu'elle surplombe. De plus, certains messages d'interface restent en anglais, même lorsqu'on joue tout en français. Bref, le jeu manque clairement de finition. On regrette également qu'il ne s'agisse pas d'un monde plus ouvert, les différents lieux accessibles étant totalement séparés les uns des autres (un clic sur la map, et nous voilà téléportés à l'endroit voulu). Enthousiasmant sur le fond mais guère convaincant sur la forme, Game of Thrones risque donc de diviser les joueurs.

 

TEST VIDÉO GAME OF THRONES





Fabien Pellegrini par Fabien Pellegrini
le lundi 4 juin 2012, 20:01


 Furieux Votez  Blasé Votez  Indifferent Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Indifferent


À découvrir également
Autres articles

Game of Thrones s'offre un premier DLC enneigé Quelques mois après sa sortie et malgré un succès mitigé, l'adaptation vidéoludique de Game of Thrones s'apprête à accueillir son premier DLC, qui emmènera le joueur dans les terres désolées du Nord. 08/11/2012, 12:14
Game of Thrones : une vidéo making of avec un fort accent français En attendant la sortie de Game of Thrones, Focus Home Interactive publie un nouveau trailer du jeu dans lequel les développeurs présentent entre autres le scénario imaginé avec l'appui de Georges Martin, l'auteur de la série. 2 | 11/05/2012, 11:41


Derniers commentaires
Par klein88 le Lundi 25 Juin 2012, 16:51
un jeu a réservé au fans des romans et de la série

Répondre
-
voter voter

Par bernard henry botul le Dimanche 10 Juin 2012, 1:03
Cette daube ne sera pas mienne

Répondre
-
voter voter

Par bixente23 le Vendredi 8 Juin 2012, 6:38

likeSmall
un peu étonné, je m'attendais à une meilleure note. je pense le prendre, mais plus tard, par ex quand j'aurai platiné dragon's dogma...

Répondre
-
voter voter

Par justblaze le Lundi 4 Juin 2012, 21:32

likeSmall
c'est pas que je n'aime pas lire mais bon je préfère un test vidéo c'est plus parlant ^^

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 4 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Game of Thrones : Le Trône de Fer

Jeu : RPG
Editeur : Focus Home Interactive
Développeur : Cyanide Studio
7 Juin 2012

7 Juin 2012

7 Juin 2012

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr