JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : 3DS

Test Epic Mickey : Power of Illusion

Test Epic Mickey sur 3DS

Successeur de Castle of Illusion, Epic Mickey : Power of Illusion en retrouve la piste dans son très joli enrobage bourré à craquer d'une 2D chatoyante et son ambiance best-of de l'univers Disney, mais s'arrête en chemin. Un stop dû à un aspect laborieux généralisé, qui rend la progression pénible. Le rythme, brisé sans cesse par des phases de dessin et l'obligation de jongler entre le stylet et la croix directionnelle, ne parvient jamais à accrocher le joueur. Les niveaux s'enchaînent sans passion et la conclusion arrive sans prévenir après seulement 4-5 heures de jeu, laissé en roue libre par une absence d'histoire improbable. Des défauts d'ergonomie et de construction qui font d'Epic Mickey : Power of Illusion un titre qui ne fera de mal à personne, mais qui se révèle frustrant à trop de niveaux pour donner du plaisir de jeu. DreamRift aurait peut-être gagné à jouer la simplicité.

Retrouvez plus bas la suite de notre test de Epic Mickey : Power of Illusion


La Note
10 20 note Epic Mickey : Power of Illusion
Les plus
  • Très jolis décors
  • Ambiance chaleureuse
  • Une bande-son de grand standing
  • Les références à Castle of Illusion
Les moins
  • Un rythme haché
  • Les phases de dessin laborieuses
  • Mickey se traîne
  • Level-design plat
  • Passer sans arrêt du stylet à la croix directionnelle
  • Des quêtes du pauvre
  • Très court


Le Test
Sous ses airs de simple souris géante, Mickey mène une double, voire une triple vie. Personnage de dessin animé célèbre, il est aussi un porteur de keyblade reconnu dans les circonvolutions de l'univers Kingdom Hearts, et un aventurier qui tient la vedette dans ses propres histoires. C'est ce Mickey là qui reprend du service dans la déclinaison 3DS du concept de la série de Junction Point, Epic Mickey : Power of Illusion. Un titre qui aura sans doute rappelé des souvenirs aux vieux routards des platformers 16-bit, qui avait un jour découvert un certain Castle of Illusion au début des années 90 sur une Megadrive en début de carrière. Une mise en relation qui n'a rien d'une coïncidence. Epic Mickey : Power of Illusion, nouvelle icône de la plate-forme 2D ? Réponse dans notre test.

Le Capitaine Crochet peut vite se montrer redoutableA la différence de la série Kingdom Hearts, Epic Mickey : Power of Illusion ne s'embarrasse pas d'une histoire compliquée pour justifier le fait que Mickey prenne les armes. La méchante sorcière Mizrabel, sûrement en période de chômage intensif, s'est dit que s'occuper à tenter de mettre le chaos dans Wasteland était finalement mieux que de ne rien faire. Un plan machiavélique qui repose sur le lavage de cerveaux des grands méchants de l'univers Disney, qui seraient donc visiblement très accueillants dans la vie de tous les jours, afin de calmer les ardeurs de héros de Mickey. Accompagné d'Oswald qui ne sera pendant tout le jeu qu'un simple faire-valoir, ce dernier va réutiliser les pinceaux introduits dans les versions consoles d'Epic Mickey pour redonner la joie de vivre au pays des croquis oubliés. Séparés en deux types, peinture et solvant, ces ustensiles disposent de fonctions bien différentes. Leur première utilité est de donner la possibilité d'éliminer des ennemis à distance afin de récolter soit un coeur avec le pinceau bleu soit des E-Tickets avec le vert, servant de monnaie locale. De l'argent à dépenser chez l'Oncle Picsou, grand amateur de métaux jaunis qui garde sous son aile de nombreuses améliorations. Il faudra alors choisir son camp, sachant que la jauge de vie s'amenuise bien plus vite qu'elle ne se remplit et que le manque de tickets se fait très rapidement sentir. Une dualité un peu simplette comparée aux épisodes sur les consoles fixes qui prendrait presque la route de la réussite au regard du reste du gameplay. Pas limités uniquement à l'attaque brute, les pinceaux ont aussi le pouvoir de faire apparaître ou disparaître des éléments du décor. Il faut pour cela dessiner leurs contours, dans le cas de la peinture, ou les esquisser et en colorier l'intérieur lorsqu'il s'agit du solvant. Une idée d'interaction intéressante sur du papier 90 g mais qui s'écroule complètement une fois mise en pratique.

Epic Fail

 
Les décors sont très réussisEn plus d'un lourd problème d'ergonomie qui oblige le joueur à passer sans arrêt du stylet à la croix directionnelle, le fait d'interagir avec son environnement prend un temps fou. Si une chaîne équipée d'une lame bloque le passage par exemple et que cette même chaîne est le seul moyen de se propulser sur les hauteurs convoitées, il est nécessaire de la détruire puis de la recréer sans son aspect dangereux. Logique et assez malin. Au détail près que cette opération de détourage peut prendre plus de 20 secondes et se répéter très régulièrement dans la même section d'un niveau. Des moments de flottement incroyables qui cassent le rythme du jeu et le laissent exsangue sur le bord du chemin. D'autant plus que chaque couche d' Epic Mickey : Power of Illusion semble marquée par le sceau de la lenteur et d'une sorte de culte du poussif. La gestion de la jauge de peinture, utilisée à la fois lors des « dessins » et des attaques oblige à une certaine attention et pousse à appréhender les situations différemment, avec l'attaque sautée de Mickey notamment, tout en obligeant souvent le joueur à attendre que le remplissage automatique fasse son oeuvre. Un notion de temps qui passe qui n'est que le début, se retrouvant dans le rythme global de la progression, laborieuse, le héros se traînant comme une souris de laboratoire soumise dans son passé à des expériences honteuses. Le tout dans des niveaux sans surprise, ménageant simplement quelques rares détours pour récupérer des E-Tickets ou des toons perdus. Une activité de recherche de disparus qui soutient l'ensemble du système de quête, lui aussi limité au strict minimum.

Le terme Epic semble alors bien galvaudé, mis à part dans le domaine musical où le jeu excelle avec des thèmes enlevés"

Retrouver les personnages Disney devient vite une prioritéChaque personnage de Disney sauvé vient grossir de façon automatique les pièces du château qui sert de hub au titre et devient la source d'un certain nombre de quêtes annexes. Encore une fois, cette idée de gestion de son QG comporte un véritable intérêt avec comme récompense des améliorations du statut de Mickey, indispensable contre certains boss, mais les missions se révèlent d'une aridité affolante. Dans la plupart des cas il suffit d'aller rendre visite aux autres habitants de la bâtisse, et dans quelques autres le jeu vous propose de dénicher un toon ou un objet dans un niveau déjà terminé. Elément qu'il est très possible de rater en tuant - exemple vécu - la seule chauve-souris qui permettait d'y accéder. Ce qui oblige bien sûr à recommencer le stage dans son entier et donc à subir à nouveau les instants pénibles d'utilisation de peinture/solvant. Dur. Le terme Epic semble alors bien galvaudé, mis à part dans le domaine musical où le jeu excelle avec des thèmes enlevés, parfois repris avec une grande justesse de Castle of Illusion, mais toujours forts au niveau mélodique. Joli à croquer avec ses décors fins, colorés, et son animation décomposée avec talent, Epic Mickey : Power of Illusion aurait pu s'imposer comme un platformer charmant. Il s'arrête au statut de très courte expérience aux arômes 16-bit mais au goût transparent. Son level-design et ses quêtes secondaires en faillite ne choqueront peut-être pas les plus jeunes, qui pourraient même s'amuser sur de courtes sessions, mais son côté poussif, son choix de la prise de risque immédiatement sanctionnée, devraient eux vite mettre en terme à une partie. La fin des illusions.





par Pierre Maugein
le vendredi 30 novembre 2012, 20:41

À découvrir également
Autres articles

Astuces : Epic Mickey Power of Illusion Découvrez les premières astuces et la liste des succès de Epic Mickey : Power of Illusion, nouveau jeu de plateforme dans l'univers de la fameuse série de Disney. 28/11/2012, 10:47
Epic Mickey 3DS : un joli trailer tout en 2D On était sans nouvelle d'Epic Mickey : Power of Illusion depuis sa dernière apparition à l'E3 2012, mais heureusement, Disney nous propose une nouvelle vidéo qui dévoile un peu plus de gameplay. 1 | 23/07/2012, 15:42


Derniers commentaires
>> Soyez le premier à donner votre avis


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Epic Mickey : Power of Illusion

Jeu : Plates-Formes
Editeur : Disney Interactive Studios
Développeur : Junction Point
21 Nov 2012

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours