JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : PC - X360 - PS3

Test Dishonored sur PC sur PC

Test Dishonored sur PC

Si vous ne deviez acheter qu'un seul jeu cette année, arrangez-vous pour que ce soit Dishonored ! De la direction artistique de haute volée au gameplay protéiforme, ce jeu d'exception frappe fort à tout point de vue. En invoquant les esprits de Deus Ex et de Thief, mais aussi de BioShock et de Half-Life 2, les développeurs d'Arkane Studios ont paradoxalement créé un titre à la saveur unique, qui pourrait bien marquer durablement l'histoire du jeu vidéo, comme ont su le faire ses illustres ancêtres. Nerveux et impitoyable si on le parcourt à la manière d'un jeu d'action, Dishonored se fait subtil et délicat quand on choisit la délicieuse voie de l'infiltration. Dans les deux cas, le joueur ressort ravi de l'aventure. Voire grandi, si ses horizons vidéoludiques se limitaient jusqu'alors aux jeux les plus communs.
Retrouvez plus bas la suite de notre test de Dishonored


La Note
19 20 note Dishonored

HIT JEUXACTU
Les plus
  • Direction artistique au top
  • Univers original
  • Gameplay multiple
  • Level design parfait
  • Forte rejouabilité
  • Mémorable, tout simplement
Les moins
  • Définition des textures
  • Peu de dialogues à choix
  • Confusion gauche/droite à la souris


Le Test
Devenu une industrie au même titre que le cinéma, le jeu vidéo se retrouve parfois coincé entre gros budgets sans âme et productions indépendantes sans moyens. La troisième voie, celle du jeu AAA réalisé par des passionnés qui respectent les joueurs, est aussi rare qu'idéale. Vous l'aurez compris, Dishonored fait partie de cette catégorie bénie. Mieux encore, le titre d'Arkana Studios possède même tout ce qu'il faut pour rentrer au panthéon des jeux cultes, dont on reparlera dans dix ans. Et auquel on jouera encore...

DishonoredQuand vient l'heure de tester un jeu vidéo muni d'un scénario, l'étape du "pitch" est quasiment indispensable. Ici, elle consisterait à dire que le joueur incarne Corvo, un garde royal accusé à tort du meurtre de l'impératrice placée sous sa protection. Mais ce ne serait pas vraiment rendre justice à Dishonored de procéder ainsi, car le jeu s'attache à développer un univers entier plutôt qu'un simple scénario. A tel point que, finalement, le véritable héros de l'aventure n'est peut-être pas Corvo, muet comme le sont souvent les protagonistes dans les FPS, mais Dunwall, la ville aux accents Steampunk dans laquelle il évolue. Il ne s'agit pourtant pas d'un monde ouvert, puisque chaque mission impose un écran de chargement, voire plusieurs quand on passe d'une zone à l'autre. Mais les choix artistiques et d'écriture sont tellement forts que le monde de Dishonored paraît plus crédible et plus marquant que bien des open-world, trop génériques pour se distinguer de la masse. Ici, la qualité remplace la quantité et quasiment chaque recoin de chaque niveau semble avoir fait l'objet d'un soin particulier. Et l'ensemble ne manque jamais de cohérence. Nous vous conseillons d'ailleurs de lire tous les documents écrits que vous croiserez dans le jeu. Si certains vous fourniront des indices utiles pour l'aventure, d'autres ne sont là que pour vous expliquer plus en profondeur les rouages de ce monde dystopique, en proie à la peste et dont l'économie repose entièrement sur l'huile de baleine. Ce souci du détail se retrouve dans la fabuleuse direction artistique du jeu, qui s'attache à nous présenter une architecture et des panoramas aussi élégants que crédibles. Ainsi, en observant près d'un port des arbres violemment penchés du côté des terres, on imagine inconsciemment les tempêtes que doivent subir les baleiniers dans leur quotidien. Même ceux qui ne capteront pas ce genre de détails profiteront dans tous les cas de la beauté des décors, qui forment de véritables tableaux. Peintes à la main, les textures évitent soigneusement la facilité du photo-réalisme et dégagent un charme certain. Seule leur définition un peu trop basse les dessert, mais ce point de détail technique n'a que peu d'importance face à la réussite artistique de l'ensemble.

 

Un gameplay créatif

 

DishonoredQuand vient l'heure de tester un jeu vidéo proposant des pouvoirs surnaturels, l'étape de leur énumération est quasiment indispensable. Ici, elle consisterait à rapporter que Corvo peut, selon la répartition que le joueur fera des runes trouvées puis ramassées dans les niveaux, invoquer une nuée de féroces rats, ralentir le temps, voir à travers les murs, ou encore prendre possession des animaux et des humains. Mais ce ne serait pas vraiment rendre justice à Dishonored de procéder ainsi, car le jeu s'évertue à ne jamais rien nous imposer. A tel point qu'il est tout à fait possible de terminer toutes les missions sans jamais utiliser ces pouvoirs. Seul le clignement (qui consiste à se téléporter quelques mètres en avant) est indispensable. La liberté est telle qu'on peut réellement aborder l'aventure de deux manières bien différentes  : comme un jeu d'infiltration, où l'on se fait le plus discret possible, ou comme un jeu d'action, où l'on passe son temps à décimer les ennemis à coup d'épée, de pistolet ou d'arbalète. Les deux voies sont parfaitement viables et, en pratique, il ne faut pas hésiter à alterner entre l'une et l'autre au gré des évènements. Ou, au contraire, s'en tenir à une ligne de conduite stricte si on souhaite s'imposer un challenge particulier. C'est bel et bien le joueur qui décide de sa manière de progresser, et non des scripts ou des passages trop coercitifs. Il faut juste savoir que la voie de la violence paraît plus facile au départ mais que générer du chaos n'est pas sans conséquences (il y aura par exemple plus de groupes de rats potentiellement mortels dans les niveaux). Et que la voie furtive est bien plus gratifiante pour le joueur, qui retrouve alors des sensations réellement dignes d'un Deux Ex, d'un Thief ou d'un Hitman. Les développeurs ont d'ailleurs poussé le concept de l'infiltration jusqu'à son paroxysme puisqu'il est possible de terminer le jeu sans tuer quiconque. Etrangler les gardes jusqu'à ce qu'ils s'évanouissent est nettement plus magnanime que de leur planter une lame dans la gorge, surtout que le jeu évite tout manichéisme. Les motivations des personnages les plus vils ont parfois quelque chose de noble, et les simples soldats ne font que leur travail. Comble du bonheur : alors même que l'objectif des missions est souvent d'assassiner quelqu'un en particulier, il y a toujours une voie alternative permettant de laisser la vie sauve à notre cible, tout en la retirant de l'échiquier.

 

Légion d'honneur pour Dishonored

 

DishonoredQuand vient l'heure de tester un jeu vidéo, quel qu'il soit, l'étape du recensement des défauts est quasiment indispensable. Ici, elle consisterait à regretter que les dialogues à choix multiples sont beaucoup trop rares (le jeu aurait vraiment gagné à lorgner un peu plus vers le RPG) et à tiquer sur les contrôles à la souris (le clic droit contrôle l'attaque de la main gauche, tandis que le clic gauche contrôle la main droite, ce qui est compréhensible par rapport aux conventions ludiques mais tout de même perturbant). Mais ce ne serait pas vraiment rendre justice à Dishonored de procéder ainsi, car les qualités du jeu rendent ses quelques imperfections négligeables. Certaines d'entre elles se révèlent même être des qualités. Ainsi, si les contrôles peuvent sembler un peu flottants au premier abord, on s'habitue rapidement à leur légèreté, qui représente à merveille l'agilité du héros. Et tout est fait pour que chaque joueur puisse adapter le jeu à ses préférences. Il est par exemple possible de désactiver des tas d'indications visuelles (objectifs, emplacement des runes, éléments d'interface...), et passer ainsi d'une expérience très accessible à quelque chose de plus "hardcore", mais jamais injuste ni infaisable. Il faut dire que le level design se suffit à lui-même. Intelligemment construits, les niveaux multiplient les voies d'accès mais restent toujours cohérents et ne paraissent jamais artificiels. Contrairement à un Deus Ex Human Revolution, dont les ficelles à base de conduits d'aération finissaient par être un peu trop systématiques, les différents chemins proposés par Dishonored ne sont jamais trop visibles. Passer par les toits ou les égouts, pirater ou désactiver un système de défense, prendre possession d'un rat pour passer dans une bouche d'aération ou se projeter dans un soldat afin de ne pas éveiller les soupçons de ses collègues, passer inaperçu en se projetant  grâce au clignement ou bien en gelant le temps, il y a toujours mille façons de progresser. Résultat des courses  : on peut passer des heures dans chaque niveau, juste pour le plaisir de trouver tous les parcours envisagés par les développeurs. Couplée au choix laissé dans le gameplay, aux différents objets à collectionner et au succès "fantôme" pour chaque mission (qui consiste à ne jamais se faire détecter), cette caractéristique assure d'une excellente rejouabilité. Marquant et inoubliable sur bien des aspects, Dishonored s'impose donc comme un titre majeur, qui fera date. A vous de jouer  !

 




Réagir à cet article 24 réponses
Réagir à cet article
Fabien Pellegrini par Fabien Pellegrini
le lundi 8 octobre 2012, 11:30

À découvrir également
Autres articles

Ubisoft : le Top 2013 des meilleurs jeux de la concurrence Une fois n'est pas coutume, Ubisoft a décidé de se plier à l'exercice du Top de fin d'année. Plusieurs personnes influentes de la firme ont donc dévoilé leurs meilleurs jeux de 2013. Voici tout de suite leur palmarès ! 9 | 22/01/2014, 11:41
Dishonored : l'édition GOTY officialisée Fans de Dishonored, réjouissez-vous! Bethesda Softworks vient d'annoncer que la version GOTY du jeu arrivera très prochainement. L'occasion parfaite de découvrir ou redécouvrir les aventures de Corvo l'assassin. 1 | 12/09/2013, 18:02


Derniers commentaires
Par Antipathique le Lundi 17 Juin 2013, 0:59
voter citer
Moche et inintéressant.
Allez, il mérite un petit 11 pour l'univers global.
Inconcevable que je claque plusieurs heures de ma précieuse vie pour une oeuvre aussi médiocre.
Et dire qu'incité par les critiques dithyrambiques, j'ai investi 40 euros dedans...


Par julien.b le Mercredi 23 Janvier 2013, 10:56
voter citer
Une note reste subjective dans tous les cas, et personne ne pousse qui que ce soit à l'acheter. Mais DISHONORED est un excellent jeu dans tous les cas. Ne pas aimer est une chose, dire que les notes qu'il a pu avoir sont non justifiées est autre chose. Il a très bien été accueilli à l'étranger aussi d'ailleurs, le chauvinisme n'a rien à faire là dedans (j'en ai franchement rien à **** qu'il soit français ce jeu, et ceci n'est pas rentré en ligne de compte dans mon impression). Quant à son esthétique, s'il n'est pas techniquement magnifique, son identité graphique suffit à pallier ce manque. Et dire qu'il est laid est abusé. Bref, Dishonored est vraiment un très bon jeu, et mérite que l'on s'y essaie. Sa capacité d'immersion est très forte, à l'instar d'un BIOSHOCK, même si son scénario, correct, n'arrive pas au niveau de l'intrigue de Rapture.

Bref, les rageux, dites nous à quoi vous jouer, qu'on rigole aussi un peu ...


Par dakali le Lundi 3 Décembre 2012, 23:53
voter citer
Tout a fait d'accord avec le commentaire precedent :

MOCHE, sans identité, gameplay laborieux, PNJ chiants a mourir, pouvoir minables... A des années lumieres de bioshock et autres jeux dont il s'inspire paresseusement.


Par TYOTAYL le Dimanche 21 Octobre 2012, 11:42
voter citer
Bon, il faut être nu minimum objectif pour ceux qui n'ont pas encore acheté ce jeu. ce qui m'aurait bien aidé, snif.
Le jeu possède beaucoup de carences dans quasi tous les domaines.

" A dieu chauvinisme désuet qui ne pourrait malgré tout sauver ce jeu des méandres de la médiocrité! "

Premier point, le personnage principal que vous incarnez est vide de sens, d'émotion, de voix et d'une véritable histoire personnelle. La mise en scène est peut être bel et bien à la rue, mais tout de même, une certaine profondeur aurait donné du crédit et une immersion plus intense.
Donc d'entrée, l'ennui s'installe rapidement. Les mécanismes de jeu sautent aux yeux dès les premières minutes et on se dit "non, y'a forcement plus à voir et à faire ?" bah non! quedale! nada! voici quelques détails par point sur les éléments les plus probants.

Scénario (no spoiler) : une ou deux petites idées sympas(lieu & époque, les rats, la peste et l'outsider), mais rien de marquant dans le monde des jeux vidéos. Nous avons vu bien plus grandiose côté trame. Le pire dans tout cela c'est de voir un potentiel totalement inexploité. le jeu manque le coche et aurait du passé du côté plus mature et assumé quitte à perdre un publique puritain fan de Pikmin.

Techniquement, le moteur graphique est bel et bien daté (qui a dit faible coût?) : les textures faiblardes avec du retard d'affichage tellement peu détaillées que l'environnement apparaît comme un vide sidéral. les personnages aussi manquent cruellement de détails et de charisme.
Nous avons été habitué à bien mieux sur les plates formes actuelles.
Les mouvements des personnages ? complètement dépassés.
Le motion capture ? ça ne devait pas être dans le budget:) certains diront, que cela donne un certaint cachet... heuuu, non. c'est tout simplement hyper rigide et triste(péjoratif) à l'écran...mais plus encore.

L'ambiance : Passez votre chemin si vous cherchez un monde riche et percutant. Le travail a été fait à moitié et c'est un euphémisme! le côté steampunk est dérisoire. Vous aurez l'impression que le jeu se cherche toujours une identité visuelle. Le joueur aura du mal à se projeter dans ce monde où il manque de la cohérence à chaque coin de rue.
Importance capitale : Les musiques, point vital d'un jeu, sont quasi inexistantes ici. côté ambiance musicale, c'est le grand canyon. une identité sonore pour chaque lieu n'aurait pas été un luxe.
L'ambiance graphique pseudo voulut par des rues vidées et sans âme car la thématique l'oblige ? je dirais surtout un grand cache misère. :)

La ville : ? Pour être dans le vrai, il faudrait dire de petits quartiers, et encore. A certains endroits apparaîtront des chargements ! Cerise sur le gâteau, tous les lieux sont désespérément vides. peu ou pas de PNJ, peu d'éléments d'habillage, mais de temps à autre des rats bien ringards et toujours en cercle "trop pas naturel tout ça?!" attendent d'être possédés.

Bon vous me direz "houai, mais le gameplay..." parlons en.
Quelques pouvoirs originaux, et encore. la capacité de se déplacer à la verticale et rapidement reste amusant mais bien limité par le terrain de jeu "t'as vu la taille du petit bac à sable ?!". Donc rien de sensationnel. A cela vous diriez "et la possibilité de parcourir un niveau par des approches et des chemins différents!". bah, pas vraiment:) vous aurez en moyenne 4 chemins différents, rien d'exceptionnel aujourd'hui, et le choix de l'approche qui sera généralement toujours furtive (lisez les autres commentaires à ce sujet). vous pourrez posséder des rats, des chiens et parfois de petits poissons pour vous faufiler par un canalisation ... super!

En résumé, voici le piège abscon suite à l'achat de ce jeu.
vous allez effectuer souvent les mêmes approches et vous aurez l'impression de parcourir les mêmes décors durant tout le jeu.

"Tout ça pour vous laisser comme un rat pester sur le goût amer et le portefeuille délesté d'une journée de labeur au charbon".


Par hcgmike le Mardi 16 Octobre 2012, 21:06

likeSmall
voter citer
Un trés grand jeu ! Le nouveau Half Life qui procure un plaisir rare sur tous les plans (sauf sexuel, faut pas abuser non plus) Jouabilité parfaite, illustrations sonores de haut niveau, graphismes fabuleux( un travail manuel d'artiste qui ne se résume pas à des textures plaquées sur des polygones) conviction des doubleurs français, bonne rejouabilité, histoire sympa. Ah oui juste un défaut qui n'a pas été relevé : le héros de parle pas (même reproche que dans RAGE et ... HL !)

Par PeaceandGeek le Samedi 13 Octobre 2012, 15:40
voter citer
Malgré son univers unique et original, le jeu a un peu de mal à se démarquer des autres productions de cet acabit.

Plus d'infos dans mon test complet sur http://peace-and-geek.blogspot.fr/2012/ ... nored.html


Par jefaitchier le Samedi 13 Octobre 2012, 11:50
voter citer
Mon pauvre deelane je me demande a quoi tu joue si tu trouve ce jeu moche regarde les autres jeux a cotés COD,assassin's creed,GTA,skyrime,fifa,bioshock,saint row,gost recons,sleeping dogs tous ces jeux ne sont pas meilleur graphiquement que dishonored,même certain sont loin derriére. Soit je pense que tu est jalou car il y a un jeu que tu aimes qui n'a pas eu une aussi bonne note ou soit tu n'y connaît rien en jeux video car comme la dis Crazyaeon un jeu cool c'est un jeu joli.

Par xchameaux le Jeudi 11 Octobre 2012, 23:17
voter citer
Jeu absolument supper mais terminer en 14h...

Par Toll_Khyenn le Mardi 9 Octobre 2012, 22:23

likeSmall 394
voter citer
19/20? J'imagine que le testeur a pris son pied en y jouant. Ma foi, ce jeu, que je ne connaissais pas plus que ça, me tente vraiment.
Quant à ceux qui critiquent en disant "c'est moche" dois je leur rappeler qu'un beau jeu ne fait pas forcément un bon jeu. J'ai joué à pas mal de jeux "pauvres" graphiquement qui pourtant m'ont tenu en haleine pendant des heures, contrairement à certaines "démos techniques" qui se prennent pour des jeux. ;)


Par abderleboss le Mardi 9 Octobre 2012, 16:44

likeSmall
voter citer
Le jeu il est bien mais 19 c'est beaucoup et c'est partout 19/20 y'a pas que ici

Original ? je trouve pas que le jeu sois original , c'est un mélange de beaucoup de jeu, style Bioshock,Assassin Creed,Fear etc

et les graphismes sont vraiment moches sur console.

Pour moi c'est pas plus de 15/20


>> Voir les 24 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Dishonored

Jeu : FPS
Editeur : Bethesda Softworks
Développeur : Arkane Studios
12 Oct 2012

12 Oct 2012

12 Oct 2012



Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours