JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : X360

Test Halo 4

Test Halo 4 sur Xbox 360

Pas vraiment pressé de commencer le développement d'un Halo 4 avant de quitter Microsoft, Bungie a aiguisé ses – belles – armes sur Halo 3 ODST et Halo Reach, spin-off et préquelle, et a donc laissé à 343 Industries le soin de cette tache d'un fort beau gabarit. Pour la première fois aux commandes de la série, et surtout d'un épisode chiffré, il devait non seulement ne pas décevoir les fans extrémistes, tout en répondant à certaines des plus grandes questions de l'univers Halo, sans oublier d'essayer d'être un minimum original. Un programme propre au stress qui a pourtant été en grande partie réussi avec ce Halo 4. Sans du tout révolutionner la saga, le studio est tout de même parvenu à conserver intacte l'efficacité nerveuse du gameplay, tout en l'adaptant aux nouveaux et convaincants Forerunners. Insérer une nouvelle race dans un univers aussi réglé et carré que Halo était un risque, qui est bien négocié et qui parvient par ailleurs à donner l'envie de voir ce qu'il serait possible de faire avec un peu plus de variété côté Prométhéen. Globalement, Halo 4 est une sorte de super Halo Reach avec un moteur remanié, qui affiche désormais de bien belle choses, quelques touches de modernité et un multi encore plus complet. Mais là où Bungie avait progressé, c'est à dire la fluidité dans la progression, l'intérêt des missions et une stabilité du rythme sur un jeu entier, 343 Industries pèche et semble ne pas maîtriser son sujet. Reste un exercice de style de qualité, très bien fait, avec de vrais beaux moments, mais qui risque de décevoir ceux qui attendaient une grande marche franchie après Halo 3.
Retrouvez plus bas la suite de notre test de Halo 4 


Les Notes
16 20 note Halo 4 4 5 note multi-utilisateurs Halo 4
Les plus
  • Moteur 3D convaincant
  • Direction artistique très léchée
  • La bande-son de Neil Davidge exceptionnelle
  • Un multi costaud
  • Un gameplay efficace et équilibré
  • Les Prométhéens bien fourbes
  • La vue casque plus immersive
  • Une fin réussie
  • Scénario agréable à suivre...
Les moins
  • ...mais une narration pas vraiment maîtrisée
  • Les armes Prométhéennes un peu décevantes
  • Level-design en dent de scie
  • Manque de rythme
  • Les missions Spartan Ops assez basiques


Le Test
Comme en prévision de son futur départ du giron de Microsoft, Bungie ne s'est jamais projeté dans le futur après Halo 3. Histoire parallèle, préquelle, le Master Chief attendait dans un fond de cale, perdu au milieu d'étoiles et de questions. C'est à 343 Industries qu'a été confié la petite tâche de rien de tout de contenter un parterre de fans, majoritairement américains, qui font de Halo une sorte de mythe moderne. Entre les livres, les films d'animation, les web-séries, l'univers créé par Bungie possède désormais une ampleur qui est tout à fait propice à la petite faut d'inattention qui crée une polémique de 50 pages sur un obscure forum parce que non, Cortana n'est pas née un 10 décembre mais un 28 juin. Un poids qui égale presque celui d'une cuisse du Spartan 117 et qui a donné lieu aujourd'hui à un résultat différent. Dans quel sens ? Réponse dans notre test de Halo 4.

Cette fois, c'est Cortana qui est au centre de Halo 4Ce n'est pas un secret, ou alors il est déjà temps de vous arrêter, le Master Chief avait été laissé pour plutôt pas très vivant  lors de la conclusion de Halo 3. Dans les restes épars du Forward Unto Dawn, il s'était finalement octroyé une petite sieste cryostatique, accompagné par une Cortana qui l'a veillé pendant plus de 4 années. Une période durant laquelle l'humanité a progressé, est passée de petite exception faiblarde de la galaxie à puissance militaire exponentielle ; avec à sa tête l'UNSC Infinity, croiseur gigantesque et clé non plus de la défense mais de l'attaque. L'autre grande découverte du Master Chief à la sortie de son after post-Halo est l'existence d'une planète Forerunner nommée Requiem, vers laquelle lui, Cortana, et une flotte entière de vaisseaux Covenant sont irrémédiablement attirés. Un coup de « pas de chance » qui va amener le Spartan 117 à tenter de s'extirper de ce bourbier, tandis que ses adversaires de toujours, pourtant en paix, reprennent du poil de la bête en espérant retrouver enfin leurs dieux. Une situation déjà à la limite du problématique qui le devient pleinement lorsque Cortana se rend compte que, sa limite de durée de vie approchant, elle commence à glisser vers une sorte de dangereuse folie. Un contexte de « un contre tous » en milieu hostile qui évolue au fur et à mesure en une guerre totale qui, une nouvelle fois, ne reposera que sur les épaules en téflon du Master Chief. Et en tant que héros nietzschéen, John va très loin dans cet épisode, oubliant même qui il est au profit de sa cause. Un questionnement de l'humanité qui est au centre du propos de ce Halo 4 et qui donne au joueur, une fois l'aventure terminée, une image rémanente de ce personnage assez loin de celle du héros américain protestant attendu. Il n'y a pas de grande philosophie, ni de messages d'une profondeur insondable, mais la correspondance entre la dernière apparition du Master Chief et les motivations du nouveau badguy résonne de manière maline. Guerrier au design travaillé, cet ancien Forerunner est nommé Le Didacte. Il rejoint sans mal l'Arbiter en tant que figure charismatique de l'ennemi implacable, sans pour autant bénéficier de la même attention. Sous-exploité, ce nemesis à l'armure seyante ne fait que de brèves apparitions dans un scénario et une narration bien timides.

Halo paiera


Le Mantis est un nouveau véhicule bien violent.Point fort de la série Halo, la scénarisation très présente dans chaque épisode est toutefois de qualité très variable. Simple prétexte dans le 3 avec un manque de mise en scène flagrant, elle reprenait une sorte de maturation saine dans ODST avant d'éclore dans Halo : Reach. Une histoire forte gonflée par l'efficacité de l'aspect tragédie annoncée, qui en se construisant autour d'un groupe très lié, donnait au joueur une place importante dans les évènements, notamment lors d'une conclusion marquante. Halo 4 se montre en un sens plus moderne avec l'ajout de nombreux scripts pour développer le sens du spectaculaire ou mettre en place une certaine tension lors de quelques séquences cinématiques jouées, tout en conservant un côté FPS à l'ancienne. Tant dans le fait de délier les mains du joueurs, c'est à dire lui faire grâce d'une avalanche de QTE et de missions entièrement automatisées à la Call of Duty, que dans celui de privilégier la notion de niveaux. Une direction vers le jeu pour le jeu qui n'est pas à regretter, mais 343 Industries a laissé sur le bord de la route une partie de son histoire et la manière de la raconter. Ou du moins un équilibre. Car le scénario est bon ; intéressant sur la place de l'humanité dans la galaxie et parsemé de moments de bravoure, parfois extrêmes, qui rythment avec soin le récit. Le problème se trouve davantage dans le manque de fluidité et le côté mécanique du déroulement des évènements. Certains passages voulus comme épiques ne sont pas remis en contexte, perdent leur but et donc la motivation du joueur. Un fonctionnement en dent de scie qui rappelle un peu Halo 3 avec son ouverture et son final prenant, de part et d'autre d'un ventre mou limite soporifique. Le jeu de Microsoft est clairement au-dessus en terme de narration, mais renoue plus ou moins avec cette voie de l'enchaînement de missions aux liens un peu trop ténus qui casse la montée en puissance. En revanche, Halo 4 excelle dès qu'il faut transmettre l'impression enivrante d'être au coeur d'une fuite en avant surhumaine où la solitude est loin d'être un vain mot. En quelque sorte, le jeu n'est pas encore vraiment à 343 Studios. Il appartient encore à Bungie et les nouveaux venus semblent s'être plus qu'appuyés sur l'ancienne équipe, avec des reprises de Halo 3 et Reach, notamment lors d'une fuite en Ghost et de l'assaut d'une base ennemie aux commandes d'un Sabre. D'où cette timidité globale, qui n'est pas une tare, mais qui empêche quelques fois le matériau original de briller. Une efficacité brute en ligne d'horizon qui joue aussi sur la structure des chapitres, découpés en zones de combats.

Combat (R)Evolved


Les Crawlers sont très collants.Déjà bien entamée dans Halo Reach, la réduction des environnements ouverts est encore d'actualité dans Halo 4, même si les premières heures sur Requiem peuvent laisser penser le contraire, soutenues par des plaines ouvertes, des dédales de rochers aux multiples circonvolutions et quelques panoramas plein de promesses. Un emballement qui se referme assez vite dans une logique de zones restreintes où, si la marge de manœuvre est tout de même correcte, les limitations ne se cachent presque plus. Le plus souvent, le jeu propose un entre-deux avec des lignes droites qui aboutissent à des endroits plus vastes, simili-arènes où le joueur peut enfin aborder les ennemis à sa guise. Il faut se faire une raison, le vent de liberté du tout premier épisode ne colle plus avec la vision du FPS moderne. En revanche, l'avantage de ce genre de procédé est de condenser l'action, domaine où Halo 4 se sent très bien. Sans vraiment de barrières en difficulté normale et encore moins en facile, le jeu de 343 Industries révèle les subtilités de son gameplay une fois en  Héroïque ou en Légendaire. Nerveux et basé quasiment sur du one-shot avec une barre de vie qui descend à zéro en deux tirs bien placés, Halo 4 diffuse un stress revigorant et oblige à peaufiner chacune de ses sorties. L'équilibre entre le risque et la récompense est calculé avec finesse, et les différents champs de bataille sont bien conçus pour profiter de ce système de cache-cache guerrier. D'autant que si les Covenants disposent de pattern assez lisibles et surtout bien connus, les nouveaux Prométhéens sont eux un combat de chaque instant. Il en existe trois sortes, les Knights, les Crawlers et les Watchers, chacune avec des déclinaisons suivant l'arme utilisée. Les Crawlers sont les plus courants et, comme les Grognards, n'hésitent jamais à venir débusquer le joueur. A la différence près qu'ils se montrent bien plus rapide et qu'ils ont la capacité de grimper aux murs. Ils servent de soutien aux Chevaliers qui demandent eux de nombreux tirs avant que leur bouclier tombe et laisse une fenêtre de tir. Mobiles, ils ont la capacité de se téléporter à deux pas du joueur pour lancer un coup d'épée destructeur lorsqu'ils se sentent acculés.

L'approche Halo, même si elle n'a pas évolué en profondeur, continue d'étonner par son efficacité et le plaisir ressenti à cette orientation risque-tout."

La vue casque à la Metroid Prime est très immersive.Pire, ils peuvent invoquer des Watchers qui sont des sortes de couteau-suisses vivants et volants. Spécialistes de la disparition en une petite seconde après avoir subi un tir, ils assurent la sécurité des Knights en leur offrant une barrière d'énergie, en appelant des Crawlers ou mieux, en ressuscitant un ennemi abattu. Autant dire qu'ils prennent la place de cibles prioritaires, dans des situations de combat qui demandent de procéder avec méthode pour éviter d'être submergé, ce qui arrive vite et très souvent. Avec toutefois quelques ratés de l'I.A , en particulier à grande distance, certains adversaires ayant choisi de rester paralysés après un premiers tir. Les armes prométhéennes sont alors un refuge, notamment l'équivalent du fusil-mitrailleur de base humain, à la cadence bien supérieure et sans le problème de surchauffe de la version Covenant. Plus anecdotique, le fusil-à-pompe sera vite délaissé au profit d'une redoutable carabine à distance moyenne qui s'avère aussi puissante que ses équivalents dans les deux autres races, mais avec un chargeur plus fourni et un réticule très confortable. Un arsenal supplémentaire assez décevant, car trop similaire au paquetage humain, mais qui offre une « durée de vie » rassurant davantage. Les Prométhéens eux dynamisent les affrontements et sont un ajout de choix. Ils offrent un bol d'air au gameplay, que le joueur doit apprendre à re-appréhender pour s'adapter au rythme de ces duels, différent de celui propre aux Covenants. L'approche Halo, même si elle n'a pas évolué en profondeur, continue d'étonner par son efficacité et le plaisir ressenti à cette orientation risque-tout. Surtout avec un bouclier qui, une fois vide, ne laisse le droit qu'à un seul tir avant une mort certaine. Hardcore mais raccord avec l'augmentation de la nervosité ambiante. Le nez contre le sol, le joueur aura d'ailleurs le loisir de juger de la montée de gamme du moteur de ce Halo 4.

HALO UI CER MASTER CHIEF


Le multi est encore une fois une grosse part de ce Halo 4.Utilisant le moteur de Reach en version ++, Halo 4 affiche des décors qui ont enfin du relief, grâce à des textures plus riches qui amènent de la variété dans les types d'environnements et donnent moins le sentiment d'un copier-coller à grande échelle. 343 Studios s'est même permis de composer des panoramas somptueux et visuellement marquants, comme le cimetière de vaisseaux, l'arrivée devant l'immense tour Prométhéenne, ou encore l'apparition d'une certaine planète en conclusion d'une séquence frissonnante que ne renieront pas les amateurs de Star Wars. Un bond graphique évident qui ne fait pas encore de Halo 4 l'égal d'un Gears of War 2, mais qui lui permet – enfin – de ne pas rougir complètement devant la concurrence. Une prise de couleur qui serait pourtant sa spécialité et qui se retrouve dans la direction artistique particulière du titre, basée sur des teintes claires et vives. Très réussie, cette dernière semble avoir été conçue pour privilégier les plans qui impressionnent, des moments très "artworks en mouvement" qui poussent à arrêter le tir sur Grognards pour admirer le résultat. Un loisir pas vraiment abordable dans l'autre grand pan du jeu, le multijoueur. Là encore, Halo 4 mêle deux écoles. La première est somme toute classique, à savoir un mode Jeux de Guerre qui reprend les impératifs du massacre souriant entre joueurs. CTF, DeathMatch, Assassin, Capture de Territoire, les habitués reviennent s'accouder sur un zinc briqué. Le changement intervient dans le service, avec le retour d'un système de paquetage, mais désormais limité aux armes, bonus, et outils secondaires débloqués au fur et à mesure des rangs gagnés. Subtilité, les armes les plus destructrices sont maintenant cachées de manière aléatoire sur les maps afin de ne pas provoquer de rush massif dès le respawn. Une excellente idée qui contrebalance l'avantage des accessoires comme la vision infrarouge (Prométheéenne) ou les boucliers d'énergie, véritable plaie pour les nouveau venus,. Le matchmaking étant pour le moment assez peu porté sur le tri entre pros de la gâchette et débutants. L'autre partie resprésente le tout frais Spartan Ops, pas du tout inspiré du Spec Ops de la série Call of Duty. Mais le côté filou de 343 Industries est d'avoir su faire évoluer la formule avec une scénarisation. Directement liées à la campagne, les opéarations Spartan Ops se déroulent 6 mois après la fin du solo et racontent les aventures d'une escouade de Spartans. Le tout est découpé en saisons, qui comportent plusieurs épisodes, eux-mêmes scindés en chapitres. Une volonté de se calquer sur les séries télés, qui passent par une véritable introduction de chaque épisode, en CG, et des dialogues durant les missions. Un enrobage classieux, mais malheureusement bizarrement compressé, qui pour le moment est la force principale d'un mode où les objectifs restent en majorité assez peu passionnants. Tout du moins en solo, la pilule passant bien mieux à 4 en coop. A revoir lorsque le scénario propre à ce Spartan Ops aura pris son envol.





par Pierre Maugein
le jeudi 1er novembre 2012, 8:20


 Furieux Votez  Blasé Votez  Indifferent Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Indifferent


À découvrir également
Autres articles

Halo 4 : la version GOTY arrive avec des bonus Microsoft vient d'annoncer qu'une version GOTY de son FPS Halo 4 était prévue pour sortir en octobre prochain. La version contiendra de nombreux contenus additionnels tirés des différentes versions du jeu déjà sorties. 27/08/2013, 11:13
Halo 4 : découvrez le trailer du DLC Champions 343 Industries et Microsoft viennent de dévoiler un nouveau trailer pour le DLC "Halo 4 Champions Bundle" qui sort ce 20 août sur le Xbox Live. Ce dernier ajoutera des armures, des maps et des skins. 20/08/2013, 12:09


Derniers commentaires
Par Fatchati ! le Samedi 10 Novembre 2012, 20:04
J'adore le dernier Halo 4 :) j'y joue non stop depuis que je l'ai acheté en ligne, il est beaucoup moins cher sur Cashmédia.be je l'ai reçu en 2 jours en plus :)

Répondre
-
voter voter

Par Sakura84 le Samedi 3 Novembre 2012, 18:57
Pas fan de FPS à la base mais Halo a un charme indéniable. Collector pré commandé pour part ! ^^

Répondre
-
voter voter

Par Pur-Othentik le Vendredi 2 Novembre 2012, 16:47
Pour ceux qui disent que la license s'essouffle, je rappelle que Halo 3 s'était pris un 15.
Et elle n'est pas prête de s'arrêter, vu que c'est le premier épisode d'une nouvelle trilogie.
Bref, 92/100 sur Metacritique, pour un premier essai de 343i, c'est presque un coup de maître. Je le prendrai à coup sûr le jour de sa sortie !


Répondre
-
voter voter

Par kekekeke28 le Vendredi 2 Novembre 2012, 14:11
Halo, à l'huile? :lol:
ok je sors


Répondre
-
voter voter

Par Suriyamasama le Vendredi 2 Novembre 2012, 12:01
Bungie en avait marre mais pas Microsoft on dirait
moi je passe la main, Halo c'est fini pour moi


Répondre
-
voter voter

Par Toll_Khyenn le Vendredi 2 Novembre 2012, 8:48

likeSmall
Je suis en retard, j'ai pas encore fait Halo Reach... Du coup, quand je me déciderai à faire le 4 il sera bien moins cher. Pas de Day one pour moi donc! :D

Répondre
-
voter voter

Par squeeze69 le Vendredi 2 Novembre 2012, 2:57

likeSmall 2
mmmm 16/20 ? la licence commence a s' essouffler ! jespère que se sera le dernier

Répondre
-
voter voter

Par tsubaki le Vendredi 2 Novembre 2012, 1:02
heu Halo 4 vous l'avez testé a la paris game week? parce qu'il n'est pas encore sorti..

Répondre
-
voter voter

Par everygooo le Jeudi 1er Novembre 2012, 23:52
call of dutty pour les pigeons et HALO 4 pour les vrai gamer....

Répondre
-
voter voter

Par KBowser le Jeudi 1er Novembre 2012, 22:50

likeSmall 1
Sans moi aussi :D

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 18 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Halo 4

Jeu : FPS
Editeur : Microsoft Game Studios
Développeur : 343 Industries
6 Nov 2012

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr