JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PS4

Test Detroit Become Human : David sort enfin de sa Cage, le jeu de la maturité !

Test Detroit Become Human (PS4) : David sort enfin de sa Cage ! Hit JeuxActu
La Note
18 20
Tout comme Heavy Rain et Beyond : Two Souls à leur époque, Detroit : Become Human va diviser, c’est une certitude. Certains le considéreront comme une vulgaire succession de QTE sans intérêt, tandis que d’autres y verront une expérience unique qui marquera l’histoire des jeux narratifs. D’une richesse incroyable sur le plan scénaristique, capable de faire cohabiter trois univers différents avec brio, la dernière œuvre de David Cage est également une prouesse technique tant la réalisation est magnifique malgré une forme d’inégalité. Mais ce sont surtout les émotions que suscite Detroit : Become Human qui nous ont secoués, Kara cristallisant à elle seule tout ce que le patron de Quantic Dream a toujours souhaiter véhiculer dans le jeu vidéo. L’exact contraire de Markus qui, pour le coup, aurait mieux fait de rester un banal androïde. En tout cas, la PS4 tient encore une fois une exclusivité qui fera date.

Les plus
  • Des séquences impressionnantes sur le plan graphique
  • La durée de vive titanesque
  • Terriblement immersif
  • Une B.O. démentielle
  • Le nombre incalculable de choix
  • Kara, l’émotion à l’état pur
  • Connor, on a adoré
  • Rythmé du début à la fin
  • Des scènes vraiment marquantes
  • Une expérience unique à vivre absolument
  • Des personnages secondaires au niveau
  • Trois héros, trois univers différents
  • Des thèmes qui nous parlent
  • Des contenus bonus qui valent le détour
  • Des acteurs qui crèvent l’écran…
Les moins
  • …sauf Jesse Williams (Markus)
  • Des inégalités visuelles
  • Pas beaucoup de challenge
  • Un jeu qui va diviser, clairement
  • Des choix de réponse pas tout le temps clairs
  • Pour revenir sur ses choix une fois le jeu terminé, c’est compliqué
  • On ne peut pas zapper les cut scenes


Le Test
Nous y sommes, les amis. Quasiment cinq ans après l’excellentissime Beyond : Two Souls (PS3), Quantic Dream débarque enfin sur PS4 avec Detroit : Become Human, le nouveau projet de David Cage qui nous fait languir depuis la Paris Games Week 2015. Si l’émotion et la narration semblent être devenues quasi indissociables du jeu vidéo, c’est en partie grâce au studio français qui n’a jamais dévié de ses principes, et ce en dépit des nombreuses critiques qu’il s’est pris en pleine figure. Décidé à repousser les limites d’un genre dont il a été l’un des pionniers, le réalisateur de Heavy Rain propose une expérience à vivre absolument, bien que le scénario ne nous ait pas happés comme le tueur aux origamis avait réussi à le faire.

Detroit : Become HumanOn peut accuser David Cage d’être un cinéaste frustré (ce qui n’est pas notre cas, hein), mais on ne peut certainement pas douter de son implication dans chacune de ses créations ; elle est totale, c’est évident. De toute façon, pour coucher sur papier un scénario contenant des milliers de variables, il ne faut pas compter ses heures et renoncer aux ponts du mois de mai. Maintenant que l’on a bouclé Detroit : Become Human, on peut le dire : ce gars-là est un taré. Lui et ses équipes ont abattu un boulot monstre, et il suffit de regarder l’arborescence défiler sous nos yeux au terme de chaque chapitre pour s’en apercevoir. Là, on ne parle même plus d’un choix qui entraîne quelques conséquences, mais d’une décision qui provoque une cascade de réactions à court et à long terme. C’est tout simplement hallucinant le nombre d’éventualités prises en compte par Quantic Dream, ce qui permet d’obtenir une trame d’une richesse inouïe. Si l’on dit de David Cage qu’il est un grand malade, c’est aussi parce qu’il y a des scènes que très peu de joueurs verront mais qui n’ont pas été écartées pour autant par les développeurs. De toutes celles que l’on a vues après avoir découvert quatre fins différentes, aucune n’a été réalisée à l’arrache. Elles ont chacune bénéficié du même soin, de la même attention, de la même minutie ; quand on fait partie du staff, il faut être ultra solide dans la tête. Pardon si l’on donne l’impression de ne pas s’en remettre, mais c’est sans doute la première fois qu’un jeu va aussi loin dans le concept, surtout quand on a conscience de toutes les sessions de mocap que ça a nécessité.


VARIABLES & CONSÉQUENCES


Detroit : Become HumanAvec Detroit : Become Human, jamais l’expression « écrire sa propre histoire » n’aura été aussi vraie. Certes, les dialogues n’ont pas tous un impact sur le déroulement des événements, mais l’idée est de permettre au joueur de faire le salaud ou de rester fidèle à ses valeurs sans qu’il soit remis sur une sorte de rail scénaristique en forme d’entonnoir. Zéro game over, il faut assumer jusqu’au bout. Puisque David Cage n’est pas du genre manichéen, tout est fait pour que l’on ait de l’empathie envers les personnages, y compris quand ils se comportent comme des pourritures. Ca reste du jeu vidéo, mais c’est vrai que l’on se demande en permanence ce que l’on aurait fait dans telle ou telle situation. Ces questionnements sont dus aux nombreux thèmes abordés par le jeu tels que la ségrégation, le racisme, l’esclavage domestique, l’intelligence artificielle, le chômage engendré par les nouvelles technologies, ou encore la clandestinité. Des sujets forts sur lesquels se divise la société, ce qui explique pourquoi l’aventure sera différente d’un joueur à l’autre. Après avoir dit tout ça, on peut raconter les premières pages du script de Detroit : Become Human qui se déroule donc dans un futur proche (en 2038) et permet d’incarner trois androïdes différents conçus par CyberLife. Hyper froid, programmé pour ne se fier qu’aux faits et déterminé à mener à bien sa mission, Connor est un enquêteur pince-sans-rire. Il va tenter de comprendre pourquoi plusieurs de ses congénères sont devenus des déviants et ont commencé à se comporter comme s’ils étaient dotés d’une conscience.

Avec Detroit : Become Human, jamais l’expression « écrire sa propre histoire » n’aura été aussi vraie. Certes, les dialogues n’ont pas tous un impact sur le déroulement des événements, mais l’idée est de permettre au joueur de faire le salaud ou de rester fidèle à ses valeurs sans qu’il soit remis sur une sorte de rail scénaristique en forme d’entonnoir. Zéro game over, il faut assumer jusqu’au bout.


Detroit : Become HumanIl y a ensuite Kara, une domestique chargée de maintenir en ordre la maison de Todd et de sa fille Alice. Enfin, Markus est l’homme à tout faire de Carl Manfred, un peintre milliardaire ayant perdu l’usage de ses jambes. C’est lui qui va mener la rébellion, mais c’est aussi lui la petite faille du scénario. En effet, son point de vue permet de savoir ce qu’il se trame du côté des déviants, et on met donc assez vite le doigt sur l’origine du bug même si un enjeu supérieur vient se greffer derrière. En tout cas, Detroit : Become Human impressionne par sa faculté à supprimer les temps morts qui cassaient le rythme dans Heavy Rain et Beyond : Two Souls. En fait, tout a un sens et même le geste le plus insignifiant (ouvrir une fenêtre, par exemple) est susceptible d’avoir une conséquence, bonne ou mauvaise. Du coup, on se retrouve dans un univers immersif où chaque détail compte, où l’on n’a pas la sensation d’enchaîner les QTE pour combler un vide. A la limite, le dénouement final n’est que la cerise sur le gâteau, l’essentiel résidant surtout dans ce cheminement pour y parvenir. Le jeu nous fait passer d’un protagoniste à l’autre pendant une trentaine de chapitres, l’histoire s’étalant sur trois mois. Si Markus, Kara et Connor peuvent se croiser à certains endroits, ce n’est absolument pas une obligation ; encore une fois, les développeurs ont tenu à nous laisser notre libre arbitre. Pour ceux qui se posaient des questions sur la prise en main de Detroit Become : Human, sachez que la formule se rapproche de celle de Beyond : Two Souls, c’est-à-dire quelque chose de très maniable pour une production Quantic Dream, mais qui manque encore de souplesse quand on regarde ce qui se fait à côté.


SON JEU, VOTRE HISTOIRE


Detroit : Become HumanAprès, cette rigidité n’est pas très gênante dans la mesure où le jeu reste assez dirigiste. Et puis, les zones à explorer sont loin d’être immenses. Non, on assiste plutôt à un enchaînement d’environnements réduits où l’inertie des personnages ne nous fera pas péter un plomb. Tant mieux. Comme on en a désormais l’habitude avec David Cage, le stick droit permet d’initier une action – ouvrir une porte, se saisir d’un cadre photo, ramasser un document. Les fonctionnalités gyroscopiques de la DualShock 4 sont également mises à contribution, tout comme le pavé tactile. Contrairement à Beyond : Two Souls où les commandes étaient plus ou moins masquées pour offrir une interface épurée, Detroit : Become préfère y aller franco, notamment lors des phases de combat où les icônes s’affichent en gros à l’écran. Est-ce que ça ruine l’ambiance ? Pas vraiment. Il s’agit même d’un choix intelligent puisque, en contrepartie, il n’y a plus ce bullet time qui avait tendance à bousiller le challenge avec Jodie. On ne dit pas que Detroit : Become Human est difficile, mais le gameplay étant déjà simplifié, il n’était pas nécessaire d’en remettre une couche. En plus de ces mécaniques communes aux trois persos, chacun d’eux possède ses propres compétences via le Mind Palace (R2). Ainsi, Connor est capable d’analyser n’importe quel indice trouvé sur une scène de crime et de reconstituer celle-ci une fois tous les éléments en main. C’est à la fois bien fichu et légèrement tiré par les cheveux, puisque l’on ne pourra interagir avec certains éléments qu’une fois la reconstitution achevée. Quand il se lance à la poursuite d’un suspect, l’agent de CyberLife peut aussi déterminer le chemin le plus rapide pour le rattraper, sachant que cela implique un nombre d’obstacles plus élevé. A l’inverse, la voie la plus safe sera la plus longue. Enfin, accéder à la mémoire des androïdes lui offre l’occasion de gratter quelques infos supplémentaires, comme à l’Eden Club.

Contrairement à Beyond : Two Souls où les commandes étaient plus ou moins masquées pour offrir une interface épurée, Detroit : Become préfère y aller franco, notamment lors des phases de combat où les icônes s’affichent en gros à l’écran. Est-ce que ça ruine l’ambiance ? Pas vraiment. 


Detroit : Become HumanEn ce qui concerne Kara, bien qu’elle sache se défendre, elle est encore plus à l’aise quand il s’agit de se déplacer sans être vue. Rien de bien compliqué, il suffit juste de passer d’un endroit à un autre dès que les ennemis ont le dos tourné, une armoire ou un placard pouvant très bien servir de planque provisoire. Pour ce qui est de Markus, il a la possibilité de visualiser le trajet qui lui permettra d’atteindre sa cible ou le point de chute sans se crouter. C’est également le seul à pouvoir convertir les androïdes pour qu’ils ne soient plus sous le joug des êtres humains. En proposant trois types de gameplay, Quantic Dream renforce la singularité de ses héros auxquels on s’attache au fil du jeu ; enfin, sauf un. Pour tout vous dire, on a vite mis de côté Markus qui est d’une transparence affligeante alors qu’il est censé être le leader des déviants. Jesse Williams (l’acteur qui l’incarne) est mono-expressif au possible, tout le contraire de Bryan Dechart (Connor) et de Valorie Curry (Kara) qui parviennent à insuffler toute une palette d’émotions à leur personnage. On évitera de trop rentrer dans les détails pour ne pas spoiler, mais Valorie Curry est indéniablement celle qui nous a le plus émus, bouleversés, secoués, remués, etc. On ne s’attendait pas à la voir à un tel niveau d’acting, et pourtant… Bien évidemment, ça n’engage que nous, mais quand on sait comment Detroit : Become Human est né, c’est un sacré symbole. La qualité d’écriture est telle que même les personnages secondaires défoncent ; mention spéciale à Rose et Luther qui nous ont profondément touchés, ainsi qu’au Lieutenant Hank.

 

LE JEU DE LA MATURITÉ ET DE LA REJOUABILITÉ !


Detroit : Become HumanMême si la narration et l’émotion ont toujours été la priorité de David Cage, quand on bosse avec des acteurs aussi cotés que Clancy Brown (Starship Troopers) ou Lance Henriksen (Aliens), on ne transige pas avec la technique. Sur ce point, le jeu s’inscrit dans la droite lignée de ses prédécesseurs avec une modélisation des personnages tout à fait remarquable. Les expressions faciales sont au top, le grain de peau et ses irrégularités plus vrais que nature, et la synchronisation labiale calée. On a également été bluffés par certaines animations, notamment celles où Connor s’approche de Daniel avec prudence, où lorsqu’il pourchasse Rupert. Bref, ce n’est pas sur la performance capture que le jeu va se planter. Bizarrement, on retrouve cette inégalité visuelle qui caractérise les titres du studio français : certaines séquences sont d’une beauté de dingue, d’autres traînent un peu la patte. Le plus étrange, c’est que ça ne touche pas un aspect du jeu en particulier. Par exemple, les intérieurs peuvent être aussi bien sommaires que magnifiques ; on pense plus particulièrement à la demeure du détraqué Zlatko, ou alors à la scène de crime avec cette atmosphère façon Seven. A ce sujet, chaque protagoniste dispose de son propre code couleur : à dominante bleue pour Connor, ou plus orangé pour Markus. Trois univers bien distincts qui régalent également au niveau du sound design. Là encore, Quantic Dream a fait appel à trois compositeurs différents pour que la B.O. colle au mieux à leur personnalité. On ne vous cache pas que l’on a un faible pour les sonorités binaires de Connor, mais les partitions chaudes et rassurantes de Kara envoûtent tout autant. Rien à redire, donc ? Si, tout de même, car la console (le jeu a été testé sur une PS4 standard) a commencé à cracher ses tripes sur la fin, avec des chutes de framerate suffisamment sérieuses pour abîmer les cut scenes.

 

Quoi qu’il en soit, une fois le premier run torché, il est possible de revenir sur chaque chapitre et de faire un choix différent via des points de sauvegarde. Pratique pour découvrir un pan du scénario à côté duquel on serait passé.


Detroit : Become HumanQuoi qu’il en soit, une fois le premier run torché, il est possible de revenir sur chaque chapitre et de faire un choix différent via des points de sauvegarde. Pratique pour découvrir un pan du scénario à côté duquel on serait passé. Le problème, c’est que pour que notre nouvelle décision ait un impact sur la suite, il est obligatoire de se coltiner tout le reste sans sauter le moindre chapitre. Ce n’est pas vraiment embêtant quand ça concerne les derniers moments de l’aventure, mais quand on désire ramener à la vie un perso dans le dernier tiers du jeu, bon courage. A moins que l’on ait raté quelque chose – auquel cas, toutes nos excuses – c’est plutôt lourd comme système, sachant que l'on ne peut pas zapper les cut scenes. Sinon, on a été agréablement étonné de voir que Detroit : Become Human intégrait quelques à-côtés comme Chloe, un androïde qui nous sert de guide et avec lequel on vous laisse faire connaissance pour ne pas gâcher la surprise. Il y a aussi tous les points que l’on récolte au fur et à mesure que l’on complète les arborescences. Ces crédits permettent de s’acheter du contenu bonus, dont une séquence sublime ou Luther reprend "Hold on just a little while longer" bien connu des amateurs de gospel. Du grand art du début à la fin.



 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
88% Excité


À découvrir également
Autres articles

Detroit Become Human : Quantic Dream annonce enfin les chiffres de ventes, et c'est excellent Si Detroit Become Human fut une réussite critique certaine, on savait que le jeu se vendait bien sans pour autant disposer de chiffres concrets. Quantic Dream vient justement de lever le voile sur les scores... 9 | 06/08/2018, 12:56
Detroit Become Human : des audiences de malade sur Twitch en 6 jours, le jeu dans le top 10 Un score impressionnant que celui de Detroit Become Human juste après sa sortie : en plus des ventes très satisfaisantes, le titre de Quantic Dream s'est hissé dans le classement Twitch des jeux les plus regardés de mai. 27/06/2018, 12:40


Derniers commentaires
Par Darkmetal35 le Dimanche 27 Mai 2018, 10:04

likeSmall 86
J'ai commencé le jeu, il est très bon pour le moment.

Il est vrai que Jesse Williams s'apparente à une grosse erreur de casting, le type a littéralement le charisme d'une huître. D'ailleurs ça détonne par rapport au charisme dégagé par les deux autres.

C'est pareil pour son personnage. A l'heure actuelle les séquences des deux autres sont foutrement mieux ****ès et intéressantes ! La différence est assez flagrante.

J'attends de voir la suite mais pour l'instant c'est clairement le point faible du trio.


Répondre
-
voter voter

Par Sonic Forces le Vendredi 25 Mai 2018, 16:28
La seule experience que j'ai avec ce genre de "jeu vidéo" c'est Batman Telltale.
Honnêtement c'était assez cool mais heavy rain, beyond to souls, je ne considère pas cela comme des jeux mais plutôt comme des experiences participatives.
Par contre j'ai bien aimé la démo de Detroit ça se rapproche + d'un jeu tellement il y a des embranchements. À voir. Je pourrais me laisser tenter par une réduction PS+


Répondre
-
voter voter
1

Par batmanmania le Vendredi 25 Mai 2018, 15:46

likeSmall 437
Les jeux de quantic dream ont un scénario très bon en général.

Répondre
-
voter voter

Par otaku38 le Vendredi 25 Mai 2018, 15:43

likeSmall 170
petite perle !

Répondre
-
voter voter

Par Troverniak le Vendredi 25 Mai 2018, 11:50

likeSmall 119
j'avais bien aimer Heavy Rain, ce genre de jeux font du bien a petite dose mais je vais attendre car je pense pas le prendre au prix fort.

Répondre
-
voter voter
3

Par Bob-LE-bob le Jeudi 24 Mai 2018, 23:46

likeSmall 36
Ce genre de jeu qui va me donner de l'air frais comme pas possible : je rappels que 80 % des jeux vidéo ont une interactivité et du ludique : basé sur l'agressivité , comment ça se fait qu'on ait du mal à creer une jouabilité, ou plutôt une interaction: altruiste , bienfaisante etc...

Répondre
-
voter voter

Par Hylden le Jeudi 24 Mai 2018, 23:05
Narutovore a écrit:Par exemple jePour moi il s'agit donc bien d'un jeu vidéo à part entière, de même qu'HEAVY RAIN, UNTIL DAWN ou DETROIT : BECOME HUMAN.

Encore une fois comme tu disais, question de goût.
Quand je suis une histoire d'un film, je me laisse emporter par la mise en scène et scénario... je n'ai pas à intervenir.
En plus, je suis de genre à vouloir terminer une histoire quand je la commence, pour cette raison je ne regarde les séries que très rarement, je n'aime pas revenir pour en savoir plus.
Il n'y a que le fait d'avancer dans un jeu et vouloir surpasser un obstacle qui peut me faire rallumer la console.

Par ailleurs, un vrai jeu vidéo n'empêche pas de mettre des claques émotionnelles liées à son histoire(Brothers two son, Team Ico...et d'autres encore).
Après, il n'ya en général que dans les films où tu reste scotché encore à cogiter devant le générique de fin ( Brothers two son que j'ai fini en une après midi m'a quand-même gardé scotché pendant le générique de fin)...

Point de vue personnel. Y en a sûrement qui trouveront leur dose émotionnelle dans ce jeu...., pas moi.


Répondre
-
voter voter
1

Par zone104 le Jeudi 24 Mai 2018, 22:36
60 euro le film d'animation , c'te blague .
Je préfère garder mon pognon pour aller voir 5 ou 6 films au cinoche .
Je viens de regarder 1 heure de jeu , c'est top pour s'endormir devant son écran , à part ça R.A.S.


Répondre
-
voter voter
7

Par Napoleone le Jeudi 24 Mai 2018, 22:12

likeSmall 825
@bwoly84

L homme doit deja etre assez sage avec sa propre espece au lieu de fuire en avant vers des sciences qui le depasse deja que l etre humain ne se gere pas


Répondre
-
voter voter
1

Par Deodoo le Jeudi 24 Mai 2018, 21:49

likeSmall 45
J'ai acheté God of War, Detroit me tente mais sans doute en occas, pas bcp de sous en ce moment

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 30 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Detroit : Become Human

Jeu : Action/Aventure
Editeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : Quantic Dream
25 Mai 2018

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.