JeuxActuJeuxActu.com

Test également disponible sur : X360 - PS3

Test Catherine

Test Catherine

Mélange improbable en puzzle-game et jeu d'aventure, Catherine n'est en aucun cas la garantie de se rincer l'oeil pendant des dizaines d'heures devant une blondinette. Du liquide s'écoulera sûrement de vos yeux, mais davantage face à la difficulté parfois harassante de ce jeu qui s'adresse vraiment à des joueurs qui n'ont pas peur de passer des heures à refaire encore et toujours les mêmes phases de gameplay, tout en hurlant. Une fois prévenu et après avoir assumé son choix, Catherine est un jeu d'une grande intelligence, tant au niveau de son level-design que de son propos, adulte dans le bon sens du terme. Un essai risqué qui accuse les stigmates d'un style pas vraiment maîtrisé, avec une prise en main qui souffre de défauts de précision et une caméra pénible, mais qui parvient à se sortir de l'impasse du puzzle-game retors en donnant au joueur des phases de discussions très bien intégrées dans l'ensemble. Des thèmes abordés intelligemment, une cohérence sans faille, les habitudes de la Team Persona sont elles bien établies. Reste que par son genre étrange et sa difficulté punitive, Catherine doit être impérativement approché avant de craquer. C'est aussi ça la relation amoureuse.

Retrouvez plus bas la suite de notre test de Catherine


La Note
17 20 note Catherine
Les plus
  • Très grande qualité d'écriture
  • Level-design bien senti
  • Doublage anglais de haute tenue
  • Une vraie marge de progression
  • L'esprit de compétition roi
  • Chara-design encore une fois impérial
  • Design général très moderne et percutant
  • Bande-son impeccable de Shoji Meguro
  • Un jeu mature dans le bon sens
Les moins
  • Une difficulté qui fait pleurer
  • Les continus limités, atroce
  • Problèmes de précision
  • Répétitif en un sens
  • La caméra mal pensée et rigide
  • Le mode easy ne permet pas de débloquer grand chose


Le Test

Marketé à base de plans culottes, de zoom sur boobs et de poses suggestives, Catherine est vite devenu une sorte d'objets fétiche/fetish pour otaku désireux de plonger dans le décolleté de la jolie blonde. Un stratagème qui a porté ses fruits, avec des ventes confortables pour un jeu qui sous ses airs d'érotisme sulfureux reste avant tout un puzzle-game agrémenté de nombreux éléments de jeu d'aventure. De quoi réduire de manière drastique les bouffées d'envie de la population masculine intéressée par le pitch coquin du soft. Une désillusion charnelle qui fait en revanche naître un fort intérêt ludique. Vaut-il mieux être trompé en le sachant, ou se laisser bercer d'illusions ? Réponse dans notre test de Catherine.


CatherineVincent, 32 ans, est un peu paumé. Dans une société qui ne lui convient pas, il exerce un travail pas vraiment épanouissant et se retrouve empêtré dans sa relation avec Katherine. Autoritaire, mais gentille, elle le laissait vivre sa vie, jusqu'à cette annonce de mariage. A partir de là tout s'est enchaîné, un peu de dépression, un enfant qui arrive et cette fille, Catherine, rencontrée un soir où les verres se vidaient un peu trop vite. Un schéma de dérive passagère très classique qui aboutit à une dimension fantastique qui l'est beaucoup moins. Depuis peu, Vincent fait des cauchemars dans lesquels il se retrouve sous la forme d'une sorte d'homme-mouton face à un gigantesque mur. Un lieu glauque, inquiétant, qui change de thème chaque nuit. Il y est confronté non seulement à des personnes dans la même situation que lui mais aussi aux pièges que renferme cette grande structure à escalader. Un ennemi vertical qui va être la source de vos cauchemars, cette fois dans la vie de tous les jours. La Persona Team d'Atlus a décidé de mettre la dose et le difficulté de Catherine est une véritable plaie. Les joueurs désireux de simplement courtiser paisiblement la jolie jeune fille vont se heurter violemment à un revers de main sec et sans appel.  Puzzle-Game narratif malin mais frustrant, le jeu répond à un principe très simple ; la manipulation de blocs. La seule manière offerte à Vincent de se hisser jusque au sommet de chaque paroi est de bouger différents éléments pour se construire des escaliers. De base, ce dernier ne peut grimper que la hauteur d'un bloc et ne peut pas en placer un sur l'espace où il se trouve. Il est donc impératif pour le,joueur de se laisser une marge de manoeuvre, le cul-de-sac ludique arrivant bien plus vite que prévu. D'autant que, petite subtilité, la structure s'écroule sans cesse à un rythme précis. Et ce n'est que le début.

Cathy Party


CatherinePour pimenter la relation déjà conflictuelle avec cette immense muraille, de nombreux types de blocs apparaissent au fur et à mesure de l'avancée du joueur dans les différentes nuits, équivalentes aux chapitres. Si les 5 premières fonctionnent plus comme des présentations successives de pierres spéciales, tout en restant coriaces, la sixième commence à mélanger l'ensemble ces blocs dans une sorte de frénésie effrayante. Chaque pas doit être réfléchi afin d'éviter de glisser jusque dans le vide sur une pierre gelée, de passer au travers d'une autre craquelée, ou plus simplement de finir embroché sur une troisième piégée. La difficulté de Catherine réside dans l'obligation de se focaliser sur de très nombreux points simultanément, sans délaisser l'aspect réflexe, très arcade, aussi important que la logique. Il faut enregistrer les forces/faiblesses de chaque blocs dans l'intérêt de l'ascension, imaginer un cheminement avant de bouger tout et n'importe quoi et qui plus est surveiller les changements réguliers de la zone de jeu. Par exemple, les blocs explosifs, peuvent aussi bien libérer un accès que faire s'écrouler la seule voie envisageable. Une dualité réflexion/réflexe épuisante, qui pousse à se créer des automatismes et à développer de véritables techniques, source de discussion des autres moutons croisés à chaque palier. Ces sas de décompression permettent de sauvegarder, d'acheter des objets, très chers et pas vraiment utiles dans l'absolu et d'apprendre des petites astuces de grimpettes, elles plus pratiques contre les boss. Torture faite numérique, ces épreuves de fin de chapitre subliment les défauts et les qualités du gameplay de Catherine. Rajoutant des attaques spéciales en plus des embûches déjà présentes sur le mur, ces êtres issus des appréhensions les plus profondes de Vincent n'offrent pas d'autre choix que de puiser au fond du concept pour s'en sortir. Des situations souvent à la limite de l'inextricable qui mettent en lumière la méticulosité de la conception des niveaux laissant quand même la place à l'improvisation. Un travail étonnant pour une équipe habituée aux RPG et qui fonctionne très, voire même trop bien. Le degré de perversité du level-design est tel, que la frustration peut vite prendre le dessus sur l'esprit de compétition et forcer les joueurs les moins endurants à simplement arrêter les frais. Et ce même dans le niveau Easy rajouté sous forme de DLC au Japon mais présent directement dans la version européenne. Passant d'aguicheuse à petite pimbêche, Catherine souffre également d'imprécision dans sa maniabilité, très pénalisants dans un contexte où, justement, le run sans faute est imposé. Nerveux, les déplacement de Vincent vont parfois plus loin que désiré et il est quasi impossible de savoir où se diriger dès que le joueur tente une escalade par l'arrière du décor. La faute à une caméra qui souffre d'un torticoli et refuse une rotation à plus de 90 degrés. Malgré ces défauts pénibles, la force de ce jeu/concept découle de son côté addictif, de cette impression que même devant une impasse, après 80 jets de manette successifs, il est possible d'y arriver. La philosophie du jeu d'arcade 90's. Un espoir diffus, qui se raccroche à celui de Vincent, qui se bat lui avec sa propre vie. Car Catherine, comme ses puzzles diaboliques, a bien plus d'une dimension.

Adultère à terre


CatherineFaisant partie des rares studios à s'intéresser à des thèmes actuels, la Persona Team sait saisir les problèmes générationnels avec un réel talent. Une recherche du ton juste qui passe souvent par le prisme de la légende urbaine afin de créer à chaque fois une atmosphère propre à faire naître facilement le fantastique. Le scénario se focalise cette fois sur une certaine malédiction, délivrée par une soit-disant sorcière qui punirait les hommes infidèles. Si personne ne semble y croire, les cadavres se multiplient sans que les autorités ne trouvent de coupable. Des morts violentes, toujours situées dans le lit de la victime, visiblement après un rêve fatal. Au fil des cauchemars de Vincent, plus que l'infidélité, c'est surtout la fuite du monde réel et de ses impératifs qui le hantent. Une course en avant qui est symptomatique de l'immaturité, d'une crainte profonde de passer à cet âge adulte qui implique de faire des compromis, de s'ouvrir et d'assumer ses choix de vie. Enfermé dans un train-train débilitant, Vincent se perd dans l'alcool et en un sens la rencontre de Catherine le réveille, le met face à sa Katherine et à l'homme adulte qu'elle attend qu'il soit. Un thème très intéressant, qui va un peu dans le sens de l'acceptation de soi qui était très présent dans Persona 4. Le sexe est aussi un élément abordé, mais sur un ton neutre, jamais vulgaire, un ton humain. Comme un élément du quotidien, indissociable d'une certaine vision de la vie. Un propos d'une rare intelligence qui ne doit surtout pas être réduit à ce que véhicule la comm autour du jeu. Des interrogations qui fleurissent d'ailleurs le plus souvent lors de phases sociales, encore une fois similaires à celle présentes dans Persona 3 et 4, ici limitées au bar le Stray Sheep. Au fil des conversations avec les amis et connaissances de Vincent, il est ainsi possible d'influer sur le cours de l'histoire et d'obtenir l'une des 8 fins différentes. L'orientation prise dépend de la justesse de vos actes face à une jauge de « vertu » qui oscille suivant votre comportement dans certaines situations, notamment dans les cutscnes ou les réponses aux sms des deux C(K)atherine. Un aspect jeu d'aventure ouvert à la fois intriguant et passionnant, qui tient par la finesse d'écriture des dialogues et les situations originales auxquelles doit faire face Vincent. Ces tranches de vie apportent un calme sain entre les phases d'escalade intenses et fonctionnent ensemble avec une cohérence épatante. Sorte de deux-en-un bancal sur le papier, Catherine n'est pas qu'un ovni à la prise de risque un peu suicidaire, c'est avant-tout un bon jeu, très frustrant, voire bien méchant, mais qui prouve une fois de plus que la Team Persona est l'une des équipes les plus douées du paysage vidéoludique japonais.





par Pierre Maugein
le mercredi 8 février 2012, 13:47


 Furieux Votez  Blasé Votez  Indifferent Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Indifferent


À découvrir également
Autres articles

Cosplay jeux vidéo : les 25 plus beaux décolletés de 2012 La fin de l'année est toujours l'occasion de vous offrir différents tops et autres dossiers. Après notre Top 5 de 2012 et les 20 jeux qu'on attend le plus en 2013, voici les plus beaux décolletés de cosplay de 2012. 47 | 05/01/2013, 07:20
JEUXACTU : l'émission 238 à la Galerie Vivienne Cette semaine, découvrez notre reportage de The Darkness 2 à Gérardmer et les tests de Soul Calibur 5, Catherine et Grand Chelem Tennis 2. 10 | 10/02/2012, 18:52


Derniers commentaires
Par FalconPilot le Vendredi 6 Juillet 2012, 1:07
Je voulais mettre 18 à Catherine en toute objectivité. Mais à mes yeux, c'est un jeu qui, ici, mérite un 20 de récompense et d'encouragement. Car oui, ce jeu est une perle qui s'apprécie réellement quand on s'y attache, et non pas quand on prend du recul et on l'observe sans s'y immiscer. Ceux qui le regarderont de loin diront simplement un petit "Bof, c'est un jeu casse-tête avec des cinématiques, quoi..." - Tandis que ceux qui plongeront la tête la première dans le scénario découvriront la un jeu complexe, qui traite du sujet sensible qu'est l'infidélité et l'amour, et pourtant, pour les plus positifs d'entre vous, ce jeu raconte - pour peu qu'on ait une bonne fin - une belle histoire, pleine de rebondissements et de ressentiments. Même en retirant le gameplay du jeu, on pourrait en garder un bon film/anime qui se regarderait plusieurs fois sans s'en lasser !

Objectivement, ce jeu vaut certainement un 18 pour sa quasi-perfection. Mais comme dit plus haut, cet avis est influencé par mon ressenti personnel, je lui donne donc un 20. Je n'avais plus ressenti autant d'entrain et de fougue à faire un jeu depuis Radiant Historia, autre jeu au scénario surdéveloppé - Quoique d'un genre tout à fait différent et extrêmement plus bavard et long...

Même les plus sceptiques et insensibles peuvent apprécier le scénario sans modération. Et comme si ça ne suffisait pas, le gameplay - bien que mitigé et particulier - lui-même est poussé.

Le scénario est très mature et ne conviendra sûrement pas à un publique jeune, c'est assuré. Mais ceux qui s'y intéresseront de près ne seront pas déçus, croyez moi.


Répondre
-
voter voter

Par Zyo le Lundi 13 Février 2012, 11:01
Faut y arrêter! Voir "les continues limités" dans les points négatifs est une aberration! Il y en a marre des jeux avec continue infini, où est le challenge, où est l'état de grâce procuré par la réussite d'un passage qui nous a fait bloquer pendant une semaine?
J'ai bien peur que la jeune génération de joueur est en train de se priver de ce délicieux sentiment qu'on appelait la persévérance!


Répondre
-
voter voter

Par CoreGamingProject le Jeudi 9 Février 2012, 15:33
Une pure merveille, le titre le plus hardcore de la GEN avec Trial HD et Resonnance of fate en difficulté maximal.

Atypique, mature et intelligent, une perle.

Un mode easy pour occasionnel est aussi disponible.


Répondre
-
voter voter

Par bixente23 le Jeudi 9 Février 2012, 0:42

likeSmall
je me tâte... d'un côté j'ai horreur des jeux hard core, et je cours pas après les jeux de puzzle... d'un autre côté, les critiques sont unanimes, et il est au moins original... bon, je pense le prendre dans qq mois, quand le prix aura baissé, si je ne suis pas inondé par d'autres jeux depuis...

Répondre
-
voter voter

Par little-boy-654 le Mercredi 8 Février 2012, 20:24

likeSmall
Rien ne m'attirait dans ce jeu à son annonce. Il a fait un grand bout de chemin dans mon coeur depuis. A tester au moins une fois pour son originalité je pense.

Répondre
-
voter voter

Par jesus_freak le Mercredi 8 Février 2012, 17:56

likeSmall
Je ne suis pas un grand fan de puzzle game et je n'aime pas les jeux hardcore. (mais j'ai beaucoup aimé personna 3 FES)

Répondre
-
voter voter

Par Ben-F le Mercredi 8 Février 2012, 17:47

likeSmall
Excellent test qui donne envie ! en tous cas ce jeu est un O.V.N.I du jeu vidéo ! Bon il est clair qu'il ne plaira pas a tous le monde néanmoins je trouve qu'il vaut le coup que l'on s’intéresse à elle (Catherine)

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 7 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Catherine

Jeu : Action/Aventure
Editeur : Atlus
Développeur : Atlus
9 Fév 2012

9 Fév 2012

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr



')