JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PS3

Test Beyond Two Souls : plus intense que Heavy Rain ?

Test Beyond Two Souls PS3 : plus puissant que Heavy Rain ?Comme c’était le cas pour Heavy Rain, Beyond : Two Souls risque de diviser largement les joueurs et les critiques : ceux qui auront accroché et ceux qui seront restés de marbre. Il est extrêmement difficile de noter le nouveau jeu de Quantic Dream avec des critères habituels tant ce qu’il propose sort des sentiers battus. Il a ses défauts, concrets, bien présents et inévitables. Mais le fait est que Beyond : Two Souls réussit à vous les faire oublier rapidement en vous plongeant au cœur d’un scénario tentaculaire, prenant, qui vous touche émotionnellement mais surtout qui pèse sur vos épaules.  Comme pour The Walking Dead, l’immersion dans le jeu et l’empathie qu’on ressent pour les personnages n’en sortent que renforcées. Le gameplay du jeu n’est finalement qu’un moyen et non une fin, une façon d’offrir au joueur un impact sur l’histoire qu’il raconte, afin d’en modifier le cours, peu importe ce qu’il fasse. Pour ce qu’il apporte à la variété dans le jeu vidéo, une variété nécessaire et bienvenue, pour l’expérience exceptionnelle qu’il offre à un large public, pour l’émotion qu’il est capable de susciter, Beyond : Two Souls ne mérite que d’être applaudi.
Retrouvez plus bas la suite de notre test de Beyond : Two Souls

La Note
18 20 note Beyond Two Souls
Hit JeuxActu
Les plus
  • Une expérience vraiment à part
  • Graphiquement très réussi
  • L’impact des acteurs sur le jeu. Admirable.
  • Une mise en scène digne du Septième Art
  • Un scénario très fort en émotion
  • La replay-value pour les 23 fins différentes !
  • La bonne idée de l’application tactile
Les moins
  • Va diviser…
  • La maniabilité de Jodie parfois un peu lourde
  • Les PNJ moins soignés que le reste
  • Un manque criant de challenge
  • Certaines phases qui auraient pu être creusées


Le Test
On peut reprocher pas mal de choses à David Cage, mais pas d’être complètement dénué d’une vision de ce que doit être un jeu vidéo. Le boss du studio montreuillois Quantic Dream avait déjà ouvert le débat et même créé la polémique chez les joueurs et les journalistes avec Heavy Rain, un titre au goût très prononcé de film interactif, dans lequel on contrôlait finalement peu de choses en termes de quantité, mais l’on pouvait avoir un impact massif sur le déroulement d’un scénario policier fouillé et prenant. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Beyond : Two Souls ne va sûrement pas réunir les joueurs qui s’étaient alors déchirés sous une seule et même bannière. Réouverture de la polémique dans ce test.

Beyond Two SoulsQuantic Dream et Sony ont donc choisi, avec Beyond, d’aller plus loin dans le trip cinématoludographique qui était déjà celui d’Heavy Rain et même de Fahrenheit avant lui. N’attendez toutefois pas un polar bien ficelé pour cette fois. Le studio français a choisi de se tourner vers quelque chose de différent pour le scénario de ce nouveau titre. Alors qu’Heavy Rain proposait de suivre le déroulement de l’enquête autour du Tueur aux Origamis, Beyond : Two Souls offre d’abord aux joueurs une expérience de vie : celle, exceptionnelle, de Jodie Holmes, une jeune femme liée depuis sa naissance à une entité invisible et mystérieuse nommée Aiden. Et l’expression "expérience de vie" n’est pas galvaudée puisque le jeu nous fait incarner Jodie dans une trentaine de passages du début de son existence, de son enfance à l’âge adulte en passant évidemment par son adolescence. Bien entendu et comme le titre du soft l’indique sans détour, c’est son lien étroit et inexpliqué avec Ayden qui est au cœur de l’aventure dans la mesure où il va modeler le cours de sa vie, déclenchant un enchaînement d’événements particulièrement forts en émotion, et décider de son destin. Tout du moins, en partie, car c’est là que vous allez entrer en scène...

 

Enter the void

 

Beyond Two SoulsChacun des épisodes du jeu vous raconte un morceau de la vie de Jodie, à un moment particulier, un tournant, un instant décisif pour une raison ou pour une autre (et il vous faudra bien souvent du temps pour comprendre pourquoi). Chacun d’entre eux est en réalité une pièce d’un grand puzzle qui vous amènera à comprendre la nature du lien qui existe entre Jodie et Aiden mais aussi la trajectoire de la jeune femme, passée d’une petite fille réservée à l’imagination débordante à l’ennemi public numéro 1. La narration du soft est d’ailleurs à n’en pas douter une de ses forces premières : Beyond nous livre les chapitres de la vie de Jodie sans en respecter le déroulement chronologique ; on passe d’une scène à l’autre, sans lien entre elles, si ce n’est qu’on peut savoir à peu de choses près à quel moment de la vie de Jodie elles se déroulent grâce à une sorte de frise. Ce qui ne veut pas dire que les scénaristes du jeu les ont foutues dans n’importe quel ordre. Le déroulement du jeu est minutieusement calculé pour vous donner l’envie de comprendre le pourquoi du comment, de jouer le point B entre le point A et le point C. Comme pour Heavy Rain, on veut à tout prix éclairer les zones d’ombre qui entourent les situations assez extrêmes dans lesquelles se retrouve Jodie, et ce le plus vite possible. L’autre avantage de ce système est de changer régulièrement d’ambiance, de renouveler constamment le background. Nuit et jour, ville, désert, laboratoire, quartier résidentiel, on passe du coqq à l’âne et on aime ça. Et on a du mal à lâcher la manette et on continue à jouer.

 

Comme pour Heavy Rain, on veut à tout prix éclairer les zones d’ombre qui entourent les situations assez extrêmes dans lesquelles se retrouve Jodie, et ce le plus vite possible."

 

Beyond Two SoulsVous l’aurez compris, le but de Beyond : Two Souls est avant tout de raconter cette histoire hors du commun. Avec ce jeu, David Cage se rapproche encore un peu plus du cinéma qu’il admire tant et ne s’en cache même plus. Les noms d’Ellen Page ou de Willem Dafoe au générique, entre autres (on tient à souligner la performance de Kadeem Hardison également, exceptionnel dans son rôle de Cole Freeman), ne sont en effet pas que du bling-bling, de la poudre aux yeux, puisque grâce à la technologie de capture faciale développée par Quantic Dream, ils ont été modélisés avec une très grande fidélité, tout en finesse, afin d’apporter leur qualité d’acteurs. Beyond est probablement ce qui se fait de mieux en la matière sur PS3, ainsi qu’en synchronisation labiale, et la mise en scène n’hésite pas à multiplier les gros plans, en particulier dans les scènes les plus intimistes, avec un jeu d’acteurs qui peut vraiment vous prendre aux tripes. Le tout reste d’ailleurs très propre visuellement, dans la mesure où la plupart des décors sont de taille réduite. On regrette toutefois une certaine inégalité de traitement entre les protagonistes et certains personnages secondaires (des démarches de robot, des animations plus ou moins détaillées, etc.). Au-delà de ça, c’est toute la mise en scène de Beyond qui lorgne du côté du cinéma, avec un nombre incalculable de cut-scenes, des angles de caméra qui sentent bon le pop-corn et des moments d’une intensité émotionnelle rare, comme le chapitre dans lequel Jodie est recueillie par un groupe de SDF. Probablement le meilleur passage du jeu, dommage qu’il ait été diffusé sur la Toile…

 

au-delà du jeu vidéo

 

Beyond Two SoulsJodie est le principal personnage jouable, dans une vue classique à la troisième personne, et ce peu importe l’âge auquel on l’incarne. Chaque scène de jeu se déroule dans un environnement assez restreint, avec lequel vous pouvez choisir d’interagir ou non, aux endroits prédéterminés pour le faire. Oui, même si on peut déplacer notre héroïne assez librement dans les niveaux, le gameplay de Beyond reste très dirigiste, ce qui pourra, comme pour Heavy Rain, en troubler certains. Le prix à payer pour une histoire particulière ? Nous verrons cela plus loin. Pour faire simple, vous disposez d’un ensemble d’actions qui constituent le fil rouge du chapitre, que vous pouvez terminer en allant à l’essentiel. Mais vous pouvez choisir, si vous le souhaitez, d’interagir avec d’autres objets ou personnages autour de vous, ce qui vous offrira peut-être davantage d’informations sur la situation, ou même un angle d’attaque différent. Un point blanc apparaît là où il y a une interaction : porte à ouvrir, objet à saisir, action à déclencher. Une simple orientation du joystick droit suffit pour faire agir Jodie. Non, contrairement à ce qu’avait clamé David Cage, les QTE n’ont pas disparu, le jeu en est même blindé. Disons qu’ils sont légèrement camouflés désormais. Le système de combat au corps-à-corps en est un exemple flagrant : chaque fois que Jodie donne un coup ou se protège, un bullet time s’enclenche et vous devez alors suivre la direction de son mouvement avec le joystick droit. Pas d’indication à l’écran, mais le concept reste le même.

 

Non, le cœur de Beyond : Two Souls est ailleurs que dans son gameplay, il faut le dire. Il est dans ses choix, dans l’impact que vous allez avoir sur l’histoire de Jodie en prenant telle ou telle décision à un moment donné. C’est là que le soft révèle tout son potentiel narratif."

 

Beyond Two SoulsMais il y a un second personnage jouable, et il s’agit d’Aiden, la fameuse entité invisible et mystérieuse liée à Jodie et qui ne la quitte pas d’une semelle. Il est possible de le contrôler d’une simple pression sur le bouton Triangle, à n’importe quel moment dans le jeu. Ou presque, puisque là encore, Beyond se veut extrêmement scripté, et certaines scènes vous empêchent de prendre les commandes d’Ayden alors que d’autres vous y obligent… On passe alors en vue à la première personne, dans une sorte de mode ghost (pour les fans de FPS), flottant dans les airs et traversant les murs, tout en restant à une distance limitée de Jodie, le lien qui les unit n’étant pas extensible (ce qui est bien pratique pour des raisons de level design). Le rôle d’Aiden se résume globalement à filer un coup de main à Jodie quand celle-ci est face à un obstacle : déplacer des objets trop lourds, effrayer des ados arrogants en déplaçant tout ce qui se trouve à portée de main, supprimer un adversaire ou même en prendre le contrôle. Là encore, il faudra accepter de voir sa liberté de joueur être particulièrement rognée, puisque toutes ces possibilités ne sont disponibles qu’à certains moments. Vous ne pourrez pas tuer tous les personnages présents dans un chapitre pour la déconne et ce pour une raison simple : le jeu n’a pas de Game Over. Quantic Dream a pris le pari de rebondir sur tout ce qui vous arrive, y compris si c’est ce que Jodie essaie absolument d’éviter, du style une arrestation par les forces de l’ordre. Pas d’écran de fin de partie, la scène continue et vous devrez chercher une autre porte de sortie. On comprend alors que pour rester sur les rails, on ne soit pas autorisés à faire tout et n’importe quoi, même si c’est parfois assez frustrant.

 

Expériences de vie

 

Beyond Two SoulsIl faut bien comprendre que le but de Beyond n’est pas de proposer un gameplay ultra-technique, nécessitant du skill ou de l’expérience. L’accessibilité a été le maître-mot, David Cage l’a dit, son but est d’offrir du jeu vidéo à tout un chacun, et surtout à ceux que cela effraie en temps normal. Il faut d’ailleurs souligner l’excellente idée de la création d’une application gratuite sur plates-formes Android et iOS qui permet d’utiliser sa tablette ou son smartphone comme manette de jeu, avec des contrôles tactiles simplifiés. Ca fonctionne parfaitement et ça permet à ceux qui n’ont qu’une seule manette de jouer à deux, ou simplement aux personnes peu habituées aux manettes de consoles de tenter quand même l’aventure (idéal pour faire participer sa mamie ou sa copine). On peut considérer cette volonté d’accessibilité comme une bride, qui a empêché les équipes de développement d’insérer un quelconque challenge, la seule difficulté étant de comprendre quoi faire ensuite ! De la même façon, certaines features auraient bien mérité un léger approfondissement, comme les séquences d’infiltration : assez agréables à jouer, mais trop linéaires et répétitives.

 

...une fois le jeu terminé, pour pouvoir mesurer jusqu’à quel degré le scénario peut être modifié, en recommençant leurs parties à différents moments simplement pour jouer sur les variables."

 

Beyond Two SoulsNon, le cœur de Beyond : Two Souls est ailleurs que dans son gameplay, il faut le dire. Il est dans ses choix, dans l’impact que vous allez avoir sur l’histoire de Jodie en prenant telle ou telle décision à un moment donné. C’est là que le soft révèle tout son potentiel narratif. Au-delà de ses 23 fins, ce qui est déjà colossal en soi, Beyond multiplie les embranchements scénaristiques, les actions à répercussion tardive. Vous ne réaliserez pas toujours (pas souvent même) l’importance d’un choix, ce qu’il changera plus tard dans le cours du jeu et dans les nouvelles décisions à prendre. Mais pour beaucoup, elles changeront la donne, vous offriront ou supprimeront des possibilités de jeu, des options, des scènes, des points de vue et pourront même avoir une répercussion sur la vie et la mort de tous, oui tous les personnages du jeu. Difficile d’aller plus loin sans spoiler, mais il est évident qu’en tant que joueur, vos choix et vos actions représentent une sorte de méta-gameplay. Le vrai jeu est là. Et ceux qui l’auront saisi devraient laisser leur galette dans leur console une fois le jeu terminé, pour pouvoir mesurer jusqu’à quel degré le scénario peut être modifié, en recommençant leurs parties à différents moments simplement pour jouer sur les variables. Dénicher des détails qui étaient restés dans l’ombre, tenter de trouver le bonheur par tous les moyens ou faire endurer à Jodie une vie de martyre : autant de possibilités qui s’offrent à vous, comme une sorte de gigantesque livre dont vous êtes le héros.

 





Florian Velter par Florian Velter
le mardi 8 octobre 2013, 17:04


 Furieux Votez  Blasé Votez  Indifferent Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Indifferent


À découvrir également
Autres articles

Beyond Two Souls : des trophées sur PS4, bientôt une annonce ? Bien que la rumeur grandit depuis des mois, Quantic Dream tarde à annoncer quoique ce soit au sujet d'une version PS4 de Beyond Two Souls. Une situation qui pourrait bien changer avec la découverte des trophées du jeu sur PS4... 02/09/2014, 17:06
Top 25 des persos de jeux vidéo inspirés par de vrais acteurs Avec l'arrivée des consoles next gen', les graphismes dans les jeux sont au top. Aussi, pour se rapprocher de la réalité , les développeurs n'hésitent plus à faire appel à de vrais acteurs pour les modéliser dans leurs jeux. 18 | 16/07/2014, 18:48


Derniers commentaires
Par Geniix le Jeudi 12 Juin 2014, 21:48

likeSmall
Pour ma part, c’est vrai que Beyond two souls est décevant sur certains points, même s’il y a quelques points positifs dans ce jeu.

Ce qui m’a le plus « déçu », c’est les textures, celles-ci sont en complet décalage avec les personnages qui sont fait en motion capture (donne généralement de très beaux détailles) cependant les textures sont trop brillantes, trop surfaites, il y a eu une réalisation bien plus pauvre que celle des personnages.

J’en dis un peu plus sur mon blog : http://www.gam3-over.com/beyond-two-sou ... -faux-pas/

(Fiche de présentation avec une description un peu plus courte :p : http://www.gam3-over.com/beyond-two-souls/)


Répondre
-
voter voter

Par Fast'keyser le Vendredi 21 Mars 2014, 6:54
Lyonnel a écrit:Un jeu-vidéo, ce n'est pas un film. Un joueur ne doit pas être spectateur, mais un acteur. Toute tentative de rapprochement entre les deux est pour moi dénuée de sens.du coup, je trouve toute cette promotion autour de ce jeu (on interview les acteurs comme si c'était un film) complètement ratée et ne chercherai même pas à tester ce jeu.


Eh ben tu as tord !!! tout simplement


Répondre
-
voter voter

Par Mr. Darksider le Jeudi 2 Janvier 2014, 2:50
Lyonnel a écrit:Un jeu-vidéo, ce n'est pas un film. Un joueur ne doit pas être spectateur, mais un acteur. Toute tentative de rapprochement entre les deux est pour moi dénuée de sens.du coup, je trouve toute cette promotion autour de ce jeu (on interview les acteurs comme si c'était un film) complètement ratée et ne chercherai même pas à tester ce jeu.

"Personne n'a le droit de dire ce qu'un jeu devrait ou doit être, personne." David Cage.


Répondre
-
voter voter

Par nbm le Jeudi 24 Octobre 2013, 5:29
Je pense qu'il faut arrêter de vouloir délimiter les contours d'un jeu vidéo le jeu video tout comme le cinema ou la peinture est un monde ou l'on laisse s'exprimer la créativité et l'imagination alors libre a vous de choisir ce que vous aimez ou ce que vous n'aimez pas franchement j'ai joué a toutes les franchises de Quantic Dream et je dit chapeau a David Cage et toute son equipe l'imagination n'a pas de limite vous pouvez dire qu'une catégorie de jeu video vous déplait mais ne dite pas que ce n'est pas un jeu video

Répondre
-
voter voter

Par xavier38nextgen le Mardi 22 Octobre 2013, 22:42
Lyonnel a écrit:Un jeu-vidéo, ce n'est pas un film. Un joueur ne doit pas être spectateur, mais un acteur. Toute tentative de rapprochement entre les deux est pour moi dénuée de sens.du coup, je trouve toute cette promotion autour de ce jeu (on interview les acteurs comme si c'était un film) complètement ratée et ne chercherai même pas à tester ce jeu.


c'est vrai que c'est plus marrant de jouer l'acteur,c'est bien pour ça que les jeux vidéo ont était inventer aprés les film,mais j'aime bien tous ce qui sort de l'ordinaire et c'est pour ça que j'ai pris heavy rain et j'ai pas vraiment été deçu,donc je ne vais pas sanctionner le faite que ce cher david cage soit un mordu du cinéma vidéoludique


Répondre
-
voter voter

Par JCDUSS le Samedi 19 Octobre 2013, 15:57

likeSmall
Fini le jeu hier, y a des défauts mais ça reste une **** d'experience. Je conseille vivement entre 2 parties de GTA 5

Répondre
-
voter voter

Par Tsuki-Yomi le Vendredi 11 Octobre 2013, 10:08

likeSmall 1
Je le prendrai sans aucun doute dès que j'aurai un peu plus de temps devant moi !

Répondre
-
voter voter

Par JCDUSS le Jeudi 10 Octobre 2013, 20:22

likeSmall
je suis un vieux joueur avec mes habitudes et j'ai pris Beyond car j'avais plutot aimé Heavy Rain
J'ai fais 3h de jeu, y a des choses qui me dérangent et d'autres que j'aime bien mais l'histoire me donne envie de continuer en tout cas, ce qui est un bon point


Répondre
-
voter voter

Par Lyonnel le Jeudi 10 Octobre 2013, 11:17
Un jeu-vidéo, ce n'est pas un film. Un joueur ne doit pas être spectateur, mais un acteur. Toute tentative de rapprochement entre les deux est pour moi dénuée de sens.

du coup, je trouve toute cette promotion autour de ce jeu (on interview les acteurs comme si c'était un film) complètement ratée et ne chercherai même pas à tester ce jeu.


Répondre
-
voter voter

Par CokeZero le Mercredi 9 Octobre 2013, 10:28
Isidor22 a écrit:Gamekult a défoncé le jeu en lui collant un 5


Gamekult le site de blasés qui réclament des jeux originaux mais continuent d'encenser Call of Duty chaque année? LOLILOL


Répondre
-
voter voter

>> Voir les 36 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Beyond Two Souls

Jeu : Action/Aventure
Editeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : Quantic Dream
9 Oct 2013

Zone Membres

Vos Notes :
18/20
Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours