JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : X360

Test King Kong

Test King Kong
La Note
17 20
 

Les plus
  • Les partis pris du gameplay
  • Un jeu cohérent de bout en bout
  • Amélioration graphique sur Xbox 360
  • Des émotions dans un jeu à licence
  • De nombreuses séquences inoubliables
  • L'incroyable ambiance sonore
  • Décors somptueux
Les moins
  • Le système de visée un peu lent
  • La fin un peu abrupte
  • Des bugs de collision
  • Assez court


Le Test

Dans le catalogue des idées reçues, celle décrétant que l’adaptation de licences de films en jeu vidéo aboutit à un résultat raté, tient une bien belle place. Mais voilà, quand c’est Michel Ancel qui collabore avec Peter Jackson, on ne peut qu’être enthousiaste, surtout sur Xbox 360 !


Médiatisé à l’extrême depuis sa prime annonce, la collaboration entre Peter Jackson et Michel Ancel pour l’adaptation du nouveau film de l’un par les équipes de l’autre nous a permis de découvrir que si le fabuleux Beyond Good & Evil n’avait pas été un succès commercial, son aura avait dépassé le simple cadre des passionnés de jeu vidéo. Comme nous l’a appris la désormais célèbre anecdote, c’est en effet après avoir joué aux aventures de Jade que Peter Jackson a voulu confier à son créateur l’adaptation de son King Kong, rêve de remake rendu possible par le triomphe de la trilogie du Seigneur des Anneaux. Revers de la médaille, la rumeur veut que cela soit aussi le point de départ des vues hostiles d’Electronic Arts sur Ubisoft, le géant de l’édition ayant très mal pris le fait de s’être fait souffler une licence aussi prestigieuse (et aussi potentiellement juteuse). King Kong marque donc le point de rencontre de deux véritables auteurs, le croisement entre deux univers à l’identité très marquée. C’est d’ailleurs tout le jeu qui va se placer sur le thème de la dualité avec deux personnages principaux, deux gameplays et deux univers, tous étant radicalement différents l’un de l’autre. Toutefois, et ce n’est pas là la moindre des qualités du jeu d’Ubisoft, le tout reste d’une cohésion incroyable du début à la fin.

 

Docteur Driscoll

 

Cette schizophrénie va vous mener dans un premier temps du côté des humains, d’un scénariste, en particulier. Jack Driscoll, puisque tel est son nom, a en effet été engagé par le réalisateur Carl Denham afin de travailler sur le nouveau film de celui-ci, chargé de sauver une carrière qui menace de tomber à l’eau. C’est également ce qui guette les personnages principaux du jeu, lors de leur arrivée à Skull Island, terre hostile choisie pour servir de lieu de tournage. La tempête faisant rage et les flots étant déchaînés, la petite équipe composée de Jack, Carl, Anne, l’actrice principale, Hayes et Jimmy, deux membres de l’équipage du bateau, vont donc se retrouver face à un environnement totalement inconnu où l’émerveillement va vite faire place à la peur. Ces premières minutes dans le monde du King Kong de Michel Ancel donnent tout de suite le ton. L’immersion est totale avec un écran dépourvu de la moindre référence vidéoludique (pas de viseur ni d’indicateur de santé même si cela est activable dans les options) alors que contrairement à bien des jeux adaptés de films, il est très peu fait appel à des séquences vidéo. Hormis le court prélude à vos aventures, nécessaire pour leur donner un contexte, le reste du jeu va intégralement se poursuivre en images propres afin de ne pas briser le processus narratif dans sa forme.

 

            

 

On découvre donc avec les personnages les premières règles de gameplay qui vont régir les phases dans la peau de Jack en vue à la première personne. Ce sont les dinosaures, apparents maîtres des lieux, qui vont vous obliger à sortir dans un premier temps les armes. Si vous ne serez équipé à l'origine que de votre simple pistolet, des ravitaillements sous la forme de caisses larguées par un hydravion seront là pour vous fournir d’autres armes à feu. De plus, vous allez pouvoir utiliser les os pointus tirés des nombreuses carcasses jonchant le sol ainsi que des lances comme armes d’appoint. Bien évidemment, étant donné les partis pris de gameplay se pose alors la question de la précision de la visée. En pratique, cela fonctionne parfaitement puisqu’il est possible de contourner les problèmes éventuels en pointant son arme et de se servir du repère constitué par votre seconde main pour ajuster votre tir. Au cœur de l’action, par contre, vous n’avez pas le temps d’utiliser ce procédé mais le tir "à la volée" reste tellement intuitif que cela fonctionne également parfaitement. En toute honnêteté, j’ignore si un joueur peu rompu aux FPS aura la même précision que celles que vous et moi pouvons avoir mais là n’est pas l’essentiel, le jeu semblant assez tolérant de ce point de vue là. De plus, ne croyez pas que le fait de jouer Jack est comparable à un Turok, par exemple.

 

            

 

Dans King Kong, on ne tue pas des centaines de dinosaures en avançant dans un espace ouvert, on vit une aventure ponctuée de rencontres dangereuses avec lesquelles vous allez devoir composer. Certes, votre chemin sera entièrement tracé mais l’immersion est telle que cela n’est pas gênant dans la mesure où vous vous laissez prendre au jeu. Comme je le disais donc un phrase plus tôt, face aux dinosaures, la seule force ne suffira pas, vous aurez beau vider un chargeur sur un T-Rex, cela ne l’empêchera pas de vous croquer, les différentes morsures déformant vos sens et accélérant votre rythme cardiaque. Il va donc falloir bien souvent ruser et utiliser à bon escient votre environnement. Cela passera, par exemple, par l’utilisation du feu ou des petits animaux (insectes, vers, poissons) que vous pouvez croiser. Je vous laisse découvrir cela afin de ne pas vous gâcher le plaisir mais sachez qu’il existe bien souvent plusieurs façons de faire face. D’autre part, King Kong fait partie de ces rares jeux où le joueur est amené à fuir. Là où le héros de jeu vidéo, reclus dans son archétype, brave tous les dangers au péril d’une de ses infinies vies, celui conçu par Michel Ancel n’hésite pas à s’échapper face à une menace insurmontable, tout en couvrant sa fuite, bien évidemment. Tout cela offre bon nombre de phases de jeux mémorables mais, encore une fois, je vous laisse les découvrir et les vivre par vous-même. Cela est d’ailleurs l’occasion d’une transition évidente vers la deuxième personnalité du jeu, dont l’apparition est l’occasion d’une fabuleuse scène qui se permet de jouer sur la lenteur, le véritable roi de Skull Island : Kong.

 

Mr Kong

 

Si le fait d’incarner Jack nous avait permis de ressentir le danger face à un territoire hostile, celui de devenir Kong est d’une toute autre nature. Symbole de la force brute et maître des lieux, Kong domine les éléments et ne recule devant aucun danger. Même placé face à plusieurs T-Rex, le gorille géant va faire parler sa nature animale et combattra jusqu’à vaincre et pousser son hurlement de triomphe. La sensation de puissance est portée au summum avec Kong, chaque coup ou charge asséné le sera avec une vigueur inouïe, la bête pouvant également marteler son torse afin d’accéder temporairement à un stade supérieur de rage. Le summum étant atteint lors des phases où vous achèverez les ennemis en les broyant après avoir furieusement tapoté sur une touche de votre pad. Si les séquences de déplacement à flanc de falaise ou celles de balancements n’offrent, à vrai dire, aucune liberté, il faut comprendre qu’elles sont avant tout là pour participer à l’ambiance et offrir au joueur, quasi spectateur de sa propre action, le sentiment d’un animal connaissant parfaitement l’univers dans lequel il évolue. De plus, cette absence de liberté se justifie par le fait de ne pas rompre la dramatisation de l’histoire. En effet, la perte d’intensité serait terrible si Kong devait errer à travers la jungle à la recherche de dulcinée en proie à une menace quelconque.

 

            

 

Alors, certes le jeu est parfois extrêmement linéaire et dirigiste mais c’est indéniablement le prix à payer pour qu’il reste aussi prenant. Il est à regretter cependant que c’est pendant certaines phases de déplacement avec Kong que le frame-rate subisse un sérieux coup de fatigue, ralentissant l’animation aux limites du tolérable. C’est d’ailleurs là un des rares critiques d’ordre technique qu’il est possible d’adresser au jeu qui, même sans être particulièrement bluffant, assure correctement sa contribution au spectacle. King Kong a peut-être les épaules un peu trop carrées mais là n’est pas l’essentiel. Ce qui importe davantage est l’évolution de notre rapport au grand singe, car même si l’empathie est, par nature, différente de celle que l’on éprouve pour Jack, peu à peu, son amour pour la belle Anne va poindre et nous rapprocher de lui. Sans céder à l’anthropomorphisme ni le romantisme rose bonbon, Michel Ancel arrive, par petites touches, à faire évoluer nos rapports au personnage, évident pendant animal de Jack. C’est là d’ailleurs une des grandes forces de King Kong : imprimer de l’émotion, qui plus est dans un jeu à licence. On passe par des phases d’émerveillement (une traversée de dinosaures devrait vous marquer) à la crainte jusqu’à la tristesse, elle-même générée par l’affection pour les protagonistes. Que cela se fasse dans un jeu destiné, a priori, à un public très large, est d’autant plus remarquable.

 

Back to Skull Island

 

Si les huit heures que vous allez passer sur Skull Island (mais pas uniquement là...) peuvent vous sembler courtes, sachez toutefois que la replay value du jeu est réelle. En effet, une fois le jeu terminé, vous allez pouvoir rejouer toutes les principales missions, que ce soit du côté humain ou primate, sanctionnées par un système de points selon vos performances. Vous pourrez alors successivement débloquer divers artworks du film ainsi qu’une interview très intéressante de Peter Jackson bien que montée avec des raccords assez étranges. Enfin, une fois le quota de points atteint, vous pourrez accéder à une séquence/mission de fin alternative. Là encore, nous n’en dirons pas plus (nous avons d’ailleurs préféré ne pas en inclure d’images avec ce test) si ce n’est qu’elle vaut largement la peine de se replonger dans la jungle de King Kong. Ce sera également l’occasion de vérifier la latitude que l’on a pour réaliser certaines actions et que, mis à part la recherche de leviers pour actionner des portes, le jeu reste malgré tout passionnant. Enfin, pour clore ce chapitre, King Kong peut se targuer d’une qualité éminemment parlante, une fois le jeu fini, on n’a qu’une seule envie, celle de voir le film. 

 

            

 

S’il n’était pas franchement bluffant techniquement sur Xbox, GameCube et PS2, King Kong se dévoile presque sous un autre jour sur Xbox 360. Les textures ont gagné en finesse, en détails et les effets de lumière sont encore plus saisissants. Le pari est donc réussi pour l'équipe canadienne en charge de cette fabuleuse adaptation. On peut également applaudir Michel Ancel et son équipe de Montpellier qui réussit à proposer de grands moments d’émotion, denrée rare dans le jeu vidéo. Malgré une schizophrénie évidente régnant à tous les niveaux du jeu, malgré le fait d’être une adaptation, le jeu arrive à conserver sa cohérence ainsi qu'une personnalité salutaire en ses temps de standardisation à outrance. S’il fera fuir les intégristes de la liberté d’action, il ravira tous ceux qui aiment qu’on leur fasse vivre une belle histoire, même si on les tient par la main….





Rodolphe Donain

le mardi 6 décembre 2005
19:20




 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
 Osef


À découvrir également
Autres articles

4,5 millions pour King Kong C'est le nombre de cartouches et de galettes vendues à travers le monde pour l'adaptation vidéoludique de Peter's Jackson King Kong par Michel Ancel. 3 | 29/06/2006, 10:47
King Kong - Débloquer la Galerie d’Artworks : Terminez le jeu pour débloquer la Galerie d’images. 23/12/2005, 23:27

King Kong 7 | 23/12/2005, 23:26
King Kong 9 | 23/12/2005, 23:25
King Kong 10 | 23/12/2005, 23:24
King Kong 23/12/2005, 23:22


Derniers commentaires
Par nellybad le Lundi 29 Septembre 2008, 1:35

likeSmall
king kong le legendaire king kong lol

Répondre
-
voter voter

Par sandangel59840 le Mercredi 29 Août 2007, 17:05

likeSmall
manifique le grapfisme

mais pour le son ...

16/20


Répondre
-
voter voter

Par Groschat le Mercredi 7 Décembre 2005, 12:36
quand on voit vos images sur 360, le jeu est vraiment magnifique !

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 4 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Peter Jackson's King Kong : The Official Game of The Movie

Jeu : Action/Aventure
Développeur : Ubisoft Montpellier
17 Nov 2005

17 Nov 2005

17 Nov 2005

17 Nov 2005

17 Nov 2005

1 Déc 2005

15 Déc 2005

2 Déc 2005

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.