JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : Game Boy

Test Final Fantasy I & II sur Game Boy

Test Final Fantasy I & II 

La Note
16 20 note Final Fantasy I & II : Dawn of Souls
Les plus
  • Enfin traduit en français !
  • La présence de bonus
  • Des graphismes remaniés
  • Les origines d’une série légendaire
  • 40 heures de jeu, c’est énorme !
  • Des musiques étonnamment bien retranscrites
  • Gameplay béton
Les moins
  • Rythme un peu lent
  • Son côté vieillot peut rebuter


Le Test

A l’heure où l’on ne cesse de s’offusquer contre les suites à répétition et les multiples remakes qui font probablement la joie des financiers et peut-être de quelques nostalgiques (rien n’est moins sûr), une série continue de faire exception dans ce paysage vidéoludique. Cette série, qui attire par son ambiance particulière, est restée depuis bien longtemps encrée dans toutes les mémoires. Cette série, dont la simple mention suffit à faire frémir n’importe quel fan de jeu de rôle normalement constitué, se nomme Final Fantasy et elle est de retour sur GBA.


Le concept de Final Fantasy est tellement fédérateur que certains joueurs européens pensent encore que la série a vu le jour sur la PSone avec l’avènement de Final Fantasy VII, étant donné qu’il fut le premier épisode à avoir vu le jour sur nos terres. Pas étonnant puisque les joueurs européens avaient la réputation d’être peu réceptifs à ce genre de jeu et la sortie de Final Fantasy VII sur le Vieux Continent était avant tout une expérience marketing qui consistait à tester le marché européen. Mais depuis, les résultats ont dépassé l’entendement puisque l’engouement pour les jeux de rôles a maintenant clairement explosé. Presque 20 ans après la sortie du premier volet, Squaresoft nous propose de redécouvrir les origines de la série sur GBA.

 

Les prémices du RPG


Affirmer que le label Final Fantasy est un gage de qualité est loin d’être une utopie. C’est pourquoi, je me suis naturellement tournée vers les deux premiers volets estampillés pour l’occasion Dawn of Souls. Les raisons sont simples. Elles le sont dans un premier temps historiques. En effet, Final Fantasy est le premier RPG proposant un système basé sur le tour par tour et donc initiateur d’un genre nouveau. Et avec un peu de recul, il est tout à fait légitime d’affirmer qu’avec ces deux épisodes, les développeurs avaient presque tout inventé en termes de gameplay. Il est toujours agréable de jouer à un excellent RPG mais si en plus, il permet de parfaire votre culture vidéoludique, que peut-on demander de plus ? Et bien, probablement des graphismes remis au goût du jour et de nouvelles quêtes. J’ai presque honte de l’avouer mais les deux épisodes sortis sur NES m’avaient rebuté pour des raisons esthétiques. En effet, les productions actuelles nous ont probablement rendu beaucoup trop pointilleux et bien trop exigeants, à tel point que la plupart des joueurs se fixent déjà une idée du jeu juste en jetant un simple coup d’œil. En parlant de la finesse des graphismes et de scènes cinématiques, le savoir-faire de Squaresoft n’est plus à prouver. Certes, la GBA est loin d’avoir sorti l’artillerie lourde mais le contraste entre Dawn of Souls et la version originale reste énorme. L’esthétique du titre se veut donc beaucoup plus colorée et nettement plus agréable à l’œil, tant et si bien qu’on finit par l’adopter immédiatement. Les joueurs qui s’étaient procurés Final Fantasy : Origins sur PSone ne seront pas lésés pour autant et ce, pour deux raisons essentielles. Les jeux sont enfin tous deux traduits intégralement dans la langue de Molière, les rendant par la même occasion beaucoup plus accessibles, et les modifications apportées aux deux softs ne se limitent pas à de simples anecdotes. Ainsi, après avoir achevé le premier épisode, on pourra toujours prolonger le challenge avec Soul of Chaos, un donjon inédit, baptisé ainsi par la difficulté imposante des monstres et des Boss environnants. Quant à Final Fantasy II, il propose notamment Soul of Rebirth, une quête annexe qui s’inscrit dans la continuité de l’histoire principale. De quoi booster une durée de vie déjà conséquente, de quelques heures.


Fantaisie Finale

 

Il ne fait aucun doute que l’apocalypse va se produire d’ici peu de temps. Le monde plonge petit à petit dans le chaos, les vents s’essoufflent et la terre se meurt. Le seul espoir des habitants réside dans une prophétie millénaire qui clame expressément que quatre aventuriers tenant un cristal dans la main, se dresseront devant les ténèbres. Vous l’aurez sans doute compris, ce sont ces quatre héros que vous allez devoir incarner. Et avant d’être violemment jeté dans le feu de l’action, il faudra au préalable sélectionner la classe de nos compagnons de route parmi six choix possibles : guerrier, moine, voleur, mage blanc, mage noir ou encore mage rouge. Ces derniers possédant des aptitudes propres, il faudra judicieusement varier votre équipe, d’autant plus que les héros seront adoubés au cours de la partie et acquerront de nouvelles compétences. Quoi qu’il en soit, la meilleure combinaison reste toujours un guerrier (puissance de frappe élevée mais un équipement onéreux), de lui adjoindre un mage blanc (pour profiter de ses sorts curatifs) ainsi qu’un mage noir. Faites comme vous le désirez pour le quatrième protagoniste mais je vous préconise le voleur, bien pratique pour fuir un adversaire coriace. Le système de combat, bien que très simpliste, est efficace et les habitués des volets les plus récents ne seront pas dépaysés. Se déroulant au tour par tour, il suffit de sélectionner votre prochaine action entre une attaque physique, une utilisation de la magie ou d’un objet et une tentative de fuite.

 

Le bestiaire se voulant déjà étonnamment complet, on pourra avoir à affaire à neuf adversaires simultanément dont des serpents, des gargouilles et autres monstres belliqueux, dont certains issus du monde de Tolkien. Après s’en être défait, vous accumulerez un capital d’expérience qui, une fois un certain palier atteint, améliorera automatiquement le niveau de vos personnages et rapportera également quelques gils, la monnaie locale. On navigue alors de villes en villes - sans oublier les éternels donjons - où rendre visite aux commerçants constituera un passage obligé pour améliorer votre équipe. Dans chaque cité, vous pourrez ainsi trouver une église pour ranimer vos personnages qui ont failli au combat, une auberge pour qu’ils se reposent, des écoles de magie ainsi qu’une multitude de boutiques où vous pourrez vous procurer n’importe quel item moyennant finance. Certains recoins sont inaccessibles dès le début de l’aventure et il faudra parfois attendre un événement particulier comme la construction d’un pont ou acquérir des moyens de transport comme un canoë, qui permet de traverser les rivières, un bateau pour naviguer en eaux profondes ou encore voler avec un airship. Final Fantasy I est un indubitablement un très bon jeu avec un gameplay solide et assurément un bon scénario, même si son contenu n’est pas aussi charismatique et philosophique que ses successeurs, mais il est important de situer les choses dans leur contexte. En 1987, Squaresoft s’est orienté vers une faillite inévitable et tente le tout pour le tout sur ce projet et le schmilblick a fonctionné ! A sa sortie, Final Fantasy a fait l’effet d’une véritable petite bombe en se permettant presque de voler la vedette au grand Zelda de l’époque. Le titre y fait d’ailleurs un clin d’œil puisque vous pourrez trouver dans un cimetière la tombe de Link.


C’est le même mais en différent


Les bases sont désormais jetées et ne demande qu’à être consolidées. Cela sera chose faite avec l’épisode suivant qui nous donnera pleine satisfaction. La trame scénaristique est nettement plus améliorée et l’apparition d’animations a permis plus de liberté sur ce point (comme la scène d’introduction ou encore le bal organisé par les habitants). L’empereur de Palmécia tente d’assouvir le monde sous sa domination et met à profit ses talents de nécromancien pour détruire royaumes, villes et villages. C’est ainsi que le dernier bastion de la résistance, le château de Fynn, succombe et les insoumis doivent se réfugier dans la petite ville d’Altair. Laissé pour mort, deux jeunes hommes et une adolescente sont recueillis par les forces rebelles. L’empire leur avait tout pris, leur famille y compris et il ne leur restait que leur désir de vengeance. Très vite, ils rentrent dans les rangs de la rébellion et devront accomplir des tâches basiques avant de prendre de plus en plus d’importance dans le mouvement. Inutile de sélectionner vos classes, Final Fantasy II propose un gameplay à toute épreuve mais totalement distinct de son prédécesseur, instaurant d’emblée la véritable marque de fabrique de la série. Désormais, on est contraint d’accepter les membres de votre équipe tels qu’ils sont, en sachant qu’on pourra les façonner selon notre volonté, comme par exemple dessiner le profil de vos personnages grâce à leur façon de combattre, bien qu’ils aient bien sûr des prédispositions naturelles.

 

Exit ainsi le système de points d’expérience au risque de surprendre les joueurs. Par exemple, si nos héros encaissent des coups, leurs points de vie augmentent inexorablement. Même constat pour les sorts offensifs, la défense psychique ou encore les attaques physiques. En tout, ce sont onze caractéristiques qui définissent vos personnages. Et cela ne s’arrêtera pas là puisqu’ils pourront développer une affinité de plus en plus grande avec un type d’arme particulier ou un sortilège au fur à mesure de son utilisation. Le système de combat reste sensiblement le même mais a connu quelques modifications. On peut désormais positionner la formation des personnages (offensive ou défensive) et mesurer la portée de l’ensemble des sorts. L’équipement a été également remanié pour faire apparaître les notions de droitier et de gaucher. Nos personnages peuvent alors tenir une arme dans chaque bras ou un bouclier, ainsi qu’une armure, un heaume et des gants. Même initiative pour les phases de dialogues où l’on ne reste plus totalement inactif. Au travers de vos conversations, vous pourrez assimiler des mots-clés qui vous permettront par la suite de dialoguer d’un sujet précis. Dans le même ordre d’idée, c’est donc tout le concept général du jeu qui a été revu et corrigé. Dorénavant, les néophytes ne sont pas laissés à leur sort et pourront profiter de nombreux tutoriaux sur les mécanismes du jeu. Moins dirigiste que son aîné, le titre recèle de nombreuses petites nouveautés qu’il serait inutile voire fastidieux d’énumérer ici.

 

Parti d’un pari très risqué à la base, Squaresoft réussi le tour de force d’imposer sa série comme une légende du jeu vidéo. Captivant littéralement l’attention par son ambiance particulière et ses musiques envoûtantes – Nobuo Uetmatsu a été particulièrement inspiré dès les prémices de la série - un gameplay efficace, une durée de vie qui atteint sans mal la quarantaine d’heures et un scénario vivant qui prône certaines valeurs comme l’amitié, le sacrifice de soi ou encore le courage, Final Fantasy I & II : Dawn of Souls est un véritable patrimoine culturel vidéoludique. Il est aussi le reflet d’une autre époque du jeu vidéo, où celui-ci s’adressait à une poignée de joueur particuliers, faisait l’apologie d’une difficulté élevée. Intégralement traduit dans la langue de Molière pour la première fois, il n’y a désormais plus aucune raison de ne pas se procurer ces deux merveilles.





par Frédéric Pedro
le lundi 24 janvier 2005, 13:53

À découvrir également
Autres articles

FF I & II en images Nintendo vient de nous faire parvenir des images de la version française de Final Fantasy I & II. 3 | 22/10/2004, 15:20
Recyclage fantaisiste Disponible chez nos amis nippons, FF I & II sur GBA nous livre ses secrets par ces nouveaux clichés. 08/10/2004, 17:47

Retour aux sources 30/09/2004, 21:25
Pub FFI&II Advance 20/07/2004, 22:11
Final Fantasy se recycle 09/04/2004, 12:16


Derniers commentaires
Par sims le Samedi 26 Mars 2005, 8:29

likeSmall
voter citer
enfin traduit sa s'est cooool
y en avait mar de la vieille version ou ti comprend rien :D


>> Voir les 2 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Final Fantasy I & II : Dawn of Souls

Jeu : RPG
3 Déc 2004

Zone Membres

Vos Notes :
20/20
Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours