JeuxActuJeuxActu.com


Test également disponible sur : PC

Test Basketball Pro Management 2012

Test Basketball Pro Management 2012

Jouer sur le court, moyen ou long terme à Basketball Pro Management 2012 impliquerait de se faire violence pour fermer les yeux (ah, en voilà une bonne solution qu’elle est bonne !) sur le peu d’intérêt que porte Umix aux pauvres bougres qui font l’effort d’essayer leur titre. Par ailleurs, les développeurs français annihilent leurs propres efforts en termes de gameplay à cause de la réalisation désastreuse des matchs. Même pour 15€, même pour un début, même si des patchs sont en cours de création, Mémé est déjà tombée beaucoup trop loin dans les orties.
Retrouvez plus bas la suite de notre test de Basketball Pro Management 2012


La Note
5 20 note Basketball Pro Management 2012
Les plus
  • Quelques bonnes idées de gameplay
  • La jaquette rappelle Football Manager !
Les moins
  • Graphiquement insoutenable
  • Le rendu des matchs qui annihile le reste du jeu
  • Aucune licence
  • Des features inutiles
  • Incomplet par rapport à la concurrence
  • Buggué à mort !


Le Test

Sortir un jeu de management de basketball juste avant l’Euro de football demande un sacré culot ou un véritable flair en matière de marketing à contre-courant. Toujours est-il que Basketball Pro Management 2012 se propose d’ouvrir le genre au très populaire sport américain, ce qui a au moins le mérite de l’originalité. Attention, vous venez de lire l’un des rares compliments qui sera fait au jeu dans ce test.


Basketball Pro Management 2012Avant même sa sortie, Basketball Pro Management 2012 s’était démarqué en repompant assez honteusement, il faut le dire, la jaquette des derniers Football Manager, la série de SEGA s’étant imposée comme la référence du genre. Ce n’est certes pas très fair-play, mais la concurrence est rude et le coût de la vie n’en finit plus de grimper, ma bonne dame. Le reste est toutefois beaucoup moins pardonnable. Les jeux de management de sport sont assez austères par essence, surtout pour le commun des mortels. Des chiffres, des stats, des données par dizaines : bref, pour les profanes, ces titres ne sont rien de plus que des gros tableaux Excel. Toutefois, le studio français Umix a poussé le vice assez loin, histoire de rebuter les quelques vaillants qui voulaient s’y mettre. Oui, c’est indéniable, BPM 2012 est moche, mais quelque chose de concret. C’est même difficile de savoir par où commencer : les menus repiqués sur Windows, le bureau de manager concocté sous Paint sur fond de parquet IKEA (oui, dans le monde du basket, on travaille et on mange par terre), ou les images qui ne se chargent pas et affichent une pauvre croix rouge sur fond blanc ? Difficile de choisir tant l’aspect technique du jeu se situe en dessous du minimum syndical, voire du niveau de la mer. Sans être mal fichue, l’interface de jeu n’a clairement bénéficié d’aucune attention particulière ; elle n’affiche d’ailleurs même pas les couleurs de l’équipe que le joueur choisit d’entraîner. Pour un titre sur lequel on est censé passer « des heures », il y a tout de même un risque de conjonctivite à la clé. Le pire étant probablement que, même programmé avec Windows 3.1, le jeu reste truffé de bugs graphiques en tous genres.

 

Worst Valuable Player

 

Basketball Pro Management 2012De toutes les façons, l’enrobage n’a clairement pas été la priorité d’Umix. C’est vrai que flatter les pupilles avec des jolis graphismes, c’est so 2010. Si on fait l’impasse sur l’absence de bruitages durant les matchs et sur les musiques en chiptunes présentes uniquement dans le menu d’accueil (la Megadrive avait un son agréable finalement), il reste encore le problème majeur des licences. Là encore, Umix n’a pas fait dans la demi-mesure puisque BPM 2012 n’en a aucune. Certes, obtenir les droits des ligues professionnelles pose parfois problème, mais les développeurs auraient au moins pu avoir l’excellente idée de mettre les bonnes couleurs sur les fanions des équipes. Les Lakers ne jouent pas en rouge aux dernières nouvelles. C’est un début de piste à explorer pour le prochain. Alors on creuse. On se dit que, bon, l’habit ne fait pas le moine, il faut aussi s’intéresser à la beauté intérieure, des ombres la lumière naîtra (si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à nous les faire parvenir) : bref, on gratte sous la surface, histoire de voir ce que BPM 2012 nous propose en termes de gameplay. Les fonctionnalités de gestion sont assez proches de ce qui se fait chez Electronic Arts avec LFP Manager : au-delà de la masse salariale et du budget de l’équipe, le joueur peut aussi choisir d’améliorer les gradins, de régler le prix des glaces et des sodas ou encore d’installer des douches multi-jets, et ce uniquement dans les vestiaires des visiteurs. Rien de très neuf et surtout rien de très utile. Les possibilités tactiques sont cependant plus intéressantes, puisqu’on peut choisir un système de jeu, en créer un soi-même, et choisir face à quelle type de défense le mettre en place. Au sein même de ces tactiques, on peut également définir les courses des différents joueurs à la main, ce qui est pour le coup novateur et sympathique. Seulement voilà, la réalisation des matchs achève BPM 2012 à la petite cuillère. Réussir à provoquer du tiring sur un pauvre schéma de jeu en 2D, sans aucune physique de balle, relève tout de même du talent automutilatoire. L’interface de visualisation des matchs est tellement bancale et les rencontres tellement buggées qu’il est tout simplement impossible de savoir si vos choix tactiques ont un quelconque impact sur la rencontre, ce qui sape en fait le peu d’efforts qui avait été fait jusque-là. Les temps de chargement qui durent à chaque fois plusieurs minutes par manque d’optimisation achèveront le peu de motivation du novice ; quant à l’habitué, il sera forcément rebuté par le manque de certaines features, comme l’arrêt de la progression du calendrier, l’ajustement du budget en cours de saison ou l’impossibilité de choisir le nombre de divisions jouables par pays. 





Florian Velter par Florian Velter
le vendredi 22 juin 2012, 18:55

À découvrir également
Autres articles

Basketball Manager 2012 devient Basketball Pro Management 2012 Annoncé au début du mois sous le nom de Basketball Manager 2012, le jeu de gestion de basket de Tradewest change de nom et devient Basketball Pro Management 2012. 1 | 27/04/2012, 13:09
Tradewest annonce Basketball Manager 2012 sur PC Profitant clairement de la notoriété des jeux de gestion de football, et plus précisément de Football Manager, UMIX et Tradewest annoncent l'arrivée pour le mois de mai de Basketball Manager. 06/04/2012, 13:09



Derniers commentaires
Par klein88 le Dimanche 24 Juin 2012, 18:37
voter citer
ce test est juste un avis, chacun ces goût

Par Kevin175 le Dimanche 24 Juin 2012, 17:36
voter citer
Ce test est honteux et sans objectivité.

Comme écrit dans un des commentaires, on dirait un gamin énervé qui écrit. Le test est bon à jeter et loin d'être professionnel. Pour tester un jeu il ne faut pas faire 50 lignes sur un truc comme l'interface qui est certe moche mais bien pensée et très pratique ce que le test ne souligne pas du tout. Mais bien mettre en avant de manière objective les qualités et les défauts du jeu.

À savoir les tactiques du jeu, qui propose des systèmes qui en 20 ans n'ont jamais été disponibles dans les jeux de foots (créer des systèmes à l'infini) sur lequel le test passe 1 phrase.

De plus ce jeu n'en est qu'à sa première version vendue 15€ alors à quoi ça sert de le comparer à des jeux qui en sont à leur 20ème version, et vendus 45-50 € ? Le jeu a été développé par un étudiant alors forcément il y a des défauts, ce n'est surement pas un critère de notation, mais il convient d'en prendre compte pour ne pas le comparer aux jeux de foot (je me souviens avoir joué à championship 1996-1997 c'est pour dire que ça commence à dater les jeux de management en foot ...)

Tester un jeu ne doit pas tomber dans l'insulte gratuite si l'on aime pas.

Je vous conseille de relire ce test et de le revoir si vous souhaitez un site plus sérieux et qui n'ait pas l'air d'être tenu par des goss de 14 ans.


Par Jeurib le Dimanche 24 Juin 2012, 17:24
voter citer
Quel test minable, passer 30 lignes à critiquer l'interface alors que c'est un jeu de management et qu'on s'en contre fou ?

Un peu d'objectivité les amis, faire un test objectif c'est mettre en avant les défauts et les qualités et pas dire qu'on trouve ça moche.

Alors que l'interface est vraiment bien fichue (très intuitive et pratique).

Je ne sais pas avec quelle version du jeu vous avez joué, et avec quel PC mais sur mon vieux core 2 Duo et ses 2go de RAM et la dernière maj du jeu je n'ai jamais de temps de chargements qui dépassent les 30 secondes. Alors messieurs avant de faire un test faites le dans de bonnes conditions.

Votre test n'a rien d'objectif et tout est à jeter on dirait un pauvre lycéen qui tente déséspérement de remplir une copie de philo.

À bon entendeur.


Par KevO-43994 le Dimanche 24 Juin 2012, 11:11
voter citer
Yep, c'est pas avec ça que le niveau va remonter. J'ai lu l'intro, ça m'a suffit, pas besoin de lire le détail un peu plus bas :P

Par djflo le Samedi 23 Juin 2012, 12:37

likeSmall
voter citer
Il mérite cette note, je le pense moi aussi, par contre la jaquette, je ne la trouve pas si terrible que ça. Mais on est loin d'un très gros jeu là, la note se justifie par ça.

Par klein88 le Vendredi 22 Juin 2012, 22:40
voter citer
c'est plutôt sévère comme note lol

>> Voir les 6 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







Basketball Pro Management 2012

Jeu : Management
Editeur : Tradewest Games
Développeur : UMIX
1 Juin 2012

Zone Membres

Vos Notes : Notez ce jeu
Acheter le jeu sur Micromania.fr

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.








Jeu concours