JeuxActuJeuxActu.com

GeForce NOW : jouer en "Ultra 60fps" sur un PC à 200€, c'est possible et ça fonctionne !

GeForce NOW : jouer en "Ultra 60fps" sur un PC à 200€, c'est possible !

Le GeForce NOW, cela vous dit forcément quelque chose. Sorti initialement en 2014 avec la tablette SHIELD, le système de cloud gaming signé nVIDIA a fait bien du chemin depuis ses origines. Amélioré, peaufiné et avec un catalogue de jeux enrichi, le service est devenu depuis l'un des arguments de vente phare de la SHIELD TV, permettant aux clients de jouer à des titres AAA depuis leur salon. Aujourd'hui, la firme au caméléon vise un public encore plus grand avec l'arrivée du GeForce NOW sur PC, un nouveau service que nous avons pu tester lors de sa bêta fermée. Désormais, il n'y a plus besoin de disposer d'un périphérique propriétaire, puisque l'idée est bien sûr de pouvoir permettre à n'importe quel joueur disposant d'un ordinateur (quel que soit l'âge où le modèle) de pouvoir profiter des joies du jeu PC, avec un framerate à 60fps et les options graphiques à fond.


nVIDIASi le Geforce NOW sur SHIELD nous avait convaincu d'un point de vue purement technique, avec des jeux fluides même en configuration Ultra et des commandes qui répondent instantanément, le système dispose de nombreux inconvénients. Le premier est bien sûr l'obligation de passer par le catalogue propriétaire de nVIDIA pour garnir sa bibliothèque de jeux. Même si l'offre s'est incroyablement étoffée avec le temps, de nombreux titres restent absents du catalogue, ou ne sont disponibles qu'après plusieurs semaines d'attente. Enfin, le problème majeur reste cette obligation de devoir repasser en caisse pour disposer d'un jeu sur le service de cloud gaming si on le possède déjà sur PC. Avec GeForce NOW sur PC, nVIDIA remet tout le système à plat et propose une véritable expérience de jeu à la demande en streaming. À condition de disposer d'une connexion internet haut débit (30Mo/sec), il va donc être possible de pouvoir profiter d'une expérience de jeu similaire à ce qu'on obtient sur un PC gamer haut de gamme valant plusieurs milliers d'euros, et ce à partir de n'importe quel ordinateur. Dans cette nouvelle formule, le service s'affranchit de tout le catalogue propriétaire et intègre les trois plus grosses plateformes de jeu : Steam, Uplay et Origin.

 

QUAND DAVID DEVIENT GOLIATH !

 

nVIDIAAprès avoir installé l'application sur notre ordinateur, il ne reste qu'à lancer le client désiré via l'interface nVIDA pour pouvoir profiter de tous nos jeux, mais qui tournent désormais sur les serveurs ultra-puissants du nVIDIA GRID. Contrairement à l'offre Shadow qui propose un PC en cloud, ici la firme au caméléon se limite à une offre purement gaming. En revanche, là où la start-up française nous promet une configuration définie, le géant de Santa-Clara ne s'embête pas avec ces détails, en nous garantissant à la place que tous nos jeux tourneront avec les réglages graphiques en Ultra. Bien sûr, face à une telle promesse, on s'est empressé de sortir notre PC portable le plus moisi du placard afin de tester la beta du GeForce NOW pour PC. Notre machine de test est donc un netbook bas de gamme équipé d'un processeur Intel Pentium N3540 (un Intel Atom Bay-Trail rebadgé) Quad Core cadencé à 2.1Ghz pour 7 Watts de consommation électrique, et couplé à 4Go de RAM. Aucun processeur graphique dédié n'est présent et le poussif Intel HD Bay Trail (4 cores avec une fréquence entre 313 et 896Mhz) est incapable de faire tourner un jeu un peu gourmand en ressource. À titre d'indication, Counter-Strike : Global-Offensive ne dépasse pas les 15fps lorsqu'on le fait tourner en 720p (résolution native de l'écran) toutes options graphiques au minimum. Bref, vous l'avez compris, il s'agit d'un PC portable dédié à la bureautique peu exigeante et qui n'est absolument pas équipé pour du jeu vidéo.

 

La continuité de l'expérience de jeu entre le PC gaming et le service GeForce NOW est parfaite, et on oublie très rapidement que les images qu'on voit sont calculées dans un data center situé à des centaines de kilomètres.

 

nVIDIAUne fois l'application nVIDIA GeForce NOW installée, et un compte nVIDIA créé, on retrouve une interface claire et simple qui rappellera des choses aux joueurs PC habitués au logiciel GeForce Experience. Sur l'onglet principal intitulé "jeux", le système nous présente les titres les plus joués, ainsi que ceux qui sont disponibles à l'heure actuelle (le système étant toujours en bêta), sachant que toute l'offre de Steam, Origin et Uplay devrait à terme être disponible. Le second onglet intitulé "Ma Bibliothèque" présente pour sa part les jeux auquel on a récemment lancé. Là aussi, une fois la version finale du service lancée, il s'agira d'une liste regroupant tous les titres issus de nos divers comptes et permettant de lancer immédiatement une partie sur les jeux que l'on possède déjà. D'ailleurs, à l'heure actuelle, il vaut mieux bien savoir ce qu'on possède car plusieurs titres sont disponibles en diverses versions. Pour les productions Ubisoft par exemple, il faut bien faire attention à lancer la version Steam ou Uplay du jeu, en fonction de celle dont on dispose. Dans notre cas c'est simple, les titres Ubisoft sont tous sur Uplay ! À terme, on imagine que le système fera le tri automatiquement en ne proposant à l'utilisateur que les versions qu'il possède dans ses différentes bibliothèques. On a commencé nos essais avec DiRT 4, en cliquant simplement sur le bouton "jouer" de l'icône. Le système lance alors une fenêtre qui nous demande nos identifiants Steam, puis une fois le tout vérifié, le programme se lance comme sur PC. La continuité est d'ailleurs de mise, car le serveur de nVIDIA va directement chercher les infos sur Steam, et dans le cas de DiRT 4, on a immédiatement retrouvé notre titre avec nos réglages, nos sauvegardes et même nos préférences retenues. Bref, la continuité de l'expérience de jeu entre le PC gaming et le service GeForce NOW est parfaite, et on oublie très rapidement que les images qu'on voit sont calculées dans un data center situé à des centaines de kilomètres.

 

Comme sur SHIELD, le système fonctionne parfaitement, et tant que la connexion internet tient le choc, rien ne permet de différencier une partie en streaming sur notre PC portable bas de gamme d'une partie sur notre tour gaming à plusieurs milliers d'euros

 

nVIDIAComme sur SHIELD, le système fonctionne parfaitement, et tant que la connexion internet tient le choc, rien ne permet de différencier une partie en streaming sur notre PC portable bas de gamme d'une partie sur notre tour gaming à plusieurs milliers d'euros. Qu'il s'agisse d'un jeu Steam ou Uplay, tout marche parfaitement, même si en fonction des titres de petits problèmes persistent encore dans cette bêta. Certains jeux ne permettent pas toujours de récupérer notre sauvegarde, et il faut encore entrer ses identifiants à chaque fois que l'on lance un jeu. Avec la multiplication des systèmes de sécurité (dont l'authentification multiple avec un code à usage unique) le procédé est encore un peu laborieux, mais on ne doute pas que ce problème sera gommé lorsque la version finale du GeForce NOW sera mise en service.  D'ailleurs, le fait qu'on en soit réduit à relever ces simples petits défauts prouve la qualité de ce service.


EN CONCLUSION 


Le cloud gaming arrive donc à grand pas, et ce, de manière extrêmement convaincante grâce au nouveau GeForce NOW sur PC. En transformant n'importe quel ordinateur en un PC gaming haut de gamme, nVIDIA a le potentiel d'apporter les avantages du jeu PC (qualité visuelle supérieure et prix des jeux inférieur) à une grande majorité de joueurs qui refusaient de faire face aux coûts prohibitifs du matériel. Reste maintenant à savoir quelle sera le modèle économique et les tarifs pratiqués par la firme de Santa Clara. Abonnement ou paiement à l'utilisation, on ignore encore out des choix économiques, ou de la date de sortie commerciale du service. Néanmoins, si la marque réussissait à proposer un abonnement sous la barre psychologique des 100€ par an, on parie que le GeForce NOW séduira les joueurs en masse avec la promesse d'une expérience de jeu haut- de gamme pour le prix d'un jeu PS4 plus un abonnement PSN annuel. 

 


Notre degré d'attente


 Furieux Votez  Blasé Votez  Osef Votez  Joyeux Votez  Excité Votez
33% Furieux


À découvrir également
Autres articles

Graphismes et technologie : voici comment nVIDIA compte repousser les limites du jeu vidéo À l'occasion de l'E3, nous sommes allés voir les nouvelles technologies que prépare nVIDIA afin de révolutionner le futur des graphismes dans le jeu vidéo. G-SYNC HDR, écrans Big Format Display et RTX : on vous dit tout ici. 12 | 16/07/2018, 23:49
nVIDIA : la SHIELD TV à 149€ aujourd'hui sur Amazon ! À l'occasion de l'Amazon Prime Day qui se déroule aujourd'hui lundi 16 juillet, nVIDIA nous annonce que les SHIELD TV sont en promotion. Il est possible de récupérer la box TV Android de la marque au caméléon pour 149€ ! 16/07/2018, 12:58


Derniers commentaires
Par Maxime06 le Mardi 20 Février 2018, 14:45

likeSmall 223
Donc logiquement,ça fonctionnerait sans problème sur le vieux Packard Bell tout moisi de mes parents alors ? xD

Répondre
-
voter voter

Par HIGHjahKING le Mardi 20 Février 2018, 9:28 Staff JA

likeSmall 7
Yorda a écrit:Ouais enfin dans le cloud gaming, même avec la fibre il y a tjrs une petite latence ultra chiante. Et tu possède strictement rien, et surtout encore et toujours un eventuel abonnement supplémentaire, a la longue ca comme ca faire chere tout ça.Et comment seront rémunéré les devs via se systeme ?


Ils sont rémunérés quand tu achètes ton jeu via Steam, Uplay ou Origin...


Répondre
-
voter voter

Par DarkCity666 le Lundi 19 Février 2018, 21:13

likeSmall 460
60fps et tout en max mais vous ne dites pas si c'est en 1080p ou 4k?

Répondre
-
voter voter

Par TolgaFury le Lundi 19 Février 2018, 20:25

likeSmall 27
Fuck le démat en tout genre ! Fuck le démat !

Répondre
-
voter voter

Par Yorda le Lundi 19 Février 2018, 20:25
Ouais enfin dans le cloud gaming, même avec la fibre il y a tjrs une petite latence ultra chiante. Et tu possède strictement rien, et surtout encore et toujours un eventuel abonnement supplémentaire, a la longue ca comme ca faire chere tout ça.
Et comment seront rémunéré les devs via se systeme ?


Répondre
-
voter voter

Par Repenty le Lundi 19 Février 2018, 18:24

likeSmall 784
Intéressant, mais pas bon signe.

Répondre
-
voter voter

>> Voir les 6 réponses dans le forum


Donnez votre avis sur ce sujet
Pour ne pas avoir à saisir les informations de code/nom vous pouvez vous créer un compte gratuitement !


*







nVIDIA

Zone Membres

Newsletters
Ne loupez rien de l'actualité du jeu vidéo en vous abonnant aux newsletters JeuxActu.